Actualités du carnet de veille d'AUSser

S'abonner à flux Actualités du carnet de veille d'AUSser
Architecture Urbanisme Société : Savoirs, Enseignement, Recherche
Mis à jour : il y a 2 heures 10 min

EAUH2020 & COVID-19

Lundi 23 mar 2020
The 15th International Conference on Urban History, which will take place in Antwerp from 2 to 5 September 2020.

Access website: EAUH2020

Europe and the world are now under intense pressure from the COVID-19 pandemic. Conferences catering for large audiences in the near future, such as recently ESSHC in Leiden, are either cancelled or postponed. For EAUH 2020 taking place in Antwerp only in September, it is for the moment too early to tell. The local and international organization committees are monitoring developments regularly and they will decide, depending on the circumstances and previsions at the latest in the beginning of May.

Because we want all conference delegates to be able register in all tranquility and in well-informed conditions, we have decided that the early-bird registration period will be prolonged from 15 May to 1 July 2020. We also want to stress that in the unlikely event of a postponement or cancellation in May of the September conference because of the pandemic, all fees paid by delegates before the decision to cancel or postpone, will be returned fully. For the moment, we are confident that the conference will take place as scheduled and we are looking forward to seeing you all at the Conference in Antwerp.

Peter Stabel (on behalf of the local and international organizing committees).

Call for Papers: And yet it moves: ethics, power and politics in the stories of collecting, archiving and displaying of drawings and models. Architecture & Culture, Volume 9, Issue 3 (deadline: 1 may 2020)

Lundi 23 mar 2020

Special issue guest edited by Federica Goffi (Carleton University, Canada) and Mary Vaughan Johnson (Kingston University, UK)

Website: Architecture & Culture, Volume 9/Issue 3

Architectural drawings and models are instruments of imagination, communication, and historical continuity. The role of drawings and models, their ownership, placement, and authorship in an age of incessant digital reproduction deserve careful consideration. Despite them being the first handiwork of the architect, not enough attention is given to discussions about the sites of drawing activity, or to the matter of housing them after construction, which is essential to the active relations between drawing and buildings, building and drawings in the edifying process that takes place after the buildings are built.

Robin Evans outlined the translational gap between drawings and buildings. Yet, translation does not end when buildings are built, and drawings and models are transferred to the places where their afterlives unfold. Importantly, what then emerges is that the epistemic relations that take place in the thereafter of construction are context dependent. This call asks to reflect on the role, practices, power relations, political negotiations and agency of archival locations as sites of knowledge construction and cultural production questioning the lives of drawings and models after construction. Considering that the Latin word translationem indicated a physical transporting, this call questions the relevance of ‘translations from place to place’ —when mobile architecture media move between offices, buildings, archives, websites and exhibition spaces finding renewed significance;3 these planned acts result from decisions leading to changes in meaning.

Informations

The full call for papers with a synopsis of the themes the authors could address, the instructions for authors, and the link for submitting a paper are available here.

Deadline for submissions: 1 May 2020

If you have any queries, please contact the Guest Editors: Federica Goffi federicagoffi@cunet.carleton.ca and Mary Vaughan Johnson m.v.johnson@kingston.ac.uk

Call for Papers: Sense of Past and Sense of Place. Designing Heritage Tourism. Venice, 14-16 September 2020 (deadline: 27 march 20202)

Lundi 23 mar 2020
coordinators and organized by

coordinators : Mauro Marzo, Viviana Ferrario, Viola Bertini, Università Iuav di Venezia, Dipartimento di Culture del progetto
organized by Università Iuav di Venezia, Dipartimento di Culture del progetto

Website: Sense of Past and Sense of Place

call for papers

In all its multiple meanings the word heritage refers to what we inherit from the past, both in material and immaterial sense.

Some authors speak about heritage as a sense of past, meant as a form of past self-awareness, as a collective experience and as an essential dimension of a culture. Some other authors believe that the idea of heritage deals with the ability to put the contemporary human signs into an historical perspective, so developing a sense of place, that is the place’s value and meaning.

Therefore, heritage can be intended as sense of past and sense of place together.

The heritage’s existence itself lies in the ability to read/interpret the sense of belonging of something inherited from the past to a specific place, as well as in the shared need to preserve and deliver it to future generations.

Heritage is one of the main drivers of contemporary tourism. The World Tourism Organization estimates that 40 percent of global journeys are cultural ones. The WTO itself defines cultural tourism as “a type of tourism activity in which the visitor’s essential motivation is to learn, discover, experience and consume the tangible and intangible cultural attractions/products in a tourism destination. These attractions/products relate to a set of distinctive material, intellectual, spiritual and emotional features of a society that encompasses arts and architecture, historical and cultural heritage, culinary heritage, literature, music, creative industries and the living cultures with their lifestyles, value systems, beliefs and traditions” (WTO, 2017). The term Heritage Tourism is meant to define that particular field of cultural tourism characterized by the interest in the specific heritage of a tourist destination, whether the heritage is material or immaterial, natural or cultural, minor or exceptional, already safeguarded or not.

