Du Néoclassicisme au Purisme : Pietro Tomba et l’architecture à Faenza à l’époque révolutionnaire et napoléonienne

Thèse soutenue
Directeur de recherche : 
Thèse en cotutelle entre l’Université Paris 8 et l’Université d’Udine.
Codirecteur : Franco Amendolagine
Equipe de recherche : 
Université : 
Année de soutenance : 
Date de la soutenance : 
Lundi 29 Mars 2010

Du Néoclassicisme au Purisme : Pietro Tomba et l’architecture à Faenza à l’époque révolutionnaire et napoléonienne.

  • Soutenance le 29 mars 2010
  • Sous la direction de Pierre Pinon et Franco Amendolagine
  • Discipline : Architecture
  • Thèse en cotutelle entre l’Université Paris 8 et l’Université d’Udine.

Après son inclusion dans la légation pontificale de la Romagne, au début du XVIe siècle, la ville de Faenza connaît deux siècles de relative stagnation culturelle. A l’écart des grands courants artistiques qui traversent l’Italie et l’Europe, elle retrouve, au fil des années, un grand élan idéologique et culturel : au cours du XVIIIe siècle, cet essor entraîne un développement exceptionnel de l’architecture et du décor, censé caractériser la ville pendant toute la période révolutionnaire et napoléonienne et la transformer dans l’une des capitales du Néoclassicisme.

Grâce à l’action éclairée de quelques commanditaires locaux érudits et très bien renseignés sur les nouveautés internationales, tels que le Comte Laderchi et le Comte Milzetti, les architectes G. Pistocchi, G. A. Antolini, P. Tomba, et le peintre F. Giani, ont la possibilité de réaménager la ville et de lui lui conférer son aspect néoclassique actuel. L’esprit novateur de Pistocchi, de Antolini et de Tomba, ne se limite cependant pas aux édifices : de nombreux projets nous montrent tout leur talent, leur grande culture et l’intéraction entre leur style et les poétiques architecturales les plus avancées d’Europe. Pietro Tomba, en particulier, est négligé – à tort – par les chercheurs et les critiques tout au long du XXe siècle, malgré son rôle primordial dans le développement de l’architecture de la Romagne et dans la promotion de son évolution stylistique du Néoclassicisme au Purisme. En dépit de la similitude avec l’architecture idéologique et visionnaire française de ses premières œuvres, d’inspiration jacobine et dont la plupart sont restées à l’état de projet, les travaux réalisés par l’architecte vers la fin du Premier Empire et le début de la Restauration, s’inscrivent dans la continuité classique : caractérisés par une tendance à la sobriété et au retour à l’ordre, ils semblent témoigner d’une parfaite compréhension des changements idéologiques, politiques et sociaux, qui affermissent les principes conservateurs de l’époque.

From neoclassicism to purism : pietro tomba and the architecture in faenza during the french revolution and the napoleonic age

After being included in the Pontifical Legation of Romagna, at the beginning of the 16th century, Faenza went through two centuries of cultural stagnation. Apart from the major Italian and European art movements, the town experienced important ideological and cultural changes. During the 18th century, these changes led to an exceptional architectural and decorative development that marked the local Revolutionary and Napoleonic era and transformed the town into one of the capitals of Neoclassicism. Cultured and modern enlightened customers, such as Count Laderchi and Count Milzetti, allowed the architects G. Pistocchi, G. A. Antolini, and P. Tomba and the painter F. Giani, to modernise the town and to contribute towards its present neoclassical style. But the new buildings are not the only innovation introduced by Pistocchi, Antolini and Tomba : besides being a clear demonstration of how brilliant and learned they were, their projects are an interesting example of interaction with the later European architectural and artistic poetics. During the 20th century, researchers and critics did not pay the due attention to these artists, especially to Pietro Tomba, a key figure in local architecture. Actually, he was one of the most important promoters of the stylistic evolution from Neoclassicism to Purism in the Romagna region. His youthful works – mainly projects dating from the Jacobin era – have many characteristics, which are typical of the French ideological and visionary architecture. The works dating from the end of the First Empire and the beginning of the Restoration period still subscribe to Classicism, but show a greater sobriety and sense of order. This tendency has to be seen as a perfect understanding of the ideological, political and social changes that were strengthening the conservative principles underpinning society during those years.