Le Blog de Veille UMR AUSser » Actualités

S'abonner à flux Le Blog de Veille UMR AUSser » Actualités
Architecture Urbanisme Société : Savoirs, Enseignement, Recherche
Mis à jour : il y a 10 heures 45 min

[Visio-conférence] DHTL International Conference « Sense of Past and Sense of Place: Designing Heritage Tourism » – Università luav di Venezia – 14, 15 et 16 septembre 2021

Mardi 14 sep 2021
Organisation

coordinators: Mauro Marzo, Viviana Ferrario, Viola Bertini
Università Iuav di Venezia, Dipartimento di Culture del progetto

organized by : Università Iuav di Venezia, Dipartimento di Culture del progetto

in collaboration with : Research cluster CULTLAND Paesaggi Culturali | Cultural Landscapes

under the patronage of
Commissione Nazionale Italiana per l’UNESCO
Ministero della Cultura della Repubblica Italiana
Ministero del Turismo della Repubblica Italiana

Programme

Accédez au programme : cliquez ici

Participation membre UMR AUSser

16 septembre 2021 : Rafaël Magrou, École Nationale Supérieure d’Architecture Paris-Malaquais, ACS/AUSser, co-modère une matinée d’intervention : session C.4 • Tools, Methods, and Strategies (En)
et participe à la table ronde finale 14h30-18h30

Informations pratiques

Pour se connecter aux conférences : cliquez ici

Pascal Fort

More Posts - Website

Séminaire du Groupe transversal « Inventer le Grand Paris » / Labex Futurs Urbains (UPE) : « Échelles urbaines et Temporalités du Grand Paris : Le cas de Châtenay-Malabry (1919-2020) » – ENSA Paris-Belleville – 14 septembre 2021

Mercredi 08 sep 2021

La deuxième séance du Séminaire IGP 2021 sera dédiée à « Échelles urbaines et Temporalités du Grand Paris – Le cas de Châtenay-Malabry (1919-2020) ».

Conception et coordination scientifique : Alexandre Callens et Loïc Vadelorge

Accédez au site : IGP 2021

Présentation

Comme d’autres communes de l’ancienne Seine-banlieue, Châtenay-Malabry fait l’objet depuis le début du XXIe siècle de projets successifs de renouvellement urbain. Ils touchent à la fois la première séquence d’aménagement qu’a constituée, dans l’Entre-deux-guerres, la cité-jardin de la Butte Rouge, les équipements d’enseignement supérieur hérités des Trente Glorieuses (Faculté de Pharmacie de l’Université de Paris, École centrale de Paris) et l’axe historique qui traverse la commune d’est en ouest (Avenue de la Division Leclerc). Le lancement récent d’un éco-quartier ambitieux, sous l’égide de l’opérateur Eiffage et d’une SEMOP unique en Île de France, masque la tension historique qui pèse sur le patrimoine architectural, urbain et paysager et par voie de conséquence sur l’histoire sociale de la cité, longtemps bastion socialiste (1907-1995). L’objectif du séminaire est de réaliser le croisement des approches patrimoniales, architecturales, paysagères, urbanistiques et historiques développées récemment sur un site qui constitue une borne témoin d’un Grand Paris qui se refait sur lui-même.

Programme

Accédez au programme détaillé : IGP 2021

14h -14 h15 : Introduction
Alexandre Callens (doctorant IPRAUS) et Loïc Vadelorge (professeur d’histoire contemporaine, Université Gustave Eiffel, laboratoire ACP EA 3350)

Première partie : Héritages et Innovations

14h15-14h45 : Laura Fromentin (ingénieure d’études historique, ISITE FUTURE, programme E3S, laboratoire ACP EA 3350) : « Renouvellement urbain et instrumentalisation des héritages locaux »

14h45-15h15 : Loïc Vadelorge (professeur d’histoire contemporaine, Université Gustave Eiffel, laboratoire ACP EA 3350)  : « Le Grand Paris a-t-il besoin de démonstrateurs urbains ? Mettre en perspective historique la figure de l’innovation d’un écoquartier »

15h15-15h45 : Temps de discussion

15h45-16h : Pause

Seconde partie : Échelles et Paysages

16h00-16h30 : Bernadette Blanchon (architecte DPLG, maître de conférences en sciences humaines et atelier de projet à l’ENSP de Versailles, LAREP): « La Cité-jardins de la Butte Rouge : face aux paradoxes et limites d’une reconnaissance patrimoniale et sociale avérée, le paysage peut-il représenter un levier d’actualité ? »

16h30-17 h00 : Alexandre Callens (architecte DE – HMONP, doctorant en urbanisme et aménagement de l’espace au laboratoire IPRAUS – ENSA Paris-Belleville) : « Des motifs paysagers pour interpréter le renouvellement urbain du patrimoine du XXème siècle: Essai d’analyse comparative d’opérations du Grand-Paris et de leur devenir »

17h00-17h45 : Temps de discussion

17h45 : Conclusion : Bernadette Blanchon (architecte DPLG, maître de conférences en sciences humaines et atelier de projet à l’ENSP de Versailles, LAREP)

Informations pratiques

Date : Mardi 14 septembre 2021, 14h-18h
Lieu : École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville, Salle 12, 60, Boulevard de La Villette, 75019 Paris

Contacts :
Yoko Mizuma (yoko.mizuma@enpe.fr)
Alexandre Callens (alex.callens@gmail.com )
Loïc Vadelorge (loic.vadelorge@univ-eiffel.fr )

Pascal Fort

More Posts - Website

Colloque de clôture du programme HEnsA20 (Histoire de l’Enseignement de l’Architecture au XXe siècle) – ENSA Paris-Belleville et Cité de l’architecture et du patrimoine (Paris) – 21 et 22 octobre 2021

Jeudi 22 juil 2021

Ce colloque de clôture se tiendra le jeudi 21 octobre (à l’ENSA-Paris Belleville) et le vendredi 22 octobre (à la Cité de l’architecture et du patrimoine). Ce colloque sera l’occasion de dresser un bilan des recherches menées au sein des diverses écoles impliquées et de donner des perspectives par l’organisation de tables rondes et de conférences internationales.

Le programme sera communiqué plus en détail dès la rentrée.

