Actualités du carnet de veille d'AUSser

S'abonner à flux Actualités du carnet de veille d'AUSser
Architecture Urbanisme Société : Savoirs, Enseignement, Recherche
Mis à jour : il y a 2 heures 56 min

[En ligne] Soutenance de thèse de M. Mohammad MANSOURI : « Réinterprétation des Muqarnas: Développement historique, modélisation paramétrique, fabrication » – ENSA Paris-Malaquais (en visio conférence) – 22 juin 2020

Vendredi 19 juin 2020

M. Mohammad MANSOURI soutient sa thèse : « Réinterprétation des Muqarnas: Développement historique, modélisation paramétrique, fabrication », sous la direction de M. Porrino.
Date : lundi 22 juin à 14h00 en visioconférence.
École doctorale Ville, Transports et Territoires – VTT, Université Paris-Est, Laboratoire Géométrie/Structure/Architecture – GSA, ENSA Paris-Malaquais

Membres du jury

Bernard CACHE, Professeur associé, EPFL, Directeur du laboratoire CNPA, Rapporteur
Jean-François COULAIS, Professeur, ENSA Paris-Malaquais, Examinateur
Vincenza GAROFALO, Maîtresse de conférences, Università degli Studi di Palermo, Examinatrice
Pierre LECLERCQ, Professeur, Université de Liège, Directeur du LUCID Lab, Examinateur
Cristiana MAZZONI, Professeure, HDR, ENSA Paris-Belleville, Directrice de l’UMR AUSser, Présidente du jury
Antonella TUFANO, Maîtresse de conférences, HDR, ENSA Paris-La-Villette, Rapporteur

Résumé de la thèse

Dialogue with tradition is still a major issue in Iranian society today. Different architectural movements mixing traditional architecture and contemporary architecture have followed one another in recent decades in Iran. On the other hand, we are witnessing today the increasingly rapid development of « digital » in all aspects of the architectural discipline, which results in the rapprochement of design and manufacturing. Indeed, the emergence of digital tools in architecture, in particular parametric and algorithmic tools, facilitates and encourages the use of complex geometry.
Furthermore, one of the foundations of traditional Iranian architecture is the presence of geometry, which is very visible within the structural and decorative elements. It is, therefore, the reemergence of geometry thanks to digital technology that led us to focus on the reinterpretation of the Muqarnas to reflect on its transposition in the contemporary Iranian context. The Muqarnas is a spatial and geometrically complex element of Iranian architecture in the Islamic period, suspended between structure and ornament. In this process of generating new Muqarnas, we use parametric and algorithmic tools because of their computational capacities and potential.
Our main question is how and with what approach should we reinterpret Muqarnas using digital tools? By taking into account the studies carried out on Muqarnas, we put forward the hypothesis according to which a historical study of the evolution of Muqarnas would allow us to structure the approach of numerical reinterpretation. We will therefore first reinvest deeply the history of the evolution of Muqarnas by studying the origin and geometric evolution. This study allows us to deduce geometric principles, forming a framework for the digital reinterpretation of the Muqarnas. Then, in the digital reinterpretation section, the principles coming from the historical study are integrated into several digital generative approaches. Each approach presents an algorithmic and parametric logic of the generation of Muqarnas by evaluating the advantages and limits. A final part is devoted to fabrication in which we approach the question of implementation and manufacturing by prototyping. Small and large-scale prototypes are presented from different generative approaches.

[Paru] « Conditions d’air Politique des architectures par l’ambiance » / Emmanuel Doutriaux », Métis Presses, juin 2020

Vendredi 12 juin 2020

« Conditions d’air Politique des architectures par l’ambiance » / Emmanuel Doutriaux, Métis Presses, juin 2020, 1 Vol. (304 p.)

Accédez au site éditeur : cliquez ici

Résumé

Cet essai traite d’air, des conditions données par mais aussi faites à l’architecture. L’air, cet «invisible par nature», n’est pas moins agent de respiration, véhicule du sensible et milieu relationnel, qu’il n’est physiquement mesurable. À la croisée de la conception, de la perception et de l’action des milieux que nous vivons, cet élément est ici replacé dans la théorie des ambiances.

Ce fut, durant l’ère moderne, l’association critique du pan de verre étanche et de la respiration exacte, à l’Armée du Salut de Le Corbusier. C’est aujourd’hui le pari d’une variabilité aéraulique et d’une porosité des enveloppes, comme à la Mie de Pain parisienne. Deux abris de grande dimension, qu’en apparence tout oppose, font ici l’objet d’une enquête approfondie. L’École d’architecture de Nantes est envisagée, par les contrastes de ses régimes climatiques, comme activatrice et métaphore d’une praxis combinant étude, fabrication et expériences «grandeur nature». Le vaste échangeur fluide que forme le Rolex Learning Center de Lausanne est compris comme l’agent et l’allégorie d’un relationnel multipliant les prises, les postures et les appropriations fugaces de ses occupants.

