Le Blog de Veille UMR AUSser » Actualités

S'abonner à flux Le Blog de Veille UMR AUSser » Actualités
Architecture Urbanisme Société : Savoirs, Enseignement, Recherche
Mis à jour : il y a 5 heures 57 min

[Visio-conférence] Echanges autour de l’ouvrage : « L’usage des ambiances : une épreuve sensible des situations » / Didier Tallagrand, Jean-Paul Thibaud, Nicolas Tixier (dir.), Editions Hermann, juin 2021 – 22 juin 2021

Mardi 15 juin 2021

Vous pourrez assister à un échange le 22 juin 2021 de 18h à 20h autour de l’ouvrage :
« L’usage des ambiances : une épreuve sensible des situations » / Didier Tallagrand, Jean-Paul Thibaud, Nicolas Tixier, Editions Hermann, juin 2021, 1 Vol. (484 p.), Collection Colloque Cerisy, ISBN 9791037006233

Intervenants

Echanges avec Luc Baboulet (architecte, membre OCS/AUSser), Véronique Nahoum-Grappe (anthropologue), Christian Ruby, (philosophe), emmenés par Laurent Devisme

Lien zoom : https://univ-grenoble-alpes-fr.zoom.us/j/5090758673

Présentation du livre

Les ambiances et les atmosphères sensibles se prêtent à une grande diversité d’usages, que ce soit dans le domaine de l’art, de l’urbain ou des sciences sociales. Comment les ambiances contribuent-elles à mettre les situations ordinaires à l’épreuve du sensible ? En quoi ouvrent-elles de nouvelles pistes en matière de pratique artistique, d’expérimentation méthodologique ou d’exploration théorique ? Qu’en est-il d’une socio-esthétique située, attentive aux percepts et aux affects qui imprègnent nos milieux de vie et infusent les sensibilités contemporaines ?

De telles questions ont traversé un colloque organisé à Cerisy (2018) selon une triple exigence : d’une part, une attention particulière était portée aux échanges, apports réciproques et questionnements communs entre le monde de l’art et celui des sciences sociales ; d’autre part, il s’agissait d’ouvrir un dialogue inédit avec la pensée anglo-saxonne en la matière, mettant en résonance et en discussion l’approche des ambiances et celle des atmosphères ; enfin, l’usage des ambiances a été passé aussi bien au filtre des enquêtes et des théories qu’à celui des pratiques effectives et des expériences situées.

Pascal Fort

More Posts - Website

[Visio-conéfrence] Présentation-Débat autour du livre « L’architecte et ses modèles. Intentions, connaissance et projets à la période contemporaine » / Jean-Philippe Garric – 18 juin 2021

Vendredi 11 juin 2021

Le vendredi 18 juin 2021, de 14h à 17h, aura lieu la présentation-Débat autour du livre « L’architecte et ses modèles. Intentions, connaissance et projets à la période contemporaine ».

Présentation du volume par Jean-Philippe Garric en dialogue avec Guy Lambert (IPRAUS/AUSser) et avec la participation de Nicole Cappellari, Pierre Coffy, Alison Gorel-Le Pennec, Francesca Mattei

Connection Zoom à partir de 13h50 : https://pantheonsorbonne.zoom.us/j/98388667216?pwd=Y0VBaFlIaDgrVFRGMUlCZER4cm9CQT09
ID de réunion : 983 8866 7216
Code secret : 410627

Présentation livre

Accédez à la présentation du livre : cliquez ici

Pascal Fort

More Posts - Website

[Visio-conférence] Séminaire « Usages de l’Histoire et Devenirs Urbains » – 9 juin 2021

Jeudi 10 juin 2021

Le prochain séminaire « Usages de l’Histoire et Devenirs Urbains » aura lieu le 09 Juin 2021 de 14h à 16h via Zoom.

Programme du séminaire

14h-15h :  Corinne Jaquand (IPRAUS/AUSser) et Laurent Coudroy de Lille : Le centenaire du Grand Berlin. Quel usage de l’histoire ? 

       A partir du catalogue et de l’exposition Unvollendete metropole (unfinished metropolis) organisée dans la capitale allemande pour le centenaire du Grand Berlin depuis octobre 2020 (https://unvollendete-metropole.de/en/, commissaires : Harald Bodenschatz, ainsi que Benedikt Goebel, Christina Gräwe, Markus Tubbesing).

Entre commémoration centenaire et célébration d’une capitale reconfigurée, cette exposition met en comparaison le siècle passé du Grand Berlin avec la trajectoire d’autres capitales européennes (Moscou Vienne, Londres, Paris). C’est dans cet objectif que Corinne Jaquand et Laurent Coudroy de Lille ont été sollicités par l’équipe berlinoise. Ce séminaire est l’occasion de revenir sur cette expérience d’ «  usage de l’histoire », ainsi que sur le volumineux catalogue publié (en allemand et anglais).

15h-16h : échange sur les activités 2021-22

  • Point sur la fréquence et l’organisation du séminaire doctoral. Collecte d’idées pour le programme. Atelier de terrain ?
  • Journées d’étude : Ville ouverte-ville close. une première journée aura lieu début octobre (12 octobre ?), coordination Cédric Fériel. D’autres en 2021?
  • Partenariat avec le GT POUM : projet DISGOVDYN sur Disney France à Marne-La Vallée et Disney Anaheim (CA).
  • Autres activités (non réalisées). Nous avions envisagé : la reprise du séminaire bilatéral Valladolid/Paris avec 2 sessions sur le logement populaire, Les villes nouvelles soviétiques dans une histoire globale des Futurs urbains). Autres propositions ? 
  • Point sur les publications en cours : Récits de ville, Grégotti, Plaques commémoratives parisiennes.
Informations pratiques

Lien de participation à la réunion Zoom : https://univ-eiffel.zoom.us/j/82407824299
ID de réunion : 824 0782 4299
Mot de passe : UHDU090621

Télécharger la présentation du programme ici

Pascal Fort

More Posts - Website

Appel à propositions pour le colloque « Sacralité dans l’architecture : espaces de la mort et du souvenir » (date limite : 30 septembre 2021)

Jeudi 10 juin 2021
Comités scientifique et d’organisation
  • Comité scientifique
  • Marc Barani, Grand témoin du colloque. Architecte Urbaniste. Équerre d’argent. Grand Prix national de l’architecture
  • Marie-Frédérique Bacqué, Professeur de Psychopathologie et anthropologie sociale Université de Strasbourg
  • Frédéric Bertrand, Architecte Urbaniste, Docteur en Architecture, chercheur IPRAUS/AUSser, Maître de conférences Villes et Territoires ENSA Paris-Belleville
  • Gaëlle Clavandier, Sociologue et anthropologue, Maître de conférences HDR Université de Lyon, co-responsable du programme de recherche Co-funéraire
  • Annabelle Iszatt, Architecte, Docteur en Architecture, Maître de conférences Théorie et pratique de la conception architecturale et urbaine ENSA Montpellier
  • Jacques Lucan, Architecte, Historien et Critique architectural, Membre du Conseil scientifique de l’établissement public chargé de la restauration de Notre Dame
  • Elodie Nourrigat, Architecte, Docteur en Architecture, Directrice du HIT Lab, Professeur Théorie et pratique de la conception architecturale et urbaine ENSA Montpellier
  • Stefano Peluso, Architecte, Co-fondateur de MAARCH Architecture – Landscape and Urban Design Research Group. Milan et Anvers
  • Jean-Didier Urbain, Sociologue, Docteur en anthropologie sociale, Professeur émérite Paris Descartes