Programme : grandes lignes Jeudi 21 octobre à l’ENSA Paris-Belleville

• 14h00-15h00 / Sortie de presse : UP8. Pour une pédagogie de l’architecture, par Marie-Jeanne Dumont (IPRAUS/AUSser) et Antoine Perron

• 15h00-18h00 / Les architectes et l’enseignement : trois tables rondes thématiques réuniront différentes générations pour débattre de l’enseignement qu’ils ont reçu :
– « Enseignement et professions », animée par Marie-Hélène Contal 
– « Théorie et projet », animée par Françoise Fromonot  
– « Filiations et héritages », animée par Margaux Darrieus

Vendredi 22 octobre à la Cité de l’architecture

• 9h00-12h30 / Bilan du programme HEnsA20 : avancées, archives, publications
– « Résultats et diffusion », Anne-Marie Châtelet, Amandine Diener, Marie-Jeanne Dumont, Daniel Le Couédic
– « Archives écrites et orales collectées », Arlette Auduc 
– « Monographies d’écoles », Anne-Marie Châtelet et Gilles Bienvenu

• 14h00-17h00 / Perspectives internationales : conférences
– « Une science dans l’enfance », Francesco Dal Co, professeur émérite à l’Institut universitaire d’architecture de Venise
– « Radical Pedagogies », Beatriz Colomina, professeure d’histoire de l’architecture, Princeton University
– « Portrait de l’architecte en pédagogue » Akos Moravansky, professeur honoraire d’histoire de l’architecture, ETH Zurich

• 17h00-18h00 / L’architecture en ses écoles. Une encyclopédie du XXe siècle, François Chaslin, Florence Contenay et Amandine Diener

Pascal Fort

More Posts - Website

ICAS12 – Crafting a Global Future / Kyoto (Japan) – 24-27 August 2021

Mercredi 21 juil 2021

The 12th International Convention of Asia Scholars (ICAS 12) will be held in the cultural heart of Japan – Kyoto, from 24-27 August 2021. The city is famous for its world-heritage sites, temples, gardens, palaces and craft centres. The main venue, the iconic, modernist Kyoto International Conference Centre, is set in a beautiful garden.

For queries about ICAS 12, please contact us at icas12@iias.nl.

Presentation

The International Convention of Asia Scholars (ICAS) is a global platform enabling individuals and institutions from all over the world to come together to exchange views on a variety of issues pertaining to Asia. The Convention attracts participants from around 75 countries to engage in global dialogues on Asia that transcend boundaries between academic disciplines and geographic areas. The meeting place for the twelfth edition of ICAS is Kyoto, Japan. Kyoto is famous for its world-heritage sites, temples, gardens, palaces, and craft centres. Kyoto Seika University (SEIKA) will be the main host of ICAS 12; it will partner with the city, Kyoto Prefecture, The Consortium of Universities in Kyoto, and the city’s museums and craft centres.

Events will include: panels and roundtable discussions, craft exhibitions, an Asian film festival and the ICAS Asian Studies Book Fair. With all these activities ICAS contributes to the decentring of Asian Studies while convening a global space in which Asia scholars and social and cultural actors from the whole world can directly interact. Participate at ICAS 12 and enjoy the multitude of networking opportunities, possibilities to share your research and to meet with publishers.

The main venue for ICAS 12 will be the iconic modernist Kyoto International Conference Center, set in a beautiful garden. Around 2000 Asia specialists and representatives of civil society are expected to attend.

Contribution membre UMR AUSser

Wednesday, August 25, 2021 : Pijika Pumketkao (membre associée IPRAUS/AUSser, ENSA Paris-Belleville) : Thai Urban Heritage in the Making : Words and Representations

The notion of “heritage of the community” (moradok chumchon) has entered into professionaldiscourse and has gained media attention in Thailand since the 1990s. As a reaction to the fearof a loss of local identity due to major urban restructuring, civil society organizations are takinginto consideration the heritage of the local communities which, until then, had been excludedfrom the heritage programmes of the national authorities. These organizations mobilize theconcept of “heritage of the community” to support competing interpretations of the heritage anddevelop the approaches towards citizen participation for asserting their right to manage localheritage. This marks a turning point in the way of considering heritage and designing theconservation project. This paper presents the results of my PhD thesis and recent research thatfocus on the role of activist organizations in the constitution of the heritage fi eld. It takes as thecase studies the projects led by the group Little People in Conservation (LPC) who plays aleading role in the reactivation of the expression moradok chumchon in the 2010s and in theinscription of Chiang Mai on the Tentative List of World Heritage of UNESCO. This paperexamines the strategy and actions of its leaders in regard to the concepts and principlesdeveloped by the national and international instances. The participatory approach of LPC isanalysed through the words and discourse of heritage and the iconographic representations, inparticular those of the “cultural mapping”, that are mobilized in its projects.



Pascal Fort

More Posts - Website

Journées d’études « L’architecture au moyen de la fiction. Histoire, théorie et projet » – École d’architecture, de la ville et des territoires Paris-Est, OCS AUSser – 17 et 18 novembre 2021

Mardi 20 juil 2021
Coordination scientifique

Alice Carabédian (post-doctorante EUR ArTeC, Université Paris-8), Laurie Gangarossa (ENSA Clermont-Ferrand, doctorante OCS
AUSser, ENSA Paris-Est), Fanny Lopez (ENSA Paris-Est, chercheure associée OCS AUSser, chercheure permanente LIAT, ENSA Paris-Malaquais), Frédérique Mocquet (ENSA Paris-Est, chercheure permanente OCS AUSser).

Présentation

Les journées d’étude L’architecture au moyen de la fiction. Histoire, théorie et projet partent du postulat selon lequel la fiction, comme modalité imaginative organisant l’expérience du réel, activité mais aussi méthode de création, accompagne les mutations des pratiques architecturales contemporaines. Réunissant chercheur.e.s, écrivain.e.s et praticien.n.e.s autour d’objets et de processus variés donnant la priorité au texte, elles visent à explorer la fiction en architecture en tant qu’outil critique d’émergences de formes matérielles et symboliques, dans la sphère de la pratique comme dans celle de la théorie.

