Le Blog de Veille UMR AUSser » Publications

S'abonner à flux Le Blog de Veille UMR AUSser » Publications
Architecture Urbanisme Société : Savoirs, Enseignement, Recherche
Mis à jour : il y a 3 heures 41 min

Parue : T18 magazine, Barcelone, n°33-34, hiver 2020

Mardi 25 fév 2020

T18 magazine, Barcelone, n°33-34, hiver 2020, (en français et anglais).

Accédez au document en ligne : T18 magazine

Contribution membre UMR AUSser

Monique Eleb, Sabri Bendimérad (ACS/AUSser), “Cohabiter. Raisons, lieux et formes de la cohabitation”. (Cohabit. Reasons, places and forms of cohabitation)

Pascal Fort

More Posts - Website

[Paru] : “Neoliberalism on the Ground: Architecture and Transformation from the 1960s to the Present” / Edited By Kenny Cupers, Helena Mattsson, Catharina Gabrielsson, University of Pittsburgh Press, février 2020

Mardi 25 fév 2020

“Neoliberalism on the Ground: Architecture and Transformation from the 1960s to the Present” / Edited By Kenny Cupers, Helena Mattsson, Catharina Gabrielsson, University of Pittsburgh Press, février 2020, 1 Vol. (448 p.), Series Culture, Politics, and the Built Environment, ISBN : 9780822946014

Accédez au site éditeur : Neoliberalism on the Ground

Contribution membre UMR AUSser

Valéry Didelon (ACS/AUSser) : “Surfing the Wave of Neoliberalism: Rem koolhaas in Lille”

Résumé

Architecture and urbanism have contributed to one of the most sweeping transformations of our times. Over the past four decades, neoliberalism has been not only a dominant paradigm in politics but a process of bricks and mortar in everyday life. Rather than to ask what a neoliberal architecture looks like, or how architecture represents neoliberalism, this volume examines the multivalent role of architecture and urbanism in geographically variable yet interconnected processes of neoliberal transformation across scales—from China, Turkey, South Africa, Argentina, Mexico, the United States, Britain, Sweden, and Czechoslovakia. Analyzing how buildings and urban projects in different regions since the 1960s have served in the implementation of concrete policies such as privatization, fiscal reform, deregulation, state restructuring, and the expansion of free trade, contributors reveal neoliberalism as a process marked by historical contingency. Neoliberalism on the Ground fundamentally reframes accepted narratives of both neoliberalism and postmodernism by demonstrating how architecture has articulated changing relationships between state, society, and economy since the 1960s.

Pascal Fort

More Posts - Website

[En ligne] : Bernard Huet « A. Rossi ou l’exaltation de la raison » Texte inédit en français d’après le tapuscrit d’origine / Julien Correia, Matériaux de la recherche, Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère

Vendredi 21 fév 2020

Julien Correia, « Bernard Huet « A. Rossi ou l’exaltation de la raison » », Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère [En ligne], Matériaux de la recherche, mis en ligne le 11 février 2020, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/craup/3100 ; DOI : https://doi.org/10.4000/craup.3100

Résumé

Ce texte de Bernard Huet (1932-2001) a été publié en italien et en anglais en 1984 dans un ouvrage présentant des projets récents de l’architecte milanais Aldo Rossi (1931-1997). L’article demeure très peu connu, il n’a jamais été édité en français qui est la langue d’origine dans laquelle il a été rédigé. La découverte du tapuscrit original de Bernard Huet au Centre d’archives d’architecture du XXe siècle de la Cité de l’architecture et du patrimoine à Paris nous a encouragé à le diffuser. L’auteur présente de manière très synthétique l’œuvre théorique d’Aldo Rossi, dans laquelle il définit trois moments bornés chronologiquement par des écrits majeurs de l’architecte de la fin des années 1950 au milieu des années 1980. Nous pouvons ainsi redécouvrir les idées de Rossi à travers l’« Architecture de la Ville », l’« Architecture de la Raison », et l’« Architecture de la Mémoire ». Au-delà de cette synthèse, l’article s’appuie sur des articles fondamentaux de Rossi, pour lesquels nous avons pris soin de compléter les notes de bas de pages. Bernard Huet aide à comprendre Aldo Rossi, ses textes, leurs principes, et nous invite à penser l’« exaltation de la raison ».