Car cet ouvrage s’interroge, dans le contexte écologique, économique et technique actuel, sur la capacité des architectures à se donner en partage, par l’ambiance, à des sociétés d’usagers. Générosité ventilatoire versus sobriété énergétique, incertitude des programmes et liberté des pratiques, efficacité des systèmes et finesse des régulations: une nouvelle démocratie est à l’œuvre, à la croisée de l’ambiance et du commun, où la délivrance de ces conditions d’air s’énonce comme un enjeu crucial.

[Paru] « Ambassades françaises du XXe siècle » / Fabien Bellat, Editions du Patrimoine, 2020

Vendredi 12 juin 2020

« Ambassades françaises du XXe siècle » / Fabien Bellat, Editions du Patrimoine, 2020, Collection « Carnets d’architecture », 1 Vol. (176 p.), EAN 9782757706824

Accédez au site éditeur : Ambassades françaises du XXe siècle

Résumé

Au cours du XXe siècle, face aux transformations de la diplomatie, la France a dû réaliser un important rééquipement de ses chancelleries à travers le monde. Si auparavant la pratique du « bernard-l’hermite » diplomatique avait été la norme (par le phagocytage de bâtiments préexistants) la France chercha, après la Première Guerre mondiale, à étendre le nombre de ses installations neuves – le ministère des Affaires étrangères faisant alors appel à des architectes sélectionnés avec soin. Ceux-ci furent souvent des Prix de Rome, mais le ministère se montra plutôt ouvert dans ses choix, passant commande à des architectes, certes de formation académique, mais ayant su réinventer leur pratique au crible de la modernité. Ainsi c’est un véritable « modèle français » qui fut mis en place, influençant nombre d’autres grandes puissances. L’image de marque extérieure de la France évolua peu à peu d’une tradition modernisée de l’entre-deux guerres à l’affirmation d’une signature moderne pendant l’après-guerre et les Trente glorieuses. 
On retrouve ainsi plusieurs grands noms, dont certains ont déjà fait l’objet de « Carnets d’architectes » : Roger-Henri Expert, Eugène Beaudouin, Georges-Henri Pingusson, Le Corbusier et Guillermo Jullian de La Fuente, le trio Bernard Zehrfuss, Henri Bernard et Guillaume Gillet, ou André Rémondet.
Ces édifices dessinent une autre histoire de la modernité en France, sous l’angle de son institutionnalisation et de sa diffusion internationale. Plus récemment, l’architecture diplomatique a trouvé un nouveau souffle avec les bouleversements de la fin des années 1980, notamment à Berlin avec Christian de Portzamparc, ou Pékin avec une équipe franco-chinoise regroupée autour du cabinet d’Alain Sarfati.

Séminaire du Groupe transversal « Inventer le Grand Paris » Labex Futurs Urbains (UPE) Automne 2020

Jeudi 11 juin 2020

Inventer le Grand Paris : Séminaire d’Automne 2020
Coordination générale : Frédéric Pousin (IPRAUS/AUSser), Nathalie Roseau, Alessandro Panzeri

Accédez au programme : IGP Séminaire d’automne

Argumentaire

Le séminaire de recherche du Groupe Transversal Inventer le Grand Paris reprendra en septembre 2020 avec la tenue de 4 nouvelles séances. Ce séminaire d’automne sera inauguré par une séance consacrée au programme de recherche « Archival City » et plus spécifiquement aux attendus soulevés par deux chantiers en cours de numérisation de sources statistiques et administratives produites par le département de la Seine au cours des XIXe et XXe siècles. La séance suivante ouvrira sous la forme d’une première journée d’études, un chantier relatif à la culture visuelle, en explorant la photographie comme l’instrument de la figurabilité́ du Grand Paris. Suivra une séance qui reviendra sur les politiques et les acteurs urbains autour des stratégies locales développées en réponse aux projets du Grand Paris. Enfin, une journée d’études sur le rôle de l’économie dans l’aménagement de la banlieue parisienne poursuivra les travaux engagés l’an passé́ sur les sociétés d’économie mixte (SEM), en se consacrant cette fois-ci à la question des grands équipements structurants.

