Actualités du carnet de veille d'AUSser

S'abonner à flux Actualités du carnet de veille d'AUSser
Architecture Urbanisme Société : Savoirs, Enseignement, Recherche
Mis à jour : il y a 2 heures 53 min

[Visio-conférence] Colloque pluridisciplinaire « Profession ? Architectes » – ENSA Nancy – 21 et 22 avril 2021

Jeudi 25 mar 2021

Les laboratoires LHAC (ENSA-Nancy), AMUP (ENSA-Strasbourg et INSA département Architecture Strasbourg) et 2L2S (Université de Lorraine) co-organisent le projet « Profession ? Architectes »Il a pour objet d’analyser dans une perspective interdisciplinaire les pratiques des architectes en interrogeant leurs relations interprofessionnelles, « intraprofessionnelles » et pédagogiques. 

Accédez à l’annonce : Profession ? Architectes

Comités

Comité d’organisation : Cécile Fries-Paiola (architecte DE, maître de conférences en Sciences humaines et sociales à ENSA-Nancy), Mirjana Gregorcic (sociologue, doctorante au 2L2S, Université de Lorraine), Mélanie Guenot (architecte DE, doctorante au LHAC et à l’AMUP, ENSA-Nancy, ENSA-Strasbourg et INSA Strasbourg département Architecture), Somia Merriout (architecte DE, doctorante à l’AMUP, ENSA-Strasbourg et INSA Strasbourg département Architecture), Mathilde Thiriet (architecte DE, doctorante au LHAC, ENSA-Nancy)

Comité scientifique : Gauthier Bolle (architecte DPLG, maître de conférences en Histoire et culture architecturale à l’ENSA-Strasbourg), Emeline Curien (architecte DE, maître de conférences en Théories et pratiques de la conception architecturale et urbaine à l’ENSA-Nancy), Franck Guêné (architecte ENSAIS, maître de conférences en Architecture à l’INSA-Strasbourg), Lionel Jacquot (sociologue, professeur en Sociologie, Université de Lorraine), Pascale Marion (architecte DPLG, enseignante contractuelle en Théories et pratiques de la conception architecturale et urbaine à l’ENSA-Strasbourg), Barbara Morovich (archéologue, anthropologue, maître de conférences en Sciences humaines et sociales à l’ENSA-Strasbourg), Hélène Vacher (historienne, professeur émérite en Histoire et culture architecturale à ENSA-Nancy), Gwenaëlle Zunino (architecte-urbaniste, maître de conférences associée en Ville et territoire à l’ENSA-Nancy)

Présentation

Ce colloque a pour objet d’analyser dans une perspective interdisciplinaire les pratiques des architectes en interrogeant leurs relations interprofessionnelles, pédagogiques et « intraprofessionnelles ». Il s’agit d’enrichir le dialogue entre les différents acteurs engagés dans le milieu de l’architecture : praticien.e.s, théoricien.e.s, enseignant.e.s et chercheur.euse.s notamment afin de questionner la pluralité et la diversité du champ. Ainsi, les contributions peuvent émaner de toutes les disciplines concernées par la pratique et la recherche en architecture. Nous espérons que ce pluralisme pourra permettre l’émergence de rencontres et d’échanges fructueux entre acteurs, à même d’apporter des clés de lecture sur les dynamiques qui animent le champ de l’architecture.
Le projet profession propose d’interroger un groupe professionnel — les architectes — en éclairant ses tensions, contradictions ou coopérations. Autour d’un titre, celui d’architecte, se développe une multitude de pratiques. Comment nommer ces agents formés à l’architecture mais ne pouvant prétendre au port du titre ?
Dans le cadre de la rédaction de cet argumentaire, nous avons fait un choix sémantique. Nous retenons la notion d’« architectes » dans une acception élargie qui inclut l’ensemble des agents — hommes et femmes — formés à l’architecture et oeuvrant au sein du champ de l’architecture. Toutefois, un des objets de ce projet consiste à interroger cette différenciation entre les détenteurs du titre et l’ensemble des acteurs formés ou oeuvrant au sein des écoles d’architecture.
À la suite du colloque, un numéro des Cahiers du LHAC sera consacré au projet. Les intervenants pourront être invités à retravailler leurs communications en vue d’une publication.

Programme Accédez au programme Télécharger Contributions membres UMR AUSser
  • 21 avril 2021 :
    « Je est un autre » L’architecte-écrivain
    Laurie Gangarossa – Architecte HMONP, doctorante Observatoire de la Condition Suburbaine, UMR AUSser 3329 CNRS, Eav&t.
  • 22 avril 2021
    La construction de la Société Centrale des Architectes (1840-1843)
    Sarah Blouin – Master Histoire, Théories et Critique de l’Architecture, Doctorante IPRAUS/AUSser
    ENSA Paris-Belleville.

    Être architecte en province, en 1895
    Denyse Rodriguez Tome – Architecte DPLG, MCF HCA ENSA-Lyon, chercheuse associée
    IPRAUS/AUSser ENSA Paris-Belleville.

    Une archéologie politique du présent architectural
    Gilles Malzac – Architecte diplomé, doctorant ACS/AUSser ENSA Paris-La Villette.