In different ways, Heritage Tourism can be an important development engine and a crucial element in urban regeneration processes, but also a risk factor for the heritage and places’ preservation.

Starting from an idea of heritage meant as sense of past and sense of place, the conference intends to reflect on Heritage Tourism. The knowledge of places and the designing perspective, at the architectural, urban and landscape scale, are considered interpretative keys for reading the potentialities as well as the critical issues linked to touristic heritage fruition. Can the architectural project offer new ways to interpret, read and understand heritage and heritagisation processes? How working on heritage in order to make it accessible without endangering it? What are the research tools and the designing operations we should rely on in order to strengthen the relationships between heritage and context? How can the architect’s gaze contribute to enhance places characterized by the presence of heritage, answering to the multiple and various needs demanded by locals and tourists?

Participants in the conference, through theoretical contributes as well as case-study presentations, will have the chance to discuss the forms the project may assume at the various scales in relation with the touristic fruition and promotion of places involved in heritagisation processes.

Call for Papers: gta Doctoral Workshop 2020. Zurich, 13-14 October 2020 (deadline: 15 may 2020)

Lundi 23 mar 2020

The gta Doctoral Workshop will be held within the framework of the Doctoral Program in the History and Theory of Architecture at the Department of Architecture, ETH Zurich, https://doctoral-program.gta.arch.ethz.ch/.

Interested PhD candidates should send the application electronically (in PDF format, no larger than 10 MB) by 15 May 2020, midnight Central European Time, to the email address: doctoral-program@gta.arch.ethz.ch. For organisational queries, please contact the event organiser, Dr. Irina Davidovici, at doctoral-program@gta.arch.ethz.ch.

The gta Institute for the History and Theory of Architecture at ETH Zürich is organising the third biennial gta Doctoral Workshop on 13–14 October 2020. This event offers a selected group of international PhD candidates a forum to present new research in the history, theory and criticism of architecture, urbanism and landscape architecture, and other architecture-related domains. In line with gta’s conception as mediator between architectural theories and practice, histories and the present, we invite systematic, in-depth proposals that situate architecture in its historical, cultural and ideological contexts. The workshop seeks to review and expand established narratives by examining not only built environments and their architectural authors, but also the alternative agencies, knowledge transfers and supply chains that buttress their production. Contributions highlighting conceptual, disciplinary or geographical intersections are particularly welcome.

The workshop will consist of 8-10 presentations on selected topics, presented by invited doctoral candidates from international universities. We invite expressions of interest for 20-minute presentations, which may consist of a critical précis of hypotheses and conclusions, one detailed case study, or the application of research methodologies. The successful proposals will be framed by discussions with appointed respondents in moderated thematic sections. The papers, presentations and discussions will take place in English.

Call for Papers: The Architecture of Gottfried Böhm. Aachen, 30 October 2020 (deadline: 15 april 2020)

Lundi 23 mar 2020
Current Research Approaches and Perspectives on the Architecture of Gottfried Böhm – An International Architectural History Study Day on the Occasion of Gottfried Böhm’s 100th Birthday

Access website: The Architecture of Gottfried Böhm

The Faculty of Architecture at RWTH Aachen University is celebrating the 100th birthday of its former professor Gottfried Böhm with the joint event “Ein Tag Böhm”. An exhibition of student projects will document how the engagement with Böhm’s work continues to foster creativity. At the same time, an international study day will address the comprehensive work of the Pritzker Prize laureate from an architectural and historical perspective. While Gottfried Böhm’s buildings of the 50s and 60s are well-established subjects to scholarly analysis and reflection, in recent years, architectural historians began to examine Böhm’s works of the 70s, 80s and 90s.

The study day aims for an overview of current research approaches and perspectives. The organizers particularly like to invite emerging architectural historians to present their ideas and methodologies of how to analyse and interpret the work of Gottfried Böhm.

A wide range of perspectives may be addressed: monographic studies are just as welcome as overarching examinations or attempts of contextualisation. Contributions can approach the urban scale as well as the architectural detail. Furthermore, participants may focus on planning processes or questions of materialisation and perception.

For our study day at Aachen’s Faculty of Architecture, the organizers would particularly like to invite researchers to take a genuine architectural look at Gottfried Böhm’s work, contemplating, for instance, Böhm’s specific understanding of architecture as an “order of elementary experiences in space” (Jan Pieper, Bauwelt 4/2010). How does Gottfried Böhm incorporate shadow and light, compression and expansion in his architecture? How does he accommodate a tactile experience in his buildings? How are people guided through spaces, for instance, via thresholds and framed views? In what ways did Böhm achieve a symbolic and meaningful representation of functional circulation patterns?

Please submit your abstract (max. 3.500 characters, spaces included) for a 20/25-minutes presentation, as well as your CV and contact details, to the following e-mail address by 15 April 2020 at the latest: naujokat@ages.rwth-aachen.de
Please use the following subject line: “Böhm 2020 AC Last Name”.