Pré-Programme Accédez au Pré-ProgrammeTélécharger 17 novembre 2021

matin : L’appareil de la fiction comme outil, processus ou métaphore du projet de conception.
Coordination : Frédérique Mocquet
Tout projet architectural, urbain, paysager, présente une dimension narrative, dans sa conception et sa réalisation comme dans sa mise en communication3. Articulant l’espace et le temps, le projet formule la promesse d’une situation qui participerait d’un monde meilleur, en expose le processus d’advenue, tout en étant la voie de sa réalisation. Le projet peut ainsi être entendu comme la fiction d’un potentiel à venir. Certain.e.s praticien.ne.s mobilisent la référence à des oeuvres de fiction pour mener leurs projets et/ou retranscrire un matériel pratique et théorique. Par-delà la référence, nous supposons qu’il existe divers registres, outils, formes de fictions dans ce cadre projectif. Il s’agit ici de les identifier et de les questionner : quelles méthodologies, mais aussi quelles cultures de projet la fiction, en tant qu’imaginaire
et que pratique, induit-elle dans le champ du projet ? Au-delà de la métaphore ou de l’analogie, que produit cette mobilisation du fictionnel dans les pratiques de transformations des environnements façonnés ? Dans notre jeune 21e siècle, quels imaginaires font aujourd’hui oeuvre de déplacement ou de soulèvement, et comment cela se traduit-il dans les différentes étapes de la conception ?

après-midi : Histoires et théories en fictions : l’architecture racontée.
Coordination : Laurie Gangarossa
La fiction se déploie ici dans un rapport dialectique entre littérature et architecture, rendant plus plastiques les usages et représentations des métiers traditionnellement associés aux deux disciplines. D’autres manières de conter les pratiques, les histoires et les théories de l’architecture y sont réhabilitées, bousculant, de manière diachronique et synchronique, les grands récits faisant autorité dans ce champ de
savoir. Dans ces explorations fictionnelles, de nouvelles places et formes sont données aux récits d’expériences, engageant des modalités d’écriture, voire d’oralité, inédites. Ainsi, de quelles manières les postures des architectes auteur.trice.s de fiction, autant que les oeuvres de fiction elles-mêmes, réinventent elles les participations et les réceptions de la culture architecturale ? Considérant les conditions sociétales de ces actes de fictions et ce qui relève en elles du faire, comment définir leurs légitimités et leurs reconnaissances théoriques, leurs qualités littéraires tout comme leurs validités pratiques ?

18 novembre 2021

Les territoires de la science-fiction (SF) : une autre histoire des techniques.
Coordination : Fanny Lopez et Alice Carabédian.
La ville et les futurs urbains utilisent des formes spéculatives pour créer des mondes et des futurs plus durables. Dans le champ des études et de la théorie architecturale et urbaine, la science-fiction, qui est une culture autant qu’un genre particulier, représente un laboratoire et un réservoir encore largement sous exploité en France, à la différence du monde Anglo-Saxon. En lien avec un projet de recherche international (AIMCI 2020-2021) Speculative Fiction for Energy Infrastructure porté par le laboratoire OCS AUSser de l’ENSA Paris-Est, cet axe vise à se focaliser sur les oeuvres créatrices de spatialités énergétiques et de territorialités technologiques alternatives. L’hypothèse de cet axe est que les imaginaires techniques contenus dans cette culture matérielle de l’utopie seraient utiles aux disciplines de l’aménagement. Les chercheures et écrivaines américaines Shelley Streeby4 et Stéphanie Lemenager5 seront les invitées d’honneur de cette demi-journée.

Informations pratiques

Ces journées auront lieu dans les locaux de l’ENSA Paris-Est.
Une procédure d’inscription sera mise en place ultérieurement.
Contact : frederique.mocquet@parisest.archi.fr

Pascal Fort

More Posts - Website

Appel à communication pour les journées d’étude « Architecture et urbanisme de la Seconde Reconstruction en France : nouvelles recherches, nouveaux regards, nouveaux enjeux » – ENSA Paris-Val-de-Seine (date limite : 15 septembre 2021)

Jeudi 15 juil 2021
Comité d’organisation et conseil scientifique

Comité d’organisation :
Christel Palant, Maîtresse de conférences en Histoire et cultures architecturales, chercheure EvCau, ENSA Paris-Val de Seine,
Camille Bidaud, Maîtresse de conférences en Histoire et cultures architecturales, chercheure ATE, ENSA Normandie

Conseil scientifique :
Yvan Delemontey, enseignant-chercheur au laboratoire Techniques et sauvegarde de l’architecture moderne (TSAM), EPFL Lausanne, Isabelle Duhau, Conservatrice en chef du patrimoine à la mission de l’Inventaire général du patrimoine culturel du ministère de la Culture, Mathieu Gigot, Maître de conférences en urbanisme, UMR Géographie-Cités, Université de Paris, Patrice Gourbin, Maître de conférences en Histoire et cultures architecturales, chercheur ATE, ENSA Normandie, Guy Lambert, Maître de conférences en Histoire et cultures architecturales, chercheur IPRAUS, UMR AUSser, ENSA Paris-Belleville, Eléonore Marantz, Maîtresse de conférences en histoire de l’architecture contemporaine, EA 4100 HICSA, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Karine Thilleul, Maîtresse de conférences en Histoire et cultures architecturales, chercheure LHAC, ENSA Nancy

Appel Accédez à l’appelTélécharger Présentation

Ces journées d’études attacheront une importance particulière aux enjeux actuels des recherches sur l’architecture et l’urbanisme de la Reconstruction. Liées ou non à des demandes locales ou à des politiques publiques spécifiques, faisant l’objet de valorisation, de labellisation, de patrimonialisation ou de transformation, nous nous intéresserons également aux actions menées localement, qu’il s’agisse d’initiatives isolées ou concertées. Comment étudie-t-on l’architecture et l’urbanisme de la Reconstruction dans les territoires, quels services sont actuellement concernés par ces sujets, quelles sont leurs approches et leurs finalités, mais aussi leurs moyens d’actions ou les difficultés qu’ils rencontrent ? Comment les services mettent – ou non – en commun leurs informations ou les retours d’expériences, comment les collectivités locales s’emparent-elles des connaissances produites par ces services, comment articuler et coordonner in fine recherche et intervention, qu’il s’agisse de protéger, de valoriser, de transformer ou d’intervenir sur ce patrimoine récent.

