Actualités du carnet de veille d'AUSser

S'abonner à flux Actualités du carnet de veille d'AUSser
Architecture Urbanisme Société : Savoirs, Enseignement, Recherche
Mis à jour : il y a 10 min 39 sec

Soutenance d’Habilitation à Diriger les Recherches de Nathalie Roseau – Ecole des Ponts (Champs-sur-Marne) – 24 juin 2019

Jeudi 13 juin 2019

Soutenance d’ habilitation à diriger les recherches en urbanisme et aménagement de Nathalie Roseau : “Temps et infrastructure, Essai sur l’urbanisme des métropoles

Lieu : Ecole des Ponts, (Amphithéâtre Navier), 6-8 avenue Blaise Pascal, Cité Descartes, 77455 Champs-sur-Marne
Date : lundi 24 juin 2019 à 14h00

Jury :
Jean-Louis Cohen, Sheldon H.Solow Professor in the history of architecture, New York University
– Carola Hein, Professor and head of the history of architecture and urban planning, Delft University of Technology
– Dominique Lorrain, Directeur de recherche émérite, CNRS, LATTS (UMR 8134)
– Antoine Picon, Directeur de recherche, Ecole des Ponts ParisTech, LATTS (UMR 8134) et Professor of the history of architecture and Technology, Harvard University (garant de l’habilitation)
– Olivier Ratouis, Professeur de l’Université de Paris Nanterre, LAVUE (UMR 7218)
– Paola Viganò, Professeure de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, Lab-U

Comment naissent les infrastructures urbaines ? Comment se réalisent-elles ? Comment grandissent-elles ? Objet pratique destiné à satisfaire les besoins urbains, l’infrastructure est un sujet à part entière doté d’une capacité propre d’émancipation qui agit sur l’espace, « variable explicative et expliquée » de la ville en devenir pour reprendre les mots de Bernard Lepetit. Futurismes et obsolescences, désynchronisations et discordances, latences et accélérations, dépassements et décrochages : souvent problématique, l’infrastructure figure une promesse, renouvelée pour enclencher le futur des villes ou réhabilitée pour renouer avec leur passé. En éclairant les causalités selon lesquelles elles se construisent et se développent dans leur milieu urbain, cette recherche fait l’hypothèse que le prisme des infrastructures offre la possibilité de rendre intelligibles les temporalités des villes, leurs représentations et leurs pratiques. Elle s’articule autour de trois narrations qui nous emmènent successivement à New York, Paris et Hong Kong. Revenant sur les trajectoires du parkway new-yorkais de 1870 jusqu’à nos jours, l’héritage du Grand Paris des « Trente Glorieuses » et le déploiement de l’infrastructure aérienne de l’archipel hongkongais depuis les années 1990, elles envisagent l’infrastructure dans une perspective située et transnationale selon trois figures qui permettent de comprendre le rôle qu’elle occupe dans l’agrandissement des villes : l’oxymore, le sismographe, le méta-objet. Ce que les matérialités infrastructurelles nous disent des futurs urbains : à travers l’étude de ces objets de grande échelle, c’est à une réflexion sur l’urbanisme contemporain qu’invite cette recherche.

Paru : “Les routes du futur Grand Paris” / Mathieu Mercuriali et Virginie Picon-Lefebvre, Editions du Pavillon de l’Arsenal, 2019

Mercredi 12 juin 2019
“Les routes du futur Grand Paris” / Mathieu Mercuriali et Virginie Picon-Lefebvre, Editions du Pavillon de l’Arsenal, 2019, 1 Vol. (312 p.), ISBN: 978-2-35487-050-8 

Présentation par l’éditeur : Pour permettre à chacun de mieux appréhender les réflexions et propositions des 4 équipes sélectionnées, l’ouvrage invite dans un premier temps à découvrir ou redécouvrir l’histoire du réseau autoroutier francilien et la transformation progressive de ses usages et son paysage. Cette rétrospective unique est menée par Mathieu Mercuriali et Virginie Picon Lefebvre (IPRAUS/AUSser). L’ouvrage propose également des contributions de Nicolas Hautière et de l’IAU ÎdF/Driea, ainsi que la réalisation d’un atlas des routes, autoroutes et voies structurantes du Grand Paris par Antoine Barjon et l’Atelier Parisien d’Urbanisme. Au regard de cette histoire et de travail cartographique cet ouvrage dévoile les visions de
chaque équipe à l’échelle régionale mais aussi sur une douzaine de lieux stratégiques
et emblématiques de la mobilité en Île-de-France.

