Actualités du carnet de veille d'AUSser

S'abonner à flux Actualités du carnet de veille d'AUSser
Architecture Urbanisme Société : Savoirs, Enseignement, Recherche
Mis à jour : il y a 1 heure 15 min

Soutenance de thèse de Paul Bouet : “Domestiquer l’énergie solaire. Architecture, décolonisation et écologisme dans la France d’après-guerre, 1945-1986” – Eav&t Paris-Est – 13 juin 2022

Vendredi 20 mai 2022

Paul Bouet soutiendra sa thèse de doctorat en architecture Domestiquer l’énergie solaire. Architecture, décolonisation et écologisme dans la France d’après-guerre, 1945-1986 à la bibliothèque de l’École d’architecture de la ville & des territoires Paris-Est le lundi 13 juin 2022 à 14h.

Elle a été préparée sous la direction de Sébastien Marot au sein de l’OCS/AUSser de l’École d’architecture de la ville & des territoires Paris-Est (Université Gustave Eiffel).

Accédez à l’annonce : Thèse Paul Bouet

Membres du jury
  • Daniel A. Barber, associate professor, University of Pennsylvania, rapporteur.
  • Sabine Barles, professeure, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, rapporteure.
  • Jean-Louis Cohen, professeur, New York University.
  • Samia Henni, assistant professor, Cornell University.
  • François Jarrige, maître de conférences, Université de Bourgogne.
  • Fanny Lopez, maîtresse de conférences, ENSA Paris-Est, Université Gustave Eiffel.
  • Sébastien Marot, professeur, ENSA Paris-Est, Université Gustave Eiffel, directeur de thèse.
  • Antoine Picon, professeur, Harvard University.
Résumé de la thèse

Cette thèse retrace l’histoire d’une tentative : utiliser le rayonnement solaire pour réduire la dépendance de l’architecture aux énergies fossiles. Depuis les tensions sur les ressources provoquées par la Seconde Guerre mondiale jusqu’au tournant nucléaire des années 1980, ce que ses contemporains ont parfois nommé l’« architecture solaire » a donné lieu à l’invention de dispositifs techniques, à la réalisation de bâtiments expérimentaux et à la formulation de savoirs théoriques. La thèse analyse en quoi ces travaux ont cherché à redéfinir les rapports entre architecture et environnement dans la France d’après-guerre, tout en examinant les circulations avec l’Afrique du Nord et de l’Ouest et l’Amérique du Nord. Elle développe une approche qui se situe à l’interface entre histoire de l’architecture, histoire des techniques et histoire environnementale, et se structure en deux parties.

On montre d’abord comment l’architecture solaire a émergé comme un outil au service des politiques de colonisation et de développement, afin de fournir directement en énergie des établissements humains éloignés des infrastructures modernes dans le Sahara et le Sahel, tout en s’adaptant au climat du désert. Des figures qui ont joué un rôle central dans cette émergence, comme le scientifique Félix Trombe et les architectes Georges et Jeanne-Marie Alexandroff, ont ensuite poursuivi leur trajectoire en métropole. Dans un second temps, on analyse comment les recherches sur le solaire se sont déplacées et amplifiées pour constituer la principale tentative d’intégration des préoccupations écologistes à l’architecture, dans le contexte de la crise pétrolière des années 1970. Des controverses sur les choix technologiques et la recherche de traditions esthétiques ont animé cette discussion, avant que les travaux sur le solaire ne connaissent un déclin brutal au milieu des années 1980.

En conclusion, on considère l’héritage de l’architecture solaire en la replaçant dans un cadre élargi. Cet épisode nous conduit à nous interroger sur les origines coloniales des tentatives d’adaptation au climat par l’architecture, sur leur occultation et leur reconnaissance. L’architecture solaire est également caractérisée comme une alternative, une trajectoire finalement marginalisée dans la « grande accélération » de l’impact des activités humaines sur l’environnement, dont la redécouverte a vocation à interroger notre présent.

Résultats de l’appel à projets “Services numériques innovants” 2022 du Ministère de la culture : un des projets retenus : Projet “Spolia botanique” porté par CometLab et les partenanires : Domaine de Chaumont-sur-Loire, ENSA Paris-Belleville et UMR AUSser

Jeudi 19 mai 2022

Le 21 avril 2022, le comité de sélection de l’appel à projets « Services numériques innovants » a sélectionné les 16 lauréats de l’édition 2022 parmi les 81 candidatures reçues.

Accédez à l’annonce des projets retenus : SNI

Présentation

Cet appel à projets soutient l’expérimentation de nouvelles solutions numériques dans le secteur de la culture, et permet aux acteurs de l’innovation de réaliser une « preuve de concept » en partenariat avec un acteur culturel.

Pour cette 5ème édition, le comité de sélection était composé de représentants de l’ensemble des directions du ministère de la Culture et de personnalités qualifiées : Mathilde Bras, enseignante à Sciences Po Paris, Gilles Freissinier, directeur du développement numérique d’Arte, Guilhem Pradalié, directeur général de la MedNum et Naëlle Lefevre, chargée de mission direction chez la MedNum, ainsi que Marion Oudenot-Piton, Responsable Tourisme Lab Nouvelle-Aquitaine

Les 16 entreprises ou associations sélectionnées représentent la diversité des secteurs culturels, allant du patrimoine muséal au spectacle vivant en passant par le cinéma. Les projets proposés s’adressent autant aux publics qu’aux professionnels et proposent des usages variés du numérique tels que l’utilisation de l’intelligence artificielle pour faciliter la captation de concert, le recours au web sémantique pour favoriser l’insertion professionnelle des étudiants en art ou encore l’utilisation de la technologie au service de la maîtrise des impacts environnementaux des évènements culturels.

Le ministère de la Culture salue le succès renouvelé de ce dispositif de soutien aux initiatives numériques, qui concourent à la fois à accompagner la transformation de l’offre culturelle et à soutenir les acteurs du secteur à fort potentiel de développement et d’innovation.

