Actualités du carnet de veille d'AUSser

S'abonner à flux Actualités du carnet de veille d'AUSser
Architecture Urbanisme Société : Savoirs, Enseignement, Recherche
Mis à jour : il y a 2 heures 59 min

[Visio-conférence] Echanges autour de l’ouvrage : « L’usage des ambiances : une épreuve sensible des situations » / Didier Tallagrand, Jean-Paul Thibaud, Nicolas Tixier (dir.), Editions Hermann, juin 2021 – 22 juin 2021

Mardi 15 juin 2021

Vous pourrez assister à un échange le 22 juin 2021 de 18h à 20h autour de l’ouvrage :
« L’usage des ambiances : une épreuve sensible des situations » / Didier Tallagrand, Jean-Paul Thibaud, Nicolas Tixier, Editions Hermann, juin 2021, 1 Vol. (484 p.), Collection Colloque Cerisy, ISBN 9791037006233

Intervenants

Echanges avec Luc Baboulet (architecte, membre OCS/AUSser), Véronique Nahoum-Grappe (anthropologue), Christian Ruby, (philosophe), emmenés par Laurent Devisme

Lien zoom : https://univ-grenoble-alpes-fr.zoom.us/j/5090758673

Présentation du livre

Les ambiances et les atmosphères sensibles se prêtent à une grande diversité d’usages, que ce soit dans le domaine de l’art, de l’urbain ou des sciences sociales. Comment les ambiances contribuent-elles à mettre les situations ordinaires à l’épreuve du sensible ? En quoi ouvrent-elles de nouvelles pistes en matière de pratique artistique, d’expérimentation méthodologique ou d’exploration théorique ? Qu’en est-il d’une socio-esthétique située, attentive aux percepts et aux affects qui imprègnent nos milieux de vie et infusent les sensibilités contemporaines ?

De telles questions ont traversé un colloque organisé à Cerisy (2018) selon une triple exigence : d’une part, une attention particulière était portée aux échanges, apports réciproques et questionnements communs entre le monde de l’art et celui des sciences sociales ; d’autre part, il s’agissait d’ouvrir un dialogue inédit avec la pensée anglo-saxonne en la matière, mettant en résonance et en discussion l’approche des ambiances et celle des atmosphères ; enfin, l’usage des ambiances a été passé aussi bien au filtre des enquêtes et des théories qu’à celui des pratiques effectives et des expériences situées.

Appel à sessions pour le congrès du centenaire de l’Union Géographique Internationale (date limite 31 juillet 2021)

Lundi 14 juin 2021

Le centième anniversaire de l’UGI est l’occasion de se réunir à Paris autour du thème « Le temps des géographes ». 

Le congrès se tiendra à Paris du 18 au 22 juillet 2022.

Accédez au site : cliquez ici

Présentation

La géographie, science en mouvement, peut revendiquer à la fois une riche histoire, et une pertinence renouvelée pour le présent et le futur. 

Nous nous proposons d’examiner lors de ce Congrès du centenaire les grandes tendances de l’évolution de la discipline géographique et les différentes perspectives qui s’ouvrent à elle, à la fois dans la coopération internationale et interdisciplinaire, son rôle dans la compréhension et l’amélioration du monde, sa place dans les sciences sociales et les sciences de la nature, et sa pertinence pour les décideuses et décideurs et la formation des jeunes et des citoyennes et citoyens du monde entier.

Diverses branches de la géographie y trouveront matière à réflexion théorique et méthodologique, nous en donnons ici quelques exemples : 
– En géomorphologie (temps long des continents, temps court des séismes et glissements de terrains, patrimoine géomorphologique),
– En climatologie (temps long du réchauffement climatique, temps bref des paroxysmes météorologiques, variations temporelles des précipitations, cycles El Niño), 
– En hydrologie (crues soudaines, crues lentes, rythmes…), 
Dans la géographie des risques (prévention, réactivité, gestion de l’urgence, résilience physique et humaine),  
– En démographie et géographie des populations (transition démographique, croissance des populations, migrations),
Dans le domaine de la géographie des transports (temps de déplacements, temps de l’intermodalité et des interconnexions), 
– La géographie politique (frontières, reconfigurations géopolitiques),
– La géographie historique (le temps long de la géographie, les évènements, les échelles temporelles), 
La géographie urbaine (transition urbaine, renouvellement urbain, la planification),
– La géographie sociale (dynamiques spatiotemporelles de l’exclusion, genre et rythmes de vie, perceptions et vécu de l’espace aux différents âges de la vie), 
La géographie culturelle (patrimoine, lieux de l’éphémère et de l’évènementiel, géographie de la nuit), 
Et de nombreuses autres ….