Parue : Moussons n°33 “Recherche en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est”

Mardi 11 juin 2019

Accédez au document en version intégrale : Moussons n°33

Présentation du numéro : Ce numéro généraliste de Moussons a une saveur particulière : il entame avec l’année 2019 ses 20 ans d’existence salués dans l’éditorial sous le titre « Vingt après ». S’ensuit un dossier thématique qui conjugue les compétences des géographes, des urbanistes et des ethnologues pour aborder, sous l’angle des politiques publiques et des initiatives privées, les processus récents de densification démographique et de gentrification de la principale ville du Myanmar : Yangon (autrefois Rangoun). En effet, depuis le début des années 2010 et la relative libéralisation du régime, la capitale économique du Myanmar a attiré un grand nombre de migrants en quête d’opportunités d’emploi et de formation. La cité doit alors faire face à des problèmes de surpeuplement, de congestion du trafic, d’inadaptation des infrastructures, de marginalisation des habitants les plus modestes, de dégradation de leurs conditions de vie et de menaces sur le patrimoine architectural de la ville. Les articles du dossier rédigés par Marion Sabrié, Maaike Matelski, Helene Maria Kyed et Eben Forbes, traitent de ces différents problèmes en croisant, par le biais d’enquêtes de terrain, les logiques d’action des élites et des classes moyennes ou populaires. Deux articles varia composent également ce numéro. Julien Debonneville et Olivia Killiasdécrivent le rôle des agences de recrutement et de placement dans l’économie mondialisée du travail domestique en se penchant sur deux « industries » de la migration de référence en Asie du Sud-Est, les Philippines et l’Indonésie. Laurent Gédéon étudie les prétentions territoriales chinoises sur la mer de Chine du Sud qui imposent au Vietnam de concevoir désormais une maritimisation de son espace stratégique.

Parus : Actes du colloque “QPES 2019 : Questions de Pédagogies dans l’Enseignement Supérieur” (en ligne)

Vendredi 07 juin 2019

Accédez aux actes en version intégrale : “QPES 2019”

Présentation du colloque par les organisateurs : Le colloque « Questions de pédagogies dans l’enseignement supérieur » a pour vocation de faire progresser l’expertise pédagogique et la réflexion sur l’enseignement supérieur, en permettant à tous les professionnels impliqués de se rencontrer et d’échanger leurs analyses et leurs expériences. Ces professionnels sont des acteurs de l’enseignement supérieur issus des universités, écoles, instituts professionnels, etc. Ils sont tout aussi bien enseignants de toutes disciplines, chercheurs en éducation, conseillers et ingénieurs pédagogiques que directeurs de formation désireux d’enrichir leurs pratiques. Le colloque a pour fonction de rassembler le plus de participants possibles, venant d’horizons divers, afin de laisser libre cours à l’expression et aux échanges.

dont 2 communications de Joanne Vajda (AHTTEP/AUSser) en co-auteur :
L’approche coopérative comme outil de construction identitaire profession-nelle et de structuration d’une communauté de pratique pour les enseignants-architectes,
Scheffers Patricia, Le Coguiec Eric, Seijkens Nicolas, Raucent Marie-Christine, Vajda Joanne, Leduc Diane

Construire une démarche pédagogique et déployerla coopération à toutes les échellesentre écoles d’architecture européennes,
Raucent Marie-Christine, Vajda Joanne, Le Coguiec Eric, Leduc Diane, Scheffers Patricia

Sixième séance du Séminaire IGP de l’année 2018/2019 : “La limite de Paris. De la Zone et ses archives à la révision du périphérique” – ENSA Paris-Belleville – 20 juin 2019

Jeudi 06 juin 2019

Séminaire du Groupe transversal « Inventer le Grand Paris » (Labex Futurs Urbains, UPE), organisé en collaboration avec le Programme Archival City (I Site Future)

Coordination scientifique : André Lortie et Loïc Vadelorge

Accédez à l’annonce sur le site : Sixième séance du Séminaire IGP

Lieu : Ecole nationale supérieure d’architecture Paris Belleville, Amphi Central, 60, Boulevard de La Villette, 75019 Paris

Date : 20 juin 2019, 10h-18h30

Présentation par les organisateurs : Cette séance du Séminaire scientifique « Inventer le Grand Paris » sera composée de deux tables rondes. Elle sera précédée d’une conférence de Maria Castrillo Romon de l’Université de Valladolid, dans le cadre du travail en cours sur l’histoire croisée des métropoles.