Projet “Spolia botanique”

Le projet “Spolia botanique” est un des projets retenus. Il concerne une application mobile de réalité augmentée permettant une conception immersive et collaborative des villes grâce au bio mimétisme.

Le porteur de ce projet est CometLab.

L’UMR/AUSser est partenaire (Cristiana Mazzoni (directrice de l’UMR AUSser), en tant qu’expert) de ce projet. Les autres partenaires sont l’ENSA de Paris-Belleville et le Domaine de Chaumont sur Loire.

Le portage est assuré par Mete Kutlu, doctorant Ipraus-AUSser.

CDE 2022 Paris : 30th CDE Conference “Theatre and the City” – June 23-26 2022

Mercredi 18 mai 2022

The German Society for Contemporary Theatre and Drama in English (CDE) is pleased to announce its 30th Annual Conference: June 23-26, 2022

Hosted by RADAC, the Sorbonne, University of Gustave Eiffel, Avignon, and Le Mans, the conference will be held at the Cité Internationale and the Sorbonne in Paris.

Accédez à l’annonce : Theatre and the City

Présentation

As the role of traditional theatre spaces in the city has declined, the city has emerged as a performance space in and of itself. While often facilitating the creative empowerment of entire communities, this conflation of theatre spaces and the enhanced performativity of city life also inevitably implicates theatrical practices in the systemic injustices of urban architectures and their dramaturgies. This conference invites investigations into all aspects of how contemporary Anglophone theatre and performance reflect, resist, and interact with the city.

With the percentage of the world’s urban population soaring past the 50 percent mark, the complexities and inequalities of city ecologies are at the forefront of our social dilemmas. The increasing popularity of the site-specific and the participatory indicates a distinct shift in the politics of theatre, notably in how its urban demographics are constituted. Anglophone theatre, in particular, has witnessed a proliferation of genres and techniques instigating an exodus from the theatre building since the 1960s, with performances invading city roof-tops and other urban spaces to meet their audiences. Yet the city has also re-entered theatre by way of elaborate staging (immersive sets) and dramaturgies. As these practices keep evolving, theatre and the city continue to transform one another (Anne Hamburger’s En Garde Arts site-specific productions in New York, or Deborah Warner’s The Angel Project throughout London and New York and others; for more references, see longer version of the CFP.)

Hybrid forms have thrived by mixing technology with ambulatory theatrical explorations, re-engaging with earlier dramaturgical traditions. Playwrights have explored cities as processes forming a complex urban landscape throughout national territories and have penned the difficulties of urban communities from segregation to the death of the working class while developing new voices to convey these plights.

Tracking all these changes is at the heart of this conference in order to investigate how theatre and the city are productively embroiled and particularly how contemporary Anglophone theatre has redefined the rich and complex meanings of urbanity, blurring borders between centre and periphery, street and stage, performer and spectator. How, then, are urban theatrical communities created today in the context of global and cosmopolitan cities? How do the walls of both cities and theatres rise and fall in today’s theatrical practices?

Programme

Accédez au programme : 30th Annual Conference

Contribution membre UMR AUSser

Dimanche 26 juin 2022 : Table ronde : Dramaturgy and Design (Grand Salon) avec Cristiana Mazzoni (Architect & Urban Designer: National Architectural school of Paris-Belleville, directrice UMR AUSser)

Congrès de la SFHU : “la(les) Culture(s) urbaine(s)” – Le Rize, Villeurbanne – 2 et 3 juin 2022

Mercredi 18 mai 2022

La SFHU (Société Française d’Histoire Urbaine) organise son congrès à Villeurbanne les 2 et 3 juin 2022, dans le cadre de Villeurbanne Capitale française de la Culture 2022.

Accédez à l’annonce : Congrès de la SFHU

Ce congrès de la Société française d’histoire urbaine est organisé par Stéphane Frioux, Natacha Coquery, Sophie Raux et Vincent Veschambre.

Programme Accédez au programme du Congrés de la SFHUTélécharger Contribution membre UMR AUSser

Vendredi 3 juin 2022 : Isabelle Chesneau (ENSA Paris-Malaquais, membre ACS/AUSser) : Examen des rapports entre ville et culture dans les do-
cuments de planification urbaine en Ile-de-France (1919-2019)

Les rendez-vous de l’aha 2021-2022 : Journée d’échanges “L’histoire de l’architecture en quelques thèses récentes” – INHA (Paris) – 18 juin 2022

Lundi 16 mai 2022

La journée d’échanges “L’histoire de l’architecture en quelques thèses récentes” est organisée par l’AHA autour de 7 thèses récentes en histoire de l’architecture et aura lieu à l’INHA (salle Demargne) le samedi 18 juin 2022, 10h-17h00.

Accédez à l’annonce : L’histoire de l’architecture en quelques thèses récentes

Programme

10h00 Accueil & mot de bienvenue

10h30 Construire dans des contextes en mutation : entre pragmatisme et innovation 

Sous la présidence de Matteo Porrino, maître de conférence HDR à l’Ensa Paris Malaquais (GSA)

Laurent KoetzLouis-Auguste Boileau (1812-1896) : une figure d’architecte-inventeur au XIXesiècle, sous la dir. de Valérie Nègre, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 27 novembre 2020

Olivier PrissetAlfred, Henry et Louis Dauvergne (1824-1937), expansion et réussite familiale d’un cabinet d’architecte, sous la dir. de Jean-Baptiste Minnaert, Université de Tours, 3 juin 2021

Nesrine AziziArchitecture et urbanisme modernistes en fin d’Empire : le cas de la reconstruction de Bizerte par Bernard Zehrfuss entre Empire colonial et Union française (1943-1947), sous la dir. de Karen Bowie, Université Paris-Est-Créteil, 26 novembre 2020

12h30 Échanges

13h00 Déjeuner

14h00 Des Beaux-Arts à la ville : imaginaires et constructions

Sous la présidence de Catherine Maumi, professeure HDR à l’Ensa Paris La Villette, directrice AHTTEP (UMR AUSser 3329)