Soumission de sessions

L’appel à sessions est ouvert ! L’appel à sessions pour le congrès extraordinaire du centenaire de l’Union Géographique internationale qui aura lieu à Paris du 18 au 22 juillet 2022 est ouvert. 
Ce congrès sera l’occasion de débattre des grandes évolutions de la discipline géographique et les différentes perspectives qui s’ouvrent à elle, autour du thème « Le temps des géographes ».  
Dates importantes

Les propositions de sessions sont attendues jusqu’au 31 juillet 2021. 
La réponse aux propositions de sessions sera communiquée au plus tard le 31 août 2021.

Deux types de sessions
Ces propositions peuvent être de deux ordres. Elles peuvent s’inscrire :
soit dans le thème du congrès, « Le temps des géographes ». Dans ce cas, les propositions de sessions seront revues et gérées par le comité scientifique du congrès.
soit dans le périmètre d’une commission de l’Union Géographique internationale – vous trouverez la liste des commissions ici. Dans ce cas, les propositions de sessions seront revues et gérées par les présidentes et présidents des différentes commissions.

Prix de thèse CODATU pour la meilleure thèse portant sur la mobilité urbaine dans les pays du Sud (date limite : 21 juin 2021)

Lundi 14 juin 2021

Dans l’objectif d’encourager les jeunes docteurs dans le champ de la mobilité urbaines dans les pays du Sud, CODATU, avec le soutien de l’Agence Universitaire de la Francophonie et de l’Université Senghor, organise deux « Prix de la meilleure thèse sur les mobilités urbaines dans les pays du Sud », l’un en langue française et l’autre en langue anglaise. Les deux lauréats se verront récompensés lors de la Cérémonie de Clôture de la XVIII Conférence CODATU qui se tiendra du 13 au 16 septembre 2021 à Dakar, Sénégal.

Accédez à l’annonce : cliquez ici

Informations pratiques

En raison de la pandémie de Covid-19 et des conditions sanitaires et la décision récente d’organiser la XVIII Conférence du 13 au 16 Septembre 2021, et en raison de la volonté de CODATU de maintenir sa 2ème édition du Prix de Thèse, nous avons été contraints de fixer un calendrier très restreint pour candidater au Prix de Thèse. Nous vous remercions par avance pour votre compréhension et nous vous demander de nous faire parvenir vos candidatures le plus rapidement possible, en prenant en compte l’ensemble des conditions et modalités détaillées ci-dessous.

Date limite des candidatures : le 21 juin 2021.

DEUX TYPES DE PRIX SONT OFFERTS

  • 1 Prix de la meilleure thèse écrite en langue anglaise.

Obtenir les Règles et Conditions et la Fiche de Candidature.

  • 2 Prix de la meilleure thèse écrite en langue française.

Obtenir les Règles et Conditions et la Fiche de Candidature.

[Visio-conférence] Soutenance de thèse de Olivier Prisset « Alfred, Henry et Louis Dauvergne, expansion et réussite familiale d’un cabinet d’architectes (1824-1937) » – Université de Tours – 16 juin 2021

Lundi 14 juin 2021

Le 16 juin 2021, de 9h30 à 13h30, dans l’amphi 4 du site Tanneurs de l’université de Tours, Olivier Prisset soutiendra sa thèse d’histoire de l’art contemporain menée sous la direction de Jean-Baptiste Minnaert, professeur d’histoire de l’art contemporain, Sorbonne université, et intitulée : Alfred, Henry et Louis Dauvergne, expansion et réussite familiale d’un cabinet d’architectes (1824-1937).

Accédez à l’annonce : cliquez ici

Membres du jury

Jean-Philippe GARRIC, professeur d’histoire de l’art contemporain, Panthéon-Sorbonne
Jean-Baptiste MINNAERT, professeur d’histoire de l’art contemporain, Sorbonne université
Christophe MORIN, maître de conférences en histoire de l’art moderne, université de Tours
Manuel ROYO, professeur d’archéologie et d’histoire de l’art antique, université de Tours
Estelle THIBAULT, maître de conférence HDR, École nationale supérieure d’Architecture Paris-Belleville, IPRAUS/AUSser

Affiche de la soutenance Soutenance_DauvergneTélécharger Informations pratiques

Les personnes qui souhaitent assister à la soutenance, ouverte à tous, sont priées de se signaler par retour de courriel ou en passant par l’adresse : olivier.prisset@outlook.com
La salle  retenue offre suffisamment d’espace pour qu’une cinquantaine d’auditeurs puissent assister aux échanges selon les meilleures conditions et dans le respect des normes sanitaires en vigueur depuis le 19 mai 2021.

Pour les personnes qui ne pourront pas faire le déplacement, la soutenance sera visible en visio-conférence via ce lien : Cliquez ici pour rejoindre la réunion

[Visio-conéfrence] Présentation-Débat autour du livre « L’architecte et ses modèles. Intentions, connaissance et projets à la période contemporaine » / Jean-Philippe Garric – 18 juin 2021

Vendredi 11 juin 2021

Le vendredi 18 juin 2021, de 14h à 17h, aura lieu la présentation-Débat autour du livre « L’architecte et ses modèles. Intentions, connaissance et projets à la période contemporaine ».

