Actualités du carnet de veille d'AUSser

S'abonner à flux Actualités du carnet de veille d'AUSser
Architecture Urbanisme Société : Savoirs, Enseignement, Recherche
Mis à jour : il y a 2 heures 54 min

Soutenance de thèse de Jean-Philippe Degoul : “Une architecture du fragment Architecture, archéologie et monument : réflexions sur la discipline – entre Aldo Rossi et Piranèse” – ENSA de Paris-Belleville – 6 décembre 2021

Vendredi 03 déc 2021

M. Jean-Philippe Degoul soutiendra sa thèse intitulée “Une architecture du fragment Architecture, archéologie et monument : réflexions sur la discipline – entre Aldo Rossi et Piranèse”, à l’ensa de Paris-Belleville (60 bd de la Villette, 75019 Paris) le 6 décembre 2021 à 14h en salle 12.
sous la direction de Cristiana Mazzoni

Membres du jury

M. Francesco Saverio FERA, professeur, Université de Bologne (rapporteur)
M. Alessandro MASSARENTE, professeur, Université de Ferrare (rapporteur)
M. Jean ATTALI, professeur émérite, ENSA de Paris-Malaquais  (examinateur)
M. Daniel PAYOT, professeur émérite, Université de Strasbourg (examinateur)
Mme Cristiana MAZZONI, (directrice UMR AUSser), professeur, ENSA de Paris-Belleville (directrice de thèse)
Mme Alexandra PIGNOL, professeur, ENSA de Strasbourg (directeur de thèse)

Résumé de la thèse

Cette thèse cherche à interroger la nature disciplinaire de l’architecture à travers la question du fragment. L’hypothèse principale de ce travail est que, depuis son origine à la Renaissance, la discipline architecturale est fondamentalement lacunaire et fragmentaire et qu’elle met au centre de sa construction la subjectivité de l’architecte. A travers l’étude de la pensée théorique d’Aldo Rossi (1931-1997) et l’œuvre gravée de Piranèse (1720-1778), l’objectif est de proposer une définition de la discipline architecturale comme une archéologie poétique, une restitution subjective d’éléments hétérogènes. Dans un premier temps, il s’agit d’identifier les éléments décisifs de la discipline architecturale à travers l’invention de la perspective par Brunelleschi et la première théorie de l’architecture par Alberti et d’explorer leurs relations dans la théorie rossienne de l’architecture et du projet. L’importance de la subjectivité de l’architecte, du monument et de la ville dans la pensée d’Aldo Rossi nous amène à interroger la nature de l’expérience architecturale – son rapport au temps et à la mémoire – à travers la valeur d’ancienneté proposée par l’historien Aloïs Riegl dans son « Culte moderne des monuments » (1903). Cette expérience particulière de l’architecture, entre picturalité et immédiateté, nous conduit à étudier plus précisément l’œuvre de Piranèse : le rapport qu’elle entretient avec l’archéologie et avec l’imagination et l’analogie rossienne. Enfin, à travers une collection de fragments de pensées architecturales, nous questionnons les figures du théâtre (thème important de la pensée rossienne) et de la prison (importante chez Piranèse) et interrogeons la notion de monument comme ruine de la ville comme forme et du projet comme processus.

[Format hybride] Séminaire de clôture du projet ALEGORIA (structurAtion et vaLorisation du patrimoinE géoGraphique icOnogRaphIque démAtérialisé) – 16 décembre 2021

Vendredi 03 déc 2021
Organisateurs

Séminaire organisé par le consortium ALEGORIA : IGN-UGE/LaSTIG, Archives nationales, Centrale Lyon/LIRIS, Univ. Paris-Nanterre/LAVUE, Musée Nicéphore Niépce

Présentation

Ce séminaire public et en distanciel a pour objectif de restituer les principales réalisations menées dans le projet ANR ALEGORIA entre 2018 et 2021. Il consiste en plusieurs présentations orales relatant les principales contributions du projet, d’un point de vue méthodologique comme applicatif, plusieurs présentations d’intervenants extérieurs venant compléter celles du projet, et d’une table ronde où nous échangerons sur les retombées du projet, les besoins, les bonnes pratiques, les enjeux et le futur autour de la gestion des collections iconographiques et géographiques dématérialisées anciennes.