Informations pratiques

Les propositions de communication devront être envoyées en fichier joint à l’adresse suivante, au plus tard le 15 septembre 2021 : reconstructionjanvier2022@paris-valdeseine.archi.fr

Dates et lieu des journées d’études : Jeudi et vendredi 13 et 14 janvier 2022 à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Val-de-Seine, 3 Quai Panhard et Levassor, 75013 Paris

Pascal Fort

More Posts - Website

Séminaire Inventer le Grand Paris 2021/2022 : 14 septembre, 21 octobre et une date en novembre 2021

Jeudi 15 juil 2021

Le séminaire de recherche du Groupe Transversal Inventer le Grand Paris a repris en juin 2021 avec la tenue de 4 nouvelles séances. Il a été inauguré par un atelier international consacré à l’aménagement du Grand Moscou dans la période post-soviétique.  Cette première séance s’inscrit dans le cadre des ateliers sur les métropoles.
La séance suivante ouvrira une nouvelle formule d’étude de cas d’un aménagement représentatif du Grand Paris contemporain, en explorant la tension historique qui pèse sur le patrimoine architectural, urbain et paysager d’une cité de banlieue ainsi que sur son histoire sociale.
Suivra une nouvelle journée consacrée aux visions générées par la construction métropolitaine ou qui l’accompagnent. Elle se penchera sur d’autres expériences que celles du Grand Paris, dans une perspective transnationale, en interrogeant le statut des cultures visuelles concernées.
Enfin une séance reviendra sur les politiques et les acteurs urbains autour des stratégies locales développées en réponse aux projets du Grand Paris.

Coordination générale : Frédéric Pousin (IPRAUS/AUSser), Nathalie Roseau, Yoko Mizuma

Accédez à l’annonce : cliquez ici

Programme

14 septembre 2021 : Échelles urbaines et Temporalités du Grand Paris Le cas de Châtenay-Malabry (1919-2020)
Organisation scientifique : Loïc Vadelorge ((UPEM, ACP) et Alexandre Callens (IPRAUS/AUSser)

21 octobre 2021 : Les visions de la construction métropolitaine
Organisation scientifique : Raphaële Bertho (Université de Tours/INTRU), Sonia Keravel (ENSP Versailles/LAREP), Frédéric Pousin (IPRAUS/ AUSser), Nathalie Roseau (École des Ponts ParisTech/LATTS)

8, 9 ou 10 novembre 2021 : Résister au Grand Paris ? Planification métropolitaine et stratégies locales
Organisation scientifique : Emmanuel Bellanger (Paris 1, CHS), Cédric Feriel (Rennes 2, TEMPORA), Beatriz Fernandez Agueda (EHESS, Géographie-Cités).

Pascal Fort

More Posts - Website

[En ligne] Les 10ans du LabEx : présentation vidéo

Jeudi 15 juil 2021

A l’occasion des dix ans du LabEx Futurs Urbains, une courte vidéo de présentation du Labexa été réalisée.

Accédez à la vidéo en ligne : cliquez ici

Présentation

Cette vidéo répond à quelques questions telles que : « Qu’est-ce qu’un Labex ? », « Quand et comment a-t-il été créé ? »

Intervenant(s) : Bruno Tassin, Roberta Morelli (IPRAUS/AUSser), Loic Vadelorge

Réalisation: CIPEN

Pascal Fort

More Posts - Website

[Visio-conférence] Journée d’étude « Faire avec l’informel ? » – 30 juin 2021

Mercredi 30 juin 2021

Journée d’étude du LabEx DynamiTe, UMR CESSMA, UMR CHS,
Groupe de travail «Penser la production de l’urbain entre Suds et Nords» du LabEx, Axe «Villes du Sud» du CESSMA et CHS : « Faire avec l’informel ?
Date : Mercredi 30 juin 2021

Accédez à l’annonce : cliquez ici

Programme

Accédez au programme : cliquez ici

Présentation

Les questions relatives à «l’informalité» intéressent de nombreux membres du GT venant de disciplines et d’unités de recherche variées. Cette thématique nous a donc semblé fédératrice pour engager des discussions croisées, entre Nord et Sud, entre disciplines et entre perspectives théoriques sur la production de l’informalité par l’Etat, la ville informelle, les pratiques informelles, ou tout autre dénomination que l’on puisse donner à ces questions selon le point de vue par lequel on les aborde. Faire dialoguer ces différentes perspectives nous a semblé intéressant, afin de tester les possibilités de convergence vers des projets collectifs à l’échelle du GT.

Nous avons retenu le format d’une journée d’études, sur le mode de la rencontre ouverte, comme point de départ pour engager ces discussions. Celles et ceux qui sont intéressé.es sont invités à présenter leurs objets et leur démarche, pour lancer une réflexion commune. L’un des enjeux est de croiser les approches et les terrains situés dans les Nords et dans les Suds, objectif inscrit dans le projet du GT dans le cadre du LabEx 2.

La journée est conçue comme un atelier de travail ouvert plutôt que comme une journée de restitution de travaux. Chacun.e aura un temps de présentation pour expliquer comment il ou elle se saisit de la notion d’informalité, comment ses recherches peuvent alimenter les questionnements formulés ci-dessous (ou d’autres qui n’y figureraient pas), voire comment il ou elle reformulerait les questions posées dans l’appel à partir de sa propre démarche.