Présentation du volume par Jean-Philippe Garric en dialogue avec Guy Lambert (IPRAUS/AUSser) et avec la participation de Nicole Cappellari, Pierre Coffy, Alison Gorel-Le Pennec, Francesca Mattei

Connection Zoom à partir de 13h50 : https://pantheonsorbonne.zoom.us/j/98388667216?pwd=Y0VBaFlIaDgrVFRGMUlCZER4cm9CQT09
ID de réunion : 983 8866 7216
Code secret : 410627

Présentation livre

Accédez à la présentation du livre : cliquez ici

Workshop : « Soutenir la communication ouverte en SHS à l’échelle française et européenne : l’infrastructure OPERAS » – 28 juin 2021

Jeudi 10 juin 2021

Organisé par OpenEdition et Huma-Num en collaboration avec l’équipe du projet OPERAS, le workshop « Soutenir la communication ouverte en SHS à l’échelle française et européenne : l’infrastructure OPERAS » aura lieu en ligne le 28 juin prochain. Cet événement vise à présenter le projet d’infrastructure OPERAS et ses futurs services à la communauté de la recherche française, presses et maisons d’édition œuvrant à la communication scientifique ouverte. 

Accédez à l’annonce : OPERAS

Programme

Outre les présentations sur l’infrastructure OPERAS, le programme inclura de nombreux moments de discussion et d’échanges :

  • 14 h 00 : Accueil des participants
  • 14 h 05 : Mot d’introduction
    Marie Pellen (Directrice d’OpenEdition) et Nicolas Larousse (Directeur adjoint d’Huma-Num)
  • 14 h 15 : Rejoindre OPERAS, l’infrastructure au service de la communication scientifique ouverte
    Pierre Mounier (OpenEdition) et Suzanne Dumouchel (Huma-Num), coordinateurs d’OPERAS
  • 14 h 45 : OPERAS, une communauté fédérée
    Lorenzo Armando (Lexis), membre d’OPERAS
  • 15 h 25 : Pause
  • 15 h 35 : Discussions (sessions en parallèle)
    Research for Society, une plateforme au service des collaborations recherche-société
    Alessia Smaniotto (OpenEdition, EHESS, OPERAS)
    CO-OPERAS, un réseau pour la FAIRisation des données et des publications en SHS
    Arnaud Gingold (OpenEdition, OPERAS)
  • 16 h 15 OPERAS : stratégie et perspectives
    Axes stratégiques d’OPERAS
    Chloé Lebon (OpenEdition, OPERAS)
    OPERAS et la France
    Lionel Maurel (CNRS, Directeur adjoint scientifique INSHS)
  • 16 h 45 Discussion : quels besoins pour la communauté OPERAS France ?
Informations pratiques
  • Lieu : en ligne (Zoom)
  • Heure et date : de 14 h 00 à 17 h 00, le 28 juin 2021
  • Inscription : gratuite, sur inscription via ce formulaire
  • Contact : chloe.lebon[at]openedition.org

[Publication en ligne] Rapport d’activité 2020 du PUCA

Jeudi 10 juin 2021

Le rapport d’activité 2020 du PUCA est paru en ligne.

Accédez au document en ligne : Bilan 2020 PUCA

Appel à projet de recherche PUCA : (Ré)gé(né)rer les copropriétés – Connaître et comprendre les copropriétés, les mobiliser pour la ville durable (date limite : 30 septembre 2021)

Jeudi 10 juin 2021

Le PUCA lance, avec l’appui de quinze partenaires, un appel à projet à destination des chercheurs en sciences sociales.

Accédez à l’annonce : (Ré)gé(né)rer les copropriétés

Présentation

Le fil rouge de cet appel est le constat partagé, entre acteurs et chercheurs, d’un manque de connaissance qui nuit à l’action – publique comme privée – en faveur d’une gestion plus durable des copropriétés. Qu’il s’agisse des acteurs, des modes de décision collective, de la variété des formes de copropriétés, et de leurs rôles dans la Ville, beaucoup reste à faire pour comprendre finement quels habitats offrent les copropriétés et comment l’action publique peut venir les soutenir et les inciter à un fonctionnement plus écologique sans les déstabiliser.

Cet appel s’adresse tant aux chercheurs « experts » des copropriétés qu’aux spécialistes d’autres terrains, capables d’apporter un regard nouveau sur la copropriété.