Programme

Jeudi 17 septembre 2020, 14h-18h : Aux sources de l’histoire du Grand Paris : Deux programmes récents de numérisation dans le cadre d’Archival City

Mardi 6 octobre 2020, 9h-17h : Photographier le Grand Paris

Mardi 3 novembre 2020, 14h-18h : Résister au Grand Paris ? : Planifications métropolitaines et stratégies locales

Jeudi 3 décembre 2020, 9h-17h : Aménager la banlieue parisienne : Productions et évolutions des grands équipements structurants

[Paru] « Orly, aéroport des sixties » / Patrimoines d’Ile-de-France, juin 2020

Jeudi 11 juin 2020

« Orly, aéroport des sixties » / Paul Damm (Textes), Laurence Bartoletti (Contribution), Paul Smith (Version anglaise), Jean-Jacques Moreau, Hubert Serre, Jean Cassan (Photographies), Stéphane Asseline (Photographie contemporaine), Hervé Bouilly (Infographie), Collection Patrimoines d’Ile-de-France, Lieux Dits éditions, juin 2020, 1 Vol. (176 p.), ISBN 9782362191664

Accédez au site éditeur : Orly, aéroport des sixties

Résumé éditeur

L’aéroport d’Orly est inauguré par le général de Gaulle le 24 février 1961. La nouvelle aérogare en verre et en acier, qui enjambe la Nationale 7 et présente aux automobilistes venant de Paris une façade vitrée bleue et jaune de 200 mètres, frappe les esprits par son architecture résolument moderne. L’aéroport devient immédiatement le monument le plus visité de France : on y va en famille voir les avions. Les terrasses d’Orly chantées par Bécaud font partie du décor de la France des années 60, qui aspire à la modernité.
Une page de l’histoire de l’aviation se tourne : Orly accueille les nouveaux avions de lignes à réactions, les jets. Caravelles, Boeing 707 et Douglas DC-8 remplacent définitivement les avions à hélices et font entrer le transport aérien dans une nouvelle ère, celle de la vitesse et du transport de masse.

À l’heure du centenaire du premier vol commercial (Paris Londres 1919) et alors qu’Orly change complétement de visage pour devenir Orly 1234, ce livre permet de revivre cette glorieuse époque grâce aux photographies réalisées dans les années 60 par les photographes de l’aéroport de Paris (aujourd’hui groupe ADP). Réalisé en partenariat avec le groupe ADP, il s’attache à montrer en quoi ce bâtiment emblématique des Trente Glorieuses est un élément majeur du patrimoine francilien.

[Paru] « Eyes That Saw : Architecture after Las Vegas » / Stanislaus von Moos and Martino Stierli, Scheidegger & Spiess, 2020

Jeudi 11 juin 2020

« Eyes That Saw : Architecture after Las Vegas » / Stanislaus von Moos and Martino Stierli, Scheidegger & Spiess, 2020, 1 Vol. (504 p.), ISBN 978-3-85881-820-1

Accédez au site éditeur : Eyes That Saw

Participation membre UMR AUSser

Valéry Didelon (ACS/AUSser) : « The Revolution is Dead; Long Live the Revolution »

Résumé du livre

At the peak of the 1968/69 students’ riots at American Universities, Robert Venturi and Denise Scott Brown, together with Steven Izenour, pursued their Design and Research Studio on the topic of Las Vegas at Yale School of Architecture. The results of this were condensed into the book Learning from Las Vegas that became a classic almost instantly upon its first publication in 1972. The treatise excited the 1970s architecture world and has remained influential to architects, teachers and theoreticians to the present day.

Some forty years later, Eyes that Saw: Architecture after Las Vegas offers a richly illustrated collection of essays by renowned scholars of art and architectural history, eminent architects, and artists, investigating Learning from Las Vegas and its heritage from various perspectives. All build on the knowledge of the radical influence it had on architecture and urban design, visual art, and even on history more generally. Published alongside are documents from the Venturi, Scott Brown & Associates Archive at University of Pennsylvania, as well as an illustrated chronology of the resonance in international media following the publication of Learning from Las Vegas in 1972.

With contributions

Stan Allen, David Allin, Eve Blau, Beatriz Colomina, Valéry Didelon, Elizabeth Diller, Peter Fischli, Dan Graham, Neil Levine, Mary McLeod, Rafael Moneo, Stanislaus von Moos, David M. Schwarz, Denise Scott Brown, Katherine Smith, Martino Stierli, Karin Theunissen, and Robert Venturi. Preface by Robert A.M. Stern.

[En ligne] revue Histoire de l’art n°84-85 : « Etats du musée »

Mardi 09 juin 2020

Mise en ligne exceptionnelle de la revue Histoire de l’art, no 84-85 : États du musée

Le numéro est prêt mais la situation ne permet pas sa diffusion habituelle. Nous avons donc choisi de mettre en ligne, pour la première fois, l’intégralité du numéro, sur le blog de l’APAHAU, pour une durée de quelques semaines, jusqu’au 30 juin prochain, à la fois pour pallier cette impossibilité de distribution, mais aussi dans un geste de diffusion libre.

Accédez au numéro en ligne : Histoire de l’art n°84-85

Contributeurs

Philippe Bettinelli, Olivier Bonfait, Annaïg Chatain, Philippe Cordez, Antonella Fenech Kroke, Dominique de Font-Réaulx, Jean-Marie Guillouët, Marine Kisiel, Jérémie Koering, Camille Morando, Sophie Mouquin, Édith Parlier-Renault, Natacha Pernac, François Queyrel, Claudia Rabel, Pierre Sérié, Simon Texier et Delphine Wanes.