Programme

Accédez au programme : ALEGORIA

Résumé du projet

Le projet ALEGORIA vise à faciliter la valorisation de fonds institutionnels iconographiques décrivant le territoire français à différentes époques allant de l’entre-deux-guerres à nos jours. Ces fonds, de tailles variables entre milliers et centaines de milliers d’éléments, sont constitués de photographies aériennes obliques ou verticales, ou encore terrestres. Contrairement à l’exploitation bien ancrée qui est faite de l’imagerie satellitaire où les usages professionnels sont nombreux (scientifiques, civils et militaires), la valorisation de ces fonds reste confidentielle. Ils sont disséminés au sein de différentes institutions, numérisés partiellement, en général pas ou peu documentés et faiblement géoréférencés. Ils représentent pourtant un patrimoine riche, peu connu du grand public et exploité de manière contrainte par ses principaux utilisateurs (chercheurs, institutions et collectivités locales), en consultation directe à la photothèque ou par le biais de photothèques classiques en ligne. La mise en valeur d’un tel patrimoine bénéficierait d’outils permettant d’automatiser leur traitement, leur indexation et interconnexion, à l’intérieur d’un fonds mais aussi entre fonds. Leur mise en oeuvre au sein d’applications implique en outre de faciliter leur appréhension par des utilisateurs non spécialistes, ce qui suppose de fournir des outils conviviaux pour l’exploration visuelle de ces fonds. Pour plusieurs cas d’usage en SHS (sociologie visuelle urbaine et tourisme), ALEGORIA propose de répondre à ces deux constats en établissant d’une part une preuve de concept de la faisabilité et de la plus-value de décrire, structurer, indexer, et localiser ces collections intra et inter-fonds selon différentes modalités, et d’autre part un prototype innovant de restitution immersive et interactive 3D de ces fonds (reposant sur itowns, le géoportail 3D de l’IGN) en termes de contenus, métadonnées et interconnexions établies. Le consortium est composé de plusieurs partenaires académiques en STIC et en SHS, ainsi que des fournisseurs de contenus : LaSTIG (IGN-UGE, coordinateur), LIRIS (Ecole Centrale Lyon), Archives nationales, LAVUE (Univ. Paris-Nanterre), Musée Nicéphore Niépce.

Informations pratiques

L’inscription est gratuite mais obligatoire : https://forms.gle/6EAw4yV8p3AbpBwr9
Le lien Zoom de visio-conférence vous sera envoyé dans un second temps.
Date : 16 décembre 2021, de 9h30 à 17h.

Soutenance de thèse de Florence Lafourcade “L’Architecture à l’Ecole des arts décoratifs. Regards sur l’évolution d’un enseignement : de la culture générale artistique à la formation de l’architecte diplômé (1831-1942)” – ENSA Strasbourg – 6 décembre 2021

Vendredi 03 déc 2021

Florence Lafourcade soutiendra sa thèse à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Strasbourg, lundi 6 décembre à 14h (bâtiment La Fabrique, Salle F.601 (6ème étage)). Elle est publique mais nécessitera un passe sanitaire.
Intitulé de la thèse : “L’Architecture à l’Ecole des arts décoratifs. Regards sur l’évolution d’un enseignement : de la culture générale artistique à la formation de l’architecte diplômé (1831-1942)”
Cette thèse a été préparée sous la direction de Madame Anne-Marie Châtelet, professeure HCA à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Strasbourg (Université de Strasbourg, ARCHE).

Membres du jury
  • Mme Dumont Marie-Jeanne (membre IPRAUS/AUSser), Maître de conférences (HDR), ENSA Paris-Belleville (rapporteure)
  • M. Lüthi Dave, professeur, Université de Lausanne (rapporteur)
  • M. Brucculeri Antonio, professeur, ENSA Paris La Villette
  • M. D’Enfert Renaud, professeur, Université de Picardie Jules Verne
  • M. Bolle Gauthier, Maître de conférences (HDR), ENSA Strasbourg
  • M. Bouvet Vincent, Chargé de mission d’aide à la diffusion des collections et des archives de l’Ensad (membre invité)
  • Madame Anne-Marie Châtelet, professeure HCA à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Strasbourg

Soutenance d’habilitation à diriger des recherches (HDR) de Nathalie Simonnot “Pour une histoire culturelle et médiatique de l’architecture. Acteurs, modèles, circulations (années 1930 – années 1970)” – École Pratique des Hautes Études (Paris) – 8...

Vendredi 03 déc 2021

La soutenance de l’habilitation à diriger des recherches (HDR) de Nathalie Simonnot aura lieu le 8 décembre 2021 à 14h00 à l’École Pratique des Hautes Études, Fondation Maison des Sciences de l’Homme (salle 01), 54 boulevard Raspail, 75006 Paris.

Membres du jury
  • Évelyne Cohen, professeure émérite des universités, Enssib – Université de Lyon
  • Rossella Froissart Pezone, directrice d’études à l’École Pratique des Hautes Études
  • François Mairesse, professeur, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
  • Dominique Poulot, professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Estelle Thibault, (membre IPRAUS/AUSser) professeure, École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville
  • Loïc Vadelorge, professeur, Université Gustave Eiffel
  • Jean-Claude Yon, directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (garant)
Présentation

Pour une histoire culturelle et médiatique de l’architecture. Acteurs, modèles, circulations (années 1930 – années 1970)
Le dossier comprend un mémoire de synthèse (vol. 1. De l’œuvre à sa médiatisation, 172 p.), une sélection de travaux publiés (vol. 2. Recueil de publications, 426 p.), et un mémoire de recherche inédit (vol. 3. Les revues muséales et la reconstruction des musées français. 1945-1959, 460 p. de texte / 163 p. d’annexes).

Les recherches présentées ont pour objectif d’interroger le glissement qui s’opère de la réception de l’architecture dans le temps long à son exploitation à des fins patrimoniales ou commerciales. Elle se situent dans le champ de l’histoire culturelle en convoquant des questions autour du rôle des acteurs dans la fabrication du projet, de l’importance des ambiances architecturales et de leurs représentations, enfin du rôle des dispositifs de médiatisation savante et populaire.