Appel

Accédez à l’appel : cliquez ici

Informations pratiques

Date d’ouverture de la consultation : jeudi 10 juin 2021
Date limite de remise des projets : jeudi 30 septembre 2021
Contact : Eva Simon

Appel pour colloque « Mobilité, choix résidentiels, pratiques sociales et politiques publiques : la ville intermédiaire comme modèle de durabilité? » (date limite : 30 juin 2021)

Jeudi 10 juin 2021

Le projet scientifique de cet appel concerne la « ville intermédiaire » comme « objet géographique durable », au travers de ses formes urbaines et des pratiques de mobilités qui s’y développent. Cet appel suit l’organisation suivante :
1. Un colloque est organisé en distanciel, sous la forme de webinaires, les 7 et 8 septembre 2021, où les communications sont réalisées
2. Dans un ouvrage collectif, une publication est réalisée au printemps 2022, issue du colloque en distanciel et d’une sélection des articles proposés.

Accédez à l’annonce : Ville intermédiaire

Contexte

Le colloque en distanciel et la publication qui lui est associée se situent en conclusion d’un programme de recherche, nommé MOFOSIG – MObilité, FOrmes urbaines et SIG – et financé par le Conseil Régional Centre-Val de Loire. Cette recherche a pour objectif de travailler sur la mobilité des habitants (modes de transport, modes de vie, personnes âgées, pratiques innovantes), sur les formes urbaines (construction, densification, stratégies foncières…) et sur leur articulation, notamment dans la perspective de modéliser leur impact pour un développement urbain durable plus efficient. Dans ce souci de modélisation, la dimension SIG est importante : en croisant ces deux approches – formes urbaines et mobilité – elle ouvre la possibilité d’élaborer et de concevoir un outil d’aide à la décision dans les choix d’aménagement et d’urbanisme des acteurs du territoire, mais aussi dans ceux de localisation résidentielle des habitants. Enfin, l’échelle de la « ville intermédiaire », cadre géographique de notre principal espace laboratoire – l’aire urbaine d’Orléans -, nous permet de questionner la singularité de cette catégorie de villes – si elle existe – dans ses dynamiques.

Informations pratiques Phase 1 – Modalités de soumission des communications pour les webinaires du 7 et 8 septembre 2021 :

Date de remise des propositions de communication : 30 juin 2021
Date de remise des propositions de communication : 30 avril 2021
Modalités d’envoi: Un titre et un résumé de 3000 signes accompagnés de 5 mots-clés. Les propositions sont à envoyer par courriel à : franck.guerit@univ-orleans.fr , arek.nasser@univ-orleans.fr
Sélection des communications : 15 juillet 2021
Date des communications : 7 et 8 septembre 2021

Phase 2 : Sélection des articles publiés dans l’ouvrage collectif, issus des communications de septembre 2021

Date de remise des articles rédigés : 15 octobre 2021
Sélection des articles retenus pour la publication : 15 novembre 2021
Après examen en double aveugle, les communications retenues seront publiées dans un ouvrage collectif, publié aux PUR. La date de publication est fixée à juin 2022.

Colloque « Les terres urbaines, valeurs positives pour la ville de demain » – 22 et 23 juin 2021

Jeudi 10 juin 2021

Ce colloque est organisé dans le cadre de la Chaire « Valorisation des terres issues des chantiers urbains ».

Accédez à l’annonce : Les terres urbaines

Présentation

Après un premier colloque en avril 2019 intitulé La terre dans tous ses états qui s’est attaché à analyser les terres urbaines comme ressource et matériaux aux multiples dimensions, ECT et l’EIVP approfondissent la réflexion en plaçant les terres au cœur des débats actuels de la ville durable. Les volets sociaux, environnementaux et économiques sont au centre des travaux de leur Chaire d’enseignement et de recherche. Les terres sont une ressource méconnue et nous pensons qu’elles portent une valeur positive qu’elle soit matérielle, physique, environnementale ou économique mais aussi symbolique et sociale.

Rappelons que chaque année, en région parisienne, près de 10 millions de m3 de terres inertes, soit l’équivalent de 4 pyramides de Khéops, sont libérées par les travaux publics et privés. Une quantité qui constitue un enjeu important pour les territoires urbains et périurbains durables. Le colloque « Les terres urbaines, valeurs positives pour la ville de demain » propose de traiter cette ressource comme : 

  • vecteur de la réhabilitation de sites délaissés,
  • élément structurant pour un nouveau paysage territorial,
  • matériau de construction respectueux de l’environnement et, enfin,
  • un élément indispensable à une intégration urbaines des questions d’espaces vert de différentes natures et de biodiversité.
Programme

Accédez au programme : cliquez ici
Foncier, Terres et Ville Durable (1), mardi 22 juin matin
– La Fabrication du paysage, trace positive de la place des terres excavées, mardi 22 juin après-midi
– Les terres comme matériau : le projet Cycle Terre, mercredi 23 juin matin
– Foncier, Terres et Ville Durable (2), mercredi 23 juin après-midi