Présentation du numéro

Ce numéro témoigne de notre attachement à l’étude, à la connaissance, à la recherche. Il montre, de la part de toute la communauté des historiens de l’art, des doctorants aux conservateurs du patrimoine à la tête d’institutions, notre désir intact du musée, des musées, fondements de nos démocraties, fers de lance humanistes où se mettent en jeu, depuis près de 250 ans, de multiples rencontres, riches et diverses, avec les œuvres d’art, les artistes, les cultures et les pensées ; avec les autres comme avec nous-mêmes.

[Appel à contributions] Colloque « Patrimoine thermal », Toulouse 21-23 octobre 2020 (date limite : 29 juin 2020)

Mardi 09 juin 2020

Le colloque international « PATRIMOINE DU TOURISME, DU THERMALISME ET DE LA VILLEGIATURE EN MONTAGNE (XVIIIE – XXIE SIECLE) : HISTOIRE ET DEVENIR, Á LA CROISEE DES SCIENCES » est organisé par l’Université Toulouse Jean-Jaurès en collaboration avec les Universités de Pau et des Pays de l’Adour, et de Perpignan-Via Domitia dans le cadre du programme de recherche européen FEDER TCV-PYR (2017-2020) qu’il vient conclure. Il fait suite à plusieurs rencontres scientifiques dont le colloque international dit intermédiaire à Pau (13 et 14 juin 2019), qui ont questionné le sujet.

Appel Appel-Colloque-Patrimoine-thermal-Toulouse-21-23-octobre-2020Télécharger Présentation

Au moment de la découverte de la montagne en Europe, le thermalisme constitue la clé de voûte principale du développement du tourisme et de la villégiature dans les massifs. Il semble en effet s’imposer comme la véritable matrice de l’aménagement d’un réseau urbain de villes d’eau qui interagissent avec leur environnement et sont autant de traits d’union avec les paysages. Il a également favorisé le développement d’un vocabulaire architectural potentiellement commun à l’échelle du massif et ouvert aux influences extérieures, la mondanité thermale émergeant avant tout à l’échelle européenne. Enfin, il a servi de porte d’entrée à des pratiques touristiques en interaction avec la société, l’économie et la culture locale. Si sa fréquentation s’est renouvelée, si son audience a pu baisser et son offre se diversifier, le thermalisme constitue encore un héritage d’envergure.
Ce colloque a pour objectif de faire ressortir sur la longue durée ces différentes logiques dans leur complexité et leur éventuelle singularité régionale. Fondé sur les apports des inventaires du patrimoine culturel bâti et immatériel conduits depuis 2017 dans les Pyrénées, il souhaite ainsi d’une part mobiliser une approche pluridisciplinaire (géographie, aménagement, histoire de l’art, sociologie, histoire culturelle, économique et sociale, anthropologie et même sciences médicales) et d’autre part, tout en favorisant ce massif qui est le terrain d’étude du programme TCV-PYR, s’ouvrir à la comparaison avec des approches territoriales d’autres horizons, qui seront privilégiées aux monographies et aux études de cas.

Modalités

Les propositions de communications (résumé de 1 500 signes précisant le titre de la communication, l’argumentation et les sources mobilisées), accompagnées d’un court curriculum vitae (notice de 500 signes précisant le nom sous lequel l’intervenant souhaite être cité, un contact téléphonique, un courriel, son affiliation institutionnelle et son laboratoire de rattachement le cas échéant), sont à adresser au plus tard le 29 juin mai 2020, conjointement aux adresses suivantes :
nicolas.meynen@univ-tlse2.fr
laurent.jalabert@univ-pau.fr
castaner@univ-perp.fr

[Paru] Monde commun 2020/1 (N° 4) : « Petits citadins, mauvais citoyens ? », Presses universitaires de France, 2020

Mardi 09 juin 2020

Monde commun 2020/1 (N° 4) : « Petits citadins, mauvais citoyens ? », Presses universitaires de France, 2020 , 1 Vol. (2010 p.)

Accédez à la revue : Monde commun n°4

Participation membre UMR AUSser

Laetitia Overney (IPRAUS/AUSser) : « Le quotidien, ça ne coule pas de source ! : Enquêter sur la politique ordinaire en cité HLM »
Extrait de l’article : Quelle politique se fabrique au quotidien dans les quartiers de HLM ? Et que fait l’ethnographe pour la saisir et la décrire ? Voici les deux questions que je souhaiterais développer dans ce texte.

