Actualités du carnet de veille d'AUSser

S'abonner à flux Actualités du carnet de veille d'AUSser
Architecture Urbanisme Société : Savoirs, Enseignement, Recherche
Mis à jour : il y a 1 heure 23 min

Conférences “Fabriquer et représenter les grands territoires” – ENSA Paris-Belleville – 12 et 13 février 2020

Mercredi 12 fév 2020
  • Mardi 12 février, 17h30, amphi Huet
    Table ronde en présence d’Anne Grillet-Aubert et Marie-Ange Jambu
    Tracer les contours de la transformation moderne de Bruxelles. De la portée épistémologique de la description dans la recherche en urbanisme / Géry Leloutre, CLARA – Centre des Laboratoires Asssociés pour la recherche en Architecture-Faculté d’Architecture (La Cambre-Hor-ta)-Départment Recherche (unité ULB752)
    La transition vers l’économie circulaire en Flandres. Une contribution urban landscape design / Julie Marin, Enseignant chercheur, OSA Research Group Urbanism & ArchitectureUniversity of Leuven- Department of Architecture
    Welfare Spaces / Maria Chiara Tosi Professeur d’Urbanisme, Dipartimento di Culture del progetto, Università Iuav, Venise
  • Mercredi 13 février, 17h30, amphi central
    Table ronde en présence d’Anne Grillet-Aubert et Marie-Ange Jambu
    Le rôle de l’espace public dans les processus de régénération urbaine. Le cas du quartier populaire de Le Vallette à Turin : entre projet et enseignement / Paola Gregory, Professeur, Dipartimento di Architettura e design-Politecnico di Torino-Turin
    Le Mur d’Aurélien : une ressource pour la régénération urbaine de Rome. De l’ancienne enceinte à nouvelle voie verte au cœur de la ville / Alessandra Criconia, Professeur, Dipartimento di Architettura e progetto-Università La Sapienza- Rome

Appel à communication pour colloque réseau DHTL_Sense of Past and Sense of Place. Designing Heritage Tourism (date limite : 27 mars 2020)

Mardi 11 fév 2020

Le réseau Designing Heritage Tourism Landscapes (IUAV Venise) organise pour septembre 2020, à Venise, un colloque international sur le thème “Sense of Past and Sense of Place. Designing Heritage Tourism”. 

Il est ouvert à tous les enseignants, chercheurs et doctorants intéressés.
Les langues du colloque sont: anglais et italien.

La date limite d’envoi des abstracts est impérativement le 27 Mars 2020.   

Organisateurs

coordinators : Mauro Marzo, Viviana Ferrario, Viola Bertini,
Università Iuav di Venezia, Dipartimento di Culture del progetto

organized by : Cluster CULTLAND Paesaggi culturali | Cultural landscapes
Università Iuav di Venezia, Dipartimento di Culture del progetto

Appel

Accédez à l’appel : réseau DHTL

In all its multiple meanings the word heritage refers to what we inherit from the past, both in material and immaterial sense.

Some authors speak about heritage as a sense of past, meant as a form of past self-awareness, as a collective experience and as an essential dimension of a culture. Some other authors believe that the idea of heritage deals with the ability to put the contemporary human signs into an historical perspective, so developing a sense of place, that is the place’s value and meaning.

Therefore, heritage can be intended as sense of past and sense of place together.
The heritage’s existence itself lies in the ability to read/interpret the sense of belonging of something inherited from the past to a specific place, as well as in the shared need to preserve and deliver it to future generations.
Heritage is one of the main drivers of contemporary tourism. The World Tourism Organization estimates that 40 percent of global journeys are cultural ones. The WTO itself defines cultural tourism as “a type of tourism activity in which the visitor’s essential motivation is to learn, discover, experience and consume the tangible and intangible cultural attractions/products in a tourism destination. These attractions/products relate to a set of distinctive material, intellectual, spiritual and emotional features of a society that encompasses arts and architecture, historical and cultural heritage, culinary heritage, literature, music, creative industries and the living cultures with their lifestyles, value systems, beliefs and traditions” (WTO, 2017). The term Heritage Tourism is meant to define that particular field of cultural tourism characterized by the interest in the specific heritage of a tourist destination, whether the heritage is material or immaterial, natural or cultural, minor or exceptional, already safeguarded or not.

In different ways, Heritage Tourism can be an important development engine and a crucial element in urban regeneration processes, but also a risk factor for the heritage and places’ preservation.