Informations pratiques

Dates : 22 et 23 juin 2021
Sur inscription : cliquez ici

Appel à articles pour le revue Territoire en mouvement « Quel urbanisme dans/pour les espaces ruraux ? » (date limite : 15 septembre 2021)

Jeudi 10 juin 2021

L’objet de cet appel à articles s’inscrit dans des projets de recherche en cours (POPSU Territoires) et vise à dresser, dans ce contexte de mutations multiples, un état des lieux des pratiques de l’urbanisme rural, considéré ici comme activité visant la transformation du cadre bâti et de la gestion des milieux dans les espaces ruraux (Boutet, 2004). Face à une littérature portant des plaidoyers en faveur d’un urbanisme rural défini en opposition avec les pratiques de l’urbanisme dans l’espace urbain (Jousseaume, 2016 ; Boutet, 2004), l’appel à articles souhaite plutôt comprendre, par des enquêtes empiriques, comment les pratiques actuelles de l’urbanisme dans ces espaces renouvellent tant la compréhension des dynamiques territoriales rurales et de leurs spécificités que le contenu de l’urbanisme. Les articles pourront s’inscrire autour de trois questionnements :

  • 1 – Un ensemble de réflexions épistémologiques portant sur les espaces ruraux et la ruralité 
  • 2 – Un ensemble de réflexions épistémologiques sur l’urbanisme
  • 3 – Un ensemble de réflexions sur les acteurs de l’urbanisme rural
Appel

Accédez à l’appel : Quel urbanisme dans/pour les espaces ruraux ?

Informations pratiques

Les articles s’appuieront sur des démarches empiriques relevant principalement de la géographie, de l’urbanisme et de l’aménagement. Des approches pluridisciplinaires ou relevant d’autres disciplines comme la sociologie et l’architecture sont également les bienvenues. Ils pourront porter sur des terrains français ou étrangers. Les articles seront à remettre d’ici le 15 septembre 2021.

Contacts.
Elsa Vivant : elsa.vivant@univ-paris-est.fr
Yoan Miot : miot.yoan@gmail.com
Maryvonne Prévot: maryvonne.prevot@univ-lille.fr

[Visio-conférence] Séminaire « Usages de l’Histoire et Devenirs Urbains » – 9 juin 2021

Jeudi 10 juin 2021

Le prochain séminaire « Usages de l’Histoire et Devenirs Urbains » aura lieu le 09 Juin 2021 de 14h à 16h via Zoom.

Programme du séminaire

14h-15h :  Corinne Jaquand (IPRAUS/AUSser) et Laurent Coudroy de Lille : Le centenaire du Grand Berlin. Quel usage de l’histoire ? 

       A partir du catalogue et de l’exposition Unvollendete metropole (unfinished metropolis) organisée dans la capitale allemande pour le centenaire du Grand Berlin depuis octobre 2020 (https://unvollendete-metropole.de/en/, commissaires : Harald Bodenschatz, ainsi que Benedikt Goebel, Christina Gräwe, Markus Tubbesing).

Entre commémoration centenaire et célébration d’une capitale reconfigurée, cette exposition met en comparaison le siècle passé du Grand Berlin avec la trajectoire d’autres capitales européennes (Moscou Vienne, Londres, Paris). C’est dans cet objectif que Corinne Jaquand et Laurent Coudroy de Lille ont été sollicités par l’équipe berlinoise. Ce séminaire est l’occasion de revenir sur cette expérience d’ «  usage de l’histoire », ainsi que sur le volumineux catalogue publié (en allemand et anglais).

15h-16h : échange sur les activités 2021-22

  • Point sur la fréquence et l’organisation du séminaire doctoral. Collecte d’idées pour le programme. Atelier de terrain ?
  • Journées d’étude : Ville ouverte-ville close. une première journée aura lieu début octobre (12 octobre ?), coordination Cédric Fériel. D’autres en 2021?
  • Partenariat avec le GT POUM : projet DISGOVDYN sur Disney France à Marne-La Vallée et Disney Anaheim (CA).
  • Autres activités (non réalisées). Nous avions envisagé : la reprise du séminaire bilatéral Valladolid/Paris avec 2 sessions sur le logement populaire, Les villes nouvelles soviétiques dans une histoire globale des Futurs urbains). Autres propositions ? 
  • Point sur les publications en cours : Récits de ville, Grégotti, Plaques commémoratives parisiennes.
Informations pratiques

Lien de participation à la réunion Zoom : https://univ-eiffel.zoom.us/j/82407824299
ID de réunion : 824 0782 4299
Mot de passe : UHDU090621

Télécharger la présentation du programme ici

[Visio-conférence] Troisième Rencontre des Jeunes Chercheur(e)s POPSU Métropoles et 1000 doctorants pour les territoires : « Quelle utilité sociale et politique de la recherche-action ? » – 11 juin 2021

Jeudi 10 juin 2021

La Plateforme d’Observation des Projets et Stratégies Urbaines en partenariat avec le programme 1000 doctorants pour les Territoires, organise vendredi 11 juin 2021 la Troisième Rencontre des Jeunes Chercheurs, à partir de 09h30.

