Actualités du carnet de veille d'AUSser

S'abonner à flux Actualités du carnet de veille d'AUSser
Architecture Urbanisme Société : Savoirs, Enseignement, Recherche
Mis à jour : il y a 2 heures 1 min

[Visio-conférence] Colloque international « 1989, hors-champ de l’architecture officielle. Des petits mondes au Grand » – Laboratoire ACS, Architecture, Culture Société/UMR AUSser 3329 – 19 mars 2021

Jeudi 04 mar 2021

Le  colloque « 1989, hors-champ de l’architecture officielle. Des petits mondes au Grand » organisé par le Laboratoire ACS, Architecture, Culture Société/UMR AUSser 3329, se tiendra le 19 mars 2021.

Le colloque se tiendra uniquement en distanciel, sur plateforme Zoom.
Le lien de connexion sera envoyé exclusivement aux inscrits.
Les inscriptions se font par mail avant le 15 mars à l’adresse : colloque1989@gmail.com, en précisant vos nom, prénom, établissement et mail de contact.

Comités

Conseil scientifique :
George Arbid, co-fondateur et directeur de l’ACA-Arab Center for Architecture, Beyrouth
Sabri Bendimérad, Maître de conférence TPCAU à l’ENSA Paris-Belleville, membre du laboratoire Architecture, Culture, Société / UMR AUSser 3329.
Mihaela Criticos, Professeure d’histoire et théorie de l’architecture, Université d’Architecture et d’Urbanisme « Ion Mincu », Bucarest.
Anne Debarre, Maître de conférence HCA à l’ENSA Paris-Malaquais, membre du laboratoire Architecture, Culture, Société / UMR AUSser 3329.
Jac Fol, Professeur SHS à l’ENSA Paris-Malaquais, directeur du laboratoire Architecture, Culture, Société / UMR AUSser 3329.
Ana Tostões, Professeure d’histoire et théorie de l’architecture Tecnico, Ulisboa, Lisbonne, Présidente de Docomomo International.

Comité d’organisation :
Tanguy Aubin, étudiant M2 ENSA Paris-Malaquais.
Sabri Bendimérad, Maître de conférence TPCAU à l’ENSA Paris-Belleville, membre du laboratoire Architecture, Culture, Société / UMR AUSser 3329.
Anne Debarre, Maître de conférence HCA à l’ENSA Paris-Malaquais, membre du laboratoire Architecture, Culture, Société / UMR AUSser 3329.
Emma Filipponi, Chargée de cours à l’École Spéciale d’Architecture, membre associé du laboratoire Architecture, Culture, Société / UMR AUSser 3329.
Jac Fol, Professeur SHS à l’ENSA Paris-Malaquais, directeur du laboratoire Architecture, Culture, Société / UMR AUSser 3329.

Présentation

À la croisée de l’architecture et des sciences humaines, en utilisant la date de 1989 avec le double rôle de prétexte et de repère, ce colloque vise à tenter une archéologie architecturale du présent. Une investigation,  qui relève de ce que l’on a pu appeler «  l’histoire du temps présent  », qui part de la France pour s’ouvrir peu à peu à des perspectives internationales. 

Programme Accédez au programme du ColloqueTélécharger

[Visio-conférence] Séminaire « Culture de la recherche » – Unité de recherche ATE (ENSA Normandie) – 4 mars 2021

Jeudi 04 mar 2021

Le Séminaire « Culture de la Recherche » est organisé par l’Unité de recherche ATE (Architecture, Territoire, Environnement) et aura lieu le jeudi 4 mars 2021, à l’ENSA Normandie de 9h20 à 13h00.

Pour accédez à ce séminaire : cliquez ici

Programme

Accédez au programme complet : cliquez ici

Participation membre UMR AUSser

10H45 : Natalia Petkova (ACS/AUSser) : Form follows material : Le cas de l’architecture
contemporaine en pierre massive.

Avec, de, en, nombreuses sont aujourd’hui les architectures définies au moyen du ou des matériaux dont elles sont faites. À travers l’étude de l’architecture contemporaine en pierre massive, cette recherche doctorale a pour objectif de problématiser cette tendance au regard de la théorie
et de la pratique de l’architecture d’aujourd’hui. Elle associe un travail sur un corpus de textes de
référence à une enquête sur le terrain et auprès d’une multiplicité d’acteurs.