    Entretiens sur les outils numériques et leurs pratiques dans l’écoconception architecturale et urbaine, dans des entreprises d’architecture, d’urbanisme et d’ingénierie environnementale : rôles de l’architecte
    Philippe Villien – Architecte urbaniste, IPRAUS/AUSser ENSA Paris-Belleville – Marina Maurin – urbaniste géographe – Giovanna Togo – architecte – Pierre Estève – architecte ingénieur

[Visio-conférence] Masterclass “The City as a Renewable Resource” – IUAV – 25-26 March 2021

Jeudi 25 mar 2021

The PhD students Alessia Franzese, Andrea Fantin, Giacomo Magnabosco and Luca Nicoletto are pleased to invite you to the Masterclass “The City as a Renewable Resource” that will take place on 25-26 March 2021 among the IUAV PhD School activities. 

Présentation

The masterclass aims to investigate the role of urban space as a renewable resource, interpreting the ‘city-territory’ as a stratification of actions, practices, projects and policies.

After a long period in which the paradigm of growth and expansion dominated the spatial design, we are facing a transition towards a cycle in which the city-territory is going to rewrite itself. 

By assuming existing space as a limited resource, we would like to discuss the need for a radical reinterpretation of the space as a palimpsest of traces, flows and changes by exploring new descriptive forms and projective intentions for future visions. 

The masterclass sheds light on both the physical dimension of the territory projects and the role of urbanism through three key research questions: 

Is the city a renewable resource? How will the urban project change? Is space (still) relevant? 

Programme

Resource | 25.03.2021 | 15.00 – 18.00 (GMT+1) 
MS Teams Link
Lecturers: Filippo Barbera, Gabriele Pasqui, Michelangelo Russo
Discussants: Ilda Curti, Simone Rusci
The session will be held in Italian

Project | 26.03.2021 | 09.30 – 12.30 (GMT+1) 
MS Teams Link
Lecturers: Paola Viganò, Günter Vogt
Discussants: Aristide Athanassiadis, Margherita Manfra, Thomas Stellmach
The session will be held in English

Space | 26.03.2021 | 15.00 – 18.00 (GMT+1)
MS Teams Link
Lecturers: Miodrag Mitrasinovic, Arjan Van Timmeren, David Wachsmuth
Discussants: Mathieu Berger, Nikos Katsikis, Julie Marin
The session will be held in English

Informations pratiques

Owing to the current ongoing pandemic situation, the masterclass will be conducted virtually on Microsoft Teams platform (app/web service) gathering international renewed lecturers and discussants from different backgrounds.

Live Streaming
facebook.com/UniversitaIuavDiVenezia
youtube.com/user/universitaiuav

Contact :
Andrea Fantin – afantin@iuav.it 
Alessia Franzese – afranzese@iuav.it 
Giacomo Magnabosco – gmagnabosco@iuav.it 
Luca Nicoletto – lnicoletto@iuav.it

[Visio-conférence] Journée d’études « L’architecture du XXe siècle : reconnaître, restaurer, transmettre » – Docomomo France et la Cité de l’Architecture et du Patrimoine – 15 avril 2021

Jeudi 25 mar 2021

La journée d’études « L’architecture du XXe siècle : reconnaître, restaurer, transmettre »,
organisée par Docomomo France et la Cité de l’Architecture et du Patrimoine,
se tiendra le jeudi 15 avril 2021, de 10h à 18h.

Présentation

Cette deuxième journée d’études de Docomomo France propose autour des trois termes reconnaître, restaurer, transmettre, de donner la parole aux maîtres de l’ouvrage, usagers, architectes, représentants des institutions patrimoniales et du monde associatif qui tentent d’œuvrer dans un contexte législatif renouvelé depuis l’adoption de la loi relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine de 2016 et l’instauration du nouveau label Architecture Contemporaine Remarquable.

Programme Accédez au programme de Docomono-France 15 avril 2021Télécharger Informations pratiques

La journée sera retransmise en direct sur la chaîne Youtube et la page Facebook de Docomomo France, ainsi que sur celles de la Cité de l’architecture et du patrimoine.
Vous pouvez par ailleurs vous inscrire à l’événement afin de bénéficier d’un rappel la veille de la journée.

Appel à communication du colloque « Habiter une histoire hybride. Maisons des origines en Méditerranée à la période contemporaine » (date limite : 17 mai 2021)

Jeudi 25 mar 2021

Ces journées d’études internationales sont organisées par Jean-Philippe Garric et Eléonore Marantz, avec Camille Lesouef et auront lieu à Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, INHA, salle Vasari, Paris, 12 et 13 octobre 2021.

Conseil scientifique

Cécile Bargues (Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Laurent Baridon (Université Lumière Lyon 2),
Marc Bédarida (ENSA Paris-La Villette, AHTTEP/AUSser), Monique Eleb (ENSA Paris-Malaquais, ACS/AUSser), Jean-Philippe Garric (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IPRAUS/AUSser), Eléonore Marantz (Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Sergio Pace (Politecnico di Torino), Antoine Picon (Harvard University, OCS/AUSser), Antonio Pizza (Escola Tècnica Superior d’Arquitectura de Barcelona), Marco Mulazzani (Università degli studi di Ferrara), Federico Bucci (Politecnico di Milano), Ornella Selvafolta (Politecnico di Milano), Marida Talamona (Università Roma 3), Panayotis Tournikiotis (Université polytechnique d’Athènes