Accédez à l’annonce : cliquez ici

Présentation

Cette rencontre réunira les doctorants et docteurs des deux programmes qui seront amenés à présenter leurs recherches sous forme de « cartes postales » de thèse, consultables ici.

Au-delà, il s’agira d’échanger sur la façon dont la crise sanitaire et les résultats des élections municipales et communautaires ont pu modifier le déroulement des recherches en CIFRE auprès des collectivités et des agences d’urbanisme, pour évoquer ensemble le rôle de la recherche à l’heure où les métropoles sont amenées à repenser leur modèle.

Le début d’après-midi sera consacré à une conférence de Martin Vanier, Professeur à l’Ecole d’Urbanisme de Paris, autour de l’utilité politique et sociale de la recherche, suivie d’un temps d’échanges.

Programme (format pdf – 3.4 Mo – 08/06/2021)

Informations pratiques

Inscription via le lien

Contact : Aurore Meyfroidt
Secrétaire scientifique des programmes POPSU
Tél. 06 09 59 02 87

Appel à contributions : Revue Perspective – Raconter – n° 2022 – 2 (date limite : 1er juillet 2021)

Jeudi 10 juin 2021

Raconter, no 2022 – 2
Rédaction en chef : Marine Kisiel (INHA) et Matthieu Léglise (INHA)
Numéro coordonné avec Anne-Orange Poilpré (université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne)
Voir la composition du comité de rédaction.

Présentation

Dans son numéro 2022 – 2, la revue Perspective souhaite poser la question des relations entre narration, art et histoire de l’art. Qu’il s’agisse des récits sur lesquels se fondent les images et les objets d’art, de ceux que (se) constituent ses regardeurs, ou des « mises en récits » opérées par les historiens et les historiennes de l’art, ce numéro entend s’emparer de l’acte de raconter comme d’un outil heuristique aussi fécond que déstabilisant. L’image et l’objet d’art racontent, même en l’absence de contenu diégétique figuré, ne serait-ce qu’en tant que témoins d’une époque ou de pratiques – ne serait-ce qu’en tant que vecteurs de narrativité. Les récits visuels ainsi déployés ne cessent de générer d’autres récits – fictions ou légendes, articles scientifiques ou divagations rêveuses ; dialogues d’œuvres entre elles ou soliloques des regardeurs. Récits de l’histoire de l’art, également, tant les historiens et les historiennes de l’art ne cessent de raconter ce processus tout en le constituant de manière performative, dans ses multiples emboîtements et ses allers-retours, évoluant dans ces zones mouvantes entre fait et fiction, expression et narration, description, analyse et projection.

Accédez à l’appel : Perspective n° 2022 – 2

Les propositions de publication pourront en particulier s’inscrire dans un ou plusieurs des axes suivants :
– les artistes racontant des histoires ;
– les artistes racontant leur propre histoire (récits autorisés, etc) ;
– les historiens ou les historiennes racontant la vie de l’artiste (de Giorgio Vasari à Ernst Kriz et Otto Kurz) ;
– les historiens ou les historiennes faisant le récit des récits visuels (iconographie, iconologie, interprétation, etc) ;
– la mise en récit de l’histoire de l’art de façon synchronique (les « grands » mouvements, les « grands » récits) ;
– les contre-récits et les remises en récit des récits de l’histoire de l’art (historiographie, fictionnalisation) ;
– la place et la possibilité d’un récit collectif et/ou participatif dans le champ de la discipline ;
– les impacts et résonances socio-politiques des récits et contre-récits de l’histoire de l’art (enjeux militants, débats sociétaux).

Informations pratiques

Prière de faire parvenir vos propositions (un résumé de 2 000 à 3 000 signes, un titre provisoire, une courte bibliographie sur le sujet, et une biographie de quelques lignes) à l’adresse de la rédaction (revue-perspective@inha.fravant le 1er juillet 2021.

Perspective prenant en charge les traductions, les projets seront examinés par le comité de rédaction quelle que soit la langue. Les auteurs des propositions retenues seront informés de la décision du comité de rédaction à la fin du mois de juillet 2021, tandis que les articles seront à remettre pour le 15 décembre 2021.

Les articles soumis, d’une longueur finale de 25 000 ou 45 000 signes selon le projet envisagé, seront définitivement acceptés à l’issue d’un processus anonyme d’évaluation par les pairs.