Contributions will be selected by 1 May 2020.
The organisers endeavour to cover travel costs for all participants.

Call for Papers: coldWARchitectures. Stuttgart, 29-30 October 2020 (deadline: end of april)

Lundi 23 mar 2020
International Symposium, University of Stuttgart

Access website: coldWARchitectures

Shortly after WW II George Orwell criticized the complete change of world order after the atomic destruction of Hiroshima and spoke of a cold war between the USA and the Soviet Union. Since then a vast majority of historical accounts considers the year 1945 the most important break, which is of course also true for post-war-architectural history. Nonetheless, its political interests in planning and in (re-) building was rather on local and symbolic towns and projects, such as Berlin and Vienna, or on outstanding iconic cases.

Three major fields of research are on dialogue at this international symposium:
– First, the writing of architectural history and its dominant, competing and developing narratives from 1948 (two German states) until 1975 (Helsinki OSCE contract) or 1989/90 with the end of GDR. Questions about diverse and sometimes programmatic reinterpretations of early modern architecture arise in this area.
– Second, the built environment effected by military and economic block-confrontations on all levels of civil engineering and architecture, be they symbolic and well known in their own time or hidden infrastructures.
– Third, consequently we are interested in a critical and methodological development of alternative perspectives or meta-narratives for an architectural history of the past decades. How can we negotiate shifts such as decolonisation (global south), possible conflicts between globalisation and regionalism, modernist architecture in times of climate change?

Concerning No. 1: Many books after 1945 present the International Style of 1932 in a way specific to either western (NATO), or eastern architecture (Warsaw-Pact). How did both sides propagate their seemingly proper architecture as progressive, social and politically informed? What narratives did euro-communist or socialist countries develop?

Concerning No. 2: The Berlin wall is, albeit wrong denomination of material, the outstanding symbolic structure of the iron curtain and synonym of the cold war. Concrete is epoch’s cold material number one (Forty 2017). How can we reconsider projects of reconstruction and post-war-infrastructures such as Airports, channels and motorways (i.e.) in regard to either war-exigencies or expressions of new political ideals? How do new cybernetic criteria in the atomic age change planning- and design-principles and its public understanding? Have independent states been looking for autonomous directions or shared one of the models for a while? Did buildings sustain and symbolise overall societal or economic goals? What is the status of a “programmatic unknown” (Kultermann 1985) in architecture, in its history or communications?

Concerning No. 3: Do post-war-historiographies offer any points of linkage or epistemes for current methodological approaches, or even provocations, such as “learning from Lagos” (Rem Koolhaas)? What sorts of critical reflection on habitat and ways of living are preconceived and relevant in our days of climate change? Here we would welcome a critical advancement of research beyond “progress” or “influence”: perspectives opened by decolonisation (global south etc.), which relations between globalisation and regionalism are worth reconsideration? If West and East exported ideologically burdened architectural concepts to so-called developing countries, did they eventually later have an echo in countries of origin?

This symposium takes place in the process of archiving and investigating the heritage of Jürgen Joedicke, founding director of the Institute for the History and Theory of Modern Architecture in 1968, which is since 2018 part of the Archive of the University of Stuttgart (SN 84). He was a critique of Modern Architecture since the late 1950s and his “History of Modern Architecture” of 1958 gained international success, forming a developmental understanding.

coldWARchitecture invites theorists and historians of architecture, architects and researchers from related fields. Furthermore, we want to welcome established specialists along with young scholars from different countries and backgrounds. For the sake of lively discussions, the contributions should be no longer than 30 minutes, either English or German. Passive knowledge of German is required, though.

The symposium is co-organised by Wüstenrot Stiftung, Ludwigsburg; a publication of unpublished contributions is considered.

Please apply including short proposal and CV (one page each, one word doc.) until end of April, via e-mail to klaus.philipp@ifag.uni-stuttgart.de , katharina.stolz@ifag.uni-stuttgart.de or christian.voehringer@ifag.uni-stuttgart.de

Paru : “Atlas de l’Anthropocène” / François Gemenne, Aleksandar Rankovic, Presses de Sciences Po, 2019

Jeudi 19 mar 2020

“Atlas de l’Anthropocène” / François Gemenne, Aleksandar Rankovic, Presses de Sciences Po, 2019, 1 Vol. (164 p.), ISBN-13 : 9782724624151

Accédez au site éditeur : Atlas de l’Anthropocène

Résumé éditeur

Changement climatique, érosion de la biodiversité, évolution démographique, pollution atmosphérique, détérioration des sols, catastrophes naturelles, accidents industriels, crises sanitaires, mobilisations sociales… Voici le premier atlas réunissant l’ensemble des données sur la crise écologique de notre temps.