Le mémoire de recherche inédit croise la question de la diffusion des théories et des pratiques de l’aménagement des musées à travers l’exemple des revues muséales, constituées comme un objet de recherche à part entière, avec celle des musées français de l’après Seconde Guerre mondiale, dans un contexte marqué par la confiance en l’avenir d’une société toute juste sortie du conflit. L’étude du réaménagement des musées sous la IVe République permet de contribuer à une histoire des acteurs, des réseaux professionnels, des expériences muséographiques et de leurs modes de diffusion dans la presse spécialisée.

Soutenance d’Habilitation à diriger des recherches de André Lortie (directeur de l’IPRAUS/AUSser, ensa de Paris-Belleville) “De Quoi L’Urbanisme est-il le projet ?” – Campus Condorcet (Aubervilliers) – 15 décembre 2021

Vendredi 26 nov 2021

André Lortie (directeur de l’IPRAUS/AUSser (ensa de Paris-Belleville) soutiendra son habilitation à diriger des recherches le mercredi 15 décembre à 14h, au Campus Condorcet (Aubervilliers), en salle 0.004 au rez-de-chaussée du bâtiment recherche.

Titre : De Quoi L’Urbanisme est-il le projet ?

Membres du jury

Le jury sera composé de :

  • Sabine Barles (garante), professeur à Paris 1 Panthéon-Sorbonne,
  • Emmanuèle Cunningham Sabot, professeur à l’ENS,
  • Nathalie Roseau, professeur à l’ENPC,
  • Emmanuel Bellanger, directeur de recherche CNRS,
  • Nicolas Tixier, professeur à l’ENSA de Grenoble,
  • Loïc Vadelorge, professeur à Paris-Est-Sup. R
Résumé du mémoire inédit

L’hypothèse initiale sur laquelle repose ce mémoire inédit est que l’urbanisme, comme champ d’action, rassemble un ensemble de dispositifs qui contribue au contrôle de la société industrielle et de l’activité de ses membres, tout en intensifiant ses fonctions de production et de consommation. La deuxième hypothèse est que, eu égard à leur objectif initial lié à l’industrialisme, les principes fondateurs de l’urbanisme, même revus, ne suffisent pas à résoudre la contradiction entre l’agencement des territoires qui en découle et les enjeux actuels de développement soutenable et de protection de l’environnement. Compte tenu des moyens de contrôle et de surveillance qu’offrent les nouvelles technologies de l’information et de la communication, la troisième hypothèse est que ces fonctions de production et de consommation n’auraient plus à être assumées par la structuration même du territoire et ses infrastructures, ce qui rendrait envisageable un inévitable changement de paradigme. Chaque hypothèse est développée successivement dans l’une des trois parties du mémoire, la première étant rétrospective et généalogique, la deuxième introspective et critique, la troisième étant plutôt prospective et théorique, consacrée à l’exploration d’orientations pour un changement de paradigme et à l’anticipation des conséquences qui pourraient en découler.

[Parution] La lettre des nouveautés du Carnet AUSser n°101 du 26 novembre 2021

Vendredi 26 nov 2021

La lettre des nouveautés du Carnet AUSser n°101 du 26 novembre 2021 est parue : cliquez ici

Vous découvrirez les actualités des membres de l’UMR AUSser (colloques, séminaires, expositions, publications) et des informations relatives à nos thématiques de recherche.

Retrouvez la collection de cette lettre : cliquez ici

Suivez nos actualités en allant aussi sur : FacebookLinkedinPortail documentaire.

La prochaine lettre paraîtra le jeudi 16 décembre 2021.

Appel à communication pour Doc Asie 2022 “Archiver l’Asie” (date limite : 10/04/2022)

Jeudi 25 nov 2021

La réunion annuelle du réseau DocAsie se tiendra cette année à Aix-en-Provence du 22 au 24 juin 2022 et est organisée par les Archives nationales d’outre-mer et la Maison Asie-Pacifique.

Accédez à l’information : DocAsie 2022

Appel

Organisée par les Archives nationales d’outre-mer et la Maison Asie-Pacifique, la réunion annuelle du réseau DocAsie est dédiée cette année aux archives en bibliothèque. Plusieurs thèmes seront explorés : le traitement des fonds d’archives, la valorisation de ces fonds et les partenariats avec d’autres institutions, notamment dans le cadre de collections dispersées.

Si les bibliothèques n’ont pas forcément vocation à recevoir de archives, il est cependant très courant que les bibliothécaires soient amenés à traiter des collections d’archives. Comment aborder le classement d’une telle collection, quels outils utiliser, quelle articulation avec les
collections d’ouvrages, autant de questions auxquelles vous avez peut-être dû répondre dans vos centres de documentation.

Une autre étape, après le traitement, concerne la valorisation des ces archives. Faire connaître les fonds, les mettre au service de la recherche mais parfois aussi du grand public, exposer, publier, communiquer : quelles stratégies ont été mises en place dans vos bibliothèques ?

Un troisième aspect, plus original, est celui des divers partenariats indispensables lorsque les fonds ont été morcellés, dispersés, partagés. Les discussions entre les membres de DocAsie ont souvent fait apparaitre des dispersions de fonds d’ouvrages pour des raisons pratiques,
historiques, géographiques. C’est également le cas pour les archives. Comment alors redonner son intégrité au fonds ? Comment en retrouver les différentes parties ? Quels partenariats mettre en place, quelles conventions ?