. Isabelle ConteLe Bal des Quat’Z’Arts (1892-1966). Quand la célébration de l’esprit d’atelier devient œuvre d’art, sous la dir. de Jean-Michel Leniaud, EPHE, 18 mars 2021

Jean-François GuillotLes Idées de temps et de vivant chez les urbanistes du Musée social aux villes nouvelles, sous la dir. de Simon Texier, Université de Picardie Jules-Verne, 4 décembre 2020

15h00 Échanges

15h30 L’histoire, une ressource pour la conception

Sous la présidence de Marilena Kourniati, docteur en Histoire, maîtresse de conférence à l’Ensa Paris La Villette (AHTTEP UMR AUSser 3329)

Julien CorreiaDe la formulation à la diffusion des idées d’Aldo Rossi en France : l’architecture urbaine entre enseignement et recherche autour de 1970, sous la dir. d’Estelle Thibault et Cristiana Mazzoni, Université de Paris-Est-Créteil, 3 juin 2021

. Nicole CappellariLes Architectes de l’urbain. Retour de la ville et approche historique, France, 1966-1989, sous la co-dir. de Federico Bucci, Università Iuav di Venezia, et de Jean-Philippe Garric, Université Paris 1 anthéon-Sorbonne, 15 janvier 2022

16h30 Échanges

[Format hybride] Colloque international “Rino Levi. Architecture comme synthèse entre les techniques et les arts / Rino Levi. Architettura come sintesi delle techniche e delle art” – Université Sapienza de Rome – 19-20 mai 2022

Lundi 16 mai 2022

Le colloque international “Rino Levi. Architecture comme synthèse entre les techniques et les arts / Rino Levi. Architettura come sintesi delle techniche e delle art” aura lieu à l’Université Sapienza de Rome le 19-20 mai 2022, 9h30-18h.

Pour suivre le colloque en visioconférence, faire une demande d’inscription à l’adresse suivante : convegnorinolevi.diap@uniroma1.it

Comités

Comitato curatoriale e organizzativo : Alessandra Criconia (responsabile scientifico), Alessandro Lanzetta, Francesca Sarno, Gianpaola Spirito

Comité scientifique : Maurizio Alecci (Centro Progetti DiAP Università Sapienza di Roma), Renato L. S. Anelli (FAU Mackenzie), Maria Argenti (DICEA Università Sapienza di Roma), Alessandra Capuano (DiAP Università Sapienza di Roma), Orazio Carpenzano (DiAP Università Sapienza di Roma), Alessandra Di Giacomo (Centro Progetti DiAP Università Sapienza di Roma), Elisabeth Essaïan (ENSA Paris Belleville, membre IPRAUS/AUSser), Ana Lúcia Duarte Lanna (FAU USP), Gisele Ferreira de Brito (Archivio Levi FAU USP), Dina Nencini (DiAP Università Sapienza di Roma), Zeuler R. M. de A. Lima (Washington University St. Louis), Alessandro Panzeri (ENSA Lyon), Arnold Pasquier (ENSA Paris Belleville), Giacomo Pirazzoli (DiDA Università di Firenze), Fabrizio Toppetti (DiAP Università Sapienza di Roma)

Présentation

Ce colloque international est autour de la figure de l’architecte italo-brésilien Rino Levi (1901-1965) et a l’ambition de promouvoir la connaissance d’un maître de l’architecture du XXe siècle, dont l’œuvre et la pensée sont encore largement méconnues au grand public.

Programme Accédez au programmeTélécharger

Appel à projets Plaine Commune – MSH Paris Nord : “Fabriquer la ville avec l’art et la culture ?” (date limite : 15 septembre 2022)

Lundi 16 mai 2022

La MSH Paris Nord lance son appel à projets commun avec l’établissement public territorial Plaine Commune sur la thématique Fabriquer la ville avec l’art et la culture ? (AAP 2023)

Les porteurs de projets auront jusqu’au 15 septembre 2022 pour candidater.

Accédez à l’annonce : Fabriquer la ville

Présentation

La « fabrique » des territoires urbains par l’art et la culture constitue un phénomène dont les dimensions sociales mais aussi artistiques, politiques et économiques sont propres à susciter réflexions et interrogations :

Dans quelle mesure a-t-on affaire à un modèle qui s’applique d’un espace urbain à un autre, ici et ailleurs ? Ces projets artistiques et culturels participent-ils à la singularité de chaque territoire ? Quelles en sont les conséquences, attendues et/ou subies ?
Si les enjeux d’attractivité ont souvent mobilisé des stratégies globales assises sur des outils uniformisés, ils suscitent désormais des questions propres à chaque territoire et à chaque projet. Dans quelle mesure la culture constitue-t-elle un levier d’attractivité et de mise en tourisme et lequel ? Comment les projets culturels dans l’espace urbain impactent-ils non seulement l’image mais la « valeur » attribuée à un territoire, et par qui ?

Dans une dynamique forte de mutations urbaines et de pressions foncières comment garantir la diversité des lieux culturels dans la ville ? Comment penser la place des artistes dans la cité ? Plus largement, comment les projets artistiques et culturels permettent-ils de repenser les espaces publics ? Dans cette relation entre fabrique urbaine et production culturelle, de nouveaux acteurs apparaissent, de nouvelles expertises émergent et de nouveaux enjeux se font jour.

Ces pistes problématiques ne sont pas exhaustives et les champs de recherches sont ouverts.

L’objectif de l’appel à projets commun MSH Paris Nord / Plaine Commune est d’impulser une dynamique de recherche afin de prendre pour objet cette production du territoire urbain par la culture, et en retour d’étudier comment les enjeux territoriaux pèsent/ jouent sur les projets culturels. Il invite les chercheur.e.s de tous horizons à formuler des projets, sur le territoire de Plaine Commune ou ailleurs, en lien avec cette thématique qui questionne le passé, le présent et le futur des espaces urbains.

Informations pratiques

L’appel à projet 2023 a ouvert le 13 mai 2022.
Le projet définitif devra être transmis au plus tard le 15 septembre 2022.