« Atlas, dans la mythologie, représente un géant capable de tenir la Terre sur ses épaules sans en être écrasé. Mais quand Gérard Mercator publie en 1538 ce qu’il décide d’appeler un Atlas, le rapport des forces s’est complètement inversé : un “Atlas” est un ensemble de planches, imprimées sur du papier, quelque chose que l’on feuillette et que le cartographe tient dans sa main ; ce n’est plus la Terre que l’on a sur le dos et qui nous écrase, mais la Terre que l’on domine, que l’on possède et que l’on maîtrise totalement. Près de cinq siècles après, voilà que la situation s’inverse à nouveau : paraît un “Atlas” qui permet aux lecteurs de comprendre pourquoi il est tout à fait vain de prétendre dominer, maîtriser, posséder la Terre, et que le seul résultat de cette idée folle, c’est de risquer de se trouver écrasé par Celle que personne ne peut porter sur ses épaules. » Bruno Latour

Paru : “Anachronismes urbains” / Jean-Marc Offner, Les Presses de Sciences Po, mars 2020

Jeudi 19 mar 2020

“Anachronismes urbains” / Jean-Marc Offner, Les Presses de Sciences Po, mars 2020, 1 Vol. (152 p.), EAN 13 : 9782724625257

Accédez au site de l’éditeur : Anachronismes urbains

Résumé éditeur

Pour résoudre les problèmes de mobilité : le transport collectif !
Contre la crise du logement : tous propriétaires !Il faut lutter contre l’étalement urbain !
Pas de vivre-ensemble sans mixité résidentielle !
La proximité refonde les liens sociaux et politiques !
Pour mieux gérer les territoires, changeons leur périmètre !
L’architecture fait la ville !
Ces croyances d’un autre âge appartiennent à la France des Trente Glorieuses, qui se voyait encore rurale et opposait la ville à la campagne. Elles ignorent les réalités d’un XXIe siècle urbain, mobile, connecté, et sont inadaptées aux exigences environnementales. Érigées en dogmes, elles continuent pourtant de gouverner les villes et les territoires.
Jean-Marc Offner les déconstruit une à une pour nous permettre de penser la ville de demain.

Appel à candidature : “Bourses Robert Klein 2021” (date limite : 5 avril 2020)

Jeudi 19 mar 2020

L’Institut national d’histoire de l’art et la Villa Finaly en partenariat avec le Kunsthistorisches Institut in Florenz – Max-Planck-Institut, ouvrent l’appel à candidature pour la sélection des boursiers Robert Klein 2021.

Pour la troisième année consécutive, l’Institut national d’histoire de l’art, la Villa Finaly et le Kunsthistorisches Institut in Florenz – Max-Planck-Institut vont attribuer deux bourses de recherches de niveau postdoctoral nécessitant l’accès aux institutions florentines.

Accédez à l’annonce : Bourses Robert Klein 2021

Ces bourses sont destinées aux chercheurs en histoire de l’art, français ou étrangers, souhaitant se rendre à Florence pour y effectuer une recherche dans les institutions locales. Les candidats doivent être titulaires d’un doctorat ou être conservateurs du patrimoine.

Le montant de la bourse, revalorisée en 2019, s’élève à 3000 €. Les lauréats sont logés à la Villa Finaly pour une durée à déterminer (participation de 25 € par jour au titre des frais d’entretien, en sus de la taxe de séjour de la ville de 3€ par nuit et par personne dans une limite de 7 nuitées consécutives). La Villa ne peut recevoir les boursiers qu’entre le 7 janvier et le 31 mars ou entre le 1er novembre et le 15 décembre.

Commission de sélection

La commission de sélection est composée d’un représentant de l’INHA, d’un représentant de la Villa Finaly, d’un membre en provenance des Universités de Paris (la Villa Finaly est la propriété des universités de Paris), d’un représentant du Kunsthistorisches Institut in Florenz – Max-Planck-Institut et d’une personnalité extérieure choisie conjointement et d’un commun accord. La commission se réunit une fois par an pour choisir les lauréats de l’année suivante.

Dossier de candidature

Les dossiers de candidature pour la sélection 2021 doivent être déposés en ligne sur la plateforme de l’INHA ICI au plus tard le 5 avril 2020 avant minuit. Seules les candidatures déposées en ligne sur la plateforme de l’INHA seront prises en compte.

[En ligne] : Vidéos et audios – Cycle de rencontres Campagnes urbaines – septembre 2019 – mars 2020

Lundi 16 mar 2020

Regardez, écoutez les vidéos et audios des rencontres du cycle “Campagnes urbaines” qui ont eu lieu entre septembre 2019 et mars 2020 : cliquez ici

Accès direct Présentation de ces rencontres

Encore abondamment évoquée, l’idée d’un « étalement urbain » est loin de rendre compte de la réalité et de la diversité dont procède aujourd’hui l’urbanisation des campagnes urbaines (terme inspiré d’un rapport de la DATAR qui comporte les “campagnes des villes, du littoral et des vallées urbanisées” et les “campagnes agricoles et industrielles”). Il est indéniable que l’artificialisation et la fragmentation des sols se poursuivent mais elles sont davantage le fait des zones commerciales et de logistique que des quartiers pavillonnaires. Qu’en conclure quant à l’efficacité de la législation, de la réglementation et des outils d’urbanisme ? Et puis, densifier, soit, mais jusqu’où ? À trop le faire ne prive-t-on pas les urbains d’espaces naturels voire d’espace tout court ? La densification ne trouverait-elle donc pas son sens dans un juste équilibre avec son envers, la « dédensification » qui favorise les jardins domestiques et la biodiversité ? Et dans quelle mesure ces questions sont-elles spécifiques à la France ? Qu’en est-il de nos voisins européens ?