    Comité d’organisation
  • Annabelle Iszatt, Architecte, Docteur en architecture, Maître de Conférences TPCAU à l’ENSAM, Chercheur permanent au HITLab
  • Mathieu Percebois, Architecte, Enseignant STA à l’ENSAM, Chercheur permanent au HITLab
Présentation

Le HITLab invite les chercheurs ainsi que les architectes praticiens à présenter des travaux dans le cadre du colloque « Sacralité dans l’architecture : espaces de la mort et du souvenir » qui te tiendra à l’ENSA de Montpellier en Février 2022.
Le comité scientifique sélectionnera un maximum de douze propositions qui entrent dans le cadre des thématiques suivantes :
• Le rite comme pensée structurante de l’espace
• Sacralité et place de la mort dans notre société
• Place de la mort dans la ville – Nouveaux paysages urbains
• La mort et l’espace numérique
Chaque proposition retenue fera l’objet d’une conférence ou d’une table ronde, suivant le contenu proposé. La présentation pourra se faire en français ou en anglais et ne devra pas dépasser 40 minutes.

Appel Accédez à l’appelTélécharger Informations pratiques

Les propositions de contribution peuvent être rédigées en anglais et en français. Elles devront être adressées par mail à l’adresse hitlab@montpellier.archi.fr en format pdf (max. 6 MB) avant le 30 Septembre 2021.
Il est accepté différents types de contributions. Il peut s’agir de travaux de recherche tournés vers l’architecture. Mais il peut également s’agir de démarche ou processus de projet architectural ayant une dimension expérimentale ou prospective. Cela inclus des projets architecturaux, réalisés ou non, présentant une posture pertinente sur les thématiques du colloque.

Pascal Fort

More Posts - Website

[Visio-conférence] « Le Shinjuku Gyoen, laboratoire du paysagisme franco-japonais » / de Yoko MIZUMA et avec Nicolas Fiévé et Frédéric Pousin (IPRAUS/AUSser) – Maison de la culture du Japon (Paris) – 11 juin 2021

Mercredi 09 juin 2021

Le vendredi 11 juin 2021 à 19h aura lieu, sur place et en ligne à la Maison de la culture du Japon (Paris), la conférence de Yoko MIZUMA « Le Shinjuku Gyoen, laboratoire du paysagisme franco-japonais / 新宿御苑‐日仏の景観学のラボラトリー »
En partenariat avec le Festival de l’Histoire de l’Art

Assister à la conférence en ligne : https://zoom.us/j/98287028141 
Réservation pour venir sur place : https://mcj.shop.secutix.com/selection/event/date?productId=10228372353008

Accédez à l’annonce : Shinjuku Gyoen

Présentation

Le Shinjuku Gyoen, poumon vert de Tokyo, est l’un des plus grands parcs de l’agglomération avec ses 58 hectares de verdure en plein coeur de la ville. 

Grâce à l’exemple de la transformation du jardin impérial Shinjuku gyoen en parc public, la chercheuse Yoko Mizuma expliquera comment l’art du paysage français de la fin du XIXe siècle a été introduit au Japon et comment les paysagistes japonais y ont puisé un certain nombre de leurs techniques et de leurs principes paysagers. 

Une discussion avec Nicolas Fiévé et Frédéric Pousin (IPRAUS/AUSser), spécialistes respectivement du Japon et de la France en matière de ville, jardin, d’architecture et de paysage donnera l’occasion de parler plus en détail des transferts de savoirs entre ces deux pays, des visites de Japonais à Versailles au XIXe ou encore de l’invention du concept de parc au Japon. 

Yoko Mizuma

– Post-doctorat à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, Chercheuse attachée au LAREP à l’École Nationale Supérieure du Paysage
– Membre du centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale 
– Ingénieure au Labex Futurs Urbains à l’Université Gustave Eiffel 

Pascal Fort

More Posts - Website

[Visio-conférence] Séminaire IGP de l’année 2021/2021 : « Atelier Paris-Moscou : Planifier le Grand Moscou post-soviétique » – 8 juin 2021

Mardi 08 juin 2021

La première séance du Séminaire IGP de l’année 2021/2021Atelier Paris-Moscou : Planifier le Grand Moscou post-soviétique (organisée par Élisabeth Essaïan (IPRAUS/AUSser) et Alessandro Panzeri) se tiendra le mardi 8 juin 2021 de 9h30 à 18h

Compte-tenu de la situation sanitaire, le séminaire sera retransmis via un dispositif de visio-conférence : https://zoom.us/j/97881421142?pwd=OHZSeFBEdnhYNlpSOHRLdVExMkJJQT09

Contacts : Yoko Mizuma (yoko.mizuma@enpe.fr), Élisabeth Essaïan (lizessaian@gmail.com), Alessandro Panzeri (ale.panzeri.archi@gmail.com)

Intervenants

Aurore Chaigneau (Université Paris Nanterre, CEJEC), Olga Vendina (Institut de Géographie, Moscou), Alexandre Skokan (bureau Ostojenka, Moscou), Ilia Zalivoukhine (Jauzaproject, Moscou), Paola Viganò (EPFL, Lausanne), Jean-Louis Cohen (Institute of Fine Arts, New-York)

Présentation

La dernière séance du Séminaire IGP 2020/2021 sera dédiée à l’Atelier Paris-Moscou qui s’inscrit dans le chantier de recherche du groupe IGP : Ateliers des métropoles.

S’intéressant au cas de la ville de Moscou à travers la spécificité de son héritage politique, social, économique et morphologique, cette journée interrogera à la fois l’évolution de l’aménagement territorial de Moscou depuis la dissolution de l’URSS en 1991 et le renouveau de Paris en tant qu’un des modèles de cet aménagement. Dans un cadre juridique de nationalisation du sol, le passage vers la privatisation et l’ouverture à l’économie de marché a engendré des processus d’appropriation et de découpage du sol dont les logiques échappent à la compréhension et la catégorisation immédiates. Ceci a également eu un impact sur la structuration du milieu professionnel qui tout en permettant l’émergence des agences d’urbanisme et d’architecture en exercice libéral, maintien des liens forts avec les structures étatiques héritées de la période soviétique, telles l’Institut du Genplan. Ce changement a enfin conduit à sortir d’une commande nationale. Depuis le début des années 2000, des professionnels occidentaux de renom (Willemotte, Herzog & De Meuron, Rem Koolhaas, etc…) sont ainsi appelés pour réaliser des projets iconiques et participer à de grandes consultations internationales.

La séance se structurera autour de deux thématiques majeures : l’économie du sol et le projet du Grand Moscou à l’horizon 2035.

Dans le premier thème, il s’agira d’interroger les répercussions urbaines et architecturales du passage de la nationalisation à la privatisation du sol.