Ces pistes ne sont en rien restrictives, les intervenants sont encouragés à en explorer d’autres !

Informations pratiques

Les interventions ne devront pas dépasser 25 minutes. Merci d’adresser vos propositions d’intervention avant le 10 avril 2022 à l’adresse suivante : louise.bertaux-pichard@univ-amu.fr

Appel à communication pour une session du colloque de l’Union Géographique Internationale intitulée : “Espace, genre et sexualités : où en sommes-nous ?” (date limite : 11 janvier 2022)

Jeudi 25 nov 2021
Coordinateurs de la session

Milan Bonté : Doctorant en géographie, laboratoire Géographie-cités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. ATER à l’université Paris X – Nanterre, rattaché au LADYSS.

Jean Makhlouta : Architecte. Doctorant en géographie, laboratoire Géographie-cités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Chercheur associé laboratoire Architecture, Culture, Société, ENSA Paris-Malaquais.

Clément Nicolle : Doctorant en géographie, laboratoire Géographie-cités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Présentation

L’objectif de cette session est de proposer un état des lieux de la recherche en géographie du genre et des sexualités afin de rendre justice au dynamisme de ce champ de recherche dans la géographie contemporaine. Nous souhaitons encourager le dialogue entre jeunes chercheurs-ses francophones et anglophones, éparpillé-e-s dans le monde académique. Nous privilégierons les propositions de communication s’inscrivant dans le cadre des quatre axes suivants, incarnant des approches bourgeonnantes dans les travaux contemporains portant sur l’espace, le genre et les sexualités.

Appel Accédez à l’appelTélécharger Informations pratiques

L’appel à participation s’adresse en particulier aux jeunes chercheurs-ses (masterant-e-s, doctorant-e-s, jeunes docteur-e-s) qui participent au renouveau des géographies du genre et des sexualités contemporaines. Les communications peuvent se faire en français ou en anglais.

Les propositions de communications peuvent être soumises en ligne (https://www.ugiparis2022.org/en/communications-submission/29) jusqu’au 11 janvier 2022. Chaque proposition devra comprendre un titre (255 caractères espaces compris), un résumé (2000 caractères espaces compris), des mots clés (5 maximum) et une courte bibliographie (5 références maximum).

[En ligne] Nadya Rouizem Labied “Des architectures de terre : itinérance et valeur démonstrative d’une exposition”, dans revue exPosition, N° 6-2/2021

Jeudi 25 nov 2021

Un article en ligne de Nadya Rouizem Labied (membre associée AHTTEP/AUSser) : “Des architectures de terre : itinérance et valeur démonstrative d’une exposition”, dans revue exPosition (Revue d’analyse des enjeux propres à l’exposition des œuvres et objets d’art), N° 6-2/2021

Nadya Rouizem Labied est une architecte franco-marocaine. Elle est titulaire d’un doctorat de l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, et sa thèse a été lauréate de la bourse de la Caisse des Dépôts pour la recherche en architecture en 2019. Depuis 2020, elle est chercheure associée au laboratoire AHTTEP (Architecture Histoire Techniques Territoire, Patrimoine) à l’UMR AUSSER. Elle est actuellement enseignante à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris la Villette. Parmi ses publications figure « La modernisation de la terre crue au Maroc dans les années 1960: architecture néo-traditionnelle ou néocoloniale ? » dans la revue Aedificare, n° 6, en 2019. (Extrait du site)

Résumé de l’article

Depuis quelques années, les travaux de recherche sur l’exposition de l’architecture sont de plus en plus nombreux. Mais tandis que ces ouvrages s’intéressent aux différentes approches possibles pour exposer l’architecture, cet article étudiera la manière dont une exposition peut valoriser un matériau de construction dans deux contextes différents. (Extrait du texte)

Journée d’étude doctorale “Du bâti au chez-soi : la relation architecte – habitant dans l’appropriation et la transformation de l’habitat”- ENSA Bretagne – 03 décembre 2021

Jeudi 25 nov 2021

La Journée d’étude doctorale “Du bâti au chez-soi : la relation architecte – habitant dans l’appropriation et la transformation de l’habitat” aura lieu à Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Bretagne le 03 décembre 2021.

Présentation

Cette journée doctorale organisée par le GRIEF (ENSA Bretagne) en format hybride a pour objectif de rassembler des jeunes chercheurs, venus d’horizons multiples, autour de la question de l’appropriation et de la transformation d’un habitat qui soit issu d’une démarche architecturale. Au cours de cette journée, nous souhaitons ainsi explorer les multiples facettes de ce dialogue qui se crée autour de la forme, dans son vécu contemporain, entre l’architecte et l’habitant. Mêlant à la fois des pratiques,des usages, mais aussi des représentations et attentes variées, nous souhaitons explorer ensemble plusieurs configurations où l’appropriation témoigne d’une expérience singulière d’un habitat imaginé par les architectes.

Programme Accédez au programmeTélécharger Informations pratiques

Lieu: Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Bretagne – 44 boulevard de Chézy 35700 Rennes- SALLE 01
Les inscriptions se font via ce lien, avant le 28 novembre 2021.