Interventions membres UMR AUSser

Charles Goldbum (membre associé IPRAUS/AUSser) & Nathalie Lancret (IPRAUS/AUSser) : De l’informel au patrimoine. Avatars et artefacts de la ville ordinaire en Asie du Sud-Est

Pascal Fort

More Posts - Website

Obtention de l’habilitation à diriger des recherches (HDR) par Thierry Mandoul (ACS/AUSser) : « Chandigarh, how can a city be smart ? »

Lundi 28 juin 2021

M. Thierry Mandoul ( architecte, maître de conférences ENSA Paris-Malaquais, ACS/UMR AUSser – CNRS 3329) a obtenu son habilitation à diriger des recherches (HDR) : « Chandigarh, how can a city be smart ? »

Membres du jury
  • Virginie Picon-Lefebvre, tutrice de l’habilitation, architecte DPLG, urbaniste ENPC, professeure à l’ENSA Paris-Belleville, HDR, chercheure à l’IPRAUS/UMR AUSser
  • Florian Hertweck, professor, Faculty of Humanities, Social and Educational Sciences, University of Luxembourg
  • Nathalie Roseau, directrice de recherche, professeure École des Ponts ParisTech, chercheure au LATTS
  • Jean-Philippe Garric, professeur d’histoire de l’architecture, Université Paris 1 (Panthéon-Sorbonne)
  • Antoine Picon, professeur  à la Harvard Graduate School of Design, chercheur au LATTS, chercheur au LATTS
  • Pieter Uyttenhove, professor dr. ir.-arch. Theory and History of Urbanism, Ghent University
Résumé du mémoire

Ce mémoire de Hdr est né d’une expérience pédagogique : l’enseignement d’un projet de master sur la ville de Chandigarh. Notre recherche a pris corps à partir du terrain et de sa découverte par la marche avec les étudiants de l’école d’architecture de Paris-Malaquais. Par des dérives successives, nous avons appris dans la ville et de la ville, dans les interactions entre les choses et les faits, entre le monde des habitants et leur environnement. Il s’ensuivit le désir d’appréhender plus scientifiquement Chandigarh, d’interroger le destin de cette cité moderne  qui, de ville de migrants, est devenue soixante-dix ans après sa création une ville exemplaire d’un programme national de développement urbain, Indian’s Smart Cities Mission. Comment une ville peut-elle être intelligente ? Le mémoire formule trois hypothèses à trois échelles (L,M,S). La première énonce que Chandigarh a inventé une forme d’écologie urbaine nourrie par l’artefact tant bâti que végétal, par la substance urbaine de la ville. La deuxième avance que l’hybridation de la modernité du plan et de l’écologie de la ville a façonné une appropriation singulière pour un pays comme l’Inde. La troisième propose l’idée selon laquelle les qualités de la ville en font une ville résiliente qui, dans le contexte du réchauffement climatique saura s’adapter aux crises qui s’annoncent. Trois parties forment le corps du mémoire. La première partie, intitulée « Secteur, un mésocosme pour la vie quotidienne », analyse la réalisation des secteurs comme patterns constitutifs de la grille de la ville et de son organisation spatiale. La deuxième partie, intitulée « Nature urbaine », revient sur l’idée fondatrice de la ville-parc. La troisième partie, titrée « Chandigarh, la main ouverte, d’un urbanisme de plan à un urbanisme de vie », porte sur les pratiques et les usages. Ces trois parties constitueront les chapitres d’un livre collectif à paraître qui en comportera sept.  

Pascal Fort

More Posts - Website

Réouverture de l’Ecomusée le 19 mai 2021 : Exposition « La ville en partage » – Ecomusée du Val de Bièvre (Fresnes) – 19 mai 2021 au 06 mars 2022

Jeudi 24 juin 2021

Cette exposition « La ville en partage » a été réalisée en partenariat avec l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture Paris La Villette.

Elle a lieu à l’Ecomusée du Val de Bièvre (Ferme de Cottinville, 41 rue Maurice Ténine, Fresnes) du 19 mai 2021 au 06 mars 2022

Contact : 01 41 24 62 24

Présentation

L’écomusée aborde la question très actuelle des nouvelles formes d’implication citoyenne dans la fabrique de la ville.

Grâce à la présentation de projets concrets développés sur le territoire du Grand-Orly Seine Bièvre, illustrée par des maquettes, plans, photos ou vidéos, cette exposition, conçue comme un dialogue entre l’écomusée et les laboratoires AHTTEPAUSSER de l’Ecole nationale supérieure d’architecture Paris-La Villette, fait la part belle à la parole des habitants, des élus et des experts.

Pascal Fort

More Posts - Website

Appel à articles pour le dossier thématique des cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère n°14 « L’architecture à l’épreuve de l’animal », coordonné par Manuel Bello-Marcano, Marianne Celka et Mathias Rollot (date limite : 31 octobre...

Mardi 22 juin 2021

L’appel à articles pour le dossier thématique des cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère n°14 « L’architecture à l’épreuve de l’animal », coordonné par Manuel Bello-Marcano, Marianne Celka et Mathias Rollot, vient d’être lancé.

Accédez à l’appel : CRAUP n°14

Date limite : 31 octobre 2021

Présentation

Les propositions attendues porteront sur la manière dont humains et animaux ont pu coconstruire dans le temps des rapports de cohabitation, d’organisation et de participation sur des territoires communs ; sur les façons dont ces espaces partagés ont pu être des lieux conflictuels ou apaisés, des écosystèmes symbiotiques et mutualistes ou des agencements dominateurs et violents ; et encore sur les artefacts bâtis révélateurs de ces systèmes de cohabitations.

C’est en ce sens que nous formulons ici quelques perspectives de travail possibles, ni exhaustives ni cloisonnées :
La prise en compte de l’animal par l’architecte
L’animal à toutes les échelles
Imaginaires, cosmologies et esthétiques de l’animalité

Modalités

Les propositions d’articles complets seront envoyées par mail avant le 31 octobre 2021 au secrétariat de rédaction des CRAUP
secretariat-craup@culture.gouv.fr

Pour plus d’informations, contacter Aude Clavel au 06 10 55 11 36 ou par mail audeclavel@hotmail.fr

Pascal Fort

More Posts - Website

New Scientific International Network : « Post-mining: architecture, landscape, design » – Venise (Italie) – 4 septembre 2021 (date limite : 30 juin 2021)

Mardi 22 juin 2021

In partnership with European Cultural Center and its exhibition « Time, Space, Existence », the Partnership Chair « Acclimating post-mining territories » is organizing a day of meeting and brainstorming aimed at creating an international network. The Chair is headed by Lille’s School of Architecture and Landscape (ENSAPL).

Accédez au site : cliquez ici

Organisation

In partnership with European Cultural Center and its exhibition «Time, Space, Existence», the Chair «Acclimatize post-mining territories» is labeled « Architecture and Innovation » by the French Ministry of Culture and headed by Lille’s School of Architecture and Landscape (ENSAPL). Its scientific direction is ensured by Béatrice Mariolle (ENSAPL, IPRAUS/AUSser) and Daniela Poli (Università degli Studi di Firenze) and the steering committee is composed of the Mission Bassin Minier, Regional Office of Cultural Affairs of Hauts de France Region and Maisons-et-Cités.
The scientific committee of this meeting is provided by: Raphael Alessandri , Margarita Dekina., Jean-Baptiste Marie, Béatrice Mariolle (membre IPRAUS/AUSser), Daniela Poli, Philippe Prost (membre IPRAUS/AUSser), Frank Vermandel.