Comment la valeur du sol, révélée, a dessiné de nouvelles hiérarchies, inégalités spatiales et enjeux d’aménagement ? Comment et sur quelle base a été conduit le nouveau cadastrage du territoire moscovite au début des années 1990 ? Dans quelle mesure la variété des tissus urbains hérités de l’époque soviétique a-t-elle soulevé des difficultés et des situations de découpage inédites ? Quelles nouvelles formes et dimensions de découpage et d’unités bâties en ont résulté et dans quelle mesure les architectes en font une nouvelle matière à projet ?

Le second thème portera sur le projet du Grand Moscou, interrogé à la fois sous le prisme de sa gestion et celle de l’apport des modèles internationaux.

Comment est structurée la commande publique dans la Moscou contemporaine et quelle est la nature des relations entre les ateliers d’État (notamment l’Institut du Genplan) et les structures privées ? De quelle nature est l’apport des grands projets métropolitains internationaux tant dans la structuration de la consultation du Grand Moscou de 2012 que dans les thématiques dégagées pour le développement de la métropole pour 2035 ? Dans quelle mesure la consultation de 2012 s’est-elle inspirée de la consultation du Grand Paris (2008/2009) ? Quels échanges ont été établis entre les acteurs français et les acteurs russes pour le montage de cette consultation ? De quelle manière ce processus s’inscrit-il dans la circulation des modèles à l’international au début du XXIe siècle ?

Pascal Fort

More Posts - Website

Call for Submissions « Xenakis 22: Centenary International Symposium » (deadline: 15th of September 2021)

Lundi 07 juin 2021
Xenakis 22: Centenary International Symposium

24-29 May 2022, Athens & Nafplio, Greece
Website: Xenakis 22

The symposium is organised by

  • National and Kapodistrian University of Athens
  • Université Paris 8
  • The Friends of Xenakis Association
  • The University of the Peloponnese
Scientific Committee

Moreno Andreatta (CNRS-IRMA/University of Strasbourg & IRCAM/Sorbonne University), Pavlos Antoniadis (Technische Universität Berlin / Humboldt Stiftung), Antonios Antonopoulos (Independent musicologist), Anne-Sylvie Barthel-Calvet (Université de Lorraine, CRULH / Université de Strasbourg, ACCRA, CREAA), Alain Bonardi (Université Paris 8, CICM/MUSIDANSE), Emilios Campouropoulos (Aristotle University of Thessaloniki), Dimitris Charitos (National and Kapodistrian University of Athens), Agostino Di Scipio (Conservatorio di L’Aquila), Léda Dimitriadi (ENSA Paris-Malaquais / ACS / UMR AUSSER / PSL), Stylianos Dimou (Hong Kong Baptist University), Dimitris Exarchos (Independent researcher), Alexandros Efklidis (Greek National Opera Alternative Stage), Anastasia Georgaki (National & Kapodistrian University of Athens), Benoît Gibson (Universidade de Évora), James Harley (University of Guelph), Peter Hoffmann (Independent researcher), Mihu Iliescu (Amis de Xenakis), Elisavet Kiourtsoglou (University of Thessaly), Marina Kotzamani (University of the Peloponnese), Mikhail Malt (IRCAM), Dimitris Maronidis (Aristotle University of Thessaloniki), Alfia Nakipbekova (University of Leeds)
Marcos Novak (transLAB/MAT/UCSB), Kostas Paparrigopoulos (HSAE), Panagiotis Parthenios (Technical University of Crete), Curtis Roads (UCSB), Stéphan Schaub (São Paulo State University at Campinas – UNICAMP – NICS/IA), Makis Solomos (Université Paris 8, MUSIDANSE),
Ronald Squibbs (University of Connecticut), Iakovos Steinhauer (National & Kapodistrian University of Athens), Stefanos Thomopoulos (CRR de Nice), Olga Touloumi (Bard College), Iannis Zannos (Ionian University), Thanassis Zervas (University of Macedonia)

Call for Submissions

The work of composer and architect Iannis Xenakis spans several fields, with significant contributions in instrumental composition, electroacoustic music, music theory, multimedia and site-specific performances, and architectural design. His vision pertains to topics such as city planning, studies of morphology, philosophy, or the role of the arts in relation to the sciences. He was a pioneer interdisciplinary artist and thinker. The study of his work is relevant and significant for understanding the history of modern music, art, and architecture, and their relationship to historical and political events since the second world war.

In recent decades the study of Xenakis’s work has seen a continuous rise in performances and recordings by a new generation of musicians and multimedia artists, as well as by symposia and publications. Moreover, access to the Xenakis Archives (www.iannis-xenakis.org) has helped to advance new research even further. We can thus refer to a broad field of Xenakis Studies that is increasingly in dialogue with fields such as new media art, sound studies, performance studies, politics, ecology, parametric design in architecture, or sound art. This field has already been established in a series of dedicated symposia: Paris 1998, Nice (France) 2001, Athens 2005, Guelph (Canada) 2006, Cologne 2006, London 2011, Nicosia (Cyprus) 2011, Paris 2012 and 2015, and Leeds (UK) 2017.

The present symposium will accommodate this renewed interest by inviting musicologists, musicians, architects, specialists of multimedia art, and artists to celebrate his legacy on the centenary of his birth and to share their recent or ongoing research on Xenakis. Please note that this call aims to attract original findings that have not been previously presented elsewhere.

Indicative Topics : Aesthetics, Philosophy, Politics, Ecology, Instrumental music, Electroacoustic and Computer Music, Music theory, analysis, Computational music models, Architecture, Space, Parametric Design, Performance studies, Technology interaction, new media, Polytopes and multimedia, Theatrical Works and Performances, Archival research, genetic criticism, Historical contextualisation, Xenakis’ influence on present-day music and artistic practice

Proposal Submission

Proposals can be in the form of:
– Academic Papers
– Workshops (including or not public participation)

The symposium’s language is English.

All proposals to be submitted via EasyChair.

Academic Paper Proposals
  • Stage 1: Short abstract (ca. 500 words) & brief CV (100 words) of main author(s) by 15th of September 2021
  • Stage 2: Full-length article (5000 words maximum) by 15th of January 2022
  • Stage 3: Camera-ready article by 15th of March 2022
Workshop Proposals
  • Short description (ca. 500 words) & brief CV (100 words) of main author(s) by 15th of September 2021
    All proposals will be judged and reviewed anonymously by the Scientific and Reviewing Committee of the symposium.
Pascal Fort

More Posts - Website

[Conférence en ligne] Conferenza « Il Grand Paris-Express. Verso la città sostenibile ? » Anne Grillet-Aubert (IPRAUS/AUSser, ENSA Paris-Belleville) – 4 juin 2021

Mardi 01 juin 2021

Conferenza « Il Grand Paris-Express. Verso la città sostenibile ? », Anne Grillet-Aubert (IPRAUS/AUSser), docente all’ENSA di Paris Belleville e Visiting Professor 2021 al DiAP.
Intervengono : Alessandra Capuano, direttrice del DiAP
François Brouat, direttore dell’Ecole NationaleSupérieure d’Architecture di Paris-Belleville(ENSAPB)
Cristiana Mazzoni, direttrice del Laboratorio di ricerca UMR AUSser(Architecture Urbanisme Société: savoirs enseignement recherche)
Nilda Valentin, équipe Relazioni Internazionali del DiAP
Presenta : Alessandra Criconia, responsabile DiAP Visiting Professor 2021