Cérémonie du Grand Prix de l’urbanisme 2021 – Palais Brongniart (Paris) – 15 décembre 2021

Jeudi 25 nov 2021

Emmanuelle WARGON, Ministre déléguée auprès de la ministre de la Transition écologique, chargée du Logement, remettra le Grand Prix de l’urbanisme 2021 à l’AUC François DECOSTER, Djamel KLOUCHE, Caroline POULIN, le mercredi 15 décembre 2021 à 18h00 au Palais Brongniart, 16 place de la Bourse, Paris 2e.

Programme

13h45 : Accueil
14h15 : Ouverture
14h20 : Présentation des lauréats de l’AUC, François Decoster, Djamel Klouche, Caroline Poulin, débats animés par Ariella Masboungi, architecte-urbaniste, Grand prix de l’urbanisme 2016
14h30 : Échanges et tables-rondes
18h00 : Cérémonie officielle de remise du Grand Prix de l’urbanisme 2021 présidée par Emmanuelle WARGON, ministre déléguée chargée du Logement
19h00 : Cocktail de clôture

> L’ouvrage “La ville, matière vivante”, dédié aux lauréats, sera distribué aux participants.

Accédez au détail du programme : cliquez ici

Journée d’étude “Quel XXIe siècle pour les villes de la reconstruction en Normandie ?” – ENSA Normandie – 26 novembre 2021

Jeudi 25 nov 2021

La journée d’étude “Quel XXIe siècle pour les villes de la Reconstruction en Normandie?” aura lieu le 26 novembre à l’ENSA Normandie.

Accédez à l’annonce : cliquez ici

Présentation

L’objectif de la journée est de dresser le bilan et les perspectives du projet de recherche « Ressources culturelles et projet urbain. Les villes moyennes de la seconde Reconstruction » financée au titre du programme pluriannuel de recherche « Architecture du XXe siècle, matière à projet pour la ville durable du XXIe siècle » du BRAUP.

La journée sera aussi l’occasion de l’inauguration de l’exposition des portraits d’habitants réalisés par Élisabeth Blanchet dans le cadre du projet de recherche.

Elisabeth Blanchet, photographe et journaliste, a construit son travail artistique sur l’observation des parcours de vie. Elle travaille notamment sur les baraques d’après-guerre au Royaume-Uni et en France, avec une dimension à la fois sensible et militante.

Programme

Accédez au programme : cliquez ici

Participations membres associés UMR AUSser

Caroline Maniaque (ENSA Normandie / directrice d’ATE, membre associée IPRAUS/AUSser) : la recherche à l’ENSA Normandie

Camille Bidaud (membre associée IPRAUS/AUSser) : Relier enseignement et recherches, difficultés et réussites du programme

Informations pratiques

La journée étant soumise aux restrictions sanitaires, il est nécessaire de présenter un pass sanitaire à l’entrée et de s’inscrire pour participer à la journée sur le formulaire suivant : ICI  avant le 25 novembre à 12h.

Retransmission en direct sur la webtv Normandie Université ICI

Soutenance de thèse de Lina Bonneau “De l’origine aux devenirs de l’architecture thérapeutique du XXème siècle et de ses milieux. L’hôpital Beaujon à Clichy (1935-2021)” – Université de Paris – 22 novembre 2021

Jeudi 25 nov 2021

Mme Lila Bonneau a soutenu sa thèse le 22 novembre 2021 à l’Université de Paris (Site Grand Moulins, Bât. Olympe de Gouges, 8 Place Paul Ricoeur, 75205 Paris).

Intitulé de la thèse : “De l’origine aux devenirs de l’architecture thérapeutique du XXème siècle et de ses milieux. L’hôpital Beaujon à Clichy (1935-2021)”

Membres du jury Résumé de la thèse

Cette recherche monographique de bâtiment porte sur l’hôpital Beaujon de Clichy, inauguré en 1935 (Urbain Cassan-Louis Plousey architectes et Jean Walter, architecte-entrepreneur).

Premier hôpital de grande hauteur en Europe, cette « Machine à guérir » frappe par son équilibre entre les influences internationales issues de l’américanisme et le rationalisme de la culture constructive française. Cet ensemble hospitalier est par ailleurs le reflet des approches hygiénistes, fonctionnalistes et de l’esthétique Art déco de l’entre-deux-guerres. Il puise également sa force dans la volonté des concepteurs de construire un espace propice au bien-être et à la guérison.

Considéré comme obsolète face aux évolutions médicales et aux restrictions technico-réglementaires croissantes, l’hôpital Beaujon devrait être amené à changer son usage d’origine, bien qu’il ait connu des adaptations de plus en plus rapides, notamment au moment de la crise sanitaire 2020-2021.

A travers la compréhension de l’histoire et de la mémoire du site, de sa genèse et anamnèse, à son état des lieux, cette thèse cherche à mettre en lumière les valeurs matérielles et immatérielles composant l’ « Esprit Beaujon ».

Première étude parcourant l’arc spatio-temporel de cet édifice et de ses milieux, jalon et icône de l’architecture hospitalière du XXème siècle, cette recherche tente d’ouvrir sur des perspectives futures, en s’appuyant sur une analyse du potentiel de transformation d’une oeuvre exceptionnelle.