Des membres AUSser durant cette demi-journée :
Introduction : Caroline Maniaque (membre associé IPRAUS/AUSser)
Discutants : Lionel Engrand (membre associé IPRAUS/AUSser), Camille Bidaud (membre associé IPRAUS/AUSser), Valery Didelon (membre associé ACS/AUSser)


[Visio-conférence] Table-ronde « La revue : outil de formulation et de transfert des théories architecturales et urbaines (années 1950-1980) » – Université Paris1 Panthéon-Sorbonne – 18 mars 2021

Mercredi 03 mar 2021

La table-ronde « La revue : outil de formulation et de transfert des théories architecturales et urbaines (années 1950-1980) »
organisée par Nicole Cappellari (Doctorante, Université Paris1 Panthéon-Sorbonne / Università Iuav di Venezia) et Julien Correia  (Doctorant IPRAUS/AUSser, Université Paris-Est / ENSA Paris Belleville) se tiendra le jeudi 18 mars 2021 à 14h-17h30, en ligne.

Pour accéder à la table-ronde : Cliquez ici

Pour tout renseignement ou question : nicole.cappellari@gmail.com ou correiajulien1@gmail.com

Programme

Le programme prévoit le témoignage de Jacques Lucan (Professeur honoraire, EAVT / EPFL) autour de la rédaction des revues AMC et Matières, trois interventions par Nicole Cappellari et Julien Correia | Alessandro Benetti (Doctorant, Université Rennes 2 / Politecnico di Milano) | Loup Calosci (Doctorant, AHTTEP/AUSser, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / ENSA Paris La Villette) ainsi qu’une table-ronde modérée par Federico Ferrari (ACS/AUSser, Maître de conférences, ENSA Nantes).

Accédez au programme détaillé de la table-rondeTélécharger

[Visio-conférence] Soutenance de thèse de doctorat de Marina Rotolo : « La production de la ville en contexte labellisé. Matera, Capitale européenne de la culture en 2019 » – IPRAUS/AUSser (ENSA Paris-Belleville) – 17 mars 2021

Mercredi 03 mar 2021

La soutenance de thèse de doctorat en architecture de Marina Rotolo « La production de la ville en contexte labellisé. Matera, Capitale européenne de la culture en 2019 » se déroulera en visio-conférence le mercredi 17 mars 2021 à 14h.
sous la direction de Nathalie Lancret et co-encadrée par Adèle Esposito
Ecole doctorale Ville, Transports et Territoires
Laboratoire d’accueil : IPRAUS/AUSser

La soutenance sera retransmise en streaming sur youtube. Le lien sera donné prochainement.

Membres du jury
  • Nathalie Lancret, directrice de la thèse, Directrice de recherche, IPRAUS/AUSser, ENSA Paris-Belleville
  • Adèle Esposito, co-encadrante de la thèse, Chargée de recherche, IPRAUS/AUSser
  • Maria Gravari-Barbas, Rapportrice, Professeur, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
  • Laurent Devisme, Rapporteur, Professeur, ENSA de Nantes
  • Nora Semmoud, Examinatrice, Professeur, Université de Tours
  • Vincent Veschambre, Examinateur, Conservateur en chef du patrimoine, Fonction publique territoriale
  • Charles Ambrosino, Examinateur, Maître de conférences, IUAG de Grenoble
Résumé