Informations pratiques

Venerdì 4 giugno ore 11:00,
Aula Magna di Valle GiuliaFacoltà di Architettura, via Antonio Gramsci 53

La conferenza si terrà in presenza e on line in collegamento streamingsulla piattaforma ZOOM al link:
https://uniroma1.zoom.us/j/89647955394?pwd=S09xTDhmeFZ0SHlZZ3NRTXBZc0VZdz09
ID riunione: 896 4795 5394
Passcode: 774543

Présentation

Grand Parisè il nome di un progettocheriuniscediversi aspetti:il gigantesco cantiere della linea dellametropolitana anulareGrand Paris ExpressintornoParigi,ildispositivo giuridico dellaLoi du Grand Paris, l’assetto regionaledellaMétropole du Grand Paris. Queste diversi aspetti sono associatial rilancio della pianificazione territoriale che ha preso le mosse nel 2013con laredazione di unpiano regionale destinato,da una parte,a rinforzare l’attrattività e lo sviluppo economico della regione capitaleÎle-de-France e,dall’altra, a mettere in atto nuove strategie di intervento di grande scalacoerenti con l’attuazione dellosviluppo sostenibile. La costruzione de “la ville sur la ville” ovvero la densificazione del territorio regionale, in particolare dei quartieri intorno alle nuove stazionidel Grand Paris Express, intendeconciliare questadoppia esigenza.Tuttavia, la messa in opera del progetto di un trasportopubblico territoriale mostra contraddizioni e difficoltà nel raggiungimento degli obiettivi messi in atto dalla strategia del piano così come ilprocesso di densificazione dei quartieri. Tregradidi contraddizioni possono essere identificati: trascaleo livelli di attuazioni; tra interessi opposti legati alla densificazione;tratemporalità dei processisocialidi lunga durata e il tempo breve dei progetti urbani.

Pascal Fort

More Posts - Website

[Evènement Hybride] Journées d’étude « Notre-Dame, ses abords et l’île de la Cité » – 7 et 8 juin 2021

Jeudi 27 mai 2021
Organisateur

Organisées par :
Jean-François Cabestan, historien, chercheur à l’HiCSA de Paris 1,
Josep Maria Garcia Fuentes, architecte, professeur à l’École d’Architecture de l’université de Newcastle-upon-Tyne et chercheur au Centre for Heritage of Newcastle University
Edoardo Piccoli, architecte et historien de l’architecture, professeur au Politecnico de Turin, directeur du Dottorato di Architettura. Storia e progetto

Programme

Accédez au programme : cliquez ici

Interventions membres UMR AUSser

Lundi 7 juin 2021

11h10 : Jean-Philippe Garric, historien et architecte, professeur à l’université Paris 1, membre associé IPRAUS/AUSser : L’île comme Cité administrative. Patrimoine et projet haussmannien

12h00 : Guy Lambert, historien, Ensa de Paris-Belleville (IPRAUS/AUSser) : Notre-Dame et l’île de la Cité au carrefour des infrastructures

Mardi 8 juin 2021

Sophie Descat, historienne, Ensa de Paris La Villette (AHTTEP/AUSser) : Interprétations corbuséennes des projets du 18e siècle pour l’île de la Cité

Virginie Picon-Lefebvre, historienne, architecte-urbaniste, professeur à l’Ensa Paris-Belleville (IPRAUS/AUSser) : L’île de la Cité au cœur du Paris « moderne

Jean-Paul Midant, architecte, Ensa de Paris-Belleville (IPRAUS/AUSser) : La reconfiguration des abords de Notre-Dame : projets d’étudiants

Informations pratiques

Événement hybride en ligne et aussi en salle Vasari, INHA, 2, rue Vivienne Paris 2e, (mais uniquement sur demande et réception d’un mail de confirmation car la jauge autorisée de la salle est à ce jour de 50 places).

Les liens zoom (un par journée) et les confirmations (nominatives) pour un accès à la salle Vasari seront donnés ultérieurement aux inscrits via Evenbrite

Contact pour s’inscrire : Jean-François Cabestan, HiCSA Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Organisateur de Notre-Dame, ses abords et l’île de la Cité 7 & 8 juin 2021 : Contactez

Pascal Fort

More Posts - Website

[Visio-conférence] Journées d’études des Dix ans du Labex Futurs Urbains _ Re-penser les futurs de la ville – 15-16 juin 2021

Mercredi 26 mai 2021
Comité scientifique
  • Olivier Coutard, responsable scientifique du LabEx Futurs Urbains (de 2016 à 2019)
  • Frederic de Coninck, directeur du LabEx Futurs Urbains (de 2010 à 2016)
  • Nathalie Lancret (IPRAUS/AUSser), co-responsable scientifique du LabEx Futurs Urbains (de 2016 à 2017)
  • Roberta Morelli (IPRAUS/AUSser), co-responsable scientifique du LabEx Futurs Urbains
  • Bruno Tassin, co-responsable scientifique du LabEx Futurs Urbains
  • Mariane Thebert, responsable du Comité éditorial du LabEx Futurs Urbains
  • Loïc Vadelorge, co-responsable scientifique du LabEx Futurs Urbains
Présentation

La pandémie de Covid-19 a révélé l’extraordinaire vulnérabilité des sociétés et des économies urbaines. Elle s’ajoute à une série de crises politiques, environnementales et plus encore sociales qui frappent d’abord les milieux urbains parce qu’ils concentrent les problèmes d’inégalités, de pollution, de mobilités et de contraintes infrastructurelles de nos sociétés contemporaines.

Que l’on considère que ces crises participent d’un même système où au contraire qu’elles ne font que s’additionner les unes aux autres, peu importe. Elles font objectivement entrer les villes du XXIe siècle dans un temps nouveau qui impose à la recherche urbaine de sortir de son atomisation disciplinaire et sectorielle, plus encore que par le passé.

Un laboratoire d’excellence comme le LabEx Futurs Urbains – qui depuis dix ans soutient la production de connaissances scientifiques originales sur les transformations des espaces urbanisés et des sociétés urbaines, en s’appuyant sur des groupes transversaux (GT) de recherche – constitue un lieu privilégié pour appréhender les enjeux contemporains et futurs de la ville.

Les tables-rondes et la conférence que proposent le programme des Dix ans du LabEx Futurs Urbains ont pour objectif de débattre de ces enjeux, en s’appuyant sur un dialogue ouvert entre des membres du LabEx et des chercheuses et des chercheurs provenant d’autres contextes scientifiques et/ou géographiques.

Ces questions sont à la fois celles que les sociétés urbaines vivent, que leurs gouvernements se posent, mais aussi celles que les chercheuses et les chercheursétudient dans les villes dans lesquelles ils et elles travaillent. Les coïncidences ou les divergences d’agenda de recherche de l’ensemble de ces acteurs et chercheurs forment aussi une autre manière de réinterroger l’évolution de la recherche urbaine et le rôle que peuvent y tenir des dispositifs comme les LabEx.