Présentation de ce numéro

La recherche urbaine s’est longtemps focalisée sur les très grandes villes mais aujourd’hui, plus de la moitié de la population urbaine mondiale vit dans des agglomérations de moins d’un demi-million d’habitants. Le projet de ce numéro de Monde commun est né du constat de ce que ces espaces non sensationnels sont le plus souvent décrits comme problématiques : urbanité lacunaire, léthargie économique et anomie culturelle se conjugueraient pour attiser les conservatismes politiques. Sans démentir ce constat, les auteurs montrent que ces espaces périphériques sont également le lieu de formes de politisation à bas bruit, ici documentées à l’échelle micro-locale. Les citadins des villes subalternes sont-ils aussi mauvais citoyens qu’on le dit ?

De Tours à Riace, de Mayotte à Saint-Étienne, ce dossier de Monde Commun apporte une contribution significative à la compréhension des formes contemporaines de prise de parole en contextes disqualifiés.

Appel à projets de recherche 2020 de Infrastructures Terrestres de Transport, Ecosystèmes et Paysages (date limite : 14 septembre 2020)

Vendredi 05 juin 2020
Appel à projets de recherche 2020

Le présent appel à propositions de recherche (APR), mené au sein du programme infrastructures de transports, territoires, écosystèmes et paysages (ITTECOP), est initié par la rencontre entre le ministère de l’Écologie renommé ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES), l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), l’Office français de la biodiversité (OFB), les membres du club infrastructures linéaires et biodiversité (CILB) et la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB).

Accédez à l’appel : Appel à projets de recherche

Appel à projets de recherche 2020 – Texte de l’APR

L’APR vise à porter l’ambition majeure d’ITTECOP d’anticiper et de soutenir les futurs besoins d’aide à la décision publique et privée à partir du contexte institutionnel actuel, en particulier dans le cadre de la stratégie nationale pour la biodiversité (SNB), de la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages et de la loi d’orientation des mobilités.

Cet appel est construit autour de trois axes :

  • Axe écosystèmes. Connaissance, gestion et réponse des écosystèmes comportant des ILT dans les territoires concernés;
  • Axe infrastructures. Transformation des ILT et de leurs abords : nouveaux usages, nouvelles mobilités, nouvelles demandes écologiques et sociales;
  • Axe territoires. Action publique, action privée : délimitation des actions, gouvernance, territorialisation.

Plusieurs  types  de  projets  peuvent  être  déposés :  projets  de  recherche,  projets  exploratoires, projets incubatoires  et synthèse des connaissance  (revue systématique).

Date limite de dépôt des projets : 14 septembre 2020 – 12h00

[Appel à communication] 8e édition du Colloque Arts et Médias : « Espaces : imaginaires, habitats et contestations » (date limite : 10 juin 2020)

Vendredi 05 juin 2020
Le colloque

Le colloque Arts et Médias de l’Université de Montréal est né en 2013 de l’initiative des étudiant·e·s en histoire de l’art et s’est progressivement ouvert aux autres disciplines. Il offre l’opportunité de se familiariser à la communication scientifique, tant pour les participant·e·s que pour les spectateur·rice·s, dans une optique de démocratisation. L’organisation du colloque invite tous les cycles d’études à explorer la thématique de 2020 : l’espace.

Appel

À la lumière de la richesse scientifique que représente l’espace comme matière à penser, le colloque Arts et Médias 2020 propose de développer les tenants et aboutissants de la question sous trois axes ouverts, mais non limités :

Espaces imaginés :
– La représentation et construction de l’espace (les techniques artistiques, les identifications, les rapports sujet/objet)
– L’espace fictionnel (les diégétiques/non-diégétiques, les hétérotopies, les utopies)
– L’espace sensoriel (les installations, les espaces immersifs, la réalité virtuelle)
– L’espace et l’univers (l’inconcevable, l’ailleurs, le dépassement des limites, le sacré)

Espaces habités :
– L’idée de home (le chez-soi, la maison, l’atelier, l’immigration, le privé et le public)
– L’utilisation de l’espace (l’usage social, l’agentivité, l’articulation de l’espace, les lieux et non-lieux, l’espace muséal, la performance)
– La dématérialisation de l’espace (l’avènement du numérique, les transpositions, le virtuel)
– Le déplacement (la géolocalisation, la mobilité des corps, les résidences artistiques)

Espaces contestés :
– L’occupation de l’espace (la colonisation, la décolonisation, les luttes et les représentations)
– La disciplinarisation de l’espace (la surveillance, l’usage des dispositifs)
– Les appropriations de l’espace (féministe, queer, safe space, la marchandisation de l’espace, les révisions transhistoriques)
– La circulation des images (les algorithmes et le big data, les consentements, le droit d’auteur)