Dans le cadre du projet de recherche Archival city, piloté par Vincent Lemire (Upem, ACP), le Grand Paris constitue un terrain d’observation privilégié des liens entre histoire et archives d’une part et entre usages de l’histoire et aménagement urbain d’autre part. Si l’idée même d’un guide ou d’un portail des sources archivistiques et documentaires de l’histoire du Grand Paris semble utopique, les centres d’archives et de documentation sont depuis longtemps bien identifiés et fréquentés par les chercheurs. Il n’en reste pas moins que les liaisons entre les fonds référencés par les archivistes et les corpus utilisés par les chercheurs ne coïncident pas toujours. Beaucoup de recherches utilisent ainsi des chemins de traverse ou des voies obliques pour approcher les grands objets de l’histoire du Grand Paris : schémas d’aménagement, grands équipements régionaux, grands programmes de logement ou d’urbanisme, etc. Par ailleurs, les institutions qui produisent les fonds classiques de l’histoire du Grand Paris (Préfecture de la Seine, District de la région parisienne, Secrétariat général des villes nouvelles, établissements publics d’aménagement des grandes opérations, etc.) ne sont généralement connus que dans les grandes lignes et non dans le détail du fonctionnement de leurs services d’études, de programmation, de gestion.

Programme :

10h00 : Accueil

10h30-12h00 : Conférence de Maria Castrillo Romon, professeure d’urbanisme et d’aménagement du
territoire, Universidad de Valladolid (España) : Regards croisés sur les métropoles : les métropoles du monde sous le regard d’Ildefonso Cerdá ?
Présentée et animée par Laurent Coudroy de Lille et Loïc Vadelorge
Discussion

12h30-13h30 : Buffet déjeunatoire

Séminaire « La limite de Paris : de la Zone et ses archives à la révision du périphérique »
14h00-16h30 : Table Ronde
Archiver la ville informelle : la Zone de Paris en perspective / Organisée et modérée par : Loïc Vadelorge

16h30-18h30 : Table Ronde
Repenser la limite de Paris : quel rôle pour la connaissance historique ? / Organisée et modérée par : André Lortie

40E Rencontres des agences d’urbanisme – Ile-de-France – 06 au 08 novembre 2019

Jeudi 06 juin 2019

Accédez au site : Rencontres des agences d’urbanisme – Ile-de-France

La rencontre des agences d’urbanisme est le rendez-vous annuel des élus, des aménageurs publics et privés, des urbanistes et des architectes, des chercheurs et de tous ceux qui sont intéressés par l’évolution et les dynamiques des villes et des territoires. Cette 40e édition se tiendra les 6, 7 et 8 novembre 2019 en Île-de-France et sera co-organisée par l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Île-de-France (IAU) et la Fédération nationale des agences d’urbanisme (Fnau).

Présentation par les organisateurs : Défendue, valorisée, voire érigée en modèle de développement urbain, la métropolisation est aussi désormais régulièrement critiquée parce qu’elle conduirait à une division de l’espace national.

D’un côté, les villes gagnantes – celles qui se trouvent au coeur des métropoles – de l’autre, les villages, les petites et moyennes villes, certains espaces ruraux ou périurbains, qui seraient en dehors du phénomène métropolitain et de ses supposés bénéfices économiques.

Cette opposition n’a pourtant rien d’évident. Elle est, sans doute, moins binaire que ne le laissent entendre les thèses et les représentations construites autour de la notion de fracture territoriale. Les inégalités socio-économiques traversent ces différents types de territoires et, pour autant, ils ne connaissent pas tous les mêmes trajectoires de développement.

Les grandes villes tendent à gagner de la population, à concentrer les emplois et la production de richesse, mais, dans le même temps, de plus petites villes ou villages génèrent un autre modèle de développement, qui peut être humain et innovant à la fois.