Starting from an idea of heritage meant as sense of past and sense of place, the conference intends to reflect on Heritage Tourism. The knowledge of places and the designing perspective, at the architectural, urban and landscape scale, are considered interpretative keys for reading the potentialities as well as the critical issues linked to touristic heritage fruition. Can the architectural project offer new ways to interpret, read and understand heritage and heritagisation processes? How working on heritage in order to make it accessible without endangering it? What are the research tools and the designing operations we should rely on in order to strengthen the relationships between heritage and context? How can the architect’s gaze contribute to enhance places characterized by the presence of heritage, answering to the multiple and various needs demanded by locals and tourists?

Participants in the conference, through theoretical contributes as well as case-study presentations, will have the chance to discuss the forms the project may assume at the various scales in relation with the touristic fruition and promotion of places involved in heritagisation processes.

12e édition du prix d’article scientifique de l’Aperau (date limite 23 mars 2020)

Mardi 11 fév 2020

Prix d’article scientifique francophone en aménagement de l’espace et urbanisme
date limite de soumission des articles : lundi 23 mars 2020

Accédez à l’annonce : 12e édition du prix d’article scientifique de l’Aperau

Les objectifs de ce prix sont :
• Mettre en valeur la contribution de chercheurs et de professionnels francophones de l’aménagement et de l’urbanisme à travers leurs publications dans des revues ou ouvrages traitant de la ville et des territoires
• Attirer l’attention du monde universitaire et des autres parties intéressées, sur l’ensemble des travaux menés dans le domaine de l’aménagement de l’espace
• Contribuer à la diffusion de la littérature scientifique dans le domaine, entre les différentes cultures académiques nationales

Pour l’édition 2020 du prix, sont concernées les publications parues en 2019 et :
• les articles publiés dans des revues scientifiques à comité de lecture
• les contributions à ouvrage collectif
• tout chapitre d’ouvrage émanant d’un ou plusieurs auteurs.

La proclamation des résultats sera faite lors des rencontres internationales en urbanisme à Rabat, du 8 au 12 juin 2020
Renseignements et modalités de soumission en suivant ce lien.

Colloque “Peut-on se passer de la voiture hors des centres urbains ?” – Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – 27 février 2020

Mardi 11 fév 2020
Organisation du colloque
  • Comité scientifique : Dominique Barth, Yoann Demoli, Albane Durand, Sarah Ghaffari, Bernard Jullien, Ivaylo Petev, Magali Pierre, Axel Villareal
  • Comité d’organisation : Carine Bourlard, Yoann Demoli, Nathalie de Guizelin-Marault, Axel Villareal
Présentation

S’inscrivant dans le cadre du projet CONDUIRE, financé par l’Ademe, ce colloque cherche à interroger les pratiques de déplacements des ménages en zones peu denses, en associant travaux académiques, retours d’expériences des professionnel-le-s du secteur des transports, des collectivités, des associations et des entreprises. Il a pour ambition de comprendre les ressorts de la transition vers des mobilités plus durables, inclusives et responsables, au sein des espaces où l’automobile reste prégnante dans les déplacements quotidiens.
Notre interrogation est motivée par le paradoxe, mis en lumière par de nombreux travaux, selon lequel les solutions de substitution à la voiture sont proposées et mises en place quasi exclusivement dans les espaces denses. S’il est plus ou moins aisé de se passer de l’utilisation régulière d’une voiture dans les espaces urbains en raison de l’abondance des alternatives disponibles (transports en communication, vélo, autopartage), les espaces périphériques, pourtant caractérisés par un usage intensif et croissant de la voiture, connaissent peu de solutions écologiques, inclusives et économiques à l’automobile. Or, le développement de la transition économique, écologique et sociale ne peut faire l’économie d’une étude approfondie des usages et pratiques de la voiture dans les espaces périphériques pour au moins deux raisons : d’une part, ces espaces contribuent d’une façon importante à la pollution atmosphérique ; d’autre part, ces espaces concentrent les populations pour lesquelles la voiture est à la fois indispensable, extrêmement contraignante et coûteuse.
Comment faire en sorte de développer des alternatives économiques et écologiques à la voiture dans ces espaces ? Quels sont les leviers à actionner pour changer les comportements ? Comment réduire le poids et l’impact de la voiture dans les espaces où cette dernière est perçue comme “indispensable” et “irremplaçable” ? C’est pour répondre à ces questions que le présent colloque entend faire dialoguer acteurs académiques, experts de la mobilité et élus de terrain sur ces problématiques.