Programme

Accédez au programme : cliquez ici

Informations pratiques

En présentiel pour les intervenants des tables-rondes et en distanciel (zoom) pour le public
Salle de Conférences de la Centrifugeuse • Cité Descartes Bâtiment Ada Lovelace, 2 rue Alfred Nobel • 77420 Champs-sur-Marne

Lien Zoom : https://univ-eiffel.zoom.us/j/84516278887
ID de réunion : 845 1627 8887
Mot de passe : 10YLab1516

Pascal Fort

More Posts - Website

[Visio-conférence] Cycle de conférences « Les dialogues de l’ensa Nantes » : 1ère conférence « Des histoires de bonnes femmes : normes, corps, féminismes » – Stéphanie Dadour (ACS/AUSser) et Léopold Lambert – 26 mai 2021

Vendredi 21 mai 2021

Le cycle de conférences « Les Dialogues de l’ensa Nantes » propose un format d’échange : celui du dialogue, entre deux personnes invitées, autour d’une thématique. Un dialogue, avec un modérateur ou une modératrice, pour initier un débat sur une question qui anime le milieu de l’architecture.

Programme des 3 séances Accédez au programme :Télécharger 1ère conférence : « Des histoires de bonnes femmes : normes, corps, féminismes »

« Des histoires de bonnes femmes – normes, corps, féminismes » se déroulera le 26 mai 2021 à 18h (visio) et réunira Stéphanie Dadour (chercheure ACS/AUSser)et Léopold Lambert. Modération par Léa Mosconi Bony (membre associée ACS/AUSser)
Cette première rencontre interrogera ce que fait l’architecture aux corps qui l’habitent, et plus précisément, à la manière dont les femmes, les enfants, les personnes non valides peuvent, ou non, trouver leur place dans l’architecture et dans l’espace public.

Pour suivre cette conférence : Facebook live et lien zoom

Stéphanie Dadour est docteure en architecture, maîtresse de conférences à l’ENSA Paris-Malaquais, chercheuse au laboratoire ACS et cofondatrice de Dadour de Pous Architecture. Elle explore les rapports de pouvoir dans l’espace.

Léopold Lambert est architecte et fondateur de la revue “The Funambulist”. Ses travaux questionnent la politique de l’environnement bâti. Il vient de publier “Etats d’urgence, une histoire spatiale du continuum colonial français” aux éditions Premiers matins de novembre.

Pascal Fort

More Posts - Website

Exposition « La beauté d’une ville : controverses esthétiques et transition écologique à Paris » – Pavillon de l’Arsenal – 26 mai 2021 au 26 septembre 2021

Vendredi 21 mai 2021

Ouverture le mercredi 26 mai 2021 de l’Exposition « La beauté d’une ville : controverses esthétiques et transition écologique à Paris » au Pavillon de l’Arsenal et elle sera accessible du 26 mai 2021 au 26 septembre 2021.

Accédez à l’annonce : Pavillon de l’Arsenal

Présentation

Qu’est-ce qui fait la beauté d’une ville ?

Son site, sa morphologie, ses bâtiments, ses jardins, ses matières, sa mesure ? Ses habitants, ses fragilités, son hospitalité, ses milieux, sa mesure ? Comment se définit, en fonction des projets et des contraintes de chaque siècle, l’esthétique urbaine ? Quelles formes doit inventer la ville pour opérer sa transition climatique ? À l‘heure où la municipalité parisienne interroge l’esthétique de la capitale par la création d’un manifeste, où l’administration élabore un nouveau règlement urbain mais aussi où les Parisiennes et Parisiens affirment leur volonté de participer à ces débats, le Pavillon de l’Arsenal réunit, durant le confinement, une cinquantaine d’architectes, artistes, chercheur/e/s, écrivain/e/s, commissaires d’exposition, historien/ne/s, philosophes, sociologues… pour esquisser une définition de ce qui fait la beauté de Paris.

Leurs analyses, rassemblées dans l’ouvrage co-édité avec Wildproject, se croisent, se répondent et éclairent les grandes controverses qui ont rythmé la fabrication de Paris depuis les prémices des disciplines urbaines. Les prises de position emblématiques de Voltaire en faveur des embellissements (1749), de Victor Hugo face aux démolisseurs (1832), de Rousseau dénonçant « des rues sales et puantes, de vilaines maisons noires » (1849), d’Émile Zola ou Jules Ferry à l’encontre des travaux du préfet Haussmann (1867-1872) ou des artistes le 14 février 1887 contre l’érection de la tour Eiffel… ou plus proches, les prises de position contre la transformation des Halles (dès 1959), des voies rapides (1972), l’édification d’immeubles tours (en particulier à partir de 1974), la place de l’art ou de la nature, l’espace des nouvelles mobilités, l’intégration des nouvelles technologies et ses appendices ou l’appropriation des trottoirs… chacune révèle l’engouement constant et singulier de toutes et tous pour débattre de l’avenir de la ville et le caractère protéiforme de la beauté.

La beauté englobe tout un ensemble de visions, de règles, de techniques constructives et de pratiques quotidiennes en évolution constante, que l’exposition propose d’explorer, guidée par la voix de nos experts au travers de 7 niveaux de perception : tout d’abord, le site et en particulier la Seine, creuset du débat populaire ; puis la morphologie, entre composition urbaine et tissu existant, entre densité et étalement ; le paysage du piéton : sols, trottoirs, affiches, mobiliers, squares, parcs et œuvres d’art ; le bâti, sa forme et son échelle issues des règlements successifs, mais aussi la diversité qui lui donne son caractère ; l’invisible, ce qui a disparu ou ce que l’on ne veut plus voir ; la place du vivant à redéfinir à l’aune de la crise écologique ; et enfin, celui qui aurait pu être le premier de ces sujets, l’hospitalité, qui traduit la capacité de la cité à accueillir, protéger et laisser suffisamment d’espace à toutes et tous pour s’exprimer.

Autant de questions et d’histoires qui invitent les visiteurs à parcourir Paris depuis le XVIIIe siècle, un pied dans l’histoire l’autre engagé sur les chemins de la transition écologique, pour continuer à débattre au fil d’un un parcours scénographique rythmé par une centaine de documents historiques, de plans, de photographies, d’entretiens vidéos réalisés par Océane Ragoucy et d’un montage inédit de références cinématographiques sur le piéton de Paris proposé par Stefan Cornic et Stéphane Demoustier. L’exposition s’enroule autour d’une prairie éphémère conçue par les paysagistes de Wagon Landscaping. Cette installation temporaire a une double ambition : présenter les nombreuses espèces végétales de la tradition horticole des jardins parisiens d’hier, d’aujourd’hui et de demain dans toutes leurs variétés, mais également apporter aménité et fraîcheur dans le Pavillon de l’Arsenal.

La beauté d’une ville dépasse la seule dimension esthétique. Elle est le langage commun de la fabrication de la ville. C’est l’ambition de cette manifestation collective d’explorer ce qui la caractérise et en débattre, en invitant chacune et chacun à participer à sa transformation.