Comment surmonter les oppositions et les représentations qui les renforcent ? Comment faire en sorte que les différents territoires se pensent et se construisent sur le mode de l’interdépendance et non de l’indifférence ou de la confrontation ? Comment créer des formes actives de développement partagé ? Qu’est-ce qui fait lien entre les territoires urbains, périurbains et ruraux ? Entre leurs habitants ? Quelles sont les aménités partagées ?

La réponse à ces questions tient peut-être dans un postulat commun : celui de la transition qui impacte chaque territoire et repose sur les ressources propres à chacun. Démontrer l’indissociable dépendance des territoires face à cet enjeu majeur, tel est le pari de cette 40e rencontre.

Appel à contribution pour la revue n°14 Urbanités (date limite : 24 juin 2019)

Jeudi 06 juin 2019
  • Coordination scientifique :
  • Charlotte Ruggeri, docteure en géographie, rattachée au laboratoire LVMT de l’université Paris-Est Marne-la-Vallée
  • Frédérique Célérier, docteure en géographie, rattachée au laboratoire Passages – UMR 5319 de l’Université Bordeaux Montaigne

Accédez à l’annonce Calenda : revue n°14 Urbanités

À l’occasion de son numéro #14, la revue Urbanités souhaite explorer la ville dans toutes ses dimensions, de la thématique du gigantisme urbain sous toutes ses formes à son revers, à savoir la revalorisation de villes « à taille humaine » et lance à cet effet un appel à propositions d’articles.

Festival de l’histoire de l’art 2019 – Fontainebleau – 07 au 09 juin 2019

Jeudi 06 juin 2019

Accédez au site : Festival de l’histoire de l’art 2019

Présentation par les organisateurs : Rendez-vous international unique en Europe, le Festival de l’histoire de l’art rassemble chaque année depuis 2011 les spécialistes de l’histoire de l’art du monde entier et un large public autour d’une passion commune pour les arts.
Pendant trois jours, plus de 300 manifestations gratuites et ouvertes à tous – conférences, débats, présentations d’ouvrages, mais aussi projections, spectacles, visites guidées et activités pour le jeune public – visent à présenter la richesse des arts visuels anciens et contemporains, de la peinture au cinéma, de la performance aux arts décoratifs, de l’architecture aux arts numériques…

Pour la 9e édition, le programme s’articulera autour du thème du peuple et des pays nordiques qui seront à l’honneur.

Séminaire inaugural “Paysages, récits métropolitains” – Université de Marseille – 19 juin 2019

Jeudi 06 juin 2019

Accédez à l’annonce : Paysages, récits métropolitains

POPSU Aix-Marseille-Provence MÉTROPOLE : Le “grand” Paysage comme ressource(s)

Lieu : Amphithéâtre Jean Etienne Touze Aix Marseille Université – Jardin du PharoBâtiment C – 58 Boulevard Charles Livon, 13007 Marseille
Date : 19 juin 2019 à partir de 13h

Présentation par les organisateurs : Le paysage s’invite dans les récits métropolitains pour une reconnaissance et une expérience partagées du territoire. Sentier métropolitain GR2013, Hôtel du Nord, les promenades sonores, les 1001 nuits, Voyage métropolitain ou Grande Caravane, en sont les vitrines. Pour la Métropole Aix-Marseille-Provence, située dans une nature omniprésente, la mise en récits des paysages s’est construite au fil des préfigurations de la métropole jusqu’à s’inscrire au cœur du projet métropolitain. La plateforme de recherche Popsu Aix-Marseille-Provence Métropole observe comment une métropole peut être une fabrique de paysages habités, quotidiens, emblématiques, naturels ou productifs. Il s’agit d’éclairer un modèle de développement métropolitain s’appuyant sur les ressources de son paysage pour favoriser l’attractivité et la résilience de ses territoires.Ce séminaire inaugural questionne le passage du récit à l’action, à un moment où la Métropole Aix -Marseille-Provence lance le premier plan paysage métropolitain. Au filtre du fil rouge de la métropole dans sa relation aux autres, cette perspective met en débat les réciprocités et les coopérations entre les territoires, autour d’un objet métropolitain fédérateur, extrêmement diversifié et particulière riche écologiquement, mais souvent fragilisé. Comment organiser le partage du paysage métropolitain afin de profiter de ses ressources et d’en tirer le meilleur tout en le protégeant ?