Appel Accédez à l’appel Maison-MéditerranéenneTélécharger Les contributions attendues porteront
  • sur les enquêtes et études conduites à des fins architecturales et/ou urbaines sur les
    architectures domestiques anciennes et primitives méditerranéennes ;
  • sur l’intégration, l’assimilation et l’interprétation de ces références dans la création architecturale
    depuis 1780 ;
  • sur la mobilisation des études historiques et ethnologiques pour l’élaboration de théories
    contemporaines de l’architecture ;
  • sur les représentations de la maison méditerranéenne archétypale et les constructions
    conceptuelles qui en découlent ;
  • sur l’inscription « méditerranéenne » (lumière, chaleur, eau) des architectures domestiques dans
    la nature et le paysage et l’invention du jardin méditerranéen ;
  • sur les échecs et les ruines de cet idéal
Informations pratiques

17 mai 2021 : date limite d’envoi des propositions à : MaisonsOMed@gmail.com

[Visio-conférence] 2021 HAUS PhD Symposium: The Politics of Building a Climate Crisis – Cornell University – 22 avril 2021

Mardi 23 mar 2021

Ph.D. Symposium organized by The History of Architecture and Urbanism Society at Cornell University.
Website for register : HAUS

Description

The History of Architecture and Urbanism Society (HAUS) invites graduate students to participate in its Annual Research PhD Symposium, entitled “The Politics of Building a Climate Crisis,” which seeks to rethink architecture’s historic role in the politics of climate change, while reimagin-ing interdisciplinary paths for addressing it.

This year’s inaugural symposium (event website), will be held virtually due to the COVID-19 pan-demic and take place on Thursday, April 22, from 9:30am – 7:00pm EST. It will feature presenta-tions by Paul Bouet (École nationale supérieure d’architecture Paris-Est, OCS/AUSser), Jordan Kinder (Universi-ty of Alberta), Jessica Ngan (Princeton University), Douglas Robb (University of British Colum-bia), Javairia Shahid (Columbia University), Christina Shivers, with responses by Cornell HAUD PhD Students.

The day’s presentations will be followed by a keynote lecture at 5:00pm EST by Daniel A. Barber (University of Pennsylvania).

Intervention membre UMR AUSser

« From Decolonization to Environmentalism: The Shift of French Solar Architecture circa 1973 »
Paul Bouet, École nationale supérieure d’architecture Paris-Est (OCS/AUSser) (Université Gustave Eiffel)

Résumé : In the history of the relationships between architecture and the environment, 1973 is considered a key moment, with at its core the first oil crisis beginning in October and the severe tensions it caused in the energy supply of large parts of the world. This event is thus generally viewed as foundational for research on the use of renewable energies and the rise of an environmental consciousness in architecture. In this presentation, I challenge this conventional narrative by examining the case of French solar architecture. I argue that the 1973 moment acted less as a starting point than as a converter of the goals and geographies previously assigned to research into the use of solar energy in buildings. To discuss this shift, I analyse the divergent views expressed by architects, engineers, scientists and politicians at a major international congress, “The Sun in the Service of Mankind,” held at the UNESCO headquarters in Paris, in July 1973, a few months before the oil crisis. While some participants presented their experiments of solar devices to adapt the arid and tropical climates of the recently decolonized “developing countries,” others inscribed their work in the framework of scientific ecology and the growing alarms about the unsustainable path followed by industrial societies. Shortly afterwards, the oil crisis drew a considerable attention to that research, but also contributed to mask its roots in the end of the colonial period.

[Visio-conférence] 10e Journées professionnelles de la conservation-restauration des biens culturels : « Conservation-restauration et environnement : Adaptons nos pratiques ! » – Cité de l’architecture et du patrimoine – 25 et 26 mars 2021

Lundi 22 mar 2021

Ces 10e Journées professionnelles de la conservation-restauration des biens culturels sont organisées par la Direction générale des patrimoines et de l’architecture du ministère de la Culture en partenariat avec la Cité de l’architecture & du patrimoine et l’Institut national du patrimoine.

Elles rassembleront une trentaine d’intervenants qui feront état de leur réflexion et de réalisations récentes, dans tous les champs patrimoniaux (archéologie, archives, musées, bibliothèques, monuments historiques) tant sur le patrimoine ancien que contemporain.

Elles auront lieu les jeudi 25 et vendredi 26 mars 2021 en visio-conférence.
En application des mesures sanitaires cet évènement aura lieu en ligne. Vous recevrez le lien vers le colloque dans votre e-mail de confirmation.
Inscription gratuite mais obligatoire. Pour s’inscrire : cliquez ici

Programme

Accédez au programme : cliquez ici

Présentation

Comment conjuguer la préservation du patrimoine et la protection de l’environnement ? Comment adapter les pratiques, afin de mieux répondre à l’ardente obligation du développement durable ? Quelles éventuelles contradictions se dessinent et comment les résoudre ? Autant de questions que cette 10e édition anniversaire des journées professionnelles abordera.