Pascal Fort

More Posts - Website

Paru : “Face à la puissance. Une histoire des énergies alternatives à l’âge industriel” / François JARRIGE, Alexis VRIGNON, éditions La Découverte, 2020

Jeudi 20 fév 2020

“Face à la puissance. Une histoire des énergies alternatives à l’âge industriel” / François JARRIGE, Alexis VRIGNON, éditions La Découverte, 2020, 1 Vol. (400 p.), ISBN 9782348057526

Accédez au site éditeur : Face à la puissance

Contribution membre UMR AUSser

Paul Bouet (OCS/AUSser) : « Le mur Trombe », in François Jarrige et Alexis Vrignon (dir.), Face à la puissance. Une histoire des énergies alternatives à l’âge industriel, Paris, La Découverte, 2020, p. 249-263.

Résumé éditeur

La question de l’énergie et de ses crises sature l’actualité, les médias, comme les agendas politiques. Grand défi du présent, elle modèle nos modes de vie et nos rapports au monde à l’heure du triomphe du numérique, de l’électrification totale et du changement climatique.
Longtemps, l’histoire de l’énergie a été ramenée à l’essor de la puissance rendu possible par le progrès technique, à un processus linéaire qui verrait les sociétés humaines maîtriser toujours plus leur environnement pour en extraire des ressources indispensables à leur fonctionnement.
Mais ce récit rassurant, qui n’a cessé d’accompagner la modernité, se fissure désormais à l’âge des crises globales et des inégalités béantes. La croyance dans l’abondance énergétique et la quête de puissance infinie qui la porte se heurtent aux limites planétaires, en dépit des utopies abstraites qui continuent de promettre l’énergie abondante et gratuite pour tous.
Cet ouvrage novateur retrace ces débats sur deux siècles en proposant une contre-histoire de l’énergie à l’époque contemporaine, depuis l’entrée dans l’ère industrielle et sa dépendance croissante aux combustibles fossiles. Ce faisant, il souhaite contribuer à l’avènement d’un autre système énergétique, plus sobre et durable, plus conforme aussi à la fragilité du monde, chaque jour plus apparente.

Pascal Fort

More Posts - Website

Présentation publique de la revue Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines n°11 – IPRAUS (ENSA Paris-Belleville) – 6 mars 2020

Jeudi 20 fév 2020

Présentation publique de la revue Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines n°11.

Il comporte un dossier édité par Guy LAMBERT (IPRAUS/AUSser) et Olivier RAVEUX :
« Pannes et accidents (XIXe-XXIe s.). Au  cœur des techniques, de l’économie et de la société ».

Participants : Thomas Le Roux (CNRS, CRH-EHESS), Caroline Moricot (Univ. Paris 1, CETCOPRA), et Nicolas Pierrot (Patrimoines et Inventaire de la Région Île-de-France, IHMC).

Cette présentation se déroulera le vendredi 6 mars 2020 à 12h30-14h30, au centre de recherche documentaire IPRAUS/AUSser (bâtiment B, 3ème étage) à l’école nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville, 60 boulevard de la Villette, 75019 Paris.

Entrée libre.
Accédez à l’annonce de la parution : Artefact n°11
Accédez au sommaire : Artefact n°11

Résumé

Les pannes et les accidents des systèmes de production de biens et de services n’ont pas encore retenu l’attention suffisante des historiens. Le fait est d’autant plus surprenant que ces événements ne sont pas rares, mais rythment bien au contraire la marche des techniques et les activités quotidiennes des économies et des sociétés. Ils constituent des crises génératrices d’une documentation aussi abondante que riche d’informations, permettant d’étudier, par un angle d’attaque décalé, des éléments placés au cœur du fonctionnement des systèmes techniques et des organisations qui les animent. C’est ce que se propose de faire ce dossier en plaçant la focale sur diverses thématiques, depuis le quotidien des techniques jusqu’aux relations entre les acteurs en charge des machines et des dispositifs de production.