Poser une candidature

Nous invitons les étudiant·e·s de premier, second et troisième cycle, ainsi que les professeur·e·s, les chargé·e·s de cours, les chercheur·e·s, de même que les professionnel·le·s de musées, du cinéma et du jeu vidéo, de tous les horizons disciplinaires, à remplir le formulaire en ligne avec une proposition de 1800 caractères espaces comprises attachée au plus tard le 10 juin 2020: https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfq09FzkqE4F2-0ofVt094qZP1YRD9W54kWsdKslyHj8ZTEdA/viewform

CFP: Fabrications, no. 31 (1): Writing Automobile Histories (deadline: Jun 29, 2020)

Vendredi 05 juin 2020
Fabrications, volume 3, no. 1

Journal of the Society of Architectural Historians, Australia and New Zealand : «Writing Automobile Histories»
Fabrications: The Journal of the Society of Architectural Historians, Australia and New Zealand invites papers for a special issue (volume 31, no. 1) on Writing Automobile Histories edited by Marianna Charitonidou, ETH Zürich, National Technical University of Athens and Athens School of Fine Arts.

Call

This issue of Fabrications intends to explore the theories and methods most suitable for understanding how the automobile has transformed our perception of urban conditions. It will investigate which visual means and artefacts are most significant for the way we comprehend the snapshot aesthetics which is related to car travel. Journeys have always been a source of inspiration for architects, playing a significant role in shaping their design strategies. The issue aims to grasp the specificity of car travel as a new episteme. Using the writings of Donald Appleyard, Kevin Lynch, John Myer, Reyner Banham, Robert Venturi and Denise Scott Brown as a key reference and also considering John Lautner, Alison and Peter Smithson, Denise Scott Brown and Aldo Rossi’s practice of taking photographs from cars, the issue aims to establish a broader conceptual framework for tackling issues related to the impact of the automobile on architectural and urban thought. Papers that treat the different aspects of architects and urban designers’ automobile vision as expressions of the emergence of a new episteme are especially encouraged. Papers might also address, for example, the different ways that photography and film capture the snapshot aesthetics related to the automobile. The issue seeks papers aiming to address issues related to the emergence of the new perceptual regimes that emerged thanks to the automobile, focusing on a wide range of geographical and cultural contexts. To this end the issue, encourages articles that address places and perspectives from beyond the Euro-American context, such as those concerning the feral auto-tectonics of ‘Mad-Max’, or the great road trips and peripatetic architectures of Australasian grey nomads, referring to the phenomenon of retired people who take long – sometimes permanent – road trips.

Author Guidelines

Papers should be submitted online: http://www.edmgr.com/rfab
Contact: Marianna Charitonidou : Department of Architecture ETH Zürich : mchariton@ethz.ch

The Editors consider essays of 7000 to 9000 words (including foot notes). Papers should be submitted as Word documents. Authors should use the footnote function of Word, but no automatic footing programs such as Endnote. Papers should be submitted with an abstract (200 words) at the beginning of the paper and a brief author biography (80 words), images and image captions. Abstracts are published at the beginning of papers. All papers published in Fabrications are blind peer-refereed by two readers.
Papers must conform with the Instructions for Authors.

[Interview] « Prendre le parti de la campagne » : interview de Sébastien Marot (OCS/AUSser), revue Suisse Espaces Contemporains

Mercredi 03 juin 2020

Espaces Contemporains a publié une interview de Sebastien Marot (OCS/AUSser) à propos de l’exposition Agriculture and Architecture: Taking the Country’s Side présentée à Archizoom EPFL.

Accédez à l’article : Prendre le parti de la campagne

[Paru] « Schindler Manifesto » / Rudolph Schindler, As Found Editions, 2020

Mercredi 03 juin 2020

« Schindler Manifesto » / Text: Rudolph M. Schindler, Commentary : Marc-Antoine Durand, French translation and commentary : Jacques Boulet , English translation: Ian Monk, German translation : Leonard Ritte, As Found Editions, 2020, Français / English / Deutsch, 1 Vol. (80 p.)

Accédez au site éditeur : Schindler Manifesto

Résumé

La diffusion du manifeste de Schindler demeure incertaine. Exercice obligé de la jeune garde européenne, il n’a probablement circulé qu’en sous main. L’intérêt que l’on porte aujourd’hui à ce texte est rétroactif, il est l’occasion de revenir sur la formation et les premières années d’exercice d’un architecte important autant que méconnu. Quelle conception de l’architecture défend le jeune Schindler dans ce premier texte ? Le début de sa carrière suivra-t-il cet engagement doctrinal ? Comment ces convictions viennoises voyageront-elles aux États-Unis ? | The distribution of the Schindler’s manifesto remains uncertain. This was an obligatory step in the life of a young European avant-gardist, and it probably passed from hand to hand. The interest paid to this text today is retrospective. It is an opportunity to go back over the training and early working life of an important architect who is still little-known. What conception of architecture did the young Schindler stand up for in this his first text? Would the beginning of his career follow this doctrinal commitment? How did such Viennese convictions travel to the USA?