Contributions des auteurs de l’ouvrage

Isabelle Backouche / Jean-Christophe Bailly / Isabelle Baraud-Serfaty / Julie Beauté / Alessia de Biase / Nathalie Blanc / Bernadette Blanchon / Jeanne Brun / Pierre Caye / Paul Chemetov / Philippe Clergeau / Jean-Louis Cohen (IPRAUS/AUSser) / Michaël Darin / Chantal Deckmyn / Nicola Delon / Fannie Escoulen / Mariabruna Fabrizi / Yann Fradin / Alexandre Gady / Laure Gayet / Nicolas Gilsoul / Maria Gravari-Barbas / Luc Gwiazdzinski / Antoine Lagneau / Paul Landauer (OCS/AUSser) / Éric Lapierre / Emma Lavigne / Laurent Le Bon / Nicolas Lemas / Bertrand Lemoine / Joachim Lepastier / Agnès Levitte / Sandrine Marc / Sébastien Marot (OCS/AUSser) / Guillaume Meigneux / Nicolas Memain / Raphaël Ménard / Mathieu Mercuriali / Carolina Mudan Marelli / Soline Nivet (ACS/AUSser)/ Patricia Pelloux / Antoine Picon / Denyse Rodríguez Tomé / Mathias Rollot / Dominique Rouillard / Jean-Michel Roy / Richard Scoffier / Philippe Simon (ACS/AUSser)/ Agnès Sinaï / Simon Texier / Géraldine Texier-Rideau / Kelly Ung / Julie Vaslin / Gwenola Wagon / Chris Younès / Ornella Zaza

Pascal Fort

More Posts - Website

[En ligne] Retrouvez en ligne les interventions de la journée d’étude « Architecture et littérature : fiction, rhétorique et poétique » – Collège de France – 14 mai 2021

Vendredi 21 mai 2021

Les captations de toutes les interventions présentées à la journée d’étude « Architecture et littérature : fiction, rhétorique et poétique » , organisée au Collège de France par Jean-Louis Cohen le 14 mai 2021, sont désormais disponibles sur le lien suivant : cliquez ici

Présentation

Contrairement à la prophétie de Victor Hugo, le livre n’a pas tué l’édifice. Tous deux n’ont cessé de coexister et les plus importants architectes d’aujourd’hui ont établi leurs positions créatrices sur des écrits – il suffit de penser aux ouvrages déterminants de Robert Venturi et de Rem Koolhaas.

Les interférences entre l’architecture et la littérature ont fait l’objet de publications récentes, telles qu’Écrire l’architecture, numéro d’Europe (2017) et l’ouvrage d’Emmanuel Rubio et Yannis Tsiomis, L’architecte à la plume (2019). Le Pavillon de l’Arsenal organise le cycle de conférences Le Grand Paris des Écrivains, tandis que la Société française des architectes a lancé plusieurs concours d’écriture à l’enseigne de l’Architecture à la lettre – un lieu, un texte.

Des réminiscences intimes à l’évocation poétique d’un lieu et au transfert du modèle structurel de l’édifice dans le champ littéraire, de multiples figures sont à la source d’échanges féconds entre le bâti et l’écrit. En prolongement d’un cours placé sous le signe de l’interurbanité, ou de la relation entre les formes urbaines, dans lequel la théorie littéraire est prudemment mise à contribution, on s’interrogera sans dogmatisme lors de cette rencontre sur la relation entre les écrivains, les architectes et les édifices.

Interventions

De 9 h 30 à 12 h 45, séance modérée par Guillemette Morel Journel (ACS/AUSser)

09:30 – 09:45 : Jean-Louis Cohen (IPRAUS/AUSser) : Introduction aux débats
09:45 – 10:15 : Matthieu Garrigou-Lagrange : L’architecture ennemie de la narration ? Retour sur les réécritures du Brutaliste
10:15 – 10:45 : Marie Bardet : Habiter Vichy, (dé)construction d’un récit
10:45 – 11:15 : Niklas Maak : Eupalinos et l’écrivain
11:45 – 12:15 : Frédérique Villemur : Ceci tuera cela : notes sur l’architecture comme machine à lire
12:15 – 12:45 : Table ronde

De 14 h à 17 h, séance modérée par Jean-Louis Cohen (IPRAUS/AUSser)
14:00 – 14:30 : Marie-Pierre Ulloa : La Maison mauresque d’Albert Camus ou la halte d’Alger
14:30 – 15:00 : Ivan Jablonka : Écrire-construire : architecture, littérature et sciences sociales
15:00 – 15:30 : Guillemette Morel Journel (ACS/AUSser) : Pourquoi tant de haine ? Les écrivains sans l’architecture moderne
15:30 – 16:00 : Thomas Clerc : Le 18e au XXIe
16:00 – 16:30 : Jean-Christophe Bailly : Aucune maison n’est muette
16:30 – 17:00 : Table ronde

Pascal Fort

More Posts - Website

[Webinaire] Les rendez-vous de l’aha 2020-2021 : Doctathlon2020+1 – 11 juin 2021

Mardi 18 mai 2021

Avec le deuxième rendez-vous de l’année, le Doctathlon 2020+1, l’AHA (Association d’Histoire de l’Architecture) donne la parole à cinq doctorantes et doctorants afin d’évoquer un moment qui aura été décisif dans l’élaboration de leur recherche. Cette rencontre, qui constitue un nouveau volet de la reprogrammation fragmentée des 5e Rencontres de l’AHA, se déroulera sous forme de webinaire, le vendredi 11 juin, de 14h à 17h30.

Rdv sur zoom : https://zoom.us/j/92691723759?pwd=REx2cHV5UDJGajhZak82TCtNaGZUQT09
ID de réunion : 926 9172 3759
Code secret : MvmG2X

Accédez à l’annonce : Doctathlon2020+1

Programme

Accueil : Guy Lambert (IPRAUS/AUSser), président de l’AHA ; Catherine Blain, vice-présidente
Introduction : Cléa Calderoni, Sibylle Le Vot et Arnaud Schoonheere, organisateurs
Discutantes : Caroline Bauer, MCF ENSAP Lille ; Léonore Losserand, MCF associée, ENSA Paris-Belleville

L’enquête photographique : de l’expérience de terrain à l’analyse méthodologique
Dorian Bianco
(Sorbonne Université – Centre André Chastel)

Quand le commerce devint un art : théorisation et esthétisation de l’architecture commerciale en France pendant l’entre-deux-guerres
Camille Napolitano (EPHE/Histara)

Recherche de terrain au Pérou : la découverte des archives orales de la Residencial San Felipe
Alice Agostini (Sorbonne Université – Centre André Chastel – IUAV)

Entre théorie architecturale et philosophie analytique, ou comment rester ambigu et mouvoir sans définir
Carla Frick-Cloupet (USE/Ensa Saint-Etienne)

Les enjeux de la périodisation : la construction de Milano Capitale entre continuité et rupture (1796-1848)
Pierre Coffy (Panthéon-Sorbonne – HIcsa)

Pascal Fort

More Posts - Website

[Visio-conférence] Webinaire de recherche international : « Jacques-Ignace Hittorff, un architecte européen à la gare du Nord » – 27 mai 2021

Mardi 18 mai 2021

Le Webinaire de recherche international « Jacques-Ignace Hittorff, un architecte européen à la gare du Nord » aura lieu le jeudi 27 mai 2021 de 10 heures à 17 heures 30.