Pascal Fort

More Posts - Website

Présentation du numéro 4 de la revue d’anthropologie publique “Monde commun” – Librairie Le monte-en-l’air (Paris) – 18 mars 2020

Vendredi 14 fév 2020

Revue d’anthropologie publique “Monde commun” n°4 : Petits citadins, mauvais citoyens ? un numéro dirigé par Florence Bouillon, Sarah Carton de Grammont et Maria Anita Palumbo.

Présentation : En documentant empiriquement des formes de citoyenneté inaperçues, ce numéro de Monde commun contribue à inverser le regard sur les petites villes, souvent présentées comme apathiques ou réactionnaires, pour révéler les potentialités politiques — et les ambivalences — qui prennent corps dans ces espaces urbains disqualifiés. La revue sera assortie d’un bandeau « Revue en lutte » et de la motion de l’Assemblée générale : « Défendre la société, reconstruire le commun ! »

Accédez au site : Monde commun

Les auteurs dont UMR AUSser

Etienne Balibar, Florence Bouillon, Sarah Carton de Grammont, Karine Clément, Eleonora Elguezabal, Eli Elinoff, Ella et Pitr, Myriam Hachimi, Alaoui, Elise Lemercier, Michel Naepels, Catherine Neveu, Laetitia Overney (IPRAUS/AUSser), Elise Palomares, Marianita Palumbo, Daniela Ristic.

Informations pratiques

Date : 18 mars à 19h
Lieu : librairie Le monte-en-l’air, 71, rue de Ménilmontant / 2, rue de la Mare, 75020 Paris

Pascal Fort

More Posts - Website

Parution : “Relire Louis Hautecœur” / sous la direction de Tricia Meehan et Patrice Gourbin, Coédition ATE (Architecture – Territoire – Environnement) et éditions Point de vues, décembre 2019

Mardi 04 fév 2020

“Relire Louis Hautecœur” / sous la direction de Tricia Meehan et Patrice Gourbin, Coédition ATE (Architecture – Territoire – Environnement) et éditions Point de vues, décembre 2019, 1 Vol. (176 p.), ISBN 978-2-37195-033-7

Accédez au site éditeur : Relire Louis Hautecœur

Participation membres UMR AUSser

Comité scientifique : Julien Bastoen (MCF associé (recherche), ENSA Paris-Belleville, IPRAUS/AUSser), Jean-Louis Cohen (Sheldon H. Solow Professor in the History of Architecture, Institute of Fine Arts, New York University / Chaire internationale du Collège de France, IPRAUS/AUSser)

Contributeur des chapitres : Julien Bastoen : “Louis Hautecoeur, le musée du Luxembourg et l’architecture des musées dans les années 1930”

Présentation

Louis Hautecœur (1884-1973) a consacré sa vie à l’art et à l’architecture passée et présente. En qualité d’agent de l’État, il s’impliqua dans les débats et les institutions artistiques et architecturales, et sa carrière illustre les grands bouleversements du XXe siècle.

Polyvalent et polygraphe, il exerça successivement ou simultanément plusieurs métiers : professeur d’histoire de l’art et de l’architecture (École du Louvre, École des beaux-arts), historien de l’architecture (Histoire de l’architecture classique en France en sept tomes), commissaire d’exposition (expositions internationales, biennales de Venise), conservateur (musée du Luxembourg, inspirateur du musée national d’Art moderne) et administrateur réformateur (Direction des Beaux-Arts en Égypte et en France).

Cet ouvrage explore certaines facettes méconnues de son action en matière de rayonnement politique et de diplomatie culturelle, de musée et de muséographie, d’administration, ainsi que sa conception d’un classicisme intemporel, en les inscrivant dans leur contexte artistique, intellectuel et politique.

Pascal Fort

More Posts - Website

Parution : Lettre n°81 du 31/01/2020 : “Les nouveautés du Carnet de l’UMR AUSser”

Vendredi 31 Jan 2020

La lettre “Les nouveautés du carnet de l’UMR AUSser” n°81 du 31/01/2020 est parue.

Vous y trouverez les nouveautés (appels, événements, publications) repérées et publiées sur le carnet de veille de l’UMR AUSser.

Accédez à cette lettre : Lettre n°81

La prochaine lettre sortira le jeudi 27 février 2020.