Telles sont quelques-unes des questions abordées dans Densifier/Dédensifier, Penser les campagnes urbaines, un ouvrage issu d’un programme de recherche du Plan urbanisme construction architecture et publié sous la direction de Béatrice Mariolle (IPRAUS/AUSser) et Jean-Michel Léger (IPRAUS/AUSser). Questionnements également évoqués dans le cadre des ateliers périurbains du ministère de la Transition écologique et solidaire dont les enseignements sont consignés dans un second ouvrage Le périurbain, espace à vivre, sous la direction de Florian Muzard et Sylvain Allemand. Ces ouvrages serviront donc de support à ce cycle de conférences, à travers toute la France, à chaque fois en croisant les regards de contributeurs avec des acteurs locaux, de différents horizons disciplinaires ou professionnels.

Ces séances permettront d’esquisser des propositions d’actions concernant le devenir des campagnes urbaines notamment en termes d’occupation et de recyclage des sols, de production agricole, de politiques d’aménagement, de modèles de transition et de coopérations interterritoriales.

[En ligne] : “Les déterminants du choix modal : synthèse des connaissances scientifiques” / Etude de l’Institut Paris Région, février 2020

Lundi 16 mar 2020

Etude de l’Institut Paris Région en ligne : “Les déterminants du choix modal : synthèse des connaissances scientifiques” / Jérémy Courel et Lucien Deguitre, Institut Paris Région, février 2020, 1 Vol. (81 p.)

Accédez au document en ligne : Les déterminants du choix modal

Résumé

Voiture ou train ? Vélo ou bus ? Trottinette ou marche ? Le choix du mode de déplacement s’inscrit dans un enchevêtrement décisionnel relativement complexe, sans doute plus encore aujourd’hui avec la multiplication des offres de services de mobilité. Ce rapport a pour objet de faire le point sur l’état des connaissances scientifiques accumulées sur cette question et de les synthétiser. Identifier les déterminants du choix modal a pour principal intérêt de pouvoir mieux comprendre les pratiques des individus, d’anticiper leurs évolutions et ainsi d’accompagner les politiques publiques de transport et de mobilité. d’un individu à l’autre. Psycho-sociologie et représentations, modes de vie et caractéristiques individuelles peuvent influencer de manière radicale les manières de se déplacer en général et le choix modal en particulier. Par essence multifactoriels, ces déterminants sont souvent difficiles à appréhender et leur impact hasardeux à quantifier. En revanche, il est indispensable de tenir compte de ces différents facteurs « individuels »  car les négliger fait prendre le risque de faire des choix stratégiques de politique de transport qui ne porteront pas leurs fruits autant que l’on pouvait l’espérer voire tout simplement échoueront.
Les déterminants du choix modal ont été classés en 6 groupes : caractéristiques objectives des modes ; environnement ; psycho-sociologie et représentations ; modes de vie ; caractéristiques individuelles et politiques publiques. Le choix modal n’est jamais le simple résultat d’un raisonnement purement rationnel, fondé sur le temps de parcours ou le coût financier. Si ces deux critères sont des facteurs clés du choix, ils ne sont jamais suffisants à expliquer seuls la décision. Plus intéressant encore, la manière d’appréhender ces critères « objectifs » par les individus est tout à fait subjective : la valeur du temps varie selon les individus et les circonstances, le coût financier d’un déplacement est rarement évalué précisément et n’intègre pas les mêmes paramètres d’un individu à l’autre. Psycho-sociologie et représentations, modes de vie et caractéristiques individuelles peuvent influencer de manière radicale les manières de se déplacer en général et le choix modal en particulier. Par essence multifactoriels, ces déterminants sont souvent difficiles à appréhender et leur impact hasardeux à quantifier. En revanche, il est indispensable de tenir compte de ces différents facteurs « individuels »  car les négliger fait prendre le risque de faire des choix stratégiques de politique de transport qui ne porteront pas leurs fruits autant que l’on pouvait l’espérer voire tout simplement échoueront.
La question des liens entre transport et urbanisme figure parmi les plus importantes que nous ayons présentées dans ce rapport. Cela nous renseigne sur l’impact des choix passés en matière d’aménagement (au sens large, et pour la voirie) sur les choix d’aujourd’hui en matière de mobilité, et nous alerte sur l’importance de faire aujourd’hui les bons choix pour le futur. Nous montrons également que les politiques publiques de mobilité fonctionnent et peuvent produire des résultats, parfois même à court terme. Mais pour cela, il faut d’une part les envisager comme un ensemble cohérent et non comme un empilement de mesures déconnectées les unes des autres. Et d’autre part, il faut les inscrire dans le contexte dans lequel elles s’appliquent, ce qui revient à prendre en compte les facteurs environnementaux et les paramètres individuels.
Le travail présenté ici n’a pas la prétention d’avoir épuisé le sujet des déterminants du choix modal. Il permet néanmoins d’en avoir une vision relativement détaillée et diversifiée à la date d’aujourd’hui. Cette synthèse peut permettre d’éclairer les politiques publiques qui entendent modifier les comportements de mobilité notamment pour tenir compte des impératifs sociaux et écologiques auxquels nous faisons face aujourd’hui.