Soutenance de thèse de Elsa Besson “Logiques spatiales et logiques pénales : acteurs, modèles internationaux et diffusion de l’architecture carcérale en France (1770-1950)” – Université Rennes 2 – 03 décembre 2021

Jeudi 25 nov 2021

Mme Elsa Bresson soutiendra sa thèse de doctorat en histoire de l’architecture, intitulée « Logiques spatiales et logiques pénales : acteurs, modèles internationaux et diffusion de l’architecture carcérale en France (1770-1950) », préparée sous la direction de Mesdames Hélène Jannière, professeure des universités, et Martine Kaluszynski, directrice de recherche au CNRS, à l’Université Rennes 2 (Unité de recherche : 1279 Histoire et Critique des Arts).

Elle aura lieu le vendredi 3 décembre, à l’Université Rennes 2 (Campus Villejean), Salle des thèses, bâtiment de la Présidence (Bâtiment P), 7e étage – à 14h30.
La soutenance pourra être suivie en présentiel ou en visioconférence. Si vous souhaitez recevoir le lien de la diffusion en direct, n’hésitez pas à l’en informer en amont à l’adresse suivante : besson.elsa@gmail.com

Membres du jury
  • Thèse dirigée par Mme Hélène JANNIÈRE, Professeure des universités, Université Rennes 2
  • Thèse co-dirigée par Mme Martine KALUSZYNSKI, Directrice de recherches au CNRS, UMR 5194- PACTESciences Po Recherche
  • M. Antonio BRUCCULERI – Professeur, École nationale Supérieure d’Arc hitecture de Paris – La Villette (rapporteur)
  • M. Guy LAMBERT – Maître de conférences, chercheur IPRAUS/AUSser, École nationale Supérieure d’Architecture de Paris­-Belleville (examinateur)
  • M. Jean-Baptiste MINNAERT – Professeur des universités, Sorbonne Université (examinateur) Mme Nabila OULEBSIR – Maître de conférences (HDR), Université de Poitiers (rapporteure)
  • M. Xavier ROUSSEAUX – Directeur de recherches, UC Louvain- Centre d’histoire du droit et de la justice (examinateur)
Résumé de thèse

La thèse se propose de comprendre l’élaboration des principes architecturaux régissant les prisons en France entre 1770 et 1950, grâce à trois niveaux d’analyse l’échelle internationale avec la circulation de modèles étrangers, l’échelle nationale avec les politiques pénitentiaires et la promotion de théories et de « plans-spécimens » et l’échelle départementale, à travers l’étude d’un ensemble d’établissements pénitentiaires.
Ce travail veut approfondir l’état des connaissances sur l’architecture carcérale par la mobilisation de corpus appartenant à l’histoire du droit et de la justice, notamment grâce aux congrès pénitentiaires internationaux et à leurs bulletins et aux espaces de diffusion des théories pénitentiaires françaises qui s’intéressent à l’architecture carcérale (revues, expositions, ouvrages etc.). Si à la fin XVIIIe siècle, l’espace de la prison est d’abord considéré depuis le point de vue de la salubrité et la sécurité, il gagne peu à peu en importance à partir de 1830, tant auprès des philanthropes, des réformateurs sociaux, des experts gouvernementaux que des architectes eux-mêmes. La place de ces derniers dans des réseaux exogènes à leur profession est interrogée pour saisir leur implication dans la mise en forme de projets ayant valeur de modèles.
Parallèlement, l’analyse d’une quinzaine de prisons édifiées en France permet de mesurer au plus près la part des circulations de modèles français et étrangers mais également d’interroger le désintérêt progressif que suscite ce programme, longtemps considéré comme crucial dans les réseaux réformateurs et philanthropiques notamment, mais qui tend à se banaliser à partir de la fin du XIXe siècle.

Journée d’étude “Le doctorat CIFRE et la recherche par le projet dans les agences d’architecture” – ENSA Paris-Val-de-Seine – 03 décembre 2021

Mardi 23 nov 2021

La Journée d’étude “Le doctorat CIFRE et la recherche par le projet dans les agences d’architecture” aura lieu à l’ENSA Paris-Val-de-Seine le vendredi 3 décembre 2021.

Comité d’organisation
  • Marina Khémis, designer, scénographe, doctorante, LéaV, Ensa Versailles & CRD (ENS Paris-Saclay /ENSCI-Les Ateliers), Studio Adrien Gardère
  • Marie Prel, architecte DE doctorante, Ensa Paris-Val de Seine, CERILAC (Université de Paris), agence Ateliers2/3/4/
  • Sophia Verguin, architecte DE HMONP, doctorante, ESO Le Mans (Le Mans Université), Ensa Paris-Val de Seine, CERILAC (Université de Paris), agence ARTE Charpentier
  • Jacques Veyre De Soras, architecte DE HMONP, doctorant, Ensa Paris-Val de Seine, CERILAC (Université de Paris), agence KOZ Architectes
Présentation

Les laboratoires du Cerilac et du LéaV, l’ENSA-Paris Val de Seine, l’Université de Paris et l’ENSA Versailles organisent une journée d’étude sur la relation entre pratique et recherche en architecture et en design dans le cadre des dispositifs CIFRE (ou dispositifs analogues intégrant un regard sur une pratique en agence).