Pascal Fort

More Posts - Website

Parution le 07 février 2020 : “32 grammes de pensée, essai sur l’imagination graphique” / Nicole Marchand-Zañartu et Jean Lauxerois, Mediapop Editions, 2020

Vendredi 31 Jan 2020

“32 grammes de pensée, essai sur l’imagination graphique” / Nicole Marchand-Zañartu et Jean Lauxerois, Mediapop Editions, 2020, 1 Vol. (152 p.), ISBN : 978-2-491436-01-8

Accédez au site éditeur : 32 grammes de pensée

Contribution membre UMR AUSser

Estelle Thibault (IPRAUS/AUSser) : « Gottfried Semper », p. 117-119

Résumé éditeur

Pourquoi l’esprit a-t-il besoin de griffonner, d’esquisser des schémas, mêlant souvent lettres, lignes et couleurs ? Et si la pensée, dans sa naissance comme dans sa construction, était d’emblée image, et imagination graphique ?
Ces tracés inventifs, ces ébauches plus ou moins élaborées mais toujours mystérieuses, qu’ils soient de la main du poète, du mathématicien, du philosophe, du musicien, de l’architecte, ou de tout un chacun, nous les nommons des « grammes » – du grec gramma/grammè, « ligne, trait, dessin, écriture » –, parce que le mot rend aussi hommage à leur légèreté, leur ténuité, voire leur fragilité, qui les rendent plus vivants et plus singuliers.
Trente-deux « grammes de pensée » ont été ici choisis, auxquels répondent respectivement trente-deux textes, qui voudraient offrir au lecteur comme un libre fil d’Ariane dans ces fascinants labyrinthes.

Pascal Fort

More Posts - Website

Nouveautés sur le site d’Inventer le Grand Paris

Mardi 28 Jan 2020
Cahiers du Séminaire IGP 2018/2019

6 séances : 2 retranscriptions en ligne, 2 retranscription en cours d’édition, 2 prises vidéo.
Accédez : cliquez ici

Les Panoramas historiques Actes 2014 (1919-1944)

Accédez à ces actes en ligne : cliquez ici

Les prémices d’un Grand Paris – Le concours pour le Plan d’aménagement, d’embellissement et d’extension de 1919 par Beatriz Fernández Águeda

Un Grand Bordeaux ? La fabrique de la métropole dans l’Entre-deux-Guerres par Olivier Ratouis et Sylvain Schoonbaert

Le ciel des idées : Henri Prost, la photographie aérienne et le Grand Paris par Catherine Blain

Enfouir et disperser : influences militaires sur les politiques d’aménagement du Grand Paris au cours des années 1930 – Origines, réalisations et postérités du Plan urbain et départemental de défense passive par Mathieu Fernandez

Inventer la Grande Moscou : contenu, formes et supports de diffusion du plan stalinien de 1935 par Élisabeth Essaïan (IPRAUS/AUSser)

Jean Giraudoux au chevet du Grand Paris (1928-1943) par Valérie Foucher-Dufoix (IPRAUS/AUSser)

Actes 2015 (1944-1960’s)

Accédez à ces actes en ligne : cliquez ici

« Société civile organisée » et Grand Paris : L’exemple du Comité consultatif économique et social (CCES) par Laurine Germani

Freiner ou accroître le Grand Paris ? – La décentralisation industrielle à l’épreuve des faits, années 1930 – années 1970 par Matthew Wendeln

Section Corpus

Cette section “Corpus” a été enrichie grâce à la publication numérique de la Base de données bibliographiques “Tanter-Toubon Montigny” : cliquez ici

Pascal Fort

More Posts - Website

Article de Valérie Foucher-Dufoix et Laetitia Overney : « Habiter sur serre à Eden Square », Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère [En ligne], 6 | 2019

Mardi 28 Jan 2020

Article de Valérie Foucher-Dufoix (IPRAUS/AUSser) et Laetitia Overney (IPRAUS/AUSser) : « Habiter sur serre à Eden Square », Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère [En ligne], 6 | 2019, mis en ligne le 20 décembre 2019, consulté le 27 janvier 2020.
URL : http://journals.openedition.org/craup/2804 ; DOI : 10.4000/craup.2804