Réduire l’empreinte carbone autant en conservation qu’en restauration, réduire les consommations d’énergie et favoriser le « zéro énergie » (pour chauffer des bâtiments d’intérêt patrimonial ou gérer le climat de nouvelles réserves), repenser les modes de conditionnement et leurs matériaux, trouver autant que possible des substitutifs aux matières plastiques, évaluer et réduire les risques de pollution dus aux substances et produits nocifs, traiter la problématique des déchets de toutes natures (en grandes et en toutes petites quantités), repenser la question des transports, mettre en place des « circuits courts », intégrer des obligations protectrices dans les marchés publics, voilà quelques-unes des questions qui seront abordées lors de ces journées.

Alternant avec des tables rondes qui réuniront des professionnels du patrimoine, des secteurs public et privé, apportant leurs témoignages, les interventions de personnes engagées sur le terrain fourniront de nombreux exemples de questionnements et de réponses possibles sur ce sujet d’actualité.

[Paurution] « 2 pièces : étude pour l’amélioration d’un logement métropolitain » / Sous la direction de Anthony Jammes et Susanne Eliasson, GRAU architectes, Éditions du Pavillon de l’Arsenal, mars 2021

Lundi 22 mar 2021

« 2 pièces : étude pour l’amélioration d’un logement métropolitain » / Sous la direction de Anthony Jammes et Susanne Eliasson, GRAU architectes, Éditions du Pavillon de l’Arsenal, mars 2021, 1 Vol. (48 p.), ISBN : 978-2-35487-052-2

Accédez au site éditeur : 2 pièces

Présentation

Les appartements de deux pièces représentent près d’un tiers de l’offre de logements à Paris (31,8%) car ils peuvent accueillir des profils nombreux: couples, jeunes retraités, célibataires, familles monoparentales, primo-accédant, colocataires, étudiants, travailleurs free-lance ou pendulaires,… Pourtant leurs plans, leurs surfaces et leurs aménagements ne répondent pas à la diversité des usages de celles et ceux qui les habitent.Partant de ce double constat Susanne Eliasson et Anthony Jammes, fondateurs de l’agence GRAU, interrogent cette typologie à l’aune des enjeux contemporains. Dans un vocabulaire simple et des dessins aux traits, leur étude, menée dans la cadre de la plateforme de recherche FAIRE, se fonde sur l’analyse du parc ancien et neuf parisien. Elle s’appuie également sur différents entretiens menés avec des maitres d’ouvrages publics et privés.

Afin que ces logements offrent les qualités domestiques d’un grand appartement, les architectes réinterrogent leur surface, leur forme optimum au regard des prix au mètre carré et des besoins des futurs habitants. Ils cherchent des optimisations pour des espaces plus ouverts et plus flexibles et explorent les possibles révélés notamment par l’externalisation de certaines contraintes. Leurs propositions ouvrent alors de nouvelles perpectives et démontrent au travers de scénarios de vie le potentiel du deux pièces à accueillir de multiples façons d’habiter et la nécessité de son évolution.

Pour Susanne Eliasson et Anthony Jammes, cette étude « n’est pas une célébration du 2 pièces comme petite surface mais c’est une célébration de la ville. Dans un contexte de crise sanitaire et plus généralement de crise climatique, on a besoin de vivre demain les uns avec les autres. La réponse se trouve pour nous dans la ville et toutes les opportunités qu’elle offre aux gens de tous les âges. Un 2 pièces offre un mode de vie plus ouvert, une flexibilité, une grande liberté dans son logement et ensuite des opportunités de rencontre et de lien social dans le commun »

[Parution] « Manifeste pour un urbanisme circulaire : pour des alternatives concrètes à l’étalement de la ville » / Sylvain Grisot, Editions Apogée, 2021

Lundi 22 mar 2021

« Manifeste pour un urbanisme circulaire : pour des alternatives concrètes à l’étalement de la ville » / Sylvain Grisot, Editions Apogée, 2021, 1 Vol. (224 p.), ISBN : 9782843986925

Accédez au site éditeur : Manifeste pour un urbanisme circulaire

Présentation

À force de grandir, la ville se disloque. Ce modèle de développement urbain inefficace, fondé sur la consommation de toujours plus de sol a un nom : l’étalement urbain. Structuré autour de la mobilité automobile, ce modèle montre aujourd’hui ses limites : consommation de terres agricoles, pollutions, coûts prohibitifs… mais surtout forme d’une ville qui a oublié les vertus de la proximité et qui accentue les fragmentations sociales et nos fragilités face aux crises.

Appel à candidatures pour le Prix de thèse SFHU 2021 (date limite : 18 juin 2021)

Lundi 22 mar 2021

Prix de thèse SFHU 2021 : La Société Française d’Histoire Urbaine (SFHU) ouvre, pour sa 11e session, au titre de l’année 2020, un concours de thèses qui s’adresse aux jeunes docteur.es en histoire urbaine. Par cette initiative, la SFHU vise à encourager de jeunes chercheurs.ses et à favoriser la plus large diffusion possible de leurs travaux.

Accédez à l’annonce : Prix de thèse SFHU 2021

Fiche de candidature Candidature-Prix-de-these-SFHU-2021.

Objet du concours

Le.la lauréat.e du concours sera récompensé.e par une somme de 2000 euros. Le jury peut aussi attribuer un prix spécial doté de 1000 euros.