Programme Accédez au programmeTélécharger Intervention membre UMR AUSser

Pratiques et savoirs : chances et défis pour la recherche en agence / Pierre Clément, architecte et urbaniste, professeur honoraire, HDR, Ensa Paris-Belleville, ancien directeur de l’IPRAUS, Président de l’agence ARTE Charpentier.

Édition 2021 du prix de thèse « Valois » : jeunes chercheuses et jeunes chercheurs – Ministère de la culture – 18 novembre 2021

Mardi 23 nov 2021

Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Culture, a remis le 18 novembre 2021 les prix de l’édition 2021 du Prix de thèse « Valois » : Jeunes chercheuses et jeunes chercheurs.

Créé par le ministère de la Culture en 2017 et placé sous l’égide du Comité d’histoire du ministère, le Prix de thèse « Valois » distingue trois thèses de doctorat pour leur qualité, leur originalité et leur apport essentiel aux politiques publiques portées par le ministère de la Culture.

Accédez à l’annonce : Prix thèse Valois 2021

Attribution à Marina Rotolo (IPRAUS/AUSser)

Pour cette quatrième édition, le prix de thèse « Valois » a notamment été attribué à Marina Rotolo pour sa thèseLa production de la ville en contexte labellisé. Matera, capitale européenne de la culture en 2019 (Thèse de Doctorat en Architecture, Université Paris Est.
Direction : Nathalie Lancret et Adèle Esposito).

Autres lauréats

Violette Abergel, pour sa thèse : « Relevé numérique d’art pariétal : définition d’une approche innovante combinant propriétés géométriques, visuelles et sémantiques au sein d’un environnement de réalité mixte ».
La thèse de doctorat en Conception et Sciences de l’ingénieur (École nationale supérieure d’Arts et Métiers – HESAM Université) a été préparée au MAP-Aria, à l’École nationale supérieure d’architecture de Lyon. Elle a été dirigée par Livio DE LUCA et Philippe VERON et co-encadrée par Kévin JACQUOT.

Pierre Nocérino, pour sa thèse : « Les auteurs et autrices de bande dessinée : la formation contrariée d’un groupe social » (Thèse de doctorat en Sociologie, EHESS. Direction : Cyril Lemieux)

Séminaire des doctorants de l’UMR AUSser – ENSA Paris-Belleville – 18 janvier, 14 mars et 17 mai 2022

Mardi 23 nov 2021

L’objectif de ce séminaire est de permettre l’échange entre doctorants et chercheurs autour des travaux de thèse en cours.

Les chercheurs y sont actifs, en dialogue avec les doctorants : chacun montre comment il avance et quelles connaissances il produit.  

Nous y abordons deux grands types de sujets : thématiques et méthodologiques. Les sujets thématiques s’appuient sur les champs disciplinaires mobilisés par les thèses (recherche urbaine, études techniques, histoire de l’architecture, etc…), les sujets méthodologiques portent  sur les gestes qui structurent une démarche de recherche (définition des corpus, production des données, rôle du visuel, etc…).

Programme

Prochains séminaires de 13h45 à 15h 45 en présentiel (IPRAUS Salle vitrée) et distanciel  :

Mardi 18 janvier 2022, séminaire pour lequel le sujet du territoire a été retenu. Une intervention de Joanne Vajda (chercheure AHTTEP/AUSser), suivie de deux interventions de Mirabelle Croizier (doctorante IPRAUS/AUSser) et Benoît Yacine (doctorant IPRAUS/AUSser) à partir de leurs sujets de thèse sont prévues.

Lundi 14 mars 2022, séminaire pour lequel le sujet de l’archive est proposé par Nathalie Lancret (chercheure IPRAUS/AUSser) à partir de ses travaux en cours. Deux propositions de doctorants sont attendues. 

Mardi 17 mai 2022, le sujet du séminaire reste à arrêter. Une intervention de Catherine Maumi (directrice AHTTEP/AUSser) est prévue. Deux propositions de doctorants sont attendues. 

Lieu : ENSA Paris-Belleville, IPRAUS, 60, bd de la Villette, 75019 Paris

6èmes Rencontres du réseau Etudes Urbaines Nord-Américaines/Colloque “Crises urbaines en Amérique du Nord” – Université Paris Nanterre – 09 et 10 décembre 2021

Mardi 23 nov 2021

Les 6èmes rencontres du réseau EUNA (Etudes Urbaines Nord-Américaines) auront lieu le jeudi 9 et le vendredi 10 décembre 2021 (9h-18h) à l’Université Paris Nanterre.
Le thème du colloque : “Crises urbaines en Amérique du Nord

Accédez à l’annonce : cliquez ici

Présentation

Ce colloque invite les chercheurs de toutes disciplines à analyser les liens entre crises et villes en Amérique du Nord (Etats-Unis et Canada), aussi bien dans les villes-centres que dans les banlieues. Les contributions pourront s’intéresser aux crises, qu’elles soient structurelles ou conjoncturelles, définies comme sanitaires, économiques, sociales, politiques, ou environnementales, et s’articuler autour des questionnements suivants :