Résumé

Cet article porte sur l’étude d’un immeuble bioclimatique de 87 logements organisés autour d’une serre végétalisée, Eden Square, livré en 2012 dans l’agglomération de Rennes, en France, par les architectes Christian Hauvette et Pierre Champenois, qui le décrivent comme « une utopie sociale et écologique ». Habiter sur serre constituerait a priori une expérience peu commune. Mais dans les faits, comment les habitants vivent et perçoivent-ils réellement Eden Square ? Qu’en est-il du plaisir d’habiter sur serre ? A-t-on affaire à un Eden et un espace hyper-conditionné ? L’article s’appuie sur une enquête sociologique réalisée entre 2017 et 2019 auprès des habitants de l’immeuble. Il montre comment le plaisir d’habiter ces espaces tient avant tout à l’expérience sensorielle, à l’agrément du parcours, au confort des logements, aux performances thermiques, sans pour autant générer de vie collective particulière. Eden Square n’est pas vécu par ses habitants comme un immeuble-monde, autocentré sur la serre comme une entité sociale autonome sans qu’ils n’aient de lien avec l’extérieur. Pour autant, la serre reste un espace à contempler sans véritable possibilité d’appropriation.

Pascal Fort

More Posts - Website

Paru : “Construire ! De l’Antiquité à l’époque contemporaine” / sous la dir. de Gilles Bienvenu, Hélène Rousteau Chambon, Martial Monteil, Éditions Picard, 2019

Mardi 28 Jan 2020

Construire ! Entre Antiquité et Époque contemporaine, actes du 3e Congrès francophone d’histoire de la construction, sous la dir. de Gilles Bienvenu, Hélène Rousteau Chambon, Martial Monteil, Paris, Éditions Picard, 2019, 1 Vol. (1314 p.), ISBN 978-2-7084-1048-0  – EAN 9782708410480

dont 1 article de Louis Destombes (AHTTEP/AUSser): “La construction comme représentation chez Jakob+MacFarlane (1998-2013). Le projet constructif numérique entre ruptures technologiques et réminiscences modernes” 

Résumé éditeur

Après les actes des congrès de Paris (2010) et de Lyon (2016), les actes de celui de Nantes (21-23 juin 2017) permettent de poursuivre l’investigation de l’histoire de la construction. Une fois encore l’interdisciplinarité a été le maître-mot ; une fois encore, praticiens de la construction et chercheurs qui étudient l’histoire de la construction, dans la longue durée et à l’échelle de territoires multiples, ont pu croiser leurs regards sur des thématiques traditionnelles à ce domaine — matériaux, processus de construction, droit et économie, métiers et acteurs… —, ou sur des thèmes propres aux laboratoires de recherche nantais et ligériens (constructions maritimes et fluviales, ambiances). Cent onze articles, dus à des chercheurs venant de quinze pays, sont ici réunis et répartis en onze thèmes traditionnels ou plus originaux en matière d’histoire de la construction. Construire ! Entre Antiquité et Époque contemporaine, comme les volumes précédents, s’adresse aussi bien aux professionnels de la construction, architectes du patrimoine, chercheurs, archéologues, qu’aux amateurs et à tous ceux qui veulent comprendre l’évolution de notre environnement constructif, ancien ou plus récent, patrimonialisé ou non.

Pascal Fort

More Posts - Website

Parution le 07 février 2020 : “L’art d’habiter la terre : la vision biorégionale” / Kirkpatrick Sale, traduction de Mathias Rollot, Editions Wildproject, février 2020

Jeudi 23 Jan 2020

“L’art d’habiter la terre : la vision biorégionale” / Kirkpatrick Sale, traduction de Mathias Rollot, Postface de Sébastien Marot, Editions Wildproject, février 2020, 1 Vol. (276 p.), ISBN 978-2-918-490-944

Résumé éditeur

Imaginons un monde structuré par la diversité écologique et culturelle, plutôt que par des paramètres économiques et
nationaux. Le biorégionalisme est un mode d’organisation alternatif de la société, à des échelles de territoires écologiquement salubres (celles des bassins-versants), avec des communautés attentives aux modes d’habitat et des systèmes économiques renouvelables. Cet ouvrage invite au développement réaliste de ces communautés biorégionales et des lieux où elles sont établies, afin de mettre en place une société qui cesse de détruire la vie. Publié en 1985, L’Art d’habiter la terre est unanimement considéré comme l’ouvrage de référence du mouvement biorégionaliste – dont d’autres figures sont Peter Berg et Gary Snyder. Le contexte de cette traduction française tardive est celui d’un regain d’intérêt actuel de nombreux chercheurs pour le mouvement biorégionaliste. Un texte abordable, écrit pour le grand public.