Organisation
  • Rails & Histoire, l’association pour l’histoire des chemins de fer
  • CILAC -Comité d’information et de liaison pour l’archéologie, l’étude et la mise en valeur du patrimoine industriel
Présentation

Cette journée d’échanges en ligne s’intéresse à l’architecte Jacques-Ignace Hittorff et à sa conception de la gare du Nord à Paris au début des années 1860. Ce sujet vient sur le devant de la scène en raison des projets actuels de transformation de la gare à l’horizon 2024. La journée d’études n’entrera pas dans les controverses autour de ce projet, mais se limitera à des échanges de nature scientifique pour mieux identifier les valeurs historiques et architecturales de la gare.

Programme

10h00 : Karen Bowie (AHTTEP/AUSser), Florence Hachez-Leroy, Cécile Hochard, Paul Smith, propos introductifs au nom des deux associations organisatrices.

10h30 : Paul Smith, historien, secrétaire général du CILAC, Gare du Nord 2024 en contexte: rénovations et agrandissements de quelques grandes gares européennes.

11h00 : Karen Bowie (AHTTEP/AUSser), professeure d’histoire et cultures architecturales, École nationale supérieure d’architecture, Paris-La Villette, Jacques-Ignace Hittorff (Köln, 1792 –Paris, 1867). Notes sur une carrière bénéficiant d’une historiographie renouvelée.

11h30 : Michael Kiene, professeur émérite d’histoire de l’art, université de Cologne, Hittorff et la gare du Nord, sources et indications pour une architecture polychrome impressionniste.

12h15 : Discussion/débat

12h30 : Pause-déjeuner

14h00 : Matteo Porrino, ingénieur, maître de conférences, HDR en histoire des techniques, École nationale supérieure d’architecture, Paris-Malaquais, Bélanger, Hittorff et la Halle au blé.

14h45 : Jean-François Belhoste, directeur d’études émérite, École Pratique des Hautes Études, Les fermes Polonceau et les grandes gares parisiennes.

15h30 : David Mitchell, Director of Conservation, Historic Environment Scotland, Scottish Ironwork Foundation.[sous réserve], Paris Gare du Nord, the Scottish Connection.

16h15 : David Van Zanten. Mary Jane Crowe Professor in Art and Art History Emeritus, Northwestern University, EvanstonIllinois, Hittorff’s Gare du Nord and Visionsof a New Paris.

17h00: Débat
Discutant : Guy Lambert (IPRAUS/AUSser), maitre de conférences, histoire et cultures architecturales, ENSA Paris Belleville

Pascal Fort

More Posts - Website

Réouverture de l’Ecomusée le 19 mai 2021 : Exposition « La ville en partage » – Ecomusée du Val de Bièvre (Fresnes) – 19 mai 2021 au 06 mars 2022

Mardi 18 mai 2021

Cette exposition « La ville en partage » a été réalisée en partenariat avec l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture Paris La Villette.

Elle a lieu à l’Ecomusée du Val de Bièvre (Ferme de Cottinville, 41 rue Maurice Ténine, Fresnes) du 19 mai 2021 au 06 mars 2022

Contact : 01 41 24 62 24

Présentation

L’écomusée aborde la question très actuelle des nouvelles formes d’implication citoyenne dans la fabrique de la ville.

Grâce à la présentation de projets concrets développés sur le territoire du Grand-Orly Seine Bièvre, illustrée par des maquettes, plans, photos ou vidéos, cette exposition, conçue comme un dialogue entre l’écomusée et les laboratoires AHTTEPAUSSER de l’Ecole nationale supérieure d’architecture Paris-La Villette, fait la part belle à la parole des habitants, des élus et des experts.

Pascal Fort

More Posts - Website

Soutenance de thèse de Mougib El Rahman Aboamer : « Architecture et évolution sociopolitique. Vers une lecture multiple du centre-ville du Caire (1869-1973) » – ENSA de Grenoble – 1er juin 2021

Mardi 18 mai 2021

Soutenance de thèse de Mougib El Rahman Aboamer : « Architecture et évolution sociopolitique. Vers une lecture multiple du centre-ville du Caire (1869-1973) » , sous la direction de Catherine Maumi ( ENSA Paris La Villette, directrice de AHTTEP/AUSser)

École doctorale « Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire » (Université de Grenoble Alpes)
Thèse préparée au sein de l’équipe de recherche des Méthodes et Histoire de l’Architecture (MHA)

Cette soutenance aura lieu en amphi Simounet à l’ENSA de Grenoble le mardi 1er juin 2021 à 14h.

Membres du jury

Galila EL KADI, directeur de recherche émérite, IRD CESSMA UMR 245 Université Paris Diderot, HDR (rapporteure)
Anna MADOEUF, professeur à l’Université de Tours, HDR (rapporteure)
Nicolas TIXIER, professeur à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, HDR (examinateur)
Frédéric POUSIN, directeur de recherche, UMR AUSSER 3329, HDR (examinateur) 
Vittoria CAPRESI, Ingénieur Docteur, GIZ Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (examinatrice)
Catherine MAUMI, Professeur, ENSA Paris La Villette, directrice de AHTTEP/AUSser, Directrice de thèse

Résumé

Il est difficile de séparer l’architecture de la ville, comme « fait urbain », des contextes sociopolitiques qui les ont produits. Les études menées sur le centre-ville du Caire montrent l’importance de la relation existante entre cette « ville moderne » construite depuis le XIXe siècle, les changements politiques et les évolutions sociétales. Cette relation est également illustrée dans certaines représentations fictionnelles de la ville, produits culturels de la société égyptienne, telles que les œuvres littéraires et les films cinématographiques. 

Cette recherche interroge l’évolution de l’architecture et du paysage urbain du centre-ville du Caire telle que représentée dans les œuvres littéraires et les films cinématographiques égyptiens depuis la construction de la ville moderne (le centre-ville) en 1869 à l’époque du khédive Ismaïl (1863-1879) jusqu’au lendemain de la guerre de Kippour 1973 à l’époque du président Anouar El Sadate (1970-1981). Il s’agit de poser un regard critique sur le rôle des dimensions sociétales et politiques dans l’évolution architecturale et urbaine du centre de la capitale égyptienne, tout en analysant les représentations de celle-ci, influencées par le contexte sociopolitique au cours de cette période. 

En partant de l’hypothèse que les représentations fictionnelles, littéraires et cinématographiques, permettent d’acquérir une meilleure compréhension du centre de la capitale égyptienne, nous avons découvert des juxtapositions entre les représentations littéraires du centre-ville du Caire et les faits urbains « réels ». Nous supposons qu’une telle confrontation entre les « fictions » de la ville et ses « réalités » peut nous amener à construire une nouvelle image du centre-ville : de son architecture, des espaces qui la caractérisent, et des usages de ceux-ci.  