Conditions de participation

Le prix est ouvert aux docteur.es ayant soutenu une thèse d’histoire urbaine, rédigée en français, durant l’année (civile) 2020. Les mémoires d’habilitation à diriger des recherches et les thèses de l’École nationale des chartes ne sont pas retenus.
Sont recevables toutes les thèses qui abordent le fait urbain dans son historicité, quels que soient la période, l’espace et la discipline académique (histoire, droit, urbanisme, architecture, histoire de l’art…) concernés.

Calendrier

Les candidatures seront enregistrées jusqu’au 18 juin 2021 minuit CET, délai de rigueur (par voie électronique, à l’adresse Jean-Pierre.Guilhembet[at]wanadoo.fr).
Les résultats seront proclamés en décembre 2021 au plus tard et le prix remis lors de l’AG annuelle et du congrès de la SFHU de 2022.

[Parution] « Terrains d’entente : Palmarès des jeunes urbanistes, 2020 » / Isabel Diaz (dir.), Editions Parenthèses, mars 2021

Vendredi 19 mar 2021

« Terrains d’entente : Palmarès des jeunes urbanistes, 2020 » / Isabel Diaz (dir.), Editions Parenthèses, 2021, 1 Vol. (144 p.), Collection : Projet urbain, ISBN 978-2-86364-371-6

Accédez au site éditeur : Terrains d’entente

Présentation

Avec ses six équipes lauréates choisies parmi soixante et une candidatures, l’édition 2020 du Palmarès des jeunes urbanistes conforte l’effervescence et l’engouement que suscite la démarche de soutien aux jeunes professionnels, portée par le ministère en charge de l’urbanisme.
Le sextette retenu frappe par la diversité des profils, embrassant tous les champs d’action de l’urbanisme : architectes (FCML) et paysagistes (Altitude 35) côtoient des collectifs ancrés dans la sphère de l’urbanisme transitoire (Bellastock, Yes We Camp), des stratèges urbains aguerris (Le Sens de la ville) et une conceptrice qui a fait de la permanence architecturale et urbaine son mode d’action privilégié (Sophie Ricard).
Tous ont assimilé le caractère peu soutenable de notre modèle de développement et pris acte de la standardisation et de la banalisation des territoires  ; tous ont fait leur la posture transdisciplinaire de l’urbaniste et ont compris l’exigence d’être à la fois médiateur, détenteur d’un savoir-faire et embarqué sur un terrain d’action politique. Leurs réponses tendent à bousculer les barrières mentales et les mécanismes « en silo » de la fabrication et de la gestion des villes et passent par des démarches empiriques et expérimentales à la recherche de nouveaux outils et de nouvelles méthodes de projet.
Il s’agit non pas de bâtir à tout prix mais d’accompagner le processus lent de la transformation d’un lieu, d’en dénicher la singularité – fondée sur la puissance de sa géographie, de son paysage ou des liens sociaux qui l’animent –, de se poser la question de sa « mise en usage », du réemploi des matériaux, de l’économie circulaire… bref de mobiliser tout ce qu’il est nécessaire et possible pour changer l’organisation collective de nos quotidiens. Façonner des terrains d’entente pour faire société.

[Parution] « Altérations paysagères » / Denis Delbaere, Editions Parenthèses, 2021

Vendredi 19 mar 2021

« Altérations paysagères » / Denis Delbaere, Editions Parenthèses, 2021, 1 Vol. (218 p.), Collection : La Nécessité du paysage, ISBN 978-2-86364-414-0

Accédez au site éditeur : Altérations paysagères

Présentation

Si la conception d’un projet paysager peut être connue et documentée, il n’en va pas de même de ses transformations sous l’action du temps. C’est dans ce vide critique et analytique que s’inscrit cet ouvrage. S’ouvrant sur le récit d’un projet qui permet de se familiariser avec la production ordinaire d’un espace public, il se poursuit par sept études de cas qui illustrent chacune un item d’une grammaire de l’altération : la ruine, l’île, le socle, la fondation, le bois, le germe et le pôle. Grâce à l’exposition d’un cadre théorique susceptible de hiérarchiser cette série de données, l’auteur révèle comment, à travers l’altération, les dynamiques internes du terrain initial reconfigurent l’espace aménagé. Comme si, par le flux et le reflux du projet, c’était finalement le site qui advenait à lui-même.
Le projet de paysage peut donc, par ses errements, devenir le vecteur d’une écologie concrète de l’espace habité comme support d’une nouvelle théorie critique de l’espace public.

Appel à communication pour le colloque « Mobilité, choix résidentiels, pratiques sociales et politiques publiques : la ville intermédiaire comme modèle de durabilité? » (date limite : 30 avril 2021)

Vendredi 19 mar 2021

Appel à communication pour le colloque « Mobilité, choix résidentiels, pratiques sociales et politiques publiques : la ville intermédiaire comme modèle de durabilité? » qui se déroulera les 7 et 8 septembre 2021 à l’Université d’Orléans.
Accédez à l’annonce : cliquez ici

Contexte

Le colloque se situe en conclusion d’un programme de recherche, nommé MOFOSIG – MObilité, FOrmes urbaines et SIG – et financé par le Conseil Régional Centre-Val de Loire. Cette recherche a pour objectif de travailler sur la mobilité des habitants (modes de transport, modes de vie, personnes âgées, pratiques innovantes), sur les formes urbaines (construction, densification, stratégies foncières…) et sur leur articulation, notamment dans la perspective de modéliser leur impact pour un développement urbain durable plus efficient. Dans ce souci de modélisation, la dimension SIG est importante : en croisant ces deux approches – formes urbaines et mobilité – elle ouvre la possibilité d’élaborer et de concevoir un outil d’aide à la décision dans les choix d’aménagement et d’urbanisme des acteurs du territoire, mais aussi dans ceux de localisation résidentielle des habitants. Enfin, l’échelle de la « ville intermédiaire », cadre géographique de notre principal espace laboratoire – l’aire urbaine d’Orléans -, nous permet de questionner la singularité de cette catégorie de villes – si elle existe – dans ses dynamiques.