Présentation des auteurs

Né en 1937, KIRKPATRICK SALE est un journaliste, essayiste et chercheur indépendant américain. Il a écrit plus d’une dizaine d’ouvrages autour de questions politiques et écologiques, et plus particulièrement des pensées décentralisatrices.

MATHIAS ROLLOT est architecte, docteur en architecture, enseignant-chercheur, auteur et traducteur. Il conçoit, construit et conseille dans les domaines de la réhabilitation architecturale, urbaine et territoriale.

SÉBASTIEN MAROT, philosophe, travaille sur la généalogie des théories contemporaines de l’architecture, de l’urbanisme et de l’architecture de paysage.

Pascal Fort

More Posts - Website

[En ligne] : “Places du Grand Paris : principes de conception pour les espaces publics du Grand Paris Express” / sous la direction de la Société du Grand Paris et Île-de-France Mobilités, novembre 2019

Lundi 20 Jan 2020

“Places du Grand Paris : principes de conception pour les espaces publics du Grand Paris Express” / sous la direction de la Société du Grand Paris et Île-de-France Mobilités, novembre 2019, 1 Vol. (101 p.)
ISBN : 978-2-11-155739-0

Accédez au document en ligne : Places du Grand Paris

Auteurs

Ce livre a été réalisé par TVK (architecte urbaniste mandataire), TN+ (paysagiste), Soline Nivet (ACS/AUSser) (mise en récit, conceptualisation), VilleOuverte (usages et méthodes de co-conception), Géraldine Texier-Rideau (historienne), Antoine Fleury (géographe), Étienne Ballan (sociologue), ON (concepteur lumière), RR&A (expert mobilité et intermodalité), Franck Boutté Consultants (environnement), Yes We Camp (démarches de projets transitoires).

Résumé éditeur

Cet ouvrage, à la fois pratique et théorique, a vocation à développer une culture commune pour la conception des espaces publics du Grand Paris Express. La Société du Grand Paris et Île-de-France Mobilités, en tant que financeurs des espaces publics intermodaux autour des gares du Grand Paris Express, se doivent d’être garants de leur qualité de traitement. Afin de compléter le travail de programmation des espaces publics et équipements d’intermodalité en cours, cet ouvrage permettra de guider chaque territoire dans la conception des 68 futures places des gares. Cela au travers de 40 principes d’aménagements mais aussi d’une feuille de route qui orienteront les maîtres d’ouvrage dans les différentes phases du projet (le choix du concepteur, les travaux, la mise en service, la gestion).

Au-delà de ces outils opérationnels, trois grandes ambitions structurent le référentiel :
– La continuité : les places seront dans le prolongement de l’existant et feront le lien entre la ville et l’infrastructure de transports ;
– La disponibilité : pour des espaces publics accessibles à tous, faisant cohabiter les usages et les fonctions ;
– L’évolutivité : permettant d’adapter les espaces publics au temps long de la ville et aux changements.

Les places du Grand Paris Express seront plus que de simples lieux de passage dédiés aux transports. Elles seront les espaces emblématiques de la mise en œuvre d’une politique d’aménagement mais aussi des respirations, des espaces de vie adaptés aux usages, modulables et intégrés dans leur environnement, que l’usager aura plaisir à investir dans son parcours quotidien. Les gares du Grand Paris Express et leurs espaces publics seront les lieux de convergence entre usagers et habitants. C’est donc à partir de chaque projet que la Société du Grand Paris et Île-de-France Mobilités jugeront du respect des ambitions portées et octroieront les subventions pour se faire.

Lancée en mars 2017, la réflexion a été confiée à une équipe pluridisciplinaire, conduite par l’agence d’architecture et d’urbanisme TVK réunissant des experts et des professionnels de l’aménagement et de la mobilité. Le modèle d’insertion urbaine et paysagère des gares du Grand Paris Express porté dans cet ouvrage est le fruit d’une réflexion partagée avec des territoires, des partenaires institutionnels et en continuité avec les démarches locales en cours.