Ouverture des candidatures – Post Master « Recherches en architecture » ENSAPLV HESAM Université

Mercredi 03 juin 2020

Les candidatures pour la formation Post-Master « Recherches en architecture » de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris La Villette, HESAM Université, sont ouvertes du 1er juin au 1er juillet 2020. 

Accédez à la brochure : formation Post-Master « Recherches en architecture »

Présentation

Le Post-Master « Recherches en architecture » est une formation d’un an, s’adressant aux jeunes diplômés et aux professionnels souhaitant s’ouvrir à de nouvelles pratiques professionnelles et s’acculturer au milieu de la recherche en architecture, ville et paysage. Elle permet de découvrir la diversité des approches en matière de recherche et d’effectuer une première expérience au sein d’un laboratoire de l’ENSAPLV. 

[En ligne] Projets de paysage n°15 et n°16 accessibles sur la plateforme OpenEdition Journals

Mercredi 03 juin 2020

La revue Projets de paysage poursuit sa mise en ligne des numéros précédents sur le site de openedition.org. Le n°15 et le n°16 sont maintenant accessibles sur cette plateforme.

15 | 2016 « L’observation et les observatoires de paysage.

Quelles pratiques et quels dispositifs pour mettre en débat les relations entre les sociétés et leur environnement ? » / Bernard Davasse (dir.)
https://journals.openedition.org/paysage/6291

Participation membres UMR AUSser

Raphaële Bertho et Frédéric Pousin (IPRAUS/AUSser) : (L’Observatoire photographique du paysage du PNR des Vosges du Nord : de l’œuvre à l’action

Frédérique Mocquet (OCS/AUSser) : L’Observatoire photographique national du paysage : transformations d’un modèle et hypothèses renouvelées de paysage

Frédérique Mocquet (OCS/AUSser) : Regards artistiques sur l’observation photographique
Entretien avec Geoffroy Mathieu et Bertrand Stofleth, auteurs de« Paysages usagés, Observatoire photographique du paysage depuis le GR2013 »

16 I 2017 « Arbres et paysages » 

Sabine Bouche-Pillon et Yves Petit-Berghem (dir.)
https://journals.openedition.org/paysage/4881

[En visioconférence] Soutenance de HDR de Béatrice Mariolle – 5 juin 2020

Mardi 02 juin 2020

Soutenance de l’habilitation à diriger les recherches (HDR) de Béatrice Mariolle (IPRAUS/AUSser) le vendredi 5 juin à 9h30 en situation confinée.

Membres du Jury
  • Valérie Arrault, Professeure des universités, Paul Valéry, Montpellier 3.
  • Pierre Frey, Professeur honoraires EPFL Enac.
  • Pascal Julien, Professeure des universités, Université de Toulouse II.
  • Nathalie Lancret, Chargée de recherche CNRS, ENSA Paris Belleville.
  • Bernadette Lizet, ethnologue, Directrice de recherche honoraire CNRS, Muséum national d’histoire naturelle.
  • Daniela Poli, Professeure, Universita Degli Studi Firenze.
  • Thierry Verdier, Professeur des universités, Paul Valéry, Montpellier 3. (Garant).
  • Frédérique Villemur, Professeure, ENSA Montpellier.
Résumé

Le dossier se compose de trois volumes :

Volume 1 : Parcours,  » Le vernaculaire comme une question contemporaine « 

Volume 2 : Recueil thématique des travaux et publications

Volume 3 : Texte inédit,  » L’architecture de l’acclimatation « 
Ce travail puise dans les disciplines du paysage, de la géographie, de l’ethnologie, pour nourrir une approche de l’architecture plaçant l’édifice au cœur d’enjeux sociaux et politiques. Ce dialogue instauré ou plutôt restauré entre ce qui serait « naturel », « social » ou « culturel » permet de relire quelques pans de l’histoire de l’architecture du 20ème siècle fondés sur la mise en scène de la quotidienneté et de la culture populaire, dans des périodes de crises  environnementales mais également théoriques, sociétales et politiques. Il s’intéresse à quelques architectes réfutant la standardisation au profit d’une connaissance des savoir-faire locaux.
Cet essai se présente comme une contribution à la saisie des territoires hérités notamment populaires, en se penchant sur les outils de leur réparation. Il développe les conditions épistémologiques et les hypothèses conceptuelles favorables à l’application de la notion d’acclimatation à l’architecture. Associer architecture et acclimatation revient à interroger les conditions d’adaptation des espaces existants, dans un dialogue sans cesse renouvelé entre les enjeux environnementaux, sociaux et esthétiques.

[Parue] La lettre des nouveautés du Carnet de veille de l’UMR AUSser n°85 est en ligne

Vendredi 29 mai 2020

La lettre des nouveautés du Carnet de veille de l’UMR AUSser n°85 est en ligne.