Analysés comme un des leviers du basculement dans un régime de concurrence entre les villes, les processus de labellisation s’inscrivent dans une ère définie par la compétition internationale (Winter, 2014). Dans ce contexte, les prix et labels sont devenus des outils d’action publique pour inciter les villes à innover et diffuser un certain nombre de « bonnes pratiques » (Devisme et al, 2008). Ces stratégies s’accompagnent de profondes transformations urbaines qui visent à renouveler l’image des villes afin d’attirer un nouveau public de visiteurs et d’investisseurs. Cet enjeu de visibilité est particulièrement manifeste dans le cas de villes moyennes qui cherchent à
se distinguer dans la sphère globalisée et devenir attractives. Cette recherche doctorale vise à analyser les mutations du territoire urbain de Matera qui interviennent à la suite d’une double labellisation : en 1993, la ville est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco ; en
2014, elle est choisie comme Capitale Européenne de la culture1 pour l’année 2019.
La recherche interroge les effets des labellisations sur la production de la ville par la mise en oeuvre de plusieurs ‘générations’ de politiques d’aménagement : de la même manière que les « strates de labellisation » se superposent – explique Fournier (2014) – les politiques urbaines
aux objectifs différents se succèdent. S’inscrivant dans le champ des études urbaines, notre étude est orientée vers trois domaines de réflexion : les représentations, la planification urbaine et les jeux d’acteurs Sous le prisme de la labellisation, nous nous demandons comment les représentations sont construites et instrumentalisées. Plus particulièrement, nous portons notre attention sur la relecture des héritages dans la production urbaine contemporaine. De ce point de vue, Matera constitue un cas d’étude éclairant, dans la mesure où nous faisons dialoguer la récente labellisation CEC avec l’histoire longue de la ville et sa patrimonialisation UNESCO en Ville stigmatisée de « honte nationale » au symbole de Capitale culturelle, la reconversion de l’image de Matera opérée à travers les labels, nous engage à analyser la manière dont ce renversement se traduit dans la politique d’aménagement ou résulte de celle-ci.
Dans cette perspective, notre objectif est d’interroger la manière dont la labellisation modifie les modes de conception et de gestion d’une ville moyenne. Pour ce faire, nous nous attachons à étudier les systèmes d’acteurs spécifiques mobilisés dans les projets relatifs au label Capitale européenne de la culture, leurs niveaux d’intervention (nationale, européenne, internationale) et les visions prospectives qui en découlent à l’échelle urbaine, architecturale et paysagère. Notre analyse porte également sur les transformations qui restent en marge de la labellisation et engagent des restructurations plus profondes sur l’ensemble de la ville. La participation habitante étant l’un des critères fondamental pour l’obtention du label CEC, nous questionnons la place des citoyens dans ce processus et le rôle qui leur est attribué : acteurs ou spectateurs.
Les transformations socio-spatiales de la ville de Matera constituent ainsi, dans notre thèse, à la fois un objet d’analyse en soi – la production de la ville en contexte labellisé – et comme un analyseur des enjeux économiques et politiques associés à la labellisation.

Mots clés : labellisation, Italie, Matera, Capitale européenne de la culture, patrimoine, projet urbain, représentation.

[Visio-conférence] 6ème Petites Leçons de Ville : « Construire low-tech » – CAUE de Paris – 11 mars

Mercredi 03 mar 2021

Le CAUE de Paris vous invite à la conférence « Construire low-tech », sixième soirée de son cycle « 10 ans pour tout changer, 10 soirées pour en parler ! » qui se déroulera en ligne le Jeudi 11 mars de 18h30 à 20h30.

Accédez à l’information : Construire low-tech

6/10. CONSTRUIRE LOW-TECH

La lumière, la ventilation et le confort thermique sont les qualités indispensables d’un lieu de vie. Les objectifs fixés par les réglementations induisent le recours à des dispositifs toujours plus techniques et consommateurs d’énergie. Pourtant, certaines méthodes ancestrales permettaient déjà de construire des édifices sains et confortables.
Comment se réapproprier des savoir-faire bioclimatiques ?

Programme

Histoire des techniques dans la construction, par Emmanuelle Gallo (AHTTEP/AUSser), architecte et docteure en histoire de l’art

La petite fabrique Ivry-Levassor par Nathalie Chazalette et Delphine Paillard, Directions Constructions Publiques et Architecture de la ville de Paris

Le confort thermique dans les écoles de La Réunion, par Catherine Morel, directrice du CAUE 974

[Visio-conférence] Colloque international « Beyond Creative Cities : People, Place, Innovation » – 1er et 2 avril 2021

Lundi 01 mar 2021
Organisateurs

Le workshop “Beyond creative cities” se déroulera les 1er et 2 avril 2021 à Nantes. Ce workshop est organisé par les programmes de recherche SCAENA (financé par l’Agence Nationale de la Recherche) et DEMEXTRA (financé par le PUCA – Plan Urbanisme Construction Architecture). Il s’inclut dans l’événement “Nantes, Capitale Européenne de l’Innovation”, organisé par Nantes Métropole, qui a reçu le prix de Capitale européenne de l’innovation en 2019, récompensant notamment sa capacité à impliquer les citoyens dans un façonnement commun de la ville.

Présentation

Ce colloque a pour objectif de réunir des chercheurs, des professionnels et des organisations publiques et privées et d’aborder les questions des modèles d’innovation, des relations entre activités artistiques et technologies digitales, de l’innovation territoriale et de la fabrique de la ville.