Exposition « Les Routes du futur du Grand Paris » – Pavillon de l’Arsenal (Paris) – 7 juin au 13 octobre 2019

Jeudi 06 juin 2019
Vernissage de l’exposition le jeudi 6 juin 2019 à 18h au Pavillon de l’Arsenal

Accédez à la présentation : Les Routes du futur du Grand Paris

Présentation par les organisateurs : Quel devenir pour le réseau routier du Grand Paris ? Quelles transformations mener pour améliorer les mobilités, réduire les nuisances et favoriser l’insertion du réseau dans son environnement ? 4 équipes pluridisciplinaires sélectionnées par les collectivités au sein du Forum métropolitain du Grand Paris, avec la Mairie de Paris, la Région Île-de-France et l’Etat, à l’issue d’une consultation internationale, engagent des réflexions prospectives et ouvrent un nouveau champ des possibles.

Le Pavillon de l’Arsenal et 11 lieux franciliens présentent, du 7 juin au 13 octobre 2019 au travers de l’exposition « Les Routes du futur du Grand Paris », le résultat des travaux sur les visions prospectives des équipes pour le devenir des autoroutes, boulevard périphérique, voies rapides ou structurantes à l’horizon 2030 et 2050.


Colloque international “Récits de ville. Usages de l’histoire et changement urbain” – Ivry-Sur-Seine – 6 et 7 juin 2019

Mardi 04 juin 2019

Organisation : Groupe Transversal “Usages de l’histoire et devenirs urbains” du LABEX Futurs Urbains et l’Instituto Universitario de Urbanística, Universidad de Vallodolid (España)

avec le soutien de la Ville d’Ivry-sur-Seine, Département du Val-de-Marne, PUCA, Laboratoire ACP, CHS du XXe siècle, IPRAUS, CHREC, LABEX Futurs Urbains et DynamiTe

Comité d’organisation : Emmanuel Bellanger (CNRS, CHS), Florence Bourillon (UPEC, CRHEC), María Castrillo Romón (IUU, UVa), Laurent Coudroy de Lille (EUP, Lab’URBA), Corinne Jaquand (IPRAUS/AUSser, ENSA Paris-Belleville), Víctor Pérez Eguíluz (IUU, UVa), Javier Pérez Gil (IUU, UVa), Luis Santos Ganges (IUU, UVa), Loïc Vadelorge (UPEM, ACP)

dont intervention de Federico Ferrari (ENSAPM, ACS/AUSser 3329) : “Milano 2. La « figure » dans la construction d’un récit populiste”

Programme Recits de VilleTélécharger

Présentation par les organisateurs : Trois grandes entrées thématiques structurent ce colloque sur les récits de ville et leurs usages : la production et la transmission des récits mémoriels, consensuels et fédérateurs ; les récits de ville, sources et témoignages des conflits, des volontés d’effacement et d’occultation ; les récits de ville faire valoir d’enjeux et de formes d’appropriation et de captation du changement urbain, social, politique et économique Qu’il soit produit dans le cadre d’une commande publique liée au pouvoir de bâtir ou en dehors de tout cadre institutionnel, le récit de ville vise en effet à identifier des repères, des hauts-lieux, des acteurs, des politiques qui déterminent un devenir social. L’hypothèse de départ de ce colloque associait les récits de ville à une forme de « narratologie » et de représentations, tournée ou orientée vers la production urbaine. Tous les récits de ville fabriquent de l’imaginaire bâtisseur, politique et social. Les appels insistants à la constitution d’un « récit métropolitain » témoignent aujourd’hui, en France comme à l’international, de cet enjeu ou de cette injonction à produire des récits fédérateurs de légitimation. Aussi, la question des usages politiques et sociaux des récits de ville sera-t-elle au cœur des analyses et débats de ce colloque. Les communications mettront en perspective et discuteront de la manière dont des individus, des collectifs d’habitants et des acteurs privés et publics s’approprient le passé et le reconfigurent pour mieux se reconnaître dans la ville, peser sur sa production, la contrôler et la gouverner. Au-delà des questions épistémologiques et des usages des sources qui irrigueront les réflexions, c’est le rapport des sociétés urbaines avec le passé, l’héritage patrimonial et la mémoire collective des villes qui sera interrogé. La variété des approches disciplinaires et leur croisement offriront certainement un éclairage nouveau sur la fabrique des identités de ville en lien avec l’histoire de leur peuplement, des savoirs urbains, des transformations des tissus économiques, des politiques publiques et des institutions qui les portent.