Présentation

The network will focus on the future of former mining territories in their spatial, socio-economic, ecological, landscape, or even aesthetic dimensions. Its ambition is to bring together research teams, educators, and other stakeholders from all over the world, involved in the fields of design (architecture, urban planning, landscape, art, etc.). Its objective, in particular, is to develop design and research tools that will involve local communities.Three areas of work and reflection are proposed:
– Heritage quality and architectural innovation regards to climate adaptation
– Territorialist project
– New architectural and landscape languages: bio-based materials, phytoremediation

Qui est concerné ?

This study day is open to all those working on possible ways of repairing landscapes and post-mining societies. A special attention will be given to the teams that develop projects with local communities and the territory’s own resources. We welcome the academics, educators, artists, architects, urban planners, landscape architects, but also anthropologists, sociologists, geographers, all those who work to acclimatize post-mining territories.

You can propose a poster, an oral intervention, a video, or simply come and attend this founding day.
Being that the number of attendees is limited, the remote interventions are welcome.

Send your application before June 30, 2021, with a text of 500 words maximum.
This day will be accompanied by a creative and participatory students workshop entitled “Infinite resources, new building materials” organized with the University of Venice.
Send your candidature to : Contact : Margarita Dekina : chairepostminier@gmail.com

Pascal Fort

More Posts - Website

Workshop pour étudiants : « nouveaux matériaux, nouveaux ornements » – Venise (Italie) – 30 août au 4 septembre 2021 (date limite : 12 juillet 2021)

Mardi 22 juin 2021

Un workshop pour étudiants « Nouveaux matériaux, nouveaux ornements » aura lieu à Vensie (Italie) du 30 août au 4 septembre 2021 et est organisé par la Chaire partenariale « Acclimater les territoires post-miniers », en partenariat avec l’European Cultural Center et son exposition « Time, Space, Existence ».

Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 12 juillet 2021.
Envoyez votre formulaire de candidature à Constance BOGUCKI : chairepostminier@gmail.com

Présentation

Ce workshop s’inscrit dans le cadre du réseau international « Post-Mining, Architecture, Landscape, Design » qui s’intéresse aux outils de conception et de recherche impliquant des communautés locales. Il propose d’explorer la grande diversité des éco-matériaux d’un monde postcarbone.

Cette enquête dans l’univers esthétique de la matière et de l’ornement se déroulera dans les dédales de la cité vénitienne. A l’occasion de permanences dans l’espace public, les étudiants façonneront, avec des passants, des prototypes de nouveaux matériaux, et tenteront d’épuiser leurs propriétés plastiques. L’ensemble de ces travaux sera exposé dans le Palazzo Michiel.

Ce workshop est ouvert aux élèves en Architecture qui s’intéressent aux éco-matériaux et aux actions participatives. 8 étudiants recevront une bourse de voyage finançant le transport et le logement. Toutefois, ce workshop reste ouvert à tous les curieux.

Accédez à l’annonceTélécharger Comment candidater ?

Envoyez vos motivations en répondant aux questions suivantes (un recto-verso max). Vous pouvez joindre quelques pièces graphiques.
– Quel matériau souhaites-tu travailler lors de ce Workshop ? Et quelles compétences particulières as-tu autour de ce
matériau ?
– Quelle procédure et quels outils sont nécessaires à la réalisation de prototypes avec le matériau choisi ? particulièrement, la faisabilité en 4 jours et à Venise ? (matériel, ressource, temps de réalisation)
– Comment envisages-tu l’expérience participative dans la fabrication d’éco-matériaux ?
– A quelles dimensions plastiques ou ornementales pourraient aboutir le travail de ce matériau ?

Pascal Fort

More Posts - Website

Prix littéraire René Pechère 2021 attribué à Éric Alonzo (OCS/AUSser, Eav&t Paris-Est) pour son livre « L’Architecture de la voie. Histoire et théories »

Vendredi 18 juin 2021

La mention spéciale du Prix littéraire René Pechère a été décerné à Eric Alonzo (chercheur OCS/AUSser, Ecole d’architecture de la ville et des territoires Paris-Est) pour son ouvrage « L’Architecture de la voie. Histoire et théories ».

Période pandémique oblige, la remise du Prix a eu lieu en 2021 au lieu de 2020.

Accédez à l’annonce : cliquez ici

L’Architecture de la voie. Histoire et théories

« L’architecture de la voie : histoire et théories » / Eric Alonzo, Marseille/Champs-sur-Marne, Editions Parenthèses/
École d’architecture de la ville & des territoires, Collection « Architectures », ISBN 978-2-86364-313-6

Accédez au site de l’éditeur : L’architecture de la voie : histoire et théories

Résumé :  La voie est considérée habituellement comme relevant strictement de la sphère technique. Or elle peut aussi être envisagée comme une « architecture ». Illustré par une iconographie abondante et en partie inédite, ce livre montre ainsi comment, depuis l’Antiquité, les chemins, les routes, les rues, les boulevards, les autoroutes et les parkways ont pu être envisagés comme relevant – à la fois – du solide, de l’utile et même du beau. Cette généalogie permet d’expliquer l’origine de la plupart de nos dispositifs routiers actuels – que l’on considère à tort comme spécifiques à l’automobile (échangeurs, ronds-points, routes à péages, voies multimodales, etc.) – inventés au temps des voitures à chevaux, parfois même expérimentés au cœur des jardins à la française ou des parcs pittoresques.
Le prisme de la voie permet alors de révéler, par une série de « coupes en long » qui couvrent de longues périodes (paradigmes de l’édifié, du jardin et du flux), une tradition qui associe étroitement les savoirs et les objets des architectes, des ingénieurs, des paysagistes et des urbanistes, considérés aujourd’hui comme autant de domaines distincts. Cette publication se présente ainsi comme une somme historique, largement inédite, sur une « architecture du territoire » envisagée comme le socle commun des disciplines de l’aménagement.
Enfin, face aux incertitudes qui pèsent aujourd’hui sur le nombre et l’encombrement des futurs véhicules, aussi bien que sur leur vitesse et leur énergie de locomotion, cette redécouverte d’une longue tradition de conception architecturale de la voie, permet à nouveau d’envisager celle-ci non plus comme un objet fonctionnellement surdéterminé – et voué à l’obsolescence technique –, mais comme un élément permanent et constitutif du territoire, à même d’intégrer une somme croissante d’enjeux (environnementaux, sociaux, urbains, esthétiques, etc.) et de se soumettre à des processus de transformation, de réhabilitation, de reconversion et de recyclage que rendent nécessaires les changements actuels et futurs.