L’objectif principal de ce workshop est de relire l’idée de ville créative à la lumière des enjeux du XXIe siècle.
1.    Au-delà des classes créatives, une société coopérative basée sur l’ethos du maker ?
2.    Au-delà des clusters créatifs, de nouvelles voies d’innovation ?
3.    Au-delà de la ville créative, des régimes d’innovation urbaine ?


Accédez au site : Beyond creative cities

Participation membre UMR AUSser

Marina Rotolo (IPRAUS/AUSser) :  « Quand la community rencontre la « comunità » :Le cas de Matera, Capitale européenne de la culture 2019 »

Appel à candidature : Édition 2021 du Prix de thèse « Valois » Jeunes chercheuses et chercheurs (date limite : 31 mai 2021)

Lundi 01 mar 2021

Créé en 2017 et porté par le Comité d’histoire du ministère de la Culture, le Prix de thèse « Valois » Jeunes chercheuses et chercheurs lance ce lundi 1er mars 2021 son édition 2021.

Accédez à l’annonce en ligne : Prix de thèse « Valois » Jeunes chercheuses et chercheurs

Présentation

Il a pour objectif d’encourager les chercheurs dans leurs travaux portant sur tous les champs des politiques culturelles et des institutions qui les mènent. En retour, ces travaux, par leur publication, seront portés à la connaissance de la société et éclaireront les décisions publiques. Quels que soient les disciplines et les champs culturels : patrimoines, création, médias et industries culturelles, ou encore langues de France, les recherches porteront plus largement sur tous les aspects de ces politiques publiques : institutions, professions, socio-économie de la culture, etc.

Les recherches éclaireront les politiques ministérielles sur le temps long. Elles aborderont les questions d’accès à la culture, de transmission des savoirs et de cohésion sociale et situeront les politiques culturelles dans l’ensemble des politiques publiques en faveur du développement des territoires, y compris avec une dimension comparatiste.

Ce prix, placé sous l’égide du Comité d’histoire du ministère de la Culture, récompensera trois thèses portant sur les politiques culturelles ainsi définies. Le jury, nommé par la présidente du Comité d’histoire, est constitué de sept membres.

Le prix de thèse « Valois » est une aide à la publication de la thèse de doctorat. Le montant qui sera attribué à chaque thèse primée s’élève à 8 000 euros.

Les thèses doivent être rédigées en français. Elles doivent avoir été soutenues entre le 1er janvier 2020 et le 30 avril 2021.

Règlement Prix-de-these-Valois-2021-reglement_Télécharger Informations pratiques

Date de clôture du dépôt des candidatures : 31 mai 2021.
Les noms des lauréat(e)s seront annoncés en novembre 2021.
Les candidats s’inscrivent au Prix de thèse « Valois » 2021 en adressant au Comité d’histoire du ministère de la Culture leur dossier par dépôt numérique, en format PDF, au plus tard le 31 mai 2021 à l’adresse ci-dessous :  https://mesdemarches.culture.gouv.fr/loc_fr/mcc/requests/POLIT_PRIX_these_01.

[Visio-conférence] Séminaire « Construction des futurs urbains : enjeux pour la recherche » – Futurs Urbains – 3 mars 2021

Lundi 01 mar 2021

La séance #1 du séminaire « Construction des futurs urbains » aura lieu le mercredi 03 mars 2021|9H30-17H00, en visio-conférence.

Pour assister à cette séance :
Lien Zoom : https://univ-eiffel.zoom.us/j/81827821108
ID de réunion : 818 2782 1108
Mot de passe : XS7vhNu1

Présentation

La question de la construction collective des futurs urbains est posée avec force au regard des défis (par ailleurs interdépendants) auxquels sont confrontées des sociétés contemporaines toujours plus urbanisées : défis climatiques, écologiques, sanitaires, socio-politiques, économiques, géopolitiques…

Les enjeux épistémologiques, théoriques, méthodologiques et politiques de l’étude scientifique de cette question sont considérables, dans un contexte de remise en cause des ressorts de la légitimité scientifique hérités de la modernité, d’évolution de la place des chercheurs dans la société et de pluralisation des savoirs et des expertises admis dans le débat public ou cherchant à s’y faire une place.

Une réflexion collective sur ces sujets paraît d’autant plus à propos qu’un nombre croissant de chercheurs et chercheuses entendent contribuer en tant que chercheur.e.s à l’avènement de futurs qu’elles ou ils considèrent comme désirables (ou à l’évitement de futurs indésirables).