Programme

Accédez au programme : Colloque “Peut-on se passer de la voiture hors des centres urbains ?”

Informations pratiques

Date : Jeudi 27 février 2020
Lieu : Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Bâtiment Vauban – Amphithéâtre 7, 47, boulevard Vauban
78 280 Guyancourt

Entrée libre sur inscription avant le 20 février 2020 : Accéder au formulaire d’inscription

Appel à candidatures 2020 : Contrats CIFRE à la Ville de Paris

Lundi 10 fév 2020

Dans le cadre du dispositif CIFRE, géré par l’ANRT, la Ville de Paris accueille au sein de ses services des doctorant.e.s dont le sujet de thèse porte sur les questions vives de la municipalité.

Un appel à candidatures est lancé pour le recrutement d’une promotion de 10 doctorant.e.s, en janvier 2021.
Toutes les disciplines de recherche sont éligibles.
Une liste de thématiques particulièrement intéressantes pour la municipalité est proposée. Cette liste n’est cependant pas limitative et d’autres sujets de recherche peuvent être présentés.

Accédez à l’appel : Contrats CIFRE à la Ville de Paris

Conditions d’éligibilité
  • Le.la candidat.e devra débuter son doctorat lors de l’année universitaire 2020-2021.
  • Le.la candidat.e devra avoir obtenu le grade de master à la date d’effet de la CIFRE (janvier 2021).
  • Le.la candidat.e ne peut pas être déjà docteur.e, avoir débuté une autre thèse, avec ou sans le bénéfice d’un autre dispositif de financement de thèse, quelle qu’en ait été sa durée.
  • Le.la candidat.e ne doit pas avoir été employé.e par la Ville depuis plus de 12 mois de façon continue ou discontinue à la date d’effet de la CIFRE.
  • Le projet de recherche présenté doit concerner un domaine d’activité de la municipalité parisienne et justifier une collaboration avec ses services.

Paru : “L’enseignement de l’architecture à Toulouse. Prémices d’une histoire” / CHAPEL Enrico, RINGON Constance (dir.), Archibooks, 2019

Lundi 10 fév 2020

“L’enseignement de l’architecture à Toulouse. Prémices d’une histoire” / CHAPEL Enrico, RINGON Constance (dir.), Archibooks, 2019, ISBN : 978-2-35733-529-5

Résumé

L’enseignement de l’architecture à Toulouse présente les résultats de recherches réalisées et en cours, ainsi que des matériaux pouvant intéresser les chercheurs, les architectes, les enseignants et les étudiants des écoles d’architecture.
L’objectif est de montrer comment l’histoire de l’enseignement de l’architecture à Toulouse et ses orientations en terme de pédagogie, de recherche et de rapports avec la profession se sont définies au fil du temps.
La première partie de l’ouvrage regroupe des contributions traitant de sujets liés à la formation des architectes toulousains depuis la création de l’Académie royale de peinture, sculpture et architecture en 1750 jusqu’à la réforme de 1968, qui voit l’édification de la nouvelle Unité pédagogique d’architecture dans le quartier du Mirail. La deuxième partie comprend les témoignages de personnalités impliquées dans la création et le développement de la recherche architecturale, urbaine et paysagère à l’École.
Enfin, la richesse potentielle des sources écrites et graphiques, les modalités et les problèmes liés à leur exploitation et les perspectives de recherches qu’elles ouvrent, sont analysées dans la troisième partie de l’ouvrage. Deux « cahiers » proposent une sélection de dessins et photographies concernant le projet et la construction de l’UPA de Toulouse au tournant des années 1960-1970, et ses extensions successives.
Le livre a pour vocation de devenir un outil de travail pour toutes celles et ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’enseignement de l’architecture en France. Il comprend les communications locales présentées à la session toulousaine du 2e séminaire régional du programme national HEnsA20 (Toulouse/ Bordeaux, 9-10 juin 2017), complétées d’autres apports.

Journée d’études doctorales “La norme et son contraire//” – ENSA Bretagne – 14 février 2020

Lundi 10 fév 2020
Organisateur

Journée doctorale organisée par Carmen Popescu (ENSA Bretagne) dans le cadre du séminaire doctoral proposé par Anne-Marie Châtelet (ENSA Strasbourg) / Hélène Jannière (Université Rennes 2) / Jean-Baptiste Minnaert (Sorbonne Université).