Appel à propositions pour le colloque « Sacralité dans l’architecture : espaces de la mort et du souvenir » (date limite : 30 septembre 2021)

Jeudi 10 juin 2021
Comités scientifique et d’organisation
  • Comité scientifique
  • Marc Barani, Grand témoin du colloque. Architecte Urbaniste. Équerre d’argent. Grand Prix national de l’architecture
  • Marie-Frédérique Bacqué, Professeur de Psychopathologie et anthropologie sociale Université de Strasbourg
  • Frédéric Bertrand, Architecte Urbaniste, Docteur en Architecture, chercheur IPRAUS/AUSser, Maître de conférences Villes et Territoires ENSA Paris-Belleville
  • Gaëlle Clavandier, Sociologue et anthropologue, Maître de conférences HDR Université de Lyon, co-responsable du programme de recherche Co-funéraire
  • Annabelle Iszatt, Architecte, Docteur en Architecture, Maître de conférences Théorie et pratique de la conception architecturale et urbaine ENSA Montpellier
  • Jacques Lucan, Architecte, Historien et Critique architectural, Membre du Conseil scientifique de l’établissement public chargé de la restauration de Notre Dame
  • Elodie Nourrigat, Architecte, Docteur en Architecture, Directrice du HIT Lab, Professeur Théorie et pratique de la conception architecturale et urbaine ENSA Montpellier
  • Stefano Peluso, Architecte, Co-fondateur de MAARCH Architecture – Landscape and Urban Design Research Group. Milan et Anvers
  • Jean-Didier Urbain, Sociologue, Docteur en anthropologie sociale, Professeur émérite Paris Descartes

    Comité d’organisation
  • Annabelle Iszatt, Architecte, Docteur en architecture, Maître de Conférences TPCAU à l’ENSAM, Chercheur permanent au HITLab
  • Mathieu Percebois, Architecte, Enseignant STA à l’ENSAM, Chercheur permanent au HITLab
Présentation

Le HITLab invite les chercheurs ainsi que les architectes praticiens à présenter des travaux dans le cadre du colloque « Sacralité dans l’architecture : espaces de la mort et du souvenir » qui te tiendra à l’ENSA de Montpellier en Février 2022.
Le comité scientifique sélectionnera un maximum de douze propositions qui entrent dans le cadre des thématiques suivantes :
• Le rite comme pensée structurante de l’espace
• Sacralité et place de la mort dans notre société
• Place de la mort dans la ville – Nouveaux paysages urbains
• La mort et l’espace numérique
Chaque proposition retenue fera l’objet d’une conférence ou d’une table ronde, suivant le contenu proposé. La présentation pourra se faire en français ou en anglais et ne devra pas dépasser 40 minutes.

Appel Accédez à l’appelTélécharger Informations pratiques

Les propositions de contribution peuvent être rédigées en anglais et en français. Elles devront être adressées par mail à l’adresse hitlab@montpellier.archi.fr en format pdf (max. 6 MB) avant le 30 Septembre 2021.
Il est accepté différents types de contributions. Il peut s’agir de travaux de recherche tournés vers l’architecture. Mais il peut également s’agir de démarche ou processus de projet architectural ayant une dimension expérimentale ou prospective. Cela inclus des projets architecturaux, réalisés ou non, présentant une posture pertinente sur les thématiques du colloque.

[Visio-conférence] « Le Shinjuku Gyoen, laboratoire du paysagisme franco-japonais » / de Yoko MIZUMA et avec Nicolas Fiévé et Frédéric Pousin (IPRAUS/AUSser) – Maison de la culture du Japon (Paris) – 11 juin 2021

Mercredi 09 juin 2021

Le vendredi 11 juin 2021 à 19h aura lieu, sur place et en ligne à la Maison de la culture du Japon (Paris), la conférence de Yoko MIZUMA « Le Shinjuku Gyoen, laboratoire du paysagisme franco-japonais / 新宿御苑‐日仏の景観学のラボラトリー »
En partenariat avec le Festival de l’Histoire de l’Art

Assister à la conférence en ligne : https://zoom.us/j/98287028141 
Réservation pour venir sur place : https://mcj.shop.secutix.com/selection/event/date?productId=10228372353008

Accédez à l’annonce : Shinjuku Gyoen

Présentation

Le Shinjuku Gyoen, poumon vert de Tokyo, est l’un des plus grands parcs de l’agglomération avec ses 58 hectares de verdure en plein coeur de la ville. 

Grâce à l’exemple de la transformation du jardin impérial Shinjuku gyoen en parc public, la chercheuse Yoko Mizuma expliquera comment l’art du paysage français de la fin du XIXe siècle a été introduit au Japon et comment les paysagistes japonais y ont puisé un certain nombre de leurs techniques et de leurs principes paysagers. 