Le labex Futurs urbains a donc souhaité organiser un séminaire consacré à la construction des futurs urbains et ses enjeux pour la recherche, dont cette journée constitue la séance introductive.

Lors de cette séance, Céline Granjou, Nathalie Blanc et Carlos López Galviz exploreront trois modalités de la présence du futur —un futur prenant des formes toujours multiples, souvent concurrentes ou conflictuelles et parfois résolument incompatibles — dans les transformations environnementales et urbaines actuelles ou passées
– Comment ces futurs — imaginés, prévus, projetés, désirés, redoutés… — sont-ils pris en compte par les acteurs et comment affectent-ils leurs actions ?
– Comment peut-on appréhender scientifiquement cette « présence du futur » ?
– Cette attention au futur reflète-t-elle, chez les chercheurs qui la revendiquent, une conception spécifique, une théorie particulière du changement (urbain, environnemental, social…)

Programme

Accédez au programme et à la présentation des intervenants : cliquez ici

[Appel] 13e édition prix de l’article scientifique en aménagement de l’espace et urbanisme / APERAU (date limite : 5 avril 2021)

Vendredi 26 fév 2021

La treizième édition du prix de l’article scientifique en aménagement de l’espace et urbanisme est lancée par l’Association internationale pour la promotion de l’enseignement et de la recherche en aménagement et en urbanisme (APERAU), avec le soutien de la Caisse des dépôts.
Les articles publiés en 2020 peuvent être adressés au jury international jusqu’au 5 avril 2021.

Appel Accédez à l’appel APERAU-Prix-article-2021Télécharger Membres du comité de sélection

Samia BENABBAS KAGHOUCHE, Vice-Présidente de l’Académie algérienne des Sciences et Technologies
Mario CARRIER, Université Laval, Québec
Laurent DEVISME, École nationale d’architecture de Nantes
Isabelle LAUDIER, Institut de la Recherche – Caisse des Dépôts et Consignations
Patricia LEJOUX, LAET – ENTPE Lyon
Daniel LE COUEDIC, Institut de Géoarchitecture, UBO-Brest, Président du jury
Frédéric SEITZ, Paris, Professeur des Universités honoraire

Objectifs

• Mettre en valeur la contribution de chercheurs et de professionnels francophones de l’aménagement et de l’urbanisme à travers leurs publications dans des revues ou ouvrages traitant de la ville et des territoires
• Attirer l’attention du monde universitaire et des autres parties intéressées, sur l’ensemble des travaux menés dans le domaine de l’aménagement de l’espace
• Contribuer à la diffusion de la littérature scientifique dans le domaine, entre les différentes cultures académiques nationales

Procédure de soumission d’articles

Sont concernés par le Prix :

• les articles publiés dans des revues à comité de lecture
• les contributions à ouvrage collectif
• tout chapitre d’ouvrage émanant d’un ou plusieurs auteurs
Les mémoires, thèses ou rapports de recherche (« littérature grise »), ne constituant pas des publications à part entière, ne sont pas examinés dans le cadre du Prix.

Les articles soumis doivent être rédigés en français. Les auteurs n’ont pas nécessairement un rattachement institutionnel à un institut membre de l’APERAU.
Pour l’édition 2021 du prix, sont concernées les publications parues en 2020.
Les contributions doivent être soumises en format électronique (type pdf). Aucune contribution ne doit dépasser 9 000 mots (références bibliographiques, tableaux et schémas inclus).

Informations pratiques

Date limite de soumission des articles : Lundi 5 avril 2021
Proclamation des résultats lors des 22e rencontres internationales en urbanisme de l’APERAU, du 7 au 10 juin 2021

– Où envoyer les articles ?
Les articles doivent être envoyés (en PDF) au secrétariat du prix : Adresse courriel : aperau@geoarchi.bzh
(indiquer « prix de l’article APERAU » en objet du courriel)
Un accusé de réception sera adressé par courriel. Si un candidat ne le reçoit pas, il est de sa responsabilité de se manifester par courriel avant la date limite pour s’assurer de la bonne réception du papier.