Contact : Marianne Hérard, responsable des programmes scientifiques et de la valorisation
marianne.herard@mshparisnord.fr

Appel à articles pour le dossier thématique de la Revue Espaces et Sociétés : “Prendre soin de la nature urbaine” (date limite : 26 septembre 2022)

Lundi 16 mai 2022

L’Appel à articles pour le dossier thématique de la Revue Espaces et Sociétés : “Prendre soin de la nature urbaine” est ouvert. Ce dossier est coordonné par Alessia de Biase, Carolina Mudan Marelli et Ornella Zaza.

Accédez à l’appel : Revue Espaces et sociétés

Présentation

Ce dossier entend donc se consacrer aux pratiques citadines de soin de la végétation urbaine, en suivant en particulier deux fils conducteurs. Le premier nous conduit à regarder uniquement les pratiques qui émergent dans l’espace public, qu’elles soient spontanées et construites en dehors des circuits associatifs, ou qu’elles soient incitées par des dispositifs institutionnels, mis en place par les pouvoirs publics. En sortant des jardins assignés à des associations, des espaces collectifs des résidences fermées ou des parcelles en friche, ces pratiques investissent trottoirs, coins de rue et placettes, en privatisant même parfois l’espace public. Le deuxième fil conducteur entend porter un regard critique sur les pratiques de soin de la nature urbaine entreprises par des individus, donc en dehors des démarches collectives traditionnellement portées au sein des jardins partagés ou de grands projets urbains par l’administration publique, les coopératives ou les associations. Cette mobilisation du citadin-individu peut se mesurer soit par un engagement personnel, qui conduit l’habitant à s’impliquer en s’appuyant sur ses propres ressources, soit par les dispositifs institutionnels plus récents de végétalisation urbaine citoyenne qui, parfois accompagnés de plateformes numériques (de Biase, Marelli et Zaza, 2018), lient pour la première fois le citadin seul à la collectivité par le biais de conventions spécifiques.

Dans ce contexte d’individualisation de l’action citadine pour la végétalisation urbaine et, en même temps, de sa publicisation dans l’espace public, les pratiques de soin de la nature urbaine seront analysées dans leurs divers caractéristiques et impacts : les profils, motivations et pratiques des citadins qui s’engagent dans la végétalisation urbaine ; les multiples interactions (de dépendance, délégation, conflit…) qui émergent entre l’action citadine spontanée et les processus d’institutionnalisation des pratiques de végétalisation ; les dynamiques transformatrices que ces initiatives, institutionnelles ou pas, enclenchent dans l’espace urbain.

Trois axes de réflexion

a) Profils, pratiques et relations des citadins impliqués dans la végétalisation urbaine  

b) Les dynamiques transformatrices dans l’espace urbain

c) Rapport entre action et institutionnalisation

Informations pratiques

Calendrier

Envoi des articles au plus tard le 26 septembre 2022

Adresse pour la correspondance

Exclusivement en version électronique par courriel aux trois adresses suivantes : alessia.debiase@paris-lavillette.archi.fr, carolina.marelli@unibo.it, ornellazaza@gmail.com

Les auteurs et autrices qui s’interrogent sur la pertinence de leurs propositions peuvent contacter les responsables du dossier.

Conférence “Crise urbaine à Berlin ?” – Centre Beaubourg (Paris) – 19 mai 2022

Vendredi 13 mai 2022

La conférence “Crise urbaine à Berlin ?” aura lieu au Centre Beaubourg (Paris) le 19 mai 2022 à 19h-20h30.

Accédez à l’annonce : Crise urbaine à Berlin ?

Intervenants
  • Jean-Louis Cohen, historien de l’architecture et de l’urbanisme du 20e siècle, professeur invité au Collège de France depuis 2014, membre IPRAUS/AUSser
  • Corinne Jaquand, docteure en histoire de l’art (École des hautes études en sciences sociales), diplômée en architecture et en urbanisme, maître de conférences à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville, membre IPRAUS/AUSser
  • Matthias Hoch, photographe
  • Niklas Maak, journaliste au Frankfurter Allgemeine Zeitung spécialisé en architecture, professeur invité à la Städelschule de Francfort
Présentation

La série de tables rondes « Berlin en débat » est l’occasion d’évoquer la situation actuelle de la capitale allemande, en réflexion sur elle-même, sur son identité en mutation. À travers le regard d’artistes, ou au prisme de projets portés par des institutions culturelles berlinoises, ces discussions chorales permettront notamment d’échanger sur la scène artistique berlinoise actuelle.

Berlin traverse actuellement une crise d’identité, où les questions d’urbanisme ont toute leur part. Avec la chute du Mur, et le retour de la ville comme capitale, Berlin était devenu le plus important chantier urbain européen. Les espaces à construire ou à reconstruire semblaient alors infinis, et l’économie florissante de l’Allemagne attirait promoteurs et architectes internationaux. Trente années plus tard, ce sont des débats virulents sur la reconstruction du Château des Hohenzollen ou le réemploi de l’aéroport de Tempelhof qui occupent l’opinion publique berlinoise, ainsi que des questionnements sur le patrimoine de l’ancien Berlin-Est.

Comment expliquer ces frictions sur la mémoire urbaine de Berlin ? Qu’ont fait les politiques en matière d’urbanisme pour éviter que Berlin ne se retrouve dans la même situation que les autres capitales, gagnée par la gentrification, asphyxiée en son centre par une concentration de commerces et de bureaux, rendant difficile une évolution urbaine vers une ville 3.0 répondant aux nouvelles urgences écologiques ? (Extrait du site)

Conférence “L’espace habité avec ou sans aménageur : le pavillonnaire” – ENSA de Paris-Belleville – 24 mai 2022

Vendredi 13 mai 2022

La conférence “L’espace habité avec ou sans aménageur : le pavillonnaire” aura lieu à l’amphi Centrale à l’ENSA de Paris-Belleville (60, boulevard de la Villette, 75019 Paris) le mardi 24 mai 2022 de 9h30 à 12h.