Workshop “Housing in Urban China” – Sciences Po (Paris) – 13 et 14 juin 2019

Lundi 03 juin 2019
Workshop “Housing in Urban China: Policies, Practices and Comparative Approaches”

Organization: Sciences Po, Centre for European Studies and Comparative Politics (CEE),Center for International Studies (CERI) & Urban School Supported by the program Cities are back in town

Place : Sciences Po, Conference Room 56 rue Jacob, 75006 Paris

Website: Housing in Urban China

Since the end of the 1990s, housing has become a crucial issue in China. Moreover, the housing approach allows us to take into account a large array of challenges facing contemporary Chinese society. Housing industry is today one of main growth-driven economic sector. Homeowners have emerged as a new social category, having high level of living standards and high expectations. Real estate residences have completely reshaped the urban landscape, creating a new social geography. But problems have arisen. In sharp contrast with the past, large cities face gentrification process, leading to social polarization between upper class and underclass areas. Migrant workers meet more and more difficulties to find a place to stay, and social housing is an issue of growing concern for public policies. Because of the endless increase in real estate prices, the new generation is facing serious difficulty to have access to propriety but the older generations of homeowners expect prices will further increase. Heritage conservation and urban planning policies create difficulties between different levels of the administration.

Appel à communications du colloque « Penser – Faire. Les enjeux théoriques et pratiques des revalorisations du faire en architecture » (date limite : 15 septembre 2019)

Lundi 03 juin 2019
Appel à communications / Call for Paper : Penser – Faire. Les enjeux théoriques et pratiques des revalorisations du faire en architecture / Thinking – Making. Perspectives on the growing prominence of making in architecture Appel à communications Colloque Penser-FaireTélécharger

Comité organisateur : Sasha (ULB) — Julie Neuwels, Pauline Lefebvre, Ludivine Damay, Sophie Jacquemin, Daniela Salgado Cofré et Alessandra Bruno ; Team 11 (ULg) — Jean-Philippe Possoz, Justine Gloesner et Gwendoline Schaff ; Hortence (ULB) — Anne-Laure Iger et Victoire Chancel.

Dates et lieu du colloque : 18 et 19 février 2020 / Faculté d’Architecture de l’Université Libre de Bruxelles

FR • Ce colloque vise à explorer comment le domaine de l’architecture est touché par un mouvement de revalorisation du faire. Cette tendance se manifeste par le fait que certains architectes s’engagent de manière plus directe dans les pratiques constructives, en prise avec certains matériaux ou certaines techniques. Le colloque propose d’investiguer la diversité des manifestations de la revalorisation du faire en architecture suivant trois axes distincts : (1) les évolutions historiques et enjeux théoriques de ce phénomène ; (2) les acteurs impliqués, les motivations et les valeurs qui les poussent à s’y engager ; (3) et les moyens ou outils qui sont mobilisés en vue d’établir une relation plus directe avec la matière et sa mise en oeuvre.

EN • This conference explores the growing prominence of making in architecture, as manifested by
architects who engage more directly in building practices, dealing more closely with materials and
techniques. The colloquium proposes to investigate a diverse set of cases where making is re-evaluated and celebrated. It calls for papers along three lines of inquiry: (1) historical and theoretical perspectives on the evolution of the relationship between thinking and making, and its consequences in architecture; (2) case studies that assess the motivations and values of actors involved in making in the field of architecture; (3) investigations into the means and tools that aim at a closer relationship between designers, materials and built forms.
1

Parue : Lettre des nouveautés du carnet de veille de l’UMR AUSser n°74 du 31 mai 2019

Vendredi 31 mai 2019
Lettre des nouveautés du carnet de veille de l’UMR AUSser n°74 du 31 mai 2019

Accédez à la lettre : Lettre AUSser n°74 du 31 mai 2019

Vous trouverez les nouveautés (appels, colloques, séminaires, publications…) repérées et publiées sur ce carnet de veille.

Séminaire “Les écoles dans leur territoire” – Versailles – 13-14 juin 2019

Mercredi 29 mai 2019
Séminaire du réseau « Ville, Territoire, Paysage » intitulé « Les écoles dans leur territoire » Programme_VTP3Télécharger

dont intervention de Florence Lipsky (OCS/AUSser) et Philippe Potié (ENSA Versailles) : Les Grands
Ateliers de l’Isle d’Abeau : du désert au milieu éducatif.