Call for papers Special Issue [EN BLANCO. REVISTA DE ARQUITECTURA] #31 (October 2021) : « The Architecture of the Universities » (deadline: 15 may 2021)

Vendredi 26 fév 2021

CALL FOR PAPERS SPECIAL ISSUE [EN BLANCO. REVISTA DE ARQUITECTURA] #31 (OCTOBER 2021)
EDITOR: DÉBORA DOMINGO-CALABUIG
Call : click here

Presentation

This special issue of [En Blanco. Revista de Arquitectura] #31 invites papers that reflect on university architecture and urbanism, and examine the diversity of this subject from current, retrospective or comparative perspectives. In particular, unpublished contributions are invited which are the result of research work and which, by focusing on spatial design, bring innovation to the following questions:

University architecture and its design processes: the specific design of university buildings and campuses (present and past) and their spatial response to programmatic needs, from planning through to their completion; the processes of architectural and urban design specific to this topic, and the graphic approaches resulting from the conception of hybrid programmes of building and urban scale.

The relationship between architecture and urban planning, and forms of knowledge transmission: formal and informal spaces for learning in higher education; the adaptation of physical space and learning methodologies in universities in the era of digital transformation (emergence of the digital classroom); the particular case of buildings intended for teaching in architecture and their connection with the specific educational features of the discipline.

The prospects for the evolution of university architecture and urban planning: the updating of campuses and infrastructures and their spatial and technical adaptation to new needs; the current challenges facing university campuses (sustainability, energy efficiency, and digital transformation); the image and the embodiment of the new definition of the university in terms of its market rules as an institution, its management and its corporatisation.

Modalités

CONTACT DETAILS:
Débora Domingo-Calabuig, Universitat Politècnica de València (dedoca@pra.upv.es)

SCHEDULE
2021.02.15 Publication of the call for papers
2021.05.15 Deadline for the reception of articles
2021.10. Publication [En Blanco. Revista de Arquitectura] #31

INSTRUCTIONS FOR AUTHORS AND SUBMISSIONS: https://polipapers.upv.es/index.php/enblanco/about/submissions

[Parution] La lettre des nouveautés du Carnet AUSser n°93 du 25 février 2021

Jeudi 25 fév 2021

La lettre des nouveautés du Carnet AUSser n°93 du 25 février 2021 est parue : cliquez ici

Vous découvrirez les actualités des membres de l’UMR AUSser (colloques, séminaires, expositions, publications) et des informations relatives à nos thématiques de recherche.

Retrouvez la collection de cette lettre : cliquez ici

Suivez nos actualités en allant aussi sur : Facebook, Linkedin, Portail documentaire.

Le prochaine lettre paraîtra le mardi 30 mars 2021.

[Parution] « Jawa Tengah Combo » / Denis Bocquet (Texte), Fred Maillard (Photos et conception) et Loup Calosci (Photos), octobre 2020

Jeudi 25 fév 2021

« Jawa Tengah Combo » / Denis Bocquet (Texte), Fred Maillard (Photos et conception) et Loup Calosci (Photos), octobre 2020
Impression offset sur papier 250g/m 2 par Media Graphic. Boite de conservation carton cannelé ph neutre 560g/m 2, marquage sérigraphique par OuOùOuh. Accompagnement éditorial Terrain de Jeux. 156 x 195 mm, 84p., ISBN 978-2-9574189-0-9

Accédez à l’annonce : Jawa Tenga Combo

Présentation

Le livre montre les notations photographiques des formes et motifs urbains, saisis dans plusieurs villes de Jawa Tengah (Java Central) par Fred Maillard, artiste plasticien et Loup Calosci (AHTTEP/AUSser), architecte. Sur une durée de trois semaines, prises séparément et sans concertation préalable, leurs photos se complètent et se prolongent pour dessiner un paysage urbain javanais synthétique et lacunaire. À travers une typologie en 12 traits, et accompagné d’un texte de Denis Bocquet(1), le livre esquive une approche purement documentaire pour utiliser l’incomplétude de la collecte et la partialité de leurs échos formels com me règles d’ordonnancement et d’organisation. Dans sa boite de conservation, Jawa Tengah Combo évoque à la fois le jeu de société et le jeu de construction ; une boite de Lego à laquelle des pièces manqueraient.

Article lié à cet ouvrage

Un article en ligne : « Photographic Reflections of/on Urbanity: The Creative Resilience of Java’s Slums » / Denis Bocquet, Loup Calosci (AHTTEP/AUSser), Fred Maillard, février 2021

Accédez à cet article : Photographic Reflections of/on Urbanity

[Visio-conférence] Soutenance de thèse de doctorat de Franck Houndégla : « L’immeuble mixte, dispositif architectural vecteur de transformations du paysage urbain de villes africaines. Cas d’étude au Bénin » – IPRAUS/AUSser (ENSA Paris-Belleville) – 4...