Cette 4e conférence est organisée dans le cadre du cycle de conférences Aménagements urbains en Île-de-France – Manières de dire, manières de faire – Histoire et cultures de l’aménagement (III), par l’École nationale d’architecture de Paris-Belleville, L’Institut Paris Région, le Comité d’histoire du Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales.

Accédez à l’annonce : le pavillonnaire

Intervenants
  • Corinne Jaquand, architecte, maître de conférences à l’École nationale d’architecture de Paris Belleville, membre IPRAUS/AUSser
  • Éric Chauvier, anthropologue et écrivain, professeur à l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles
  • Lucile Mettetal, géographe et urbaniste à L’Institut Paris Region
  • Modération : Jean Attali (ENSA-PM, membre UMR AUSser) et Brigitte Guigou (L’Institut Paris Region)
Présentation

L’aménagement est une action volontaire impulsée par les pouvoirs publics et qui suppose une planification spatiale. Mais l’aménagement par opérateur n’est pas le seul mode de production de la ville, loin s’en faut. Toutes sortes de tissus urbains sont générées par des tracés urbains hérités, partiellement planifiés et réglementés à la parcelle. C’est à cette forme d’urbanisme sans aménageur, plus particulièrement à l’espace habité du pavillonnaire, que sera consacrée la quatrième séance du cycle « Manières de dire, manières de faire ». L’approche adoptée, à la fois historique, anthropologique et géographique, interrogera plus particulièrement la façon dont les habitants du pavillonnaire construisent leurs choix, entre contraintes et aspirations.

Seront abordées, les phases historiques du développement des lotissements et microlotissements de banlieue à partir des années 1950 ; la diversité et l’ambivalence des modes d’habiter dans les territoires pavillonnaires, qu’ils soient plutôt péri-urbains ou périmétropolitains ; les évolutions des profils et des mobilités résidentielles des ménages, ainsi que les aspirations et modes de vie de ces habitants dans l’ouest francilien. Ce sera aussi l’occasion d’interroger l’impact de la crise sanitaire et de l’installation durable du télétravail dans ces territoires et pour ces ménages.

Séminaire des doctorants de l’UMR AUSser – ENSA Paris-Belleville – 17 mai 2022

Jeudi 12 mai 2022

La prochaine session du séminaire doctoral de l’UMR AUSser aura lieu le 17 mai 2022 (13h45-16h) à l’ENSAPB, 60 Bd de la Villette, 75019 Paris (salle vitrée de l’IPRAUS, 3e étage du bâtiment B) et à distance.

Programme
  • Estelle Thibault (IPRAUS/AUSser) assurera l’introduction des présentations issues de deux thèses en cours dont les sujets sont les suivants :
  • Natalia Petkova (doctorante ACS/AUSser) : “Form Follows Materials? Considérations à partir de l’architecture contemporaine en pierre massive”.
  • Antoine Perron (doctorant IPRAUS/AUSser) : “La machine contre le métier. les architectes et la critique de l’industrialisation du bâtiment (France, 1940-1980)”
Présentation

L’objectif de ce séminaire est de permettre l’échange entre doctorants et chercheurs autour des travaux de thèse en cours.

Les chercheurs y sont actifs, en dialogue avec les doctorants : chacun montre comment il avance et quelles connaissances il produit.  

Nous y abordons deux grands types de sujets : thématiques et méthodologiques. Les sujets thématiques s’appuient sur les champs disciplinaires mobilisés par les thèses (recherche urbaine, études techniques, histoire de l’architecture, etc…), les sujets méthodologiques portent  sur les gestes qui structurent une démarche de recherche (définition des corpus, production des données, rôle du visuel, etc…).

En distanciel

Participer à la réunion Zoom : https://zoom.us/j/96043358499?pwd=ek9xUmNONEc3RERCS1cxNmVZVHRSZz09

ID de réunion : 960 4335 8499
Code secret : 805085
Une seule touche sur l’appareil mobile
+33170379729,,96043358499# France
+33170950103,,96043358499# France

Composez un numéro en fonction de votre emplacement
+33 1 7037 9729 France
+33 1 7095 0103 France
+33 1 7095 0350 France
+33 1 8699 5831 France
+33 1 7037 2246 France
ID de réunion : 960 4335 8499

[Publication en ligne] “Villes : la nouvelle donne internationale” / Olivier Coutard, Christian Lefèvre, PUCA, 2022

Jeudi 12 mai 2022

“Villes : la nouvelle donne internationale” / Olivier Coutard, Christian Lefèvre, PUCA, 2022, 1 Vol. (68 p.), ISBN 978-2-11-138207-7

Accédez au document en ligne : Villes

Présentation

On assiste depuis une quinzaine d’années à une montée en puissance des villes sur la scène internationale : marketing territorial, politiques d’attractivité (de sièges d’organisations internationales et de grandes firmes globales, de touristes, de grands évènements qu’ils soient politiques, culturels ou sportifs, de financements extranationaux, etc) ou au contraire de « désubérisation » (notamment touristique), paradiplomatie climatique, paradiplomatie migratoire…la dimension internationale, tantôt espérée, tantôt subie, n’a cessé de gagner du terrain dans l’agenda politique, et l’action, des gouvernements urbains.

Le présent ouvrage se propose d’éclairer cette « nouvelle » donne internationale pour les villes, en explorant les dynamiques d’internationalisation et de mondialisation à l’œuvre sous l’angle des contraintes, des opportunités et des ressources qu’elles présentent pour les politiques urbaines. Il traite des tenants et aboutissants de l’action internationale des villes, en accordant une attention particulière à la fabrique urbaine contemporaine dans toutes ses dimensions : culturelle et imaginaire, matérielle et technologique, économique et financière, politique et sociale. Ce faisant, il aborde également les processus relevant des mouvements sociaux ou de l’action privée, notamment celle des entreprises internationales, dans leurs relations avec l’action publique.