Ce séminaire est organisé à Versailles par l’Ecole nationale supérieure de Paysage et l’Ecole nationale supérieure d’architecture et leur laboratoire respectif (LéaV à l’ENSA-V et LAREP à l’ENSP), avec le soutien de la Drac Île-de-France.

Il est ouvert largement mais l’inscription est préférable avant le 7 juin 2019 afin de vous accueillir au mieux ; tous les détails pour vous inscrire sur le site Topia.

Tout en conservant l’optique des deux premiers séminaires de permettre un retour et des échanges sur la pédagogie sur les Villes, Territoires et Paysages, il s’articule entre séances de terrain et échanges en séances plénières. Les sites des deux écoles accueilleront ce 3e séminaire, permettant également de découvrir les expositions de la Biennale d’architecture et du paysage. 

Journée d’étude “Travail, genre et images : les archives revisitées” – BNF (Paris) – 3 juin 2019

Mercredi 29 mai 2019

Journée d’étude à l’occasion de la parution du numéro double 6/7 de la revue Image du travail/Travail des images : « Femmes au travail : quelles archives visuelles ? », organisée par Marianne Cailloux, Alain Carou, Jean-Paul Géhin, Françoise F. Laot, Anne Monjaret.

dont participation de Laetitia Overney (IPRAUS/AUSser) à la table ronde à 15h “Questionnement sur les corpus travaillés dans les articles du dossier : en quoi et comment des images peuvent-elles advenir archives visuelles documentant sur le genre au travail ?”

Programme ITTI – BNF. 3juin2019Télécharger

Lieu : Bibliothèque nationale de France, Haut de jardin, salle A (Audiovisuel), Quai François Mauriac, 75013 Paris
Date : 3 juin 2019, 9h30-17h30

Rencontres doctorales en architecture et paysage “Ici par ailleurs” – ENSA Lyon – 11 au 13 septembre 2019

Mercredi 29 mai 2019
5E Rencontres doctorales en architecture et paysages “Ici par ailleurs : l’international en questions”

Lieu : ENSA Lyon, 3 Rue Maurice Audin, 69120 VAULX-EN-VELIN
Date : 11 au 13 septembre 2019

Appel à communications pour la journée d’études : “Le XIXe siècle face au passé. Regarder et transformer l’architecture des XVIIe et XVIIIe siècles” (date limite : 22 juin 2019)

Mercredi 29 mai 2019
Appel pour la Journée d’études du Centre André Chastel – 11 septembre 2019 : “Le XIXe siècle face au passé Regarder et transformer l’architecture des XVIIe et XVIIIe siècles” Appel à communications – JE ChastelTélécharger

Elle est organisée par Emmanuelle Bordure, Elsa Jamet et Clémence Pau, doctorantes en histoire de l’architecture à Sorbonne Université (Centre André Chastel / ED 0124 Histoire de l’art et archéologie).

La date limite de l’envoi des propositions de communication est le 22 juin 2019.

Pour tout contact, veuillez utiliser l’adresse email : journee.chastel2019@gmail.com

L’exploration des relations entre le XIXe siècle et l’architecture des XVIIe et XVIIIe siècles pourra s’appuyer sur des études de cas et des analyses de corpus, sur l’examen de fonds d’archives et de sources littéraires, mais aussi sur des approches plus générales et théoriques.

La journée d’études se proposera d’interroger les aspects suivants :
– Le regard critique du XIXe siècle sur les productions des XVIIe et XVIIIe siècles
– La prise en compte de l’architecture et du décor de l’édifice préexistant dans le cadre d’interventions de modernisation et de reconversion au XIXe siècle : que choisit-on de garder, de restaurer, de supprimer, de valoriser dans le nouveau projet ?
– L’adaptation des interventions du XIXe siècle à l’architecture préexistante (choix du style, des couleurs, des matériaux, etc.)
– Les méthodes mises en œuvre par les historiens de l’art, les architectes et les restaurateurs du patrimoine pour analyser et valoriser (ou non) les interventions du XIXe siècle

Tous les types de programmes architecturaux seront examinés et les interventions étudiées concerneront la réalisation de nouveaux décors intérieurs (peinture, sculpture, lambris, vitraux, papier peint, céramique, glaces, cheminées, etc.), les aménagements intérieurs (redistribution des espaces, escaliers, voûtement, ouvertures, sols, etc.), les agrandissements, les modifications de la silhouette extérieure et les reprises de la modénature extérieure. Les choix et les méthodes de restauration des éléments des XVII e et XVIIIe siècles conservés pourront également être étudiés.