Présentation

Ce colloque sur la « ville intermédiaire comme modèle de durabilité » sera autour de deux axes de présentations, débats et discussions :

1er axe : Telle qu’elle se construit au travers de ses politiques d’aménagement et d’urbanisme

Le premier axe s’attachera aux politiques publiques, choix d’aménagement et d’urbanisme, en interrogeant les actions mises en œuvre pour faire évoluer ces villes intermédiaires vers des modèles urbains plus durables. Comment ces actions conçoivent et mettent en œuvre l’articulation entre mobilité et formes urbaines à l’échelle de ces villes intermédiaires ? Favorisent-elles des solutions et des réponses plus efficaces pour répondre à ces défis ?

2ème axe : Telle qu’elle se construit par ses habitants

Le second axe porte sur les pratiques sociales et spatiales des habitants. À travers les mobilités et les modes d’habiter des différentes formes urbaines, il s’agit de questionner les appropriations individuelles et collectives de ces villes intermédiaires.

Modalités de soumission

Date de remise des propositions de communication : 30 avril 2021
Modalités d’envoi: Un titre et un résumé de 3500 signes accompagnés de 5 mots clés. Les propositions sont à envoyer par courriel à : franck.guerit@univ-orleans.fr , tarek.nasser@univ-orleans.fr

Date d’acceptation des communications : 15 mai 2021
Date des communications : 7 et 8 septembre 2021

Appel à communication pour la journée d’étude « Mobilités quotidiennes et stratégies d’adaptation individuelles ou collectives au changement climatique » (date limite : 31 mars 2021)

Vendredi 19 mar 2021

Dans le cadre de sa rencontre annuelle, le COllectif de Recherche pour un Urbanisme Ouvert sur les Mondes (CORUM), organise une Journée d’Étude en partenariat avec le Forum Vies Mobiles sur les mobilités quotidiennes et les stratégies d’adaptation individuelles ou collectives face au changement climatique. L’appel à communication pour participer est ouvert jusqu’au 31 mars 2021.
Accédez à l’annonce : cliquez ici

Dates et lieux : les 27 et 28 mai 2021, à Aubervilliers et à Ouagadougou

Présentation

À chaque Journée d’Étude, un sujet de réflexion est proposé à des jeunes chercheurs et praticiens qui travaillent sur les villes non-occidentales afin de stimuler les échanges sur des thématiques communes et aider à promouvoir l’ouverture géographique des recherches et pratiques en aménagement et en urbanisme. Ces échanges contribuent à dépasser les clivages communément caractérisés par les distinctions Nord/Sud, pays développés/en voie de développement, etc., et à donner la voix à des idées et pratiques différentes ou méconnues.

En collaboration avec le Forum Vies Mobiles, cette rencontre 2021 s’intéresse, dans le cadre du changement climatique, à la mobilité dans les villes des Suds, et aux influences entre les pays des Suds et des Nords.

La Journée d’Étude a pour objectif d’interroger la diversité des réponses individuelles ou collectives face au changement climatique et à ses impacts sur les mobilités quotidiennes et les modes de vie urbains.

Appel à communication

Accédez à l’appel à communication : cliquez ici

Informations pratiques

Date limite pour répondre : 31 mars 2021

Date de l’événement : 27 et 28 mai 2021

Lieux : Centre des colloques, campus Condorcet, Université Paris 8, Aubervilliers // Salle virtuelle, Université Virtuelle du Burkina Faso, Ouaga 2000, Ouagadougou

[Parution] « Jean Dubuisson. La main et l’esprit moderne » / Élise Guillerm, Editions MétisPresses, 2021

Vendredi 19 mar 2021

« Jean Dubuisson. La main et l’esprit moderne » / Élise Guillerm, Préface de Simon Texier, Genève, Editions MétisPresses, 2021, ISBN : 978-2-940-56384-5

Tiré de la thèse de Mme Elise Guillerm : Notice de theses.fr

Accédez au site éditeur : MétisPresses

Présentation

Architecte emblématique des Trente Glorieuses, Jean Dubuisson a œuvré près de trente ans à renouveler la pratique du dessin et de la construction, à la recherche de la modernité qui caractérisait son époque. Au milieu du 20e siècle, l’architecte propose un habitat lumineux, raffiné et ergonomique. L’attention particulière qu’il dédie au décor et au paysage ennoblit ses façades légères, par la création d’un vocabulaire moderne sinon moderniste. 

Or, le temps de Dubuisson est aussi celui des contestations et de la remise en question des grands ensembles. Toujours soumis au péril de la démolition ou d’une réinvention peu respectueuse, les bâtiments de l’architecte, tout à la fois fragiles et monumentaux, illustrent les évolutions complexes de la pensée architecturale et du logement dans les décennies que ses dessins ont traversé. 