[Publication en ligne] “L’environnement en Île-de-France” / Institut Paris Région, 2022

Jeudi 12 mai 2022

“L’environnement en Île-de-France” / Institut Paris Région, mai 2022, 1 Vol. (130 p.), ISBN 978-2-7371-2317-7

Accédez au document en ligne : L’environnement en Île-de-France

Présentation

Crise sanitaire, dérèglement climatique, érosion de la biodiversité… L’environnement en Île-de-France intervient dans un contexte où la prise de conscience de l’urgence écologique est désormais largement partagée, bien que sa traduction en actes demeure insuffisante. Le chemin vers des modèles plus soutenables est semé d’incertitudes, et gagne à s’appuyer sur un état des lieux de l’environnement.

Quels sont les principaux constats en Île-de-France en matière d’environnement ? Les tendances d’évolution ? Les défis à relever ? Quels enjeux l’aménagement du territoire francilien soulève-t-il sur le plan écologique ?

Au travers d’une cinquantaine de doubles pages thématiques, riches d’infographies et de chiffres clés, cet ouvrage entend apporter un éclairage le plus clair et le plus concis possible, en dressant un panorama de l’environnement francilien selon quatre axes thématiques : le changement climatique et l’énergie ; les espaces, les milieux et les patrimoines ; les ressources ; le cadre de vie, ses aménités et ses nuisances. Du sous-sol francilien à la faune et la flore, de la consommation d’espaces aux effets du changement climatique, en passant par les espaces verts ou les risques naturels, il offre une vision large et intégratrice de l’environnement.

L’Île-de-France, région-capitale, présente, par rapport aux autres régions françaises, un certain nombre de spécificités, certains étant des atouts et d’autres des contraintes face aux enjeux environnementaux. Ces éléments sont déterminants pour le devenir de la région et son avancée sur le chemin de la transition écologique. (Extrait du site)

[Publication en ligne] “Pays et paysages d’Île-de-France” / Corinne Legenne et Pierre-Marie Tricaud, Institut Paris Région, mai 2022

Jeudi 12 mai 2022

“Pays et paysages d’Île-de-France” / Corinne Legenne et Pierre-Marie Tricaud, Institut Paris Région, mai 2022, 1 Vol. (210 p.), ISBN 978 2 7371 2321 4

Accédez au document en ligne : Pays et paysages d’Île-de-France

Présentation éditeur

Voir du pays, c’est l’expression que l’on emploie pour voyager et découvrir le monde. Avec cet ouvrage, vous allez en voir, du pays ! Une vingtaine au total.

Aux franges de Paris et de la zone urbaine dense s’égrènent des paysages pittoresques de champs, de forêts, de vertes collines, de méandres et de paisibles villages, célébrés autrefois par les peintres et les poètes. Cent mille hectares de terres fertiles englouties sous le bitume et le béton ces cinquante dernières années feraient presque oublier que l’Île-de-France est encore aux trois quarts rurale.

En parcourant ces pays, tantôt de vallées, tantôt de plateaux ou de plaines, c’est une métropole-capitale d’une extraordinaire diversité de paysages que l’on redécouvre à travers ceux-ci : l’agglomération de Paris, la Marne meldoise, la Seine mantoise et la Seine melunoise pour les plus urbains ; le Vexin français, la Plaine de France, la Brie, le Gâtinais, le Hurepoix, l’Yveline… pour les plus ruraux.

Ces territoires, aux contours parfois flous, gardent une identité forte, ancrés comme ils le sont dans l’histoire et, surtout, la géographie. Car l’essence des pays est géographique. Le relief, les cours d’eau, la géologie, la géomorphologie, l’occupation du sol, les structures agraires – en un mot, le paysage – déterminent ces entités séculaires, encore identifiables aujourd’hui, pour peu qu’on les embrasse du regard.

[Publication en ligne] “Hébergement hôtelier à Paris et dans le Grand Paris – Mutations et dynamiques”, APUR, avril 2022

Jeudi 12 mai 2022

“Hébergement hôtelier à Paris et dans le Grand Paris – Mutations et dynamiques”, APUR, avril 2022, 1 Vol. (40 p.)

Accédez au document en ligne : Hébergement hôtelier à Paris et dans le Grand Paris

Présentation

L’offre hôtelière à Paris et dans le Grand Paris s’est profondément modifiée, pour répondre à la fois aux besoins capacitaires résultant d’une forte hausse du nombre de touristes, à l’arrivée de clientèles d’origine lointaine aux valeurs et culture différentes, et aux aspirations des usagers les plus jeunes en matière d’écologie, de mixité des usages, d’espaces flexibles.

Si le parc hôtelier a continuellement évolué, le début des années 2000 a été marqué par une nette accélération de la production de capacités supplémentaires. En 2008, le Plan hôtelier a encore contribué à cette dynamique, en se fixant des objectifs de croissance et de rééquilibrage géographique et catégoriel du parc parisien.

D’abord concentrée dans l’hypercentre, l’offre s’est peu à peu étoffée vers les territoires du Grand Paris : en premier lieu le long du périphérique, vitrine idéale pour des groupes hôteliers souhaitant capter une clientèle de passage, puis aux abords de grands nœuds de transports, d’affaires ou de loisirs (Roissy – Charles de Gaulle, La Défense, Marne-la-Vallée), et aujourd’hui dans tous les territoires du Grand Paris.

À Paris, les pouvoirs publics ont souhaité compenser les mouvements naturels du marché en se dotant d’un plan hôtelier dont l’objectif était à la fois de renforcer la capacité d’accueil touristique, de corriger les déséquilibres spatiaux, et d’attirer une clientèle plus diversifiée et plus jeune. L’appel à projets « Réinventer Paris » a contribué également à produire des projets d’hôtels et d’auberges de jeunesse dans des secteurs peu dotés jusque-là.