Paru : “La contre-culture domestiquée : art, espace et politique dans la ville gentrifiée” / Luca Pattaroni (éditeur scientifique), Métispresses, février 2020

Lundi 16 mar 2020

“La contre-culture domestiquée : art, espace et politique dans la ville gentrifiée” / Luca Pattaroni (éditeur scientifique), Métispresses, février 2020, 1 Vol. (296 p.), Collection vuesDensemble, ISBN 978-2-940563-57-9

Accédez au site éditeur : La contre-culture domestiquée

Résumé éditeur

Longtemps moteurs de la contestation des modèles de développement urbain et foyer d’expérimentations artistiques, les milieux de la culture alternative sont aujourd’hui amplement intégrés aux formes contemporaines de production de la ville. Examiner la genèse et les enjeux contemporains de ce renversement permet de comprendre les ambiguïtés propres aux villes européennes qui voient les derniers espaces de liberté et de créativité disparaître à mesure que progresse la gentrification.
Pour étudier cette institutionnalisation des contre-cultures, l’ouvrage s’appuie sur une série d’études de terrain à Genève, Lisbonne et Ljubljana qui met en lumière un nouveau régime de «post contre-culture», dans lequel questions urbaines et culturelles sont désormais indissociables. 
La contre-culture domestiquée  propose ainsi un regard inédit sur les métamorphoses spatiales et politiques des villes européennes et interroge en particulier l’aporie de la «ville créative» qui proclame la réconciliation entre la culture et l’économie, alors même qu’elle exclut physiquement les franges les plus marginales et radicales des mondes de l’art et de la société civile.

Auteurs

Textes de Leticia Carmo, Guillaume Drevon, Thierry Maeder, Luca Pattaroni, Yves Pedrazzini, Mischa Piraud et Emmanuel Ravalet.

Paru : “La sociologie française : sociogenèse d’une tradition nationale” / Johan Heilbron, CNRS éditions, mars 2020

Lundi 16 mar 2020

“La sociologie française : sociogenèse d’une tradition nationale” / Johan Heilbron, CNRS éditions, mars 2020, 1 Vol. (338 p.), Collection “culture et société”, EAN : 9782271119230

Accédez au site éditeur : La sociologie française

Résumé éditeur

Si la sociologie, comme la photographie ou encore l’art de l’essai, est bien une invention française, il faut encore reconnaître que les chercheurs français n’ont pas seulement été les pionniers de la discipline, tels Auguste Comte et Émile Durkheim : ils ont également contribué, par leurs efforts collectifs, à produire une véritable tradition intellectuelle particulièrement féconde. Mais qu’est-ce que partagent des sociologues aussi divers que Raymond Aron, Pierre Bourdieu, Bruno Latour ou encore Luc Boltanski, par exemple, qui appartiennent à des générations différentes, et représentent des courants intellectuels et des styles de travail tout à fait distincts ?
Johan Heilbron présente ici une vue d’ensemble unique sur la plus ancienne et l’une des traditions nationales les plus vivantes de la sociologie. Il s’attache à retracer son évolution depuis ses débuts, à l’orée du XIXe siècle,jusqu’à son expansion à la fin du XXe siècle. Présentant de nouvelles interprétations de la manière dont des penseurs comme Émile Durkheim et son groupe de collaborateurs ont redéfini la discipline et ont contribué au renouvellement d’autres sciences humaines, le livre de Heilbron constitue une étude sociologique novatrice et un ouvrage de référence pour l’histoire des sciences sociales.