Présentation

Associant une analyse de sources écrites et pièces graphiques à une enquête auprès des acteurs diversement impli-qués dans les projets – architecte, bureau d’études, maître d’ouvrage, entreprise – la communication cherchera à restituer le processus de négociation que ces acteurs mènent entre les règles de construction et la non-conformité à leur égard des deux équipements scolaires dessinés par Gilles Perraudin. Nous prêterons notre attention à la ma-nière dont les projets se heurtent à ces règles et sont par conséquent adaptés et construits ou arrêtés définitivement. Enfin, nous tenterons à situer ces projets par rapport à une culture constructive en pierre qui se renouvelle en France et notamment à Paris depuis une décennie, tant du point de vue du nombre de réalisations que de leur qualité.

Programme

Accédez au programme : Journée d’études doctorales

Intervention membre UMR AUSser

Natalia Petkova (ACS/AUSser) : À l’encontre d’une norme constructive : Les équipements scolaires en pierre massive de Gilles Perraudin
Le chai viticole conçu et construit par Gilles Perraudin en 1991 à Vauvert à l’aide de blocs de pierre cyclopéens empi-lés à sec, s’affiche – de par son matériau et la technique de mise en oeuvre – à contre-courant de la production archi-tecturale de l’époque. Il tranche aussi avec la production antérieure de l’architecte, qui associé à Françoise-Hélène Jourda avait été l’un des protagonistes de la tendance hightech française. L’abstraction et la radicalité de cet édifice privé est notamment lié au fait que l’architecte a pu s’affranchir des nombreuses règles relatives à la construction.C’est en répondant à deux commandes publiques d’importance au cours des années qui suivent que Gilles Per-raudin est amené à tenir compte des règles en vigueur dans ses recherches sur ce nouveau-ancien matériau. Cette communication propose ainsi de revenir sur la conception du Centre de formation des apprentis de Marguerittes et le collège 1100 de Vauvert (projet finalement non réalisé)

Paru : “Frank Lloyd Wright, cinq approches” / Daniel Treiber, Editions Parenthèses, 2020

Vendredi 07 fév 2020

“Frank Lloyd Wright, cinq approches” / Daniel Treiber, Editions Parenthèses, 2020, 1 Vol. (320 p.), ISBN 978-2-86364-338-9

Accédez au site de l’éditeur : Frank Lloyd Wright, cinq approches

Résumé éditeur

Géant de l’architecture du xxe siècle, Frank Lloyd Wright fut tout au long de sa carrière une figure hors norme qui, jusqu’au bout, se refusa aux limites — de l’espace, de la matière et du temps. Son œuvre, rythmé par des « périodes » marquées, et nourri de continuels renouveaux, n’a d’ailleurs pas fini de séduire, de questionner, d’inspirer. Ainsi en va-t-il de l’auteur de cet ouvrage, dont c’est là le second qu’il consacre au « maître » américain. S’éloignant d’une perspective monographique, il propose ici une analyse sensible en cinq approches, comme autant de facettes d’un miroir tendu, d’un siècle à l’autre, vers cet immense architecte, ses dessins, ses écrits, sa vie, ses utopies. Un miroir qui reflète une image à la fois moins connue de Wright et, étonnamment, plus familière. De la Californie au désert de l’Arizona, d’icônes architecturales en projets confidentiels, on découvre un homme qui, jusqu’à ses 90 ans, aura été d’une exceptionnelle modernité, cherchant à s’accorder toujours davantage avec le vivant, l’« organique » et la Terre dont il se disait l’émissaire. Un Frank Lloyd Wright que la vie a conduit à penser grand et à voir loin : loin jusqu’à nous, à qui il a encore à dire.

Appel à candidatures “Chaires d’excellence internationale” (date limite : 29 avril 2020)

Vendredi 07 fév 2020

À travers cette aide qui permet d’attirer des chercheurs internationaux de renommée mondiale, la Région soutient la recherche et renforce la visibilité internationale de l’Île-de-France et l’attractivité des campus franciliens.

Accédez à l’annonce : Chaires d’excellence internationale

Pour quel type de projet ?