Appel à articles “Réparer les territoires post-miniers, approches territorialistes, paysagères, architecturales et artistiques”, Les Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère (date limite : 15 novembre 2019)

Mardi 28 mai 2019
“Réparer les territoires post-miniers, approches territorialistes, paysagères, architecturales et artistiques” : Dossier thématique coordonné par Sandra Fiori, Béatrice Mariolle et Daniela Poli. Appel à articles CRAUP 7 Télécharger

Les propositions d’articles complets seront envoyées par mail avant le 15 novembre 2019
au secrétariat de rédaction des Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère
secretariat-craup@culture.gouv.fr
Pour plus d’informations, contacter Aude Clavel au 06 10 55 11 36

Nés d’une économie sectorielle destructrice au plan écologique, les territoires de l’après-mine portent les stigmates d’un mode de développement qui n’est plus tenable, mais avec les effets duquel il faut encore composer. Territoires fragilisés, à la fois visibles et invisibles, souvent patrimonialisés, ils offrent des situations contemporaines où l’expérimentation des transitions vers une société post-carbone trouve particulièrement sa pertinence. Figures métonymiques d’un monde à réparer, ils sollicitent les analyses et contributions prospectives de nos disciplines de recherche : paysage, architecture, urbanisme.
L’ambition de ce nouveau dossier des CRAUP est de dresser un tableau international des contributions les plus récentes qui, à l’articulation entre recherche et projet, s’intéressent aux transformations post-minières sous leurs dimensions à la fois spatiales, socio-économiques, écologiques, paysagères, ou encore esthétiques.
Dans le prolongement de travaux menés autour des notions de re-territorialisation (Magnaghi 20032, 20173 ; Poli, 20184), régénération -reclaiming (Berger, 2002), récupération – recovering (Corner, 1999), les questions que nous souhaitons plus précisément mettre à contribution sont : comment réparer des territoires monofonctionnels ? De quelles manières les outils du concepteur, architecte, urbaniste, paysagiste, artiste, y contribuent-ils ?


Journée d’étude “La place publique, espace politique Usages, appropriations, représentations en France et dans le monde (XVIIIe-XXIe s)” – Université Lumière Lyon 2 – 23 mai 2019

Mardi 28 mai 2019
Journée d’étude “La place publique, espace politique Usages, appropriations, représentations en France et dans le monde (XVIIIe-XXIe s)” organisée par le Laboratoire de Recherches Historiques Rhône-Alpes et l’atelier Images-sons-mémoires Programme place publiqueTélécharger

dont intervention de Joanne Vajda (AHTTEP/AUSser) avec Laurent Baridon, Evelyne Cohen : “De la transformation d’un rond-point à l’aménagement d’une « scène ouverte » : la Place de la République à Paris (2008-2018)”

Présentation par les organisateurs : Cette deuxième journée d’études s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherches interdisciplinaire initié par trois laboratoires le LARHRA (UMR CNRS), le CRIHAM (Université de Poitiers) et l’équipe ISOR (Centre d’Histoire du XIXe siècle Université Paris I). Y participent en particulier et sans exclusive des historiens, des géographes, des architectes, des philosophes. Élément fondamental des politiques d’aménagement et d’urbanisme du XVIIIe siècle à nos jours, les places sont autant des « lieux » où se déroulent des événements politiques et festifs, que des lieux de mémoire ou d’oubli dont témoignent récits, discours et images qui les mettent en scène à travers leur histoire. Elles véhiculent des symboliques et représentent des enjeux pour la démocratie. Les places sont des espaces publics partagés, que l’on s’approprie et que l’on investit pour manifester, contester, célébrer, agir, et que le pouvoir (quel qu’il soit) configure et tente de maîtriser du point de vue spatial, urbain et politique. L’objectif de cette journée est d’examiner à travers différents contextes spatio-
temporels la façon dont ces « lieux » sont traversés et reconfigurés par l’histoire sociale, culturelle et politique du XVIIIe au XXIe siècle.

Pages