Pascal Fort

More Posts - Website

Parue nouvelle édition : Matière grise : Matériaux / Réemploi / Architecture / Coédition Pavillon de l’Arsenal et Éditions B2, décembre 2019

Lundi 20 Jan 2020

Parution de la nouvelle édition : “Matière grise : Matériaux / Réemploi / Architecture” / Julien CHOPPIN, Editeur scientifique ; Nicola DELON, Editeur scientifique, Coédition Pavillon de l’Arsenal et Éditions B2, décembre 2019, 1 Vol. (368 p.), ISBN : 978-2-35487-026-3

Accédez au site éditeur : Matière grise

Contributions des auteurs

Frédéric Anquetil & Dominique Baldé, Les Bâtisseurs d’Emmaüs – Sabine Barles – Steven Beckers – Julie Benoît et Grégoire Saurel, Bellastock – Lionel Billiet & Michael Gyoot, Rotor – Patrick Bouchain – Rony Chebib – Alexandre Doyère – Carl Enckell – Laura Foulquier – Pierre Frey – Dominique Gauzin-Müller – Olivier Greder – Stéphane Gruet – Jean-Marc Huygen – Michel Klein & Hippolyte Dumézil – Caroline Maniaque – Sébastien Marot (OCS/AUSser) – Bernard Marrey – Raphaël Ménard – Patrick Pérez – Gilles Perraudin – Constantin Petcou – Laure Rondeau Desroches – Nicolas Scherrier – Superuse Studios

Résumé éditeur

Consommer plus de «matière grise» pour consommer moins de «matières premières» : l’un des mots d’ordre de cet ouvrage qui convoque l’intelligence collective pour reconsidérer notre usage de la matière en architecture. 14 essais, 13 entretiens et 75 projets démontrent le potentiel du réemploi et la possibilité d’une nouvelle vie pour des matériaux usés dans tous les lots du bâtiment. À Bruxelles, les briques de seconde main construisent les pavillons d’aujourd’hui ; dans le Massachusetts, les portiques d’un viaduc autoroutier structurent une villa ; à Saint-Denis, le bardage refusé pour un centre commercial enveloppe désormais la prestigieuse Académie nationale contemporaine des arts du cirque ; à Madrid, les tuiles d’hier cloisonnent et transforment un lieu culturel d’avant-garde ; à Bali, des centaines de fenêtres à claire-voie habillent un hôtel ; en Alabama, 72 000 dalles de moquette portent la maison de Lucy ; même le futur siège du Conseil européen à Bruxelles se pare d’une façade composée de 3 000 fenêtres récupérées… Le réemploi ouvre un immense catalogue de possibles.

« Matière grise » pose l’acte de construire comme une actualité susceptible de faire évoluer l’architecture, replace l’architecte au centre du cycle de la matière et interpelle tous les métiers du bâtiment : ingénieurs, contrôleurs techniques, industriels, assureurs, entreprises de construction, maîtres d’ouvrage privés et publics.

Et si construire passait d’abord par le réemploi des matériaux qui existent en leur trouvant une seconde vie ?

Pascal Fort

More Posts - Website

Paru : “Le Corbusier et les arts dits “primitifs”” / sous la direction de Christine Mengin, Editions de la Villette, 2019

Lundi 06 Jan 2020

“Le Corbusier et les arts dits “primitifs”” / sous la direction de Christine Mengin, Editions de la Villette, 2019, 1 Vol. (160 p.), Collection “Fondation Le Corbusier”, ISBN : 978-2-37556-027-3

avec des contributions de : Rémi Baudouï, Gaëlle Beaujean, Véronique Boone, Carine Peltier-Caroff, Carlotta Darò, André Delpuech, Marie-Jeanne Dumont (IPRAUS/AUSser), Alicia Espinosa, Sarah Frioux-Salgas, Muriel Lardeau, Christine Laurière, Yann Laville, Marie-Laure Crosnier Leconte, Claude Malécot, Guillemette Morel Journel (ACS/AUSser), Maureen Murphy, Antoine Picon, Michel Richard, Arthur Ruëgg, Catherine de Smet, Françoise Very, Céline Trautmann-Waller.

