Paysages photographiques : représentations, aménagement du territoire et prospective

Thèse en cours
Année de début de la thèse : 
2013
Directeur de recherche : 
Discipline: 
Architecture
Equipe de recherche : 
Université : 

 

Cette recherche, qui s’intéresse aux rapports entre espace, image et imaginaire, explore les dimensions performatives des représentations et analyse plus particulièrement les pratiques photographiques comme mode de mises en visibilités interrogatives des réalités contemporaines. L’étude porte sur une photographie dite « de paysage » et part du constat préalable du renouvellement de l’association historique entre photographie, territoire et institution, à travers la notion de paysage, selon des objectifs et formes inédits. Entre productions culturelles et techniques, on assiste en effet à une hybridation des enjeux des commandes photographiques, visant à identifier, communiquer, promouvoir, mais aussi analyser des territoires. Le travail s’appuie également sur le constat de l’émergence de collaborations entre photographes et spécialistes de l’espace, qui partagent réflexions, méthodologies, formes et objectifs, entre pratiques artistiques et pratiques scientifiques, pour produire des expériences photographiques à visée de connaissance. Aussi, à travers une analyse de l’actualité du genre de la « photographie de paysage », les dimensions de la notion articulatoire de paysage sont considérées. Le paysage, vecteur d’enjeux culturels, identitaires, matériels, idéologiques et politiques, est conceptualisé comme dispositif de mise en relation à l’espace et de manière de voir et ainsi confronté, dans un phénomène de mise en abime, au dispositif de représentation que représente également la production photographique.

 

Une attention particulière est portée aux commandes photographiques, productions institutionnalisées et politiques du paysage. Les observatoires photographiques du paysage, dispositifs visant la production de représentation culturelle autant que la proposition d’un instrument d’analyse des espaces ainsi que des initiatives apparentées, constituent le principal ensemble analysé. Nous questionnons d’abord l’aptitude des pratiques photographiques à produire des visibilités actuelles des territoires : par exemple, comment l’imagerie faite dans le cadre artistique participe-t-elle de la mise à jour d’un imaginaire spatial et par là, à la fabrication de lieux ? Contribue-t-elle à résoudre le déficit d’imagibilité de certains espaces contemporains? Aussi, comment la pratique artistique renouvelle-t-elle la notion de paysage ? Pour traiter ces problématiques, une analyse des projets photographiques est menée, interrogeant les modes de production, enjeux, diffusions, etc. : autant de conditions des sens et formes des représentations. Nous nous intéressons également aux modalités de la photographie comme outil et mode de connaissance, en définissant les critères du projet photographique ; notamment à travers l’exploration de collaborations entre chercheurs, architectes, urbanistes et photographes. L’analyse des contextes, méthodologies, conditions d’une photographie conçue comme productrice de savoirs sur l’espace repose sur l’hypothèse que le regard photographique, en tant que pensée visuelle, induit un mode spécifique d’expérience spatiale et d’observation. Comment produire et exploiter les représentations photographiques afin de faire émerger des visibilités analytiques et analysables utiles à la compréhension des évolutions spatiales contemporaines? Et peut-être surtout, comment envisager la sensibilité esthétique comme mode de production et connaissance du monde habité ?

 

MOTS-CLÉS : Projet photographique, commande photographique, observatoire photographique du paysage, esthétique, regard, expérience, visibilité, méthode, modèles paysagers, imaginaire spatial.