Journée d’études « l’imaginaire de la maison étanche » - 20 mai 2016

Type de manifestation : 
Année de la manifestation : 

Journée d’études « l’imaginaire de la maison étanche »

Organisée dans le cadre du projet HeSam, Cetcopra, Université de Paris I Panthéon Sorbonne et École nationale supérieure d’architecture Paris La Villette, UMR AUSser 3329

Lieu : ENSA Paris-Belleville, 60 bd de la Villette 75019 Paris. Salle vitrée de l’IPRAUS, 3e étage, 1er escalier

Date : 20 mai 2016, 9h30-12h30

Programme :

9h00 – 10h30 : Mettre en œuvre l’étanchéité à l’air. Étude d’un programme pilote de réhabilitation du patrimoine minier dans le Pas-de-Calais, Laure Dobigny, Cetcopra, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

A partir d’une étude de terrain socio-anthropologique portant sur un programme de réhabilitation énergétique ambitieux du patrimoine minier dans le bassin lensois (Réhafutur), nous questionnerons les implications socio-professionnelles, normatives et symboliques de ce type de projet, tant pour ceux qui les mettent en œuvre que pour ceux à qui se destinent ces bâtiments (usagers et habitants).

Les champignons dans les environnements intérieurs : un problème qui n’est
malheureusement pas imaginaire…, Philippe Silar, LIED, Université Paris-Diderot

Les matériaux de construction servent de substrats pour la croissance de nombreux micro-organismes. Parmi ceux-ci les champignons causent le plus de problèmes, en
particulier dans le cas des habitats où l’humidité est élevée. Il est probable que leur
impact augmente dans les maisons aux nouvelles normes de construction, si l’humidité n’est pas contrôlée efficacement. Au cours de la présentation, je rappellerai les modes de développement des moisissures et leurs impacts possible sur l’état des bâtiments et la santé des occupants.

Idéalement efficace et parfaitement contraint, Christophe Goupil, Eric Herbert et Yves D’Angelo, DyCo, LIED, Université Paris Diderot

La performance énergétique des bâtiments est largement pensée à partir d’un idéal technique qu’il conviendrait de rejoindre. Cette observation concerne à la fois l’isolation thermique proprement dite, mais aussi l’étanchéité qui contribue à la performance thermique. Dans un tel cadre de pensée, la solution techniquement parfaite devient la solution naturellement désirable pour le concepteur. On peut ainsi remarquer que si l’étanchéité parfaite n’existe pas à l’état naturel, les matériaux polymères permettent au concepteur d’atteindre cette cible qui semble alors quitter le statut  d’idéalisation. Pour autant ce semblant d’idéal véhicule avec lui des contraintes d’usage fortes qui sont en partie oubliées. Les retours d’expérience ont ainsi pu montrer en quoi ces solutions exigeantes pour les utilisateurs peuvent conduire à des performances médiocres dès lors que la contrainte d’usage dépasse l’acceptable. L’efficacité se conjugue alors avec la contrainte d’usage, au risque que parfaitement étanche et totalement contraint se rejoignent.

10h30 – 11h : Pause

11h – 12h30 : La « maison étanche », discours technique / appropriation domestique, Christèle Assegond, CETU-ETIcS, Université François Rabelais de Tours

A partir d’observations réalisées dans des contextes variés (Retours d’expérience des bâtiments Prebat, Appropriation du contexte BBC par les ménages dans un ensemble de maisons à caractère social, Accompagnement MAO et MO dans le cadre de la réhabilitation d’un ensemble de logements sociaux des années 30…), il s’agira d’interroger la confrontation entre discours des « ingénieurs » et manière d’habiter dans une maison étanche, entre normes techniques et normes sociales. La performance énergétique à laquelle participe l’étanchéité à l’air, résulte d’une co-production sociotechnique qui implique un partage de sens entre les différents acteurs (concepteurs, professionnels du bâtiment, occupants…). Quelles sont les conditions de ce partage ?

Boîte étanche isotherme contre espace avec contraste de températures et courants d’air, un débat séculaire, Emmanuelle Gallo, Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville

En tant qu’historienne de l’architecture et des techniques, qui a investigué la question de l’histoire du chauffage des bâtiments en France sur la longue durée, j’ai croisé toutes sortes de personnages : inventeurs, ingénieurs, médecins, architectes qui prennent tous position. Je compte présenter quelques cas représentatifs du XVIIIe siècle à aujourd’hui.

L’intérieur et l’extérieur : deux mondes aux relations sous contrôle, Laurence Raineau, Cetcopra, Université Paris1 Panthéon-Sorbonne

La « maison étanche » n’est pas un système clos, mais ses relations avec l’extérieur (les échanges d’air) sont prévus et contrôlés par des systèmes de ventilation automatiques, échappant ainsi à ses habitants. Elle renvoie donc à une représentation d’un environnement intérieur et extérieur bien distincts même s’ils communiquent. L’imaginaire de la maison étanche est donc celui d’une double séparation: entre un dedans et un dehors, et entre la technique et l’usager.

Télécharger le programme : cliquer ici