Résumé

Le rapport profond et durable de Le Corbusier avec une sélection d’objets d’art non européens constitue un aspect
largement ignoré de son univers. Et pourtant, le chef de file de l’architecture moderne a, tout au long de son parcours, dessiné, publié, exposé et collectionné les « arts dits primitifs », selon la formulation clairvoyante qu’il emploie dès 1935. Plusieurs formes sculptées africaines et asiatiques, qui appartiennent pour lui aux époques les plus fertiles en invention, traversent ainsi son oeuvre, depuis les copies qu’il dessine au musée d’Ethnographie du Trocadéro en 1908-1909 jusqu’au fameux montage d’images intitulé « Poème électronique » de 1958, soit une récurrence d’un demi-siècle. Hasard de l’histoire, certaines de ces oeuvres, dont la république du Bénin demande la restitution, font aujourd’hui la une des journaux. L’ouvrage a pour but d’explorer ce point de repère dans son oeuvre, notamment à la lumière des travaux d’histoire de l’art sur le rôle des arts du monde entier dans l’invention de la modernité. La collection constituée par Le Corbusier est importante. La base des dessins de la Fondation Le Corbusier recense une trentaine de dessins réalisés entre 1905 et 1909 ; la collection particulière de Le Corbusier comprenait une dizaine d’oeuvres d’art africain (dont deux toiles du peintre soudanais Kalifala Sidibé), que l’on peut apercevoir sur les photographies de ses appartements, rue Jacob puis rue Nungesser-et-Coli ; des objets d’art exotiques sont reproduits dans différentes publications, de L’Esprit nouveau en 1920 au Poème électronique en 1958. La bibliothèque personnelle de Le Corbusier comprend une vingtaine d’ouvrages et un certain nombre de cartes postales concernant l’art extra-européen.

Pascal Fort

More Posts - Website

Parue : La lettre des nouveautés du Carnet de l’UMR AUSser n°80 du 18/12/2019

Mercredi 18 déc 2019

La lettre des nouveautés du Carnet de l’UMR AUSser n°80 du 18 décembre 2019 est parue.

Vous y trouverez les nouveautés (appels, événements, publications) repérées et publiées sur le carnet de veille de l’UMR AUSser.

Accédez à cette lettre : Lettre n°80

La prochaine lettre sortira le vendredi 31 janvier 2020.

Pascal Fort

More Posts - Website

Parue : La lettre des nouveautés du Carnet de l’UMR AUSser n°79 du 29 novembre 2019

Vendredi 29 nov 2019

La lettre des nouveautés du Carnet de l’UMR AUSser n°79 du 29 novembre 2019 est parue.

Vous y trouverez les nouveautés (appels, événements, publications) repérées et publiées sur le carnet de veille de l’UMR AUSser.

Accédez à cette lettre : Lettre n°79

La prochaine lettre sortira le jeudi 19 décembre 2019.

Pascal Fort

More Posts - Website

Paru : “La France des ronds-points : meilleurs souvenirs des Trente Glorieuses” / Jean-Marie Donat (dir.) – Eric Alonzo (Postfacier), Huginn & Muninn, 2019

Mardi 26 nov 2019

“La France des ronds-points : meilleurs souvenirs des Trente Glorieuses” / Jean-Marie Donat (dir.) – Eric Alonzo (Postfacier), Huginn & Muninn, 2019, 1 Vol. (224 p.), collection Maison Cocorico, ISBN 9782364807082

Accédez au site éditeur : La France des ronds-points

Résumé éditeur : Ronds-points mais aussi grands ensembles, échangeurs d’autoroute, centres commerciaux, zones piétonnes, centrales nucléaires… Partout sur son territoire, la France des Trente Glorieuses a vu s’ériger ces symboles de modernité triomphante. Cette collection unique de cartes postales éditées entre les années 1960 et 1980 fait l’autopsie d’un désastre esthétique, urbanistique et sociétal. La beauté d’hier, canonisée et figée sur ces photos souvenirs, est devenue l’horreur d’aujourd’hui.

Pascal Fort

More Posts - Website