Les enjeux de changement de la trajectoire climatique ont également conduit à inscrire à l’agenda politique de la Ville de Paris, des Assises du Tourisme durable. Organisées en 2021 à Paris, elles ont abouti à une série de propositions dont certaines sont d’ores et déjà en cours de mise en œuvre (Pass zéro carbone, hébergement touristique durable et accessible, label vélo). Couplés au décret tertiaire de la loi ELAN, ces objectifs vont favoriser la poursuite de la mutation de l’accueil touristique à Paris. Le secteur, durement touché par la crise du Covid, peut trouver là une occasion à saisir pour rebondir favorablement. (Extrait du site)

2ème édition de la Biennale d’architecture et de paysage d’Ile-de-France : “Terre et villes” – Versailles – 14 mai au 13 juillet 2022

Jeudi 12 mai 2022

La 2ème édition de la Biennale d’architecture et de paysage d’Ile-de-France dont le thème est “Terre et villes” aura lieu à Versailles du 14 mai au 13 juillet 2022.

Accédez au site : BAP 2022

Présentation

Le lien entre terre et villes sera envisagé sous toutes ses formes : socle paysager, support du vivant, terres nourricières, terroirs regorgeant de ressources naturelles, aménagement circulaire, construction en terre.

Avec neuf expositions dans des lieux prestigieux de la ville de Versailles et des commissaires aux parcours riches et variés, des conférences, débats, ateliers participatifs…, la Bap! sera le grand-rendez-vous de 2022, croisant les regards de partenaires aux expertises multiples : collectivités locales et organismes associés, écoles nationales supérieures d’architecture et du paysage, établissements culturels nationaux, établissements d’aménagement, donnant la parole aux professionnels de la construction, du logement et du paysage, universitaires, sociologues et artistes.

Vous pourrez aussi assister à des événements hors les murs à Mantes-la-Jolie, La Roche-Guyon ou encore Nanterre. (Extrait du site)

Programme

Accédez au programme détaillé : programme BAP 2022

Contact

Service presse de la Région Île-de-France
2 rue Simone Veil
93400 Saint-Ouen

servicepresse@iledefrance.fr

Soirée de présentation de la cinquième édition de l’Annuel de l’ENSA de Paris-Belleville – ENSA de Paris-Belleville – 11 mai 2022

Mercredi 11 mai 2022
Mete Kutlu, modélisation 3D d’après une miniature ottomane tirée de La clé du savoir occulte, Istanbul,
XVIIe s.

Une présentation sera faite par Sabri Bendimerad, maître de conférences TPCAU (membre ACS/AUSser) et Anne-Charlotte Depincé, maîtresse de conférences ATR qui ont dirigé la rédaction de cette édition. Elle aura lieu à l’amphithéâtre Bernard Huet de l’ENSA de Paris-Belleville (60, boulevard de la Villette, 75019 Paris).

Accédez à l’annonce : Annuel de l’ENSA de Paris-Belleville

Programme

Deux tables rondes seront modérées par Emmanuel Caille, rédacteur en chef de la revue D’A.
Elles traiteront de l’image comme interface à nos échanges et des effets de la crise sanitaire sur la transmission de nos disciplines (retours d’expériences et perspectives) ; mais aussi de l’image, comme commun des enseignements de l’architecture : comment penser l’image, si essentielle à l’architecture et si transversale aux disciplines autour de l’architecture, dans notre monde contemporain du « tout-image » ?

1e table ronde
L’image comme interface à tous nos échanges et les effets de la crise sur la transmission de nos disciplines : Quelles nouvelles stratégies d’enseignement ?
(Pédagogie, retours sur expériences et perspectives)
Intervenants : Ludovic Bost, Emmanuelle Colboc, Gilles Marrey

2e table ronde
L’image, un commun des enseignements de l’architecture.
Comment penser l’image, si essentielle à l’architecture et si transversale aux disciplines autour de l’architecture, dans notre monde contemporain du « tout-image » ?
Intervenants : Jean-Luc Bichaud, Luis Burriel-Bielza (membre IPRAUS/UMR AUSser), Élisabeth Essaïan (membre IPRAUS/UMR AUSser), Mete Kutlu (membre IPRAUS/UMR AUSser).

La soirée sera suivie d’un verre.

Disponible sur le site de Zeug  http://www.zeug.fr/shop/up8-y4xhk-ltbmf

Appel à communication pour le colloque “Archives fantômes, fantômes d’archives : L’histoire des villes entre disparitions, dispersions, reconstitutions et restitutions documentaires” (date limite : 15 juin 2022)

Mercredi 11 mai 2022

Le colloque “Archives fantômes, fantômes d’archives : L’histoire des villes entre disparitions, dispersions, reconstitutions et restitutions documentaires” est organisé par l’équipe d’Archival City, projet Tremplin de l’I-site « Future » de l’Université Gustave Eiffel, financé sur la période 2019-2023. Il vise à proposer de nouveaux modes d’intelligibilité, de visualisation et d’utilisation des archives urbaines, à partir de six terrains expérimentaux : Alger, Paris, Jérusalem, Bologne, Quito et Chiang-Maï. 

Accédez au site d’Archival City : Archives fantômes, fantômes d’archives

Présentation

Archival City organise son colloque de l’automne 2022 sur le thème « Archives fantômes, fantômes d’archives ». Il se tiendra aux Archives nationales (site de Pierrefite-sur-Seine) les 17 et 18 novembre 2022.

Historien.ne.s, archivistes, historien.ne.s de l’architecture, de l’urbanisme et de la ville, sont invité.e.s à présenter des propositions de communications qui croisent ces thématiques des « archives fantômes » et des « fantômes d’archives » dans le cadre urbain, en accordant une attention spéciale à ses potentialités épistémologiques et comparatives. Les propositions de communication (3000 signes maximum) sont à envoyer avant le mercredi 15 juin 2022, aux adresses : paul.lecat@univ-eiffel.fr ; carole.lamoureux@univ.eiffel.fr. Les propositions en français ou en anglais sont acceptées. 