Éric Alonzo est architecte et docteur en architecture. Il enseigne à l’École d’architecture de la ville & des territoires à Marne-la-Vallée où il codirige avec Frédéric Bonnet le post-master en urbanisme (DSA d’architecte-urbaniste). Il a publié, en 2005, Du rond-point au giratoire (Parenthèses) et a fondé, avec Sébastien Marot, la publication Marnes, Documents d’architecture. Sa thèse a reçu en 2017, l’European Prize Manuel de Solà-Morales

Pascal Fort

More Posts - Website

[Visio-conférence] Echanges autour de l’ouvrage : « L’usage des ambiances : une épreuve sensible des situations » / Didier Tallagrand, Jean-Paul Thibaud, Nicolas Tixier (dir.), Editions Hermann, juin 2021 – 22 juin 2021

Mardi 15 juin 2021

Vous pourrez assister à un échange le 22 juin 2021 de 18h à 20h autour de l’ouvrage :
« L’usage des ambiances : une épreuve sensible des situations » / Didier Tallagrand, Jean-Paul Thibaud, Nicolas Tixier, Editions Hermann, juin 2021, 1 Vol. (484 p.), Collection Colloque Cerisy, ISBN 9791037006233

Intervenants

Echanges avec Luc Baboulet (architecte, membre OCS/AUSser), Véronique Nahoum-Grappe (anthropologue), Christian Ruby, (philosophe), emmenés par Laurent Devisme

Lien zoom : https://univ-grenoble-alpes-fr.zoom.us/j/5090758673

Présentation du livre

Les ambiances et les atmosphères sensibles se prêtent à une grande diversité d’usages, que ce soit dans le domaine de l’art, de l’urbain ou des sciences sociales. Comment les ambiances contribuent-elles à mettre les situations ordinaires à l’épreuve du sensible ? En quoi ouvrent-elles de nouvelles pistes en matière de pratique artistique, d’expérimentation méthodologique ou d’exploration théorique ? Qu’en est-il d’une socio-esthétique située, attentive aux percepts et aux affects qui imprègnent nos milieux de vie et infusent les sensibilités contemporaines ?

De telles questions ont traversé un colloque organisé à Cerisy (2018) selon une triple exigence : d’une part, une attention particulière était portée aux échanges, apports réciproques et questionnements communs entre le monde de l’art et celui des sciences sociales ; d’autre part, il s’agissait d’ouvrir un dialogue inédit avec la pensée anglo-saxonne en la matière, mettant en résonance et en discussion l’approche des ambiances et celle des atmosphères ; enfin, l’usage des ambiances a été passé aussi bien au filtre des enquêtes et des théories qu’à celui des pratiques effectives et des expériences situées.

Pascal Fort

More Posts - Website

[Visio-conéfrence] Présentation-Débat autour du livre « L’architecte et ses modèles. Intentions, connaissance et projets à la période contemporaine » / Jean-Philippe Garric – 18 juin 2021

Vendredi 11 juin 2021

Le vendredi 18 juin 2021, de 14h à 17h, aura lieu la présentation-Débat autour du livre « L’architecte et ses modèles. Intentions, connaissance et projets à la période contemporaine ».

Présentation du volume par Jean-Philippe Garric en dialogue avec Guy Lambert (IPRAUS/AUSser) et avec la participation de Nicole Cappellari, Pierre Coffy, Alison Gorel-Le Pennec, Francesca Mattei

Connection Zoom à partir de 13h50 : https://pantheonsorbonne.zoom.us/j/98388667216?pwd=Y0VBaFlIaDgrVFRGMUlCZER4cm9CQT09
ID de réunion : 983 8866 7216
Code secret : 410627

Présentation livre

Accédez à la présentation du livre : cliquez ici

Pascal Fort

More Posts - Website

[Visio-conférence] Séminaire « Usages de l’Histoire et Devenirs Urbains » – 9 juin 2021

Jeudi 10 juin 2021

Le prochain séminaire « Usages de l’Histoire et Devenirs Urbains » aura lieu le 09 Juin 2021 de 14h à 16h via Zoom.

Programme du séminaire

14h-15h :  Corinne Jaquand (IPRAUS/AUSser) et Laurent Coudroy de Lille : Le centenaire du Grand Berlin. Quel usage de l’histoire ? 

       A partir du catalogue et de l’exposition Unvollendete metropole (unfinished metropolis) organisée dans la capitale allemande pour le centenaire du Grand Berlin depuis octobre 2020 (https://unvollendete-metropole.de/en/, commissaires : Harald Bodenschatz, ainsi que Benedikt Goebel, Christina Gräwe, Markus Tubbesing).

Entre commémoration centenaire et célébration d’une capitale reconfigurée, cette exposition met en comparaison le siècle passé du Grand Berlin avec la trajectoire d’autres capitales européennes (Moscou Vienne, Londres, Paris). C’est dans cet objectif que Corinne Jaquand et Laurent Coudroy de Lille ont été sollicités par l’équipe berlinoise. Ce séminaire est l’occasion de revenir sur cette expérience d’ «  usage de l’histoire », ainsi que sur le volumineux catalogue publié (en allemand et anglais).