Le présent volume met donc en perspective la trajectoire de l’architecte, sans négliger les conditions sociales, économiques et esthétiques qui l’ont soutenue. 

Au moyen d’archives souvent inédites, de photographies anciennes ou contemporaines, le lecteur peut découvrir ou redécouvrir un protagoniste incontournable de l’architecture, du design, de l’urbanisme et du paysage du 20e siècle, et forger son propre regard sur un héritage singulier, dont la modernité surprend encore. 

[Parution] Les cahiers POPSU : « Métropole et éloignement résidentiel » / Eric Charmes et « De la ville-port à la métropole fluviale » / Antoine Beyer, Jean-Alain Héraud, Frédéric Rossano, Bruno Steiner, mars 2021

Jeudi 18 mar 2021

Les cahiers POPSU rassemblent les connaissances produites au fil des travaux de recherche-action menés par la Plateforme d’observation des projets et stratégies urbaines (POPSU) dans le cadre du programme « Métropoles ».

« Métropole et éloignement résidentiel »

« Métropole et éloignement résidentiel : vivre dans le périurbain lyonnais«  / Eric Charmes (dir.), Editions Autrement, mars 2021, Essais et documents – Les cahiers POPSU, ISBN : 9782746757103

Résumé : Les métropoles rayonnent sur des territoires de plus en plus vastes. Cette influence grandissante est ambivalente. D’un côté, elle dynamise petites villes et campagnes, au travers de ce qu’on appelle la périurbanisation. D’un autre, pour beaucoup de ménages, l’extension des aires métropolitaines s’ accompagne d’un éloignement entre lieu d’emploi et résidence. Les dépenses énergétiques qui résultent des déplacements ainsi imposés précarisent certaines familles modestes.
Cette question sociale est aujourd’hui centrale pour les politiques d’aménagement du territoire.

« De la ville-port à la métropole fluviale »

« De la ville-port à la métropole fluviale : un portulan pour Strasbourg«  / Collectif, Editions Autrement, mars 2021, Essais et documents – Les cahiers POPSU, ISBN : 9782746757455

Résumé : Un portulan décrivant les côtes et les ports, leurs accès, les risques encourus accompagnait
autrefois les navigateurs. Avec ses 400 kilomètres de cours d’eau, ses 220 000 croisiéristes et son grand port industriel rhénan, Strasbourg possède un réseau hydrologique étendu, complexe et très sollicité, porteur d’enjeux et de questionnements importants. Esquisser le portulan contemporain du territoire fluvial strasbourgeois, c’est le pari du travail collectif en cours, qui repère les interactions liant fonctions portuaires et urbaines comme de possibles leviers de métropolisation.

[Visio-conférence] Webinaire « vendredis mobilité » (VMob) : « Trajectoires et temporalités » – 26 mars 2021

Jeudi 18 mar 2021

Le Webinaire « vendredis mobilité » (VMob) : « Trajectoires et temporalités » aura lieu le vendredi 26 mars 2021 de 9h30 à 11h30.

Interventions

Deux interventions sont prévues :
– Paolo Chevalier, Kisio & Université Gustave Eiffel, « Vivre la dépendance à la mobilité : une étape du parcours de vie ? »
– Guillaume Drevon, Luxembourg Institue of Socio-Economic Research, « Vulnérabilités temporelles, vers de nouvelles formes d’inégalités ? »

Présentation

Le webinaire a pour objectif de présenter des recherches récentes traitant de la mobilité quotidienne, en France et ailleurs, s’appuyant aussi bien sur des méthodes qualitatives que quantitatives. Ce webinaire s’organise dans le cadre des activités du Groupe de Travail MSFS (Mobilités Spatiales Fluidité Sociale) de l’AISLF.

Modalités

L’inscription au webinaire est obligatoire ici. Les liens vers la réunion seront communiqués avant chaque séance aux personnes inscrites.

Prochaines dates : 9 et 23 avril, 7 et 28 mai, 11 juin, 17 septembre

Prix de thèse sur la ville 2021 (date limite : 31 mars 2021)

Jeudi 18 mar 2021

Organisé par le PUCA, l’Association pour la Promotion de l’Enseignement et de la Recherche en Aménagement Urbanisme (Aperau internationale) et l’Institut CDC pour la Recherche-Caisse des Dépôts, le Prix de thèse sur la ville a pour objet de récompenser les meilleures thèses de doctorat soutenues en France ou à l’étranger, rédigées en langue française, et traitant de la ville avec une réflexion sur l’action et (ou) vers l’action opérationnelle. Peuvent concourir au Prix de thèse sur la ville 2021, les auteur(e)s des thèses soutenues entre le 1er janvier 2020 et le 31 décembre 2020. Réponses attendues pour le 31 mars 2021.
Accédez à l’annonce : Prix de thèse sur la ville

Plus d’information

Contact Puca : Lionel Martins
• Règlement du Prix de thèse sur la ville 2021 (format pdf – 69.5 ko – 18/01/2021)
• Affiche Prix de thèse sur la ville – 2021 (format pdf – 1.6 Mo – 18/01/2021)

Concours AMITER – Mieux aménager les territoires en mutation exposés aux risques naturels (date limite : 25 mars 2021)

Jeudi 18 mar 2021

« Mieux aménager les territoires en mutation exposés aux risques naturels (AMITER) » est un concours d’idées national organisé par le PUCA en étroite concertation avec la Direction Générale de la Prévention des Risques (DGPR) du Ministère de la Transition Ecologique et du CEREMA.