Appel Accédez à l’appel en FrançaisTélécharger Accédez à l’appel en AnglaisTélécharger

Colloque ANR ENSARCHI : “Enquêtes sur l’enseignement de l’architecture au XXe siècle” – UNIL (Lausanne) – 13 et 14 mai 2022

Mercredi 11 mai 2022

Les 13 et 14 mai 2022 se tiendra le colloque ANR ENSARCHI à l’UNIL de Lausanne. Cet événement aura pour thème « Enquêtes sur l’enseignement de l’architecture au XXe siècle ».

Responsables scientifiques

Anne-Marie Châtelet (coordinatrice scientifique), Ana bela de Araujo, Amandine Diener, Marie-Jeanne-Dumont (membre IPRAUS/AUSser), Richard Klein, Nathalie Lapeyre, Daniel Le Couédic et Jean-Louis Violeau

Programme Accédez au programme Contributions membres UMR AUSser

Vendredi 13 mai 2022 à 14h : FÉMINISATION
Modération : Marie-Jeanne DUMONT (membre IPRAUS/AUSser)
Stéphanie DADOUR (membre ACS/AUSser), Dynamiques de féminisation dans l’enseignement de l’architecture en France [EnsArchi]

Programme ANR ENSARCHI

L’enseignement de l’architecture a été transformé au fil du XXe siècle, mis en cause par sa démocratisation et sa féminisation, par l’essor de l’urbanisme et du Mouvement moderne, par l’apparition de programmes sociaux et de nouvelles techniques… Des bilans ont été dressés aux États-Unis ou en Allemagne, mais en France rien n’a été tenté. Centrées sur la principale école parisienne, les publications ont ignoré les autres établissements ; fascinées par le XIXe siècle, elles ont laissé dans l’ombre le suivant ; intéressées par la théorie, elles ont privilégié l’étude des traités et délaissé celle de la pédagogie. L’objectif de ce projet est double : écrire une histoire de l’enseignement de l’architecture en France au XX e et au XXIe siècles, articulée à celle de la professionnalisation du métier d’architecte en intégrant une perspective comparatiste, et susciter la collecte et la conservation d’archives manuscrites et orales menacées, ainsi que la numérisation de sources imprimées rares. Ce programme de recherche est lauréat de l’appel à projets générique lancé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) en 2019 (comité d’évaluation “Culture, création, patrimoine”)

Journée d’échanges “Réussir une transition juste : Le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais. L’héritage comme ressource” – Cité de l’architecture et du patrimoine (Paris) – 24 mai 2022

Mercredi 11 mai 2022

Le laboratoire IPRAUS (UMR AUSser 3329) a le plaisir de vous inviter le Mardi 24 mai 2022 (9h-18h00) à la journée d’échanges “Réussir une transition juste : Le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais. L’héritage comme ressource“, organisée par Philippe Prost, architecte-urbaniste, professeur à l’Ensa de Paris-Belleville, membre de l’IPRAUS/AUSser,en collaboration avec la Mission Bassin Minier et la Cité de l’Architecture et du Patrimoine.

Accédez à l’annonce : Réussir une transition juste

Présentation

2022 sera l’année du 50ème anniversaire de la Convention du patrimoine mondial et du 10ème anniversaire de l’inscription du Bassin minier du Nord-Pas de Calais sur la Liste du patrimoine mondial. Un alignement des planètes est à l’œuvre car au premier semestre 2022, la France présidera l’Union européenne.

Une triple opportunité pour l’organisation du Colloque qui mettra en lumière le rôle du Patrimoine mondial dans le chantier de la Transition, ouvert à l’échelle de la planète, avec la nécessité de faire converger :

  • l’ensemble des Conventions de l’UNESCO, notamment celle de 1972,
  • l’Union Européenne et ses politiques liées au Pacte Vert pour l’Europe, stratégie de croissance qui vise à mettre l’Europe sur les rails de la transition vers une société neutre pour le climat, juste, et dotée d’une économie compétitive et efficace dans l’utilisation des ressources.
  • et la France en particulier avec la loi du 23 août 2021 « climat et résilience » et le « zéro artificialisation nette » qui aura des impacts sur les Biens « Patrimoine mondial »

Les 49 Biens français « Patrimoine mondial de l’UNESCO » – et le Bassin minier du Nord-Pas de Calais au premier plan – sont attendus sur la question de la transition juste qui demande à relever des défis sociaux, économiques et environnementaux d’une ampleur inédite. A ce titre, il est de la responsabilité des gestionnaires des Biens « Patrimoine mondial de l’UNESCO » d’être contributifs sur de multiples sujets comme ceux de l’éolien, du solaire et de la biodiversité, de l’amélioration du cadre de vie des populations locales et de montrer que le Patrimoine mondial fait partie des solutions de la transition.

Dans sa catégorie définie par le Centre du patrimoine mondial comme « paysage culturel évolutif vivant », le Bassin minier est « l’œuvre combinée de l’Homme et de la nature » et sa trajectoire lui permet de concilier de manière transversale les enjeux du développement durable et de la préservation du patrimoine. Depuis 2012, la prise en compte de l’inscription du Bassin minier du Nord-Pas de Calais sur la Liste du patrimoine mondial dans les stratégies d’aménagement et de développement est en effet venue amplifier la trajectoire globale du Bassin minier vers sa transition environnementale, culturelle, économique et sociale, ce qui contribue fortement au rayonnement européen et international du territoire.

L’approche en trajectoire permet de tracer une dynamique de transition qui démarre par la question : d’où venons-nous ? Quelles sont nos ressources de départ ? De quel capital humain, urbain et social disposons-nous ? Que nous apprennent les quartiers miniers, leurs formes architecturales et urbanistiques leurs histoire ancienne et récente, marquée par des ruptures brutales économiques et sociales, à propos des enjeux contemporains liés à la transition ? Entre identité et stigmate, quel fossé entre le regard porté sur les cités minières par les habitants et la perception de celui-ci par les personnes extérieures ? (Extrait du site)

Programme Accédez au programmeTélécharger Contributions membres UMR AUSser
  • Philippe Prost (membre IPRAUS/AUSser) et Béatrice Mariolle (membre IPRAUS/AUSser)

Pages