Paru : “Pour la recherche urbaine” / coordonné par Félix Adisson, Sabine Barles, Nathalie Blanc, Olivier Coutard, Leïla Frouillou, CNRS édition, mars 2020

Lundi 16 mar 2020

“Pour la recherche urbaine” / coordonné par Félix Adisson, Sabine Barles, Nathalie Blanc, Olivier Coutard, Leïla Frouillou, CNRS édition, mars 2020, 1 Vol. (448 p.), EAN : 9782271132604

Accédez au site éditeur : Pour la recherche urbaine

Résumé éditeur

L’urbanisation à l’échelle planétaire et la conscience croissante des problèmes écologiques font de l’« urbain » un objet privilégié pour l’action publique et la recherche. C’est en effet grâce à la perspective urbaine que nous parvenons aujourd’hui à une meilleure compréhension des sociétés contemporaines et des milieux de vie.
En articulant les dimensions sociales, écologiques, politiques et matérielles, les recherches actuelles apportent de nouvelles connaissances sur les théories et définitions de l’urbain, les populations urbaines et la production de leur cadre de vie. Les enjeux sont de taille. Ils touchent à la qualité de vie des citadins et à la forme de nos sociétés : diversification des populations, accroissement des inégalités, recompositions des flux, des échelles et des pouvoirs urbains, changements de l’environnement planétaire, etc.
Le présent ouvrage, qui repose sur un important travail collectif sur les villes des Nords et des Suds, propose un panorama engagé de ces enjeux présents et, surtout, à venir pour la recherche urbaine.

Auteurs

Ouvrage coordonné par Félix Adisson, maître de conférence à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée et chercheur au LATTS ; Sabine Barles, professeure à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et chercheuse à l’UMR Géographie-Cités ; Nathalie Blanc, directrice de recherche au CNRS et chercheuse au LADYSS ; Olivier Coutard, directeur de recherche au CNRS et chercheur au LATTS ; Leïla Frouillou, maîtresse de conférence à l’Université Paris Nanterre et chercheuse au CRESPPA ; Fanny Rassat, docteure de l’Université de Paris et chercheuse au LADYSS.

Paru : “Mesure et démesure des villes” / Thierry Paquot, CNRS éditions, mars 2020

Lundi 16 mar 2020

“Mesure et démesure des villes” / Thierry Paquot, CNRS éditions, mars 2020, 1 Vol. (320 p.), EAN : 9782271132352

Accédez au site éditeur : Mesure et démesure des villes

Résumé éditeur

Y a-t-il une « juste taille » des villes et une « bonne échelle » des territoires de notre existence ? Les métropoles actuelles, lancées dans une extension sans limites, encombrées de gratte-ciel et de centres commerciaux, sont-elles la solution ? Faudra-t-il privilégier des villes plus petites ?
Depuis Platon, avec sa cité idéale de 5040 foyers, jusqu’à Ivan Illich, nombre de philosophes et d’intellectuels se sont penchés sur ces questions de la taille des villes, de leur mesure. Au-delà des statistiques, c’est bien une question existentielle et politique qui se pose à chacun d’entre nous.
Dans cet essai foisonnant, Thierry Paquot entrelace démographie, histoire, urbanisme, écologie et nous guide dans le labyrinthe des idées et des expérimentations : naissance et croissance des cités, utopies phalanstériennes de Fourier, garden-city d’Ebenezer Howard, shrinking cities américaines… Il nous initie aussi à la pensée de théoriciens souvent méconnus en France (Kohr, Schumacher, Bookchin, Bairoch, Magnaghi, Sale…), parmi lesquels les partisans du small is beautiful ou des biorégions.
Périple intellectuel et bibliographique, cet ouvrage propose des pistes concrètes pour définir une urbanité nouvelle, libre, respectueuse des humains et du monde vivant, des temps et des territoires.

Bourses post-doctorales japonaises pour longs séjours scientifiques (date limite : 2 avril 2020)

Lundi 16 mar 2020
Texte de l’appel

La Société Japonaise pour la Promotion de la Science (JSPS) propose pour cet appel 5 boursespostdoctorales pour des séjours d’une durée de 12 mois à 24 mois afin de permettre à de jeunes chercheurs d’effectuer un stage de recherche dans un laboratoire japonais sous la direction du chef de laboratoire, et d’étendre leurs relations et les possibilités d’échanges sur le plan international.

Accédez au texte : bourses post-doctorales japonaises

Instruction aux candidats

Accédez aux instructions : cliquez ici

Date limite de candidature : 2 avril 2020

[En ligne] : “Cimetières et patrimoine funéraire. Etude, protection, valorisation” / Isabelle Duhau, Guénola Groud, Ministère de la culture, 2020

Mercredi 11 mar 2020

“Cimetières et patrimoine funéraire. Etude, protection, valorisation” / Isabelle Duhau, Guénola Groud, Ministère de la culture, direction générale des Patrimoines, service du Patrimoine, mission de l’Inventaire général du patrimoine culturel 2020, 1 Vol. (365 p.), Documents & Méthodes n°12

Accédez au document en ligne : Cimetières et patrimoine funéraire

Résumé

Vocabulaire, décryptage des symboles et de l’ornementation funéraire, ana­lyse des formes, exemples d’études de cimetières, protections patrimoniales et tentatives de plans de gestion, expériences de valorisation des bâtiments et des tombeaux, transformations en jardin public à l’occasion du passage au zéro phyto… sont autant de sujets abordés dans ce manuel. Sa vocation est d’apporter aux professionnels du patrimoine, comme aux gestionnaires des collectivités territoriales, aux associations locales, comme aux étudiants, des outils pour mieux comprendre ce patrimoine et lui permettre de trouver sa juste place parmi les marqueurs du territoire.