Une discussion avec Nicolas Fiévé et Frédéric Pousin (IPRAUS/AUSser), spécialistes respectivement du Japon et de la France en matière de ville, jardin, d’architecture et de paysage donnera l’occasion de parler plus en détail des transferts de savoirs entre ces deux pays, des visites de Japonais à Versailles au XIXe ou encore de l’invention du concept de parc au Japon. 

Yoko Mizuma

– Post-doctorat à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, Chercheuse attachée au LAREP à l’École Nationale Supérieure du Paysage
– Membre du centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale 
– Ingénieure au Labex Futurs Urbains à l’Université Gustave Eiffel 

[Visio-conférence] Séminaire IGP de l’année 2021/2021 : « Atelier Paris-Moscou : Planifier le Grand Moscou post-soviétique » – 8 juin 2021

Mardi 08 juin 2021

La première séance du Séminaire IGP de l’année 2021/2021Atelier Paris-Moscou : Planifier le Grand Moscou post-soviétique (organisée par Élisabeth Essaïan (IPRAUS/AUSser) et Alessandro Panzeri) se tiendra le mardi 8 juin 2021 de 9h30 à 18h

Compte-tenu de la situation sanitaire, le séminaire sera retransmis via un dispositif de visio-conférence : https://zoom.us/j/97881421142?pwd=OHZSeFBEdnhYNlpSOHRLdVExMkJJQT09

Contacts : Yoko Mizuma (yoko.mizuma@enpe.fr), Élisabeth Essaïan (lizessaian@gmail.com), Alessandro Panzeri (ale.panzeri.archi@gmail.com)

Intervenants

Aurore Chaigneau (Université Paris Nanterre, CEJEC), Olga Vendina (Institut de Géographie, Moscou), Alexandre Skokan (bureau Ostojenka, Moscou), Ilia Zalivoukhine (Jauzaproject, Moscou), Paola Viganò (EPFL, Lausanne), Jean-Louis Cohen (Institute of Fine Arts, New-York)

Présentation

La dernière séance du Séminaire IGP 2020/2021 sera dédiée à l’Atelier Paris-Moscou qui s’inscrit dans le chantier de recherche du groupe IGP : Ateliers des métropoles.

S’intéressant au cas de la ville de Moscou à travers la spécificité de son héritage politique, social, économique et morphologique, cette journée interrogera à la fois l’évolution de l’aménagement territorial de Moscou depuis la dissolution de l’URSS en 1991 et le renouveau de Paris en tant qu’un des modèles de cet aménagement. Dans un cadre juridique de nationalisation du sol, le passage vers la privatisation et l’ouverture à l’économie de marché a engendré des processus d’appropriation et de découpage du sol dont les logiques échappent à la compréhension et la catégorisation immédiates. Ceci a également eu un impact sur la structuration du milieu professionnel qui tout en permettant l’émergence des agences d’urbanisme et d’architecture en exercice libéral, maintien des liens forts avec les structures étatiques héritées de la période soviétique, telles l’Institut du Genplan. Ce changement a enfin conduit à sortir d’une commande nationale. Depuis le début des années 2000, des professionnels occidentaux de renom (Willemotte, Herzog & De Meuron, Rem Koolhaas, etc…) sont ainsi appelés pour réaliser des projets iconiques et participer à de grandes consultations internationales.

La séance se structurera autour de deux thématiques majeures : l’économie du sol et le projet du Grand Moscou à l’horizon 2035.

Dans le premier thème, il s’agira d’interroger les répercussions urbaines et architecturales du passage de la nationalisation à la privatisation du sol.

Comment la valeur du sol, révélée, a dessiné de nouvelles hiérarchies, inégalités spatiales et enjeux d’aménagement ? Comment et sur quelle base a été conduit le nouveau cadastrage du territoire moscovite au début des années 1990 ? Dans quelle mesure la variété des tissus urbains hérités de l’époque soviétique a-t-elle soulevé des difficultés et des situations de découpage inédites ? Quelles nouvelles formes et dimensions de découpage et d’unités bâties en ont résulté et dans quelle mesure les architectes en font une nouvelle matière à projet ?

Le second thème portera sur le projet du Grand Moscou, interrogé à la fois sous le prisme de sa gestion et celle de l’apport des modèles internationaux.

Comment est structurée la commande publique dans la Moscou contemporaine et quelle est la nature des relations entre les ateliers d’État (notamment l’Institut du Genplan) et les structures privées ? De quelle nature est l’apport des grands projets métropolitains internationaux tant dans la structuration de la consultation du Grand Moscou de 2012 que dans les thématiques dégagées pour le développement de la métropole pour 2035 ? Dans quelle mesure la consultation de 2012 s’est-elle inspirée de la consultation du Grand Paris (2008/2009) ? Quels échanges ont été établis entre les acteurs français et les acteurs russes pour le montage de cette consultation ? De quelle manière ce processus s’inscrit-il dans la circulation des modèles à l’international au début du XXIe siècle ?

Pages