Le dispositif Chaires d’excellence internationale Blaise Pascal permet de cofinancer l’accueil de chercheurs pendant au moins 12 mois, éventuellement répartis sur 24 mois, dans un établissement d’enseignement supérieur et de recherche en Île-de-France en leur offrant des moyens pour réaliser un projet de recherche ambitieux.
Les projets de recherche proposés sont portés par des chercheurs en poste à l’étranger, sans condition de nationalité, et intègrent un programme pédagogique et des activités de dissémination des résultats des travaux.

Qui peut en bénéficier ?

Associations
Collectivités – Institutions
Sont éligibles les établissements d’enseignement supérieur ou de recherche publics ou privés à but non lucratif situés en Île-de-France dont les laboratoires vont accueillir les chercheurs internationaux titulaires des Chaires.

Quelle est la nature de l’aide ?

La subvention régionale peut s’élever jusqu’à 170.000€.
Elle permet de couvrir les dépenses en fonctionnement liées à la rémunération du chercheur ainsi que les moyens de fonctionnement nécessaires à la réalisation du projet :

  • Recrutement de professionnels de la recherche (doctorants, post-doctorants, assistants, etc.),
  • Frais de mobilité,
  • Frais d’installation,
  • Organisation de colloques ou séminaires.
Informations pratiques

Date limite de dépôt de dossier : 29 avril 2020
Plus d’informations : https://www.iledefrance.fr/chaires-dexcellence-internationale-blaise-pascal

Appel à projets “Mécénat Architecture et paysage” – Caisse des dépôts et consignations (date limite : 29 mars 2020)

Vendredi 07 fév 2020
Appel

Accédez à l’appel : Mécénat Architecture et paysage

Date limite de dépôt des projets : 29 mars 2020 inclus

Le mécénat de la Caisse des dépôts lance pour la cinquième année consécutive un appel à candidatures pour soutenir la recherche et l’innovation dans le champ de l’architecture et du paysage en France. Pleinement engagée pour la réduction des fractures territoriales et sociales de notre pays, la Caisse des Dépôts entend promouvoir des travaux de recherche qui contribuent à ces objectifs en prenant la mesure des enjeux environnementaux et sociaux auxquels notre société doit faire face. Le soutien au renouvellement des pratiques des architectes et des paysagistes nous apparaît en effet comme une priorité. Il est indispensable de faire évoluer nos façons de bâtir pour agir en France sur le niveau des émissions de gaz à effet de serre ; il nous faut nous interroger sur l’intégration architecturale et paysagère de nos lieux de production industriels et agricoles ; il nous faut inventer des méthodes d’aménagement mieux adaptées aux spécificités de chaque territoire. Nous sommes convaincus que la recherche en architecture et en paysage possède une partie des solutions : c’est l’objet de cet appel à candidatures 2020. Cet appel a également pour but de faire émerger des travaux de recherche innovants qui favorisent la prise en compte des impératifs écologiques et sociaux par les praticiens de l’architecture et du paysage. Les visées de ces travaux seront multiples : enrichir les savoirs théoriques et pratiques en architecture et en paysage, capitaliser sur cette connaissance, accroître le niveau de formation, de qualification et d’expertise des professionnels concernés, enfin favoriser l’émergence d’usages individuels et collaboratifs intégrant les nouvelles normes techniques et juridiques. Le sens de notre démarche est de valoriser les pratiques de recherche et d’innovation portées par les diplômés au sein des écoles, par les enseignants et par les agences, collectifs ou autres structures professionnelles, afin de réunir les acteurs académiques, professionnels et économiques. Les résultats de ces recherches constitueront un foyer de réflexion pour mieux anticiper les évolutions futures en matière d’architecture et de paysage.

Thématiques

Le projet de recherche porté par le candidat ou l’équipe candidate doit s’inscrire dans au moins l’un des objectifs ci-dessous :
– Agir pour préserver les équilibres climatiques et écologiques
– Accompagner la transformation territoriale
– Renforcer la cohésion sociale

Parution : Revue Ædificare n°5 sur « L’Entrepreneur de bâtiment : nouvelles perspectives (Moyen-Age – XXe siècle) » / coordonné par Valérie Nègre et Sandrine Victor, Association Francophone d’Histoire de la Construction, février 2020

Vendredi 07 fév 2020

Revue Ædificare numéro 5 sur « L’Entrepreneur de bâtiment : nouvelles perspectives (Moyen-Age – XXe siècle) » coordonné par Valérie Nègre et Sandrine Victor, Association Francophone d’Histoire de la Construction, février 2020

Sommaire Accédez au sommaire Aedificare n°5Télécharger

Pages