Pour ce faire, nous mettons en place une approche méthodologique proposée par Roland Barthes dans L’aventure sémiologique : celle de la lecture multiple. Elle consiste à croiser plusieurs documents de natures diverses afin d’offrir une meilleure compréhension de la ville. Dans ce travail de recherche, nous croisons à la fois des exemples de textes littéraires avec d’autres documents tels que les rapports administratifs ou officiels, les cartes, les photographies et les documents historiques portant sur l’évolution sociopolitique de la capitale égyptienne. 

Ce croisement des données révèle que les représentations littéraires peuvent constituer des documents essentiels pour comprendre la production architecturale du centre-ville du Caire. Elles soulignent en même temps à quel point la société cairote s’est adaptée aux bouleversements politiques ayant conduit à des transformations radicales de leur ville et de son centre pendant un siècle.

La recherche nous a permis de construire sept facettes du centre-ville du Caire, chacune d’entre elles donnant à comprendre une évolution architecturale et urbaine du quartier dans ses dimensions politiques et sociétales, tout en soulignant le rôle des représentations dans cette construction évoluée dans le temps. 

Pascal Fort

More Posts - Website

[Visio-conférence] Nouvelle date : Journée d’étude  » Dynastie d’architectes et d’artistes en province XIXe-XXe siècles : entre héritage, transmission et famille de créateurs » – 1er juin 2021

Lundi 17 mai 2021

La journée d’étude « Dynastie d’architectes et d’artistes en province XIXe-XXe siècles : entre héritage, transmission et famille de créateurs. » est organisée par le CHEC (Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » / UCA) et Ressources (ENSA CF) et se déroulera uniquement en distanciel le 1er juin 2021.

Accédez à l’annonce : cliquez ici

Participation membre UMR AUSser

14h20-14h40 : Emma FILIPPONI, post-doctorante, ACS – UMR AUSser 3329 CNRS, ENSA Paris Malaquais : Les Curtelin, architectes lyonnais. Première enquête sur une dynastie entre héritage et indépendance – (1899-2000).

Programme

Accédez au programme : cliquez ici

Informations pratiques

L’inscription est indispensable pour recevoir l’invitation avec le lien de connexion.
Merci de préciser vos nom, prénom, établissement et mail de contact, en indiquant si vous souhaitez assister à la journée entière, le matin ou l’après-midi
Participation sur inscriPtion : inscription.je.daa.4.3.21@gmail.com

Pascal Fort

More Posts - Website

[Visio-conférence] Après-midi d’études « Repenser la forme urbaine à partir des sols vivants » – École d’architecture de la ville & des territoires Paris-Est – 2 juin 2021

Vendredi 14 mai 2021
Comité technique

CAUE 77 : Marianne Souq, Éav&t/OCS : Frédérique MOCQUET, UMR-AUSser/IPRAUS : Anne Grillet-Aubert, DGU : Bruno Barroca, Margot Pellegrino, EUP : Martin Vanier, Stéphane Mercier, ENPC : Laurence Dodin, DSAA Alternatives Urbaines : Christophe Laurens, Renseignements auprès du CAUE 77

Les tables-rondes sont co-organisées dans le cadre du DSA d’architecte-urbaniste par : l’École d’architecture de la ville & des territoires Paris-Est et le Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement de Seine-et-Marne avec l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée représentée par l’Ecole d’urbanisme de Paris, le Département de génie urbain, et l’Unité mixte de recherche «Architecture, urbanistique, société : savoirs, enseignement, recherche» (AUSser), l’École des ponts ParisTech et le DSAA Alternatives urbaines du Lycée polyvalent Adolphe Chérioux de Vitry.

Présentation

Après-midi d’études « Repenser la forme urbaine à partir des sols vivants » – École d’architecture de la ville & des territoires Paris-Est – 2 juin 2021

L’après-midi du 2 juin 2021 permettra d’aborder notre manière d’habiter le sol, comment analyser et cartographier sa valeur écologique et comment reconquérir des sols pollués par des projets de territoire participatifs ?

Programme Accédez au programme :Télécharger Informations pratiques

Inscription : cliquez ici
Renseignements auprès du CAUE 77 : accueil@caue77.fr / 01 64 03 30 62

Pascal Fort

More Posts - Website

Annual Symposium 2021: Architectural History + Climate Emergency – 9, 10, 11, 16, 17 et 18 juin 2021

Mardi 11 mai 2021

This year’s annual symposium is organized by the Society of Architectural Historians of Great-Britain and held in partnership with Architects Declare, ACAN, Heritage Declares, and the RIAS. Spread across two weeks the Symposium is convened by Prof Alex Bremner, Dr Barnabas Calder, Savia Palate, and Dr Neal Shasore.

Date: 9, 10, 11, 16, 17, 18 June 2021

Via Zoom. Pour s’inscrire : cliquez ici
Vous recevrez par la suite par mel le lien.

Présentation

The Symposium places the nexus between architecture and energy centre stage in our understanding of the historic built environment, considering how both large-scale energy consumption and socio-political regimes of energy production force us to give greater consideration to architecture’s environmental impact through time.By investigating the relationship between buildings and energy, in conjunction with other factors such as the building industry’s contribution to deforestation, eco-system destruction, and wide-spread pollution connected to primary material procurement, architectural history can reclaim its long-standing place as a central contributor to architectural debate and practice. Much more importantly, considering the history of architecture in this context can make a significant contribution to understanding and addressing the fossil fuel dependency and biodiversity crisis that threatens the continuation of life on Earth.

Programme

Accédez au programme : cliquez ici

Contribution membre UMR AUSser

11 june 2021 : Assessing the 1973 Turn in Architecture: Oil Crisis, Alternative Energies, and the Insulation Boom
Paul Bouet (École nationale supérieure d’architecture Paris-Est, OCS/UMR AUSser) and Jean Souviron (Université Libre de Bruxelles)

Pour s’inscrire à cette intervention : cliquez ici

Résumé de l’intervention : Until recently, the historiography of postwar architecture was dominated by milestones such as 1968 with its wave of cultural protests, or 1980 with the triumph of postmodernism at the Venice Biennale. With the current rise of environmental concerns, historians are also turning their attention to 1973, marked by the first oil crisis and often considered an ecological turn for architecture. But what did this moment really represent in the history of the relationships between architecture, energy and the environment? How did it affect architecture materially?

In this paper, we assess the 1973 moment by determining its implications for architecture and by analysing its lesser-known but lasting consequences for construction. First, we discuss how the tensions over oil combined with the emergence of environmentalism yielded a conception of the building sector as a key field in the reduction of fossil fuel use. Then, we examine how the rise of research into the integration of renewable energies in buildings, particularly solar energy, shaped an alternative path towards an architecture less dependent on oil, coal or uranium. Finally, we analyse how the thermal regulations introduced in the aftermath of the oil crisis generated a boom in the consumption of insulation products alongside electricity to operate HVAC systems. Drawing on case studies in Western Europe, connected to examples in Africa and North America, we argue that while 1973 fostered a temporary interest in reducing the ecological impact of architecture, its material consequences may have contributed to an increase in the environmental footprint of buildings.

Pascal Fort

More Posts - Website

Pages