  • Quels sont les impacts des crises nationales (ou mondiales) sur les villes, voire quel est le rôle éventuel des villes dans (la production) des crises nationales ou mondiales ?
  • Existe-t-il des crises spécifiquement urbaines, c’est-à-dire produites par la ville et qui impactent essentiellement les villes ?
  • Comment les échelles de la crise (locale, étatique/provinciale, fédérale, voire mondiale) s’articulent-elles ?
  • Comment les dimensions de la crise s’articulent-elles ? une crise peut-elle être limitée à un secteur (par exemple sanitaire, écologique, ou social) ou toute crise est-elle nécessairement multisectorielle ?
  • Quels liens existe-t-il entre crises, risques et catastrophes ?
  • Peut-on discerner des géographies de la crise urbaine, qui révèlent des différenciations en fonction des régions, des tailles de ville, voire des quartiers au sein des villes ?
Programme

Accédez au programme : cliquez ici

Informations pratiques

Rencontres accessibles à toutes et tous (sauf modifications de dernière minute des règles sanitaires), avec inscription préalable à partir du formulaire Google suivant : https://forms.gle/2KtjetzrzH8iY6LS9
Les deux journées auront lieu à La Contemporaine, Bibliothèque, archives, musée des mondes contemporains, située sur le campus de l’Université Paris Nanterre.

Pour toutes questions ou demandes d’informations complémentaires : reseaueuna@gmail.com

Journée Chaire UNESCO : “Tourisme et sites du patrimoine mondial en Afrique. Défis et perspectives” – 30 novembre 2021

Mardi 23 nov 2021

Le mardi 30 novembre 2021 aura lieu le 12ème Séminaire de la Chaire UNESCO “Culture, Tourisme, Développement”, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / 12th Seminar of the UNESCO Chair “Culture, Tourism, Development”, Paris 1 Panthéon-Sorbonne University 

Accédez à l’annonce : Chaire UNESCO

Présentation

Plusieurs biens inscrits sur la liste du Patrimoine mondial en Afrique sont des destinations touristiques majeures. Toutefois, la grande majorité des sites du Patrimoine mondial en Afrique subsaharienne demeurent relativement peu fréquentés, pour un ensemble de raisons croisées : situation politique et géopolitique, gestion touristique défaillante, difficultés d’associer les populations locales, conceptions du patrimoine divergentes, notamment dans le contexte post-colonial… Pourtant, si les conditions sont réunies, le développement du tourisme durable dans les sites du Patrimoine mondial peut représenter un scenario crédible pour le développement local. La pandémie de Covid-19 et la décroissance du nombre des touristes dans les sites du Patrimoine mondial a montré que l’absence du tourisme peut être déstabilisante pour les territoires auparavant irrigués par l’économie touristique, avec une recrudescence du braconnage et du traffic des biens patrimoniaux.
La journée de la Chaire UNESCO vise à actualiser les questions relatives au développement du tourisme durable dans les sites du Patrimoine mondial dans le contexte pandémique et postpandémique. Elle abordera des questions relatives à la gestion des sites du Patrimoine mondial dans le contexte pandémique ; la relance du tourisme préparée dans plusieurs sites ; les partenariats locaux et transnationaux (coopération internationale) développés ; les mesures prises de façon plus générale pour un développement du tourisme respectueux des communautés locales et de l’environnement.

Programme

Accédez au programme : cliquez ici

Informations pratiques

La journée aura lieu sur ZOOM. Les inscriptions se font par mail  à Chaire-UNESCO-TOURISME@univ-paris1.fr

Le lien ZOOM sera envoyé aux personnes enregistrées pour le 26 Novembre 2021.

Bourses de mobilité nationale et internationale 2022 – INHA (date limite : 14 février 2022)

Mardi 23 nov 2021

Grâce au soutien du MESRI, l’INHA attribue en 2022 des bourses de mobilité nationale et internationale aux jeunes chercheuses et chercheurs pour des projets relatifs à l’histoire de l’art. Les aides peuvent aller jusqu’à 1000 euros pour une mobilité en France métropolitaine, 3000 euros (Europe et DROM) et 5000 euros (hors Europe) au cours de l’année 2022.

Accédez à l’annonce : Bourses mobilité INHA

Présentation

Les dossiers seront évalués en fonction de la méthodologie globale du projet de recherche, de l’inscription dans ce projet du déplacement prévu ainsi que du caractère novateur du sujet de recherche. Un projet de recherche et un programme de travail détaillés, justifiant clairement le déplacement et incluant des précisions concernant les sources à étudier ou les lieux à visiter sont donc attendus. Les post-doctorantes et post-doctorants doivent également préciser l’objectif poursuivi à travers le projet de recherche soumis (publication, préparation d’un projet de recherche post-doctoral, exposition, etc).

Informations pratiques

Inscription en doctorat dans un établissement d’enseignement supérieur faisant partie de l’Union européenne ou avoir obtenu un doctorat depuis moins de trois ans auprès d’un établissement d’enseignement supérieur faisant partie de l’Union européenne au moment de la clôture de l’appel (doctorat obtenu entre le 14 février 2019 et le 14 février 2022).

Seules les candidatures déposées en ligne sur la plateforme https://candidature.inha.fr/ seront prises en compte.

Période d’ouverture de l’appel à candidature : 1er novembre 2021-14 février 2022

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter le département des études et de la recherche par courrier électronique der-dir@inha.fr, au par téléphone au 01 47 03 85 81.

Pages