Dans le contexte où le réchauffement climatique aggrave l’exposition au risque de nombreux territoires, AMITER vise à faire émerger de nouvelles approches dans la conception du renouvellement urbain des sites exposés, en faisant du risque un levier de projet au service de la réduction de leur vulnérabilité.
Accédez à l’annonce : cliquez ici

Modalités

Le concours articule un règlement national et des dossiers de sites spécifiant les enjeux et attentes des collectivités sur chacun de ces sites.

Une première phase de candidature est ouverte du 15 Février 2021 au 25 mars 2021 minuit.

En seconde phase, Les candidats admis à concourir seront invités à des visites de sites fin avril (sous réserve des consignes sanitaires) et auront jusqu’au 16 juillet 2021 pour remettre leur projet.

Le PUCA, la DGPR et le CEREMA ont mobilisé des moyens à la hauteur de l’ambition de ce concours : une ingénierie pour le montage des dossiers de site, 2000 euros d’indemnités pour tous les lauréats admis à concourir (jusqu’à 8 par site) afin de participer aux frais engagés par les équipes, 16 000 € pour chacun des lauréats des 9 sites, 8000 € pour chacun des mentionnés des 9 sites, enfin une surprime de 7000 € aux trois premiers lauréats désignés parmi les 9 lauréats.

Le concours est ouvert largement aux concepteurs de l’urbain : architecte, urbaniste, paysagiste. Des équipes pluridisciplinaires sont attendues pour couvrir les enjeux soulevés.

Pour prendre connaissance du règlement, des dossiers de site et s’inscrire :
https://chantier.net/amiter

Bourses Palladio 2021 (date limite : 19 mars 2021)

Jeudi 18 mar 2021

Le programme de bourses de la Fondation Palladio vise à accompagner et soutenir les jeunes générations (étudiants, doctorants, post-doctorants, français et étrangers), en leur donnant les moyens de mener à bien leurs projets de formation supérieure ou de recherche dans les domaines directement liés à l’industrie immobilière et à la construction de la Ville. Ce projet doit être conçu sous le parrainage d’un établissement d’enseignement supérieur et de recherche français et/ou étranger et peut bénéficier du soutien d’une entreprise du secteur.

Accédez à l’annonce : Bourses Palladio

Règlement

Pour 2021, les administrateurs de la Fondation Palladio ont décidé d’un nombre de 10
Bourses d’un montant unitaire maximum de 10 000 € (sous réserve des dispositions des
articles 5.1 in fine et 7.3 al.1).

Accédez au règlement : cliquez ici

Article 3 – Orientations, thèmes des travaux de recherche et disciplines concernées :
Les travaux se rattacheront généralement à l’ingénierie et au management urbains et
immobiliers, à la construction de la Ville et des territoires, et seront, dans la mesure du
possible, à dimension internationale. Ils se référeront de préférence aux orientations et
thèmes retenus par la Fondation Palladio, à savoir :

1 – L’allongement de la durée de la vie et les nouvelles réponses immobilières et urbaines.
2 – L’émergence de la « Société des urbains » et le développement des mégalopoles (Grand
Paris…).
3 – L’évolution des technologies et leurs impacts sur le développement immobilier et urbain
(BIM, impression 3D, construction additive…).
4 – La raréfaction des ressources et les économies d’énergie dans les bâtiments et la Ville.
5 – L’évolution des comportements et des usages et leurs impacts sur le développement
immobilier et urbain (tiers-lieux, coworking, habitat participatif, e-commerce…).
6 – La révolution du foncier et de la propriété immobilière.
7 – La prise en considération des éléments humains dans le développement immobilier et
urbain (paupérisation, enjeu de l’exclusion…).

[En ligne] « In Memoriam Pierre Pinon (1945-2021). Pierre Pinon, L’IFEA et la Turquie » / Jean-François Pérouse, Carnet de recherche Dipnot, 15/03/2021

Jeudi 18 mar 2021

L’article « In Memoriam Pierre Pinon (1945-2021). Pierre Pinon, L’IFEA et la Turquie » a été rédigé par Jean-François Pérouse (ancien directeur de l’Ifea d’Istanbul) et porte sur le travail fait pendant de longues années par Pierre Pinon en Turquie.

Cet article est paru sur le Carnet de recherche Dipnot le 15 mars 2021.
Accédez à l’article en ligne : In Memoriam Pierre Pinon

Introduction

« Compte tenu de la très riche et impressionnante bibliographie du regretté, reflétant les facettes très diverses de l’activité foisonnante de l’enseignant-chercheur dont certaines ont déjà été évoquées de façon circonstanciée par ses collègues (notamment par Benoît Melon, de l’École de Chaillot ou par François Brouat, directeur de l’ENSA de Paris-Belleville), nous souhaiterions ici seulement rappeler le « versant turc » de l’œuvre de Pierre Pinon. Ce faisant, le rôle de ce dernier dans le redéveloppement des études urbaines à l’IFEA et dans des collaborations scientifiques et universitaires entre la Turquie et la France devrait apparaître. »

Pages