Jeudi 25 fév 2021

Franck Houndégla soutient sa thèse de doctorat en architecture : « L’immeuble mixte, dispositif architectural vecteur de transformations du paysage urbain de villes africaines. Cas d’étude au Bénin » sous la co-direction de Nathalie Lancret (IPRAUS/AUSser) et Noël Diogo (Université d’Abomey-Calavi -Ecole polytechnique)
Ecole Doctorale : VTT – Ville, Transports et Territoires
Laboratoire d’accueil : UMR AUSser/IPRAUS – Institut Parisien de Recherche Architecture Urbanistique Société (ENSA Paris-Belleville)
Date : 4 mars 2021, 13h

Le public pourra suivre en visio via un lien qui sera envoyé sur demande à l’adresse mel : atelier@franckhoundegla.com

Membres du jury
  • Rapporteur(s) : Jérôme CHENAL (Université Mohammed VI), Emmanuel AMOUGOU (Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-La Villette)
  • Examinateur(s) : Monica CORALLI (Ecole africaine des métiers de l’architecture et de l’urbanisme -EAMAU), Cristiana MAZZONI (directrice UMR AUSser, Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville), Dominique MALAQUAIS (Institut des mondes africains -CNRS), Joseph ADANDÉ (Université d’Abomey-Calavi)
  • Co-directeur(s) : Nathalie LANCRET (IPRAUS/AUSser, Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville), Noël DIOGO (Université d’Abomey-Calavi -Ecole polytechnique)
Résumé

La pratique régulière de villes d’Afrique subsaharienne révèle des paysages en transformation rapide marqués par l’évolution des formes architecturales et urbaines, l’apparition de nouvelles esthétiques urbaines et la mutation des modes de vie citadins. La recherche porte sur la transformation la rue, dans son esthétique, sa spatialité et ses usages sous l’effet des nouvelles pratiques de construction populaire. Notre terrain d’étude est la conurbation littorale du sud-Bénin structurée par Cotonou et Porto-Novo, espace métropolisé marqué par une expansion urbaine rapide, une densification progressive des formes urbaines, et d’intenses mobilités quotidiennes. Un dispositif architectural nous apparaît central dans ces transformations : l’immeuble mixte. Ce bâtiment privé produit en autopromotion, généralement financé, bâti puis occupé progressivement, et réalisé sans l’intervention d’un architecte, combine espace marchand sur rue et espace résidentiel aux étages. Nous faisons l’hypothèse qu’il est vecteur de renouvellement architectural et de transformations urbaines, et révélateur d’évolutions culturelles, techniques et économiques. Notre recherche explore les relations entre l’objet bâti et le paysage urbain. Ces deux échelles et registres d’analyse permettent de questionner la nature des transformations architecturales et urbaines dont il est porteur, les ruptures et continuités avec les héritages architecturaux et urbains qu’il donne à lire, et les nouveaux référents qu’il convoque. Nous interrogeons également la part des choix et du hasard dans la matérialité construite et l’esthétique produite, et la façon dont les usages marchands et résidentiels sont renouvelés par ces transformations architecturales et urbaines. Les observations et analyses nous montrent que l’immeuble mixte est support de nouvelles expressions architecturales et stylistiques qui sont à l’origine de nouvelles formes d’éclectisme architectural, et, par sa diffusion urbaine, il est moteur de transformations spatiales et esthétiques du paysage de la rue et des formes urbaines.

[Webinaire] Rencontres Virilio : « Géopolitique de l’accident » – animé par Stéphane Paoli en direct du musée maritime de La Rochelle – 2 avril 2021

Jeudi 25 fév 2021

Une rencontre au musée maritime de La Rochelle animée par Stéphane Paoli et qui se déroulera en webinaire le 2 avril 2021.

Information en lignecliquez ici
S’inscrire : cliquez ici

Organisateur

Évènement organisé par Thierry Paquot, Jean Richer (ACS/AUSser), Virginie Segonne et Sophie Virilio, En partenariat avec le CAUE de la Charente-Maritime, la Ville de La Rochelle, le Fonds Audiovisuel de Recherche, le Musée Maritime de La Rochelle et la librairie Les Saisons.