Accédez : Lettre AUSser n°85

Vous y trouverez les nouveautés (appels, événements, publications) repérées et publiées sur le carnet de veille de l’UMR AUSser.

La prochaine lettre sortira le vendredi 26 juin 2020.

Retrouvez la collection : Lettre AUSser

Prenez soin de vous.

[Prix] IPHS BOOK PRIZES 2020: The third prize: Mary Corbin Sies, Isabelle Gournay and Robert Freestone (eds), « Iconic Planned Communities and the Challenge of Change » (Philadelphia: University of Pennsylvania Press, 2019).

Vendredi 29 mai 2020

The International Planning History Society (IPHS) endeavours to foster the study of planning history worldwide. It seeks to advance scholarship in the fields of urbanism, history, planning and the environment, focusing particularly on cities from the late nineteenth century.

Accédez au site : IPHS

At the 2020 IPHS conference in Moscow (Russia), up to three book prizes will be awarded:

The first prize is for the most innovative book in planning history written in English and based on original new research. Books must have been published in the previous two calendar years (2018-2019). Books may be written individually or joint-authored.

The second prize is for the best book (in English) related to planning history of the country/region where the IPHS-2020 conference is held, in this case defined as Russia, and published in the previous two calendar years (2018-2019). Books may be written individually or joint-authored.

The third prize is for the best planning history edited work or anthology (in English) and again published in the previous two calendar years (2018-2019). Reprints and “readers” are ineligible. The prize will go to the editor(s) :

Third prize 2020: Mary Corbin Sies, Isabelle Gournay (AHTTEP/AUSser) and Robert Freestone (eds), Iconic Planned Communities and the Challenge of Change (Philadelphia: University of Pennsylvania Press, 2019).

Dealing with 23 iconic planned communities, built in six continents from the early nineteenth to the late twentieth centuries, the book addresses the issue of how visionary spirit comes to terms with reality and the challenges of change. Fascinating in its historic scope and drawing on the broad interdisciplinary perspective of the 25 prominent authors involved, the book not only encourages comparative analysis but also argues that in the future the cross-fertilization of the strategies deployed by single cases may contribute to achieve ongoing liveability and resilience, thus sustaining these planning legacies.

Although the third book prize is awarded to the editors, we would like to remember on this occasion the beautiful and inspiring contribution of Sandra Annunziata to this book on the history and gentrification of the Roman neighbourhood, Garbatella. An outstanding academic and dedicated researcher Sandra passed away suddenly last year. She was a young, uncompromising, and immensely talented scholar, who served as a reference for a whole generation of urban researchers in Italy

Colloque international « Dynamiques de genre et métiers de l’architecture, de l’urbanisme et du paysage » – Paris – 4 et 5 février 2021

Jeudi 28 mai 2020
Comités

Comité d’organisation : Stéphanie Bouysse-Mesnage, Stéphanie Dadour, Isabelle Grudet, Anne Labroille et Elise Macaire.

Comité scientifique : Lucile Biarrotte, Véronique Biau, Bernadette Blanchon, Karen Bowie (AHTTEP/AUSser), Pierre Chabard (AHTTEP/AUSser), Olivier Chadoin, Anne-Marie Châtelet, Caterina Franchini, Charles Gadea, Elise Koering, Nathalie Lapeyre, Nicky Le Feuvre, Catherine Marry, Delphine Naudier, Frédérique Patureau, Rebecca Rogers et Corinne Sadokh.

Présentation

Ce colloque international vise à réunir des contributions pour un bilan des avancées et des limites de la féminisation et des dynamiques de genre à l’œuvre dans les mondes professionnels de l’architecture, de l’urbanisme et du paysage depuis l’entrée progressive des femmes dans les écoles d’architecture. Il invite à scruter, discuter et partager les données et les analyses sur les modalités, les temporalités et les effets de ce processus social et historique de transformation des rapports de genre et, plus largement, des rapports de domination (race, classe sociale, etc.) dans une perspective intersectionnelle.

Accédez au site : cliquez ici

Participants

Emmanuelle Andreani, Violette Arnoulet, Béatrice Auxent, Audrey Bechemin, Chiara Belingardi, Lucile Biarrotte, Bernadette Blanchon, Stéphanie Bouysse-Mesnage, Lori Brown, Helena Cardone Tamayo, Doris Cole, Anne Cormier, Ludivine Damay, Caterina Franchini, Emilia Garda, Claire Gautier, Alberto Geuna, Ahlem Ghezzali, Elizabeth Gossart, Karin Helms, Anne Jarrigeon, Maria Katou, Elise Koering, Giulia La Delpha, Nathalie Lapeyre, Mary Pepchinski, Tanja Poppelreuter, Serge Proust, Christine Schaut, Lidewij Tummers-Mueller, Corine Vedrine et Olivier Vallerand.

Pages