Prix de thèse du GIS Asie 2020 (date limite : 1er avril 2020)

Lundi 09 mar 2020

Le GIS Asie organise en 2020 la troisième édition du Prix de thèse sur l’Asie.

Sont éligibles des travaux soutenus en 2018 et 2019, dans toutes les disciplines des lettres et sciences humaines et sociales et portant sur l’Asie.
Trois prix, d’une valeur de 3000€ chacun, seront attribués par le jury composé de membres du conseil scientifique du GIS.
Ce prix est destiné prioritairement à financer ou co-financer la publication de la thèse. Ils seront remis solennellement à la fin de l’année 2020.

Conditions générales de candidature
  • Avoir soutenu entre le 1er janvier 2018 et le 31 décembre 2019 une thèse sur l’Asie en lettres et sciences humaines et sociales, délivrée par une institution française ou par une institution membre du GIS Asie.
  • Avoir envoyé une candidature complète par voie électronique au plus tard le mercredi 1er avril 2020.
Modalités de dépôt de candidature

Les fichiers au format PDF sont à transmettre par voie électronique :
– Formulaire de dépôt de candidature (ci-contre).
– Un lien fonctionnel vers le site de dépôt électronique de la thèse (site d’université, site theses-en-ligne de HAL, etc.).
– Une copie du diplôme de doctorat (ou de l’attestation de soutenance si le diplôme n’est pas disponible).
– Un exemplaire du rapport du jury. Pour les universités étrangères où il n’existe pas de rapport, prière de joindre deux lettres de recommandation : la première du directeur de thèse, la seconde d’un autre chercheur ou universitaire ayant participé au jury de soutenance.
– Un CV.
– Une liste des publications.

Accédez à l’annonce : Prix thèse Asie 2020

Ouverture de l’appel : 1er mars 2020
Date limite de dépôt : 1er avril 2020

Contact : communication@gis-reseau-asie.org

Cinquièmes rencontres de l’Association d’histoire de l’architecture – ENSA Paris-Belleville et Institut national d’histoire de l’art (INHA) – 20-21 mars 2020

Lundi 09 mar 2020

Les cinquièmes rencontres de l’AHA auront lieu, les 20 et 21 mars prochains, respectivement à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville et à l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), sous réserve de l’évolution prochaine des mesures de santé publique et dans le respect des recommandations sanitaires.

Programme Programme des 5e Rencontres AHATélécharger Présentation

Cette manifestation a pour but de présenter l’actualité des réflexions en histoire de l’architecture (publications, expositions, recherches doctorales, champs de recherche, …). Dans un esprit aussi convivial que scientifique, il s’agit ainsi de participer à la visibilité de la discipline et de permettre à la communauté de l’histoire de l’architecture de se retrouver, conformément aux ambitions que s’est l’association qui fête cette année son cinquième anniversaire. L’AG de l’AHA aura lieu à cette occasion, le vendredi 20 à 19h.

Informations pratiques
  • Vendredi 20 mars 2020, 9h30-19h, ENSA Paris-Belleville, Amphithéâtre Bernard Huet, 60 boulevard de la Villette, 75019 Paris
  • Samedi 21 mars 2020, à partir de 9h30, INHA, Salle Vasari, 1er étage, 6 rue des Petits-Champs, 75002 Paris
  • Accédez au site : AHA


Appel à candidatures : Bourse SFA jeunes chercheurs (date limite : 10 avril 2020)

Lundi 09 mar 2020

La Société française d’archéologie (SFA) lance un appel à candidatures pour l’attribution de
bourses « SFA jeune chercheur ».
La SFA attribue à des étudiants de master, doctorat ou équivalent en histoire de l’architecture, histoire de l’art et dans le domaine du patrimoine, ainsi qu’aux élèves des écoles de formation aux
métiers d’art âgés de moins de 35 ans trois bourses d’un montant de 500 € chacune pour participer au Congrès archéologique de France.
Les étudiants lauréats participeront à la totalité des visites prévues au programme du congrès qui, en 2020, se tiendra du 4 au 8 juin et aura pour thème : « L’art de bâtir en Franche Comté au Siècle des Lumières ».

Appel Appel-à-candidatures-Bourses-2020-formulaireTélécharger Informations pratiques

Les candidatures devront être renvoyées au plus tard le vendredi 10 avril 2020 afin d’être examinées par un jury qui se réunira les jours suivants. Les candidats devront produire un CV et une lettre de motivation justifiant de leur intérêt pour l’histoire de l’architecture et du patrimoine, accompagnée d’une lettre de recommandation de leur professeur ou directeur de recherche .

Les dossiers peuvent être envoyés par voie électronique ou par courrier à l’adresse suivante : frederique@sfa-monuments.fr OU Société française d’archéologie 5, rue Quinault – 75015 Paris

Pages