Présentation

Paul Virilio a élaboré le théorème suivant : « Tout progrès technique génère son accident ». Partant de là, la géohistoire des techniques exige une autre chronologie, une autre présentation et une autre appréciation. Il n’est plus possible de croire en un « progrès technique » dispensant ses bienfaits sans prendre en considération sa part d’ombre, d’où l’idée d’associer au musée des arts et techniques, un musée des accidents… Avec l’hégémonie de la vitesse, devenue le seul critère du progrès technique, le couple espace/temps a divorcé. Dorénavant chacun se déploie indépendamment de l’autre. Ce qui bouleverse la géopolitique. Celle-ci combine dorénavant temps réel et géolocalisation dans l’approche de n’importe quelle situation. Ainsi se précise une nouvelle manière de penser qui s’émancipe de la géographie physique pour inventer une géographie environnementale tributaire du dérèglement climatique et de l’empreinte écologique des activités humaines et de la géographie politique des États-nations pour lui substituer une géodémographie des migrations qui résultent de l’urbanisation généralisée, de la déforestation, de la poubellisation des océans, etc. De livre en livre, depuis 1975, Paul Virilio repense les territoires à partir des mutations technologiques, analyse « l’écologie grise », annonce l’outre-ville. Il est temps de s’attarder sur « la géopolitique de l’accident » qui façonne le monde, notre monde… 
Thierry Paquot

Programme

Géopolitique de la vapeur et généalogie de l’accident au XIXe siècle
François Jarrige, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Bourgogne

Entre biologique et numérique : l’accident comme vecteur d’architectures complexes ?
Claire Bailly, architecte paysagiste, enseignante à l’Ecole d’architecture Paris-Vals de Seine

Fordlândia, retour sur un accident programmé
Suspended spaces – Eric Valette et Françoise Parfait

Élégie à Bernard Stiegler
Thierry Paquot

La lenteur comme accident
Laurent Vidal, professeur d’histoire contemporaine à La Rochelle Université

Géopolitique de l’accident
Gilles Clément (ACS/AUSser)

[En ligne] Nouvel épisode du Podcast « Permis d’évaluer ? » : Épisode #02 // Posture et retour d’expérience sur l’évaluation socio-architecturale

Jeudi 25 fév 2021

Cette série de podcasts a été réalisée par Valérie Foucher-Dufoix et Laetitia Overney enseignante-chercheuses (UMR AUSser) à l’Ensa de Paris-Belleville et Amélie Flamand et Rémi Laporte, enseignants-chercheurs (GR Ressources) à l’Ensa de Clermont-Ferrand.

Accédez aux Podcast : Permis d’évaluer ?

Épisode #02 // Posture et retour d’expérience sur l’évaluation socio-architecturale

Dans le cadre de notre réflexion sur l’expérimentation et l’évaluation en architecture, nous avons souhaité rencontrer Jean-Michel Léger, Chercheur associé à l’Ipraus, laboratoire CNRS de l’Énsa-PB, dont il a été l’un des membres fondateurs en 1986.
Auteur de plusieurs dizaines d’évaluations socio-architecturales, Jean-Michel Léger a été l’un des chercheurs français les plus actifs dans le domaine de l’évaluation de l’architecture par l’usage. Plusieurs ouvrages en sont issus dont Derniers Domiciles Connus (Créaphis, 1990), ouvrage qui proposait déjà une synthèse et un bilan des évaluations effectuées entre 1970 et 1990 sur plus de 300 opérations de logements collectifs. Une « suite » à cet ouvrage intitulé EX POST. Une évaluation de l’architecture habitée devrait paraître chez Créaphis à la fin de cette année 2021.
Dans cet épisode, Jean-Michel Léger revient sur l’histoire de l’évaluation socio-architecturale depuis les années 1970 et ses effets. Il nous livre sa vision de l’évaluation aujourd’hui, définie comme un regard critique, éclairé, fondé sur l’enquête socio-architecturale, des évaluations qui devraient conduire à des recommandations. Il revient aussi sur les conditions de l’évaluation, les raisons pour lesquelles ces dernières ont finalement eu peu d’effets directs dans la conception architecturale et les difficultés plurielles qu’il y a à « sortir » des plans conventionnels de logements. Enfin, il aborde les grands chantiers de demain avec la mise en place de la RT 2020 qui transformera chaque immeuble en un terrain d’expérimentation en soi.

Pages