15h-16h : échange sur les activités 2021-22

  • Point sur la fréquence et l’organisation du séminaire doctoral. Collecte d’idées pour le programme. Atelier de terrain ?
  • Journées d’étude : Ville ouverte-ville close. une première journée aura lieu début octobre (12 octobre ?), coordination Cédric Fériel. D’autres en 2021?
  • Partenariat avec le GT POUM : projet DISGOVDYN sur Disney France à Marne-La Vallée et Disney Anaheim (CA).
  • Autres activités (non réalisées). Nous avions envisagé : la reprise du séminaire bilatéral Valladolid/Paris avec 2 sessions sur le logement populaire, Les villes nouvelles soviétiques dans une histoire globale des Futurs urbains). Autres propositions ? 
  • Point sur les publications en cours : Récits de ville, Grégotti, Plaques commémoratives parisiennes.
Informations pratiques

Lien de participation à la réunion Zoom : https://univ-eiffel.zoom.us/j/82407824299
ID de réunion : 824 0782 4299
Mot de passe : UHDU090621

Télécharger la présentation du programme ici

Pascal Fort

More Posts - Website

Appel à propositions pour le colloque « Sacralité dans l’architecture : espaces de la mort et du souvenir » (date limite : 30 septembre 2021)

Jeudi 10 juin 2021
Comités scientifique et d’organisation
  • Comité scientifique
  • Marc Barani, Grand témoin du colloque. Architecte Urbaniste. Équerre d’argent. Grand Prix national de l’architecture
  • Marie-Frédérique Bacqué, Professeur de Psychopathologie et anthropologie sociale Université de Strasbourg
  • Frédéric Bertrand, Architecte Urbaniste, Docteur en Architecture, chercheur IPRAUS/AUSser, Maître de conférences Villes et Territoires ENSA Paris-Belleville
  • Gaëlle Clavandier, Sociologue et anthropologue, Maître de conférences HDR Université de Lyon, co-responsable du programme de recherche Co-funéraire
  • Annabelle Iszatt, Architecte, Docteur en Architecture, Maître de conférences Théorie et pratique de la conception architecturale et urbaine ENSA Montpellier
  • Jacques Lucan, Architecte, Historien et Critique architectural, Membre du Conseil scientifique de l’établissement public chargé de la restauration de Notre Dame
  • Elodie Nourrigat, Architecte, Docteur en Architecture, Directrice du HIT Lab, Professeur Théorie et pratique de la conception architecturale et urbaine ENSA Montpellier
  • Stefano Peluso, Architecte, Co-fondateur de MAARCH Architecture – Landscape and Urban Design Research Group. Milan et Anvers
  • Jean-Didier Urbain, Sociologue, Docteur en anthropologie sociale, Professeur émérite Paris Descartes

    Comité d’organisation
  • Annabelle Iszatt, Architecte, Docteur en architecture, Maître de Conférences TPCAU à l’ENSAM, Chercheur permanent au HITLab
  • Mathieu Percebois, Architecte, Enseignant STA à l’ENSAM, Chercheur permanent au HITLab
Présentation

Le HITLab invite les chercheurs ainsi que les architectes praticiens à présenter des travaux dans le cadre du colloque « Sacralité dans l’architecture : espaces de la mort et du souvenir » qui te tiendra à l’ENSA de Montpellier en Février 2022.
Le comité scientifique sélectionnera un maximum de douze propositions qui entrent dans le cadre des thématiques suivantes :
• Le rite comme pensée structurante de l’espace
• Sacralité et place de la mort dans notre société
• Place de la mort dans la ville – Nouveaux paysages urbains
• La mort et l’espace numérique
Chaque proposition retenue fera l’objet d’une conférence ou d’une table ronde, suivant le contenu proposé. La présentation pourra se faire en français ou en anglais et ne devra pas dépasser 40 minutes.

Appel Accédez à l’appelTélécharger Informations pratiques

Les propositions de contribution peuvent être rédigées en anglais et en français. Elles devront être adressées par mail à l’adresse hitlab@montpellier.archi.fr en format pdf (max. 6 MB) avant le 30 Septembre 2021.
Il est accepté différents types de contributions. Il peut s’agir de travaux de recherche tournés vers l’architecture. Mais il peut également s’agir de démarche ou processus de projet architectural ayant une dimension expérimentale ou prospective. Cela inclus des projets architecturaux, réalisés ou non, présentant une posture pertinente sur les thématiques du colloque.

Pascal Fort

More Posts - Website

[Visio-conférence] « Le Shinjuku Gyoen, laboratoire du paysagisme franco-japonais » / de Yoko MIZUMA et avec Nicolas Fiévé et Frédéric Pousin (IPRAUS/AUSser) – Maison de la culture du Japon (Paris) – 11 juin 2021

Mercredi 09 juin 2021

Le vendredi 11 juin 2021 à 19h aura lieu, sur place et en ligne à la Maison de la culture du Japon (Paris), la conférence de Yoko MIZUMA « Le Shinjuku Gyoen, laboratoire du paysagisme franco-japonais / 新宿御苑‐日仏の景観学のラボラトリー »
En partenariat avec le Festival de l’Histoire de l’Art

Assister à la conférence en ligne : https://zoom.us/j/98287028141 
Réservation pour venir sur place : https://mcj.shop.secutix.com/selection/event/date?productId=10228372353008

Accédez à l’annonce : Shinjuku Gyoen

Présentation

Le Shinjuku Gyoen, poumon vert de Tokyo, est l’un des plus grands parcs de l’agglomération avec ses 58 hectares de verdure en plein coeur de la ville. 

Grâce à l’exemple de la transformation du jardin impérial Shinjuku gyoen en parc public, la chercheuse Yoko Mizuma expliquera comment l’art du paysage français de la fin du XIXe siècle a été introduit au Japon et comment les paysagistes japonais y ont puisé un certain nombre de leurs techniques et de leurs principes paysagers. 

Une discussion avec Nicolas Fiévé et Frédéric Pousin (IPRAUS/AUSser), spécialistes respectivement du Japon et de la France en matière de ville, jardin, d’architecture et de paysage donnera l’occasion de parler plus en détail des transferts de savoirs entre ces deux pays, des visites de Japonais à Versailles au XIXe ou encore de l’invention du concept de parc au Japon. 

Yoko Mizuma

– Post-doctorat à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, Chercheuse attachée au LAREP à l’École Nationale Supérieure du Paysage
– Membre du centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale 
– Ingénieure au Labex Futurs Urbains à l’Université Gustave Eiffel 

Pascal Fort